Fdesouche

Tesco – célèbre chaîne britannique de supermarchés – a annoncé la semaine passée qu’elle était en passe de commercialiser des burgers végétaliens “saignants” dans ses magasins, une initiative saluée comme ingénieuse par certains, mais également qualifiée de “crime alimentaire” par d’autres, qui s’interrogent notamment pourquoi un végétarien ressentait le besoin de reproduire les fluides corporels des animaux.

Cette préoccupation est également celle des “chefs vegans” américains, qui travaillent sur le concept de “saignement” des aliments à base de plantes depuis un certain temps.

Au Ducks Eatery, un bistrot aux murs de briques de l’East Village de New York, un excellent exemple est au menu…

Le chef, Will Horowitz découpe un morceau de chair rose et juteuse et empile des tranches épaisses sur une planche à découper. Un parfum de romarin et de fumée emplit l’air. Le rôti est saumuré pendant quatre jours puis, comme la plupart des plats du menu de Ducks, fumé pendant des heures. Mais celui-ci se démarque: ce n’est pas de la viande, c’est une pastèque.

Horowitz s’affaire autour de cette pastèque comme s’il s’agissait d’une dinde ou d’un jambon de porc, le salant avec du sel, des épices et de la cendre avant de le placer dans le fumoir. Il le passe pour finir au four avec de l’huile d’olive, du romarin et de l’ail. Le prix de 75 $ reflète le temps qu’il faut pour fabriquer et servir jusqu’à cinq personnes. Ce coût n’a pas dissuadé les clients : dès que le jambon de pastèque a été mis au menu cet été, une liste d’attente de trois semaines était nécessaires pour en obtenir une.

“Nous avons reçu 3 000 demandes au cours des deux premières semaines, explique Horowitz, le téléphone ne cessait pas de sonner”
La pastèque est devenue un succès instantané sur Instagram, attirant l’attention des internautes alors que les utilisateurs réagissaient dans un mélange d’horreur et d’excitation. La frénésie des médias sociaux s’est apaisée, mais la pastèque rôtie est maintenant demandée dans la perspective de Thanksgiving en fin de semaine prochaine comme alternative à la dinde.

Alors que de plus en plus d’Américains s’éloignent de la viande, des barbecues végétaliens surgissent dans tout le pays, de Homegrown Smoker à Portland, Oregon à Seasoned Vegan à Harlem, dans l’État de New York, qui propose des grillades de barbecue à base de racine de lotus et de soja fermenté.

The Guardian


Fdesouche sur les réseaux sociaux