Fdesouche

La moitié des ménages de réfugiés sont menacés de pauvreté

Près de 53% des ménages de réfugiés ont un faible revenu, plus de six fois plus que la moyenne aux Pays-Bas (8,2%). Dans les ménages d’origine syrienne ou érythréenne, cela représente même environ 80%. Les ménages d’origine iranienne courent le moins de risques de pauvreté parmi tous les ménages de réfugiés avec 33%. Statistics Netherlands communique cette information sur la base de nouvelles données sur le revenu.

Le risque de pauvreté a augmenté plus rapidement de 2016 à 2017 parmi les ménages de réfugiés que parmi les autres ménages. L’augmentation ne s’est produite que parmi les ménages d’origine syrienne, le groupe de réfugiés le plus important. Le groupe de ménages syriens menacés de pauvreté est passé de 10 000 (76%) en 2016 à 18 000 (79%) en 2017. Les ménages d’autres pays de réfugiés étaient moins susceptibles d’avoir un plus faible revenu en 2017 qu’en 2016. Par exemple, parmi les ménages érythréens, le risque de pauvreté a diminué de 83 à 80%.

La plupart des réfugiés ayant reçu un permis de séjour ont fait appel à l’aide sociale. Parallèlement à l’afflux important de réfugiés syriens lors de la crise des réfugiés, la part des ménages à faible revenu dans la première génération a augmenté.

La crise des réfugiés a joué principalement en 2015 et n’est donc pas reflétée dans les chiffres sur la pauvreté à long terme.

Le risque de pauvreté des ménages dont le principal soutien de famille est d’origine non occidentale et provenant de la deuxième génération est nettement inférieur à celui de la première génération. La deuxième génération étant en moyenne plus scolarisée et ayant donc de meilleures chances sur le marché du travail.

Presque tous les ménages syriens à risque sont assistés

79% des ménages syriens ont un revenu inférieur au seuil de faible revenu. Pour la majorité d’entre eux, 95%, l’aide sociale constitue la principale source de revenus. Ce pourcentage est légèrement supérieur pour les ménages d’origine érythréenne. Les autres ménages de réfugiés à faible revenu doivent aussi généralement gagner leur vie avec une prestation d’assistance sociale. Mais les ménages d’Irak, d’Iran et surtout d’Afghanistan ont aussi relativement souvent le travail comme principale source de revenu, alors que leur revenu est toujours inférieur au seuil de faible revenu.

Dans les quatre groupes les plus importants, d’origine non occidentale, les ménages à faible revenu ont aussi relativement souvent, un revenu issu d’un l’emploi. C’est particulièrement le cas des ménages d’origine turque. Mais avec eux et également, dans les ménages marocains, surinamais et antillais: En arrière-plan, l’assistance sociale pour cause de faiblesse de revenu.

Parmi les ménages non occidentaux, les Surinamiens présentent le plus faible risque de pauvreté avec 17%. Tout comme les ménages antillais, leurs revenus étaient légèrement inférieurs à ceux de 2016. Parmi les ménages d’origine turque ou marocaine, le risque de pauvreté a diminué (2017/16).

La majorité des ménages à risque d’Europe de l’Est travaillent.

Les ménages d’origine polonaise, roumaine ou bulgare courent un risque de pauvreté supérieur à la moyenne (Moyenne nationale). Habituellement, les ménages à faible revenu issus de l’Europe de l’Est ont principalement un revenu professionnel. C’est particulièrement le cas des ménages bulgares à faible revenu. Il s’agit toutefois d’un petit groupe: moins de 10 000 ménages aux Pays-Bas sont d’origine bulgare. D’origine allemande, belge ou britannique, les ménages sont moins susceptibles d’être menacés de pauvreté.

Les travailleurs migrants d’origine orientale font généralement des travaux peu qualifiés, tandis que les migrants d’Europe occidentale sont souvent des travailleurs du savoir (hautement qualifiés).

CBS (Office des statistiques néerlandais)

 

 


Fdesouche sur les réseaux sociaux