Fdesouche

Les universitaires n’ont guère l’habitude de se mêler de politique, du moins pas officiellement.

Pourtant – et c’est une première – la présidence de l’université de Limoges vient d’adresser un mail à ses quelques 15.000 étudiants, afin de les inviter très explicitement à faire barrage au Front National au second tour .

Une démarche qui n’est d’ailleurs pas isolée, puisque la plupart des universités françaises ont fait de même, dans le sillage de la CPU (Conférence des présidents d’université). A Limoges, tous les responsables des différentes composantes (facultés, écoles, instituts de recherche) s’y sont associés.

Si cette démarche, motivée par « une situation politique atypique », semble avoir été bien accueillie, elle ne fait néanmoins pas l’unanimité. Via un mail adressé à la presse, deux étudiants se sont émus de ce qu’il considèrent comme « une démarche antidémocratique venant d’une institution publique. »

Mais l’université de Limoges persiste et signe. « L’arrivée du FN au pouvoir marquerait une rupture du contrat humaniste et républicain propre à chaque université », explique le vice-président de l’université, Philippe Allée, qui précise par ailleurs que les mails ont bien été envoyé sur les adresses universitaires de chaque étudiant, et non sur des boîtes personnelles. « Nous pouvons légitimement lancer cet appel, car l’une des candidates se situe nettement en dehors du cadre républicain. Cela fait peser des risques sérieux sur le développement et l’avenir de la connaissance scientifique, sur le rayonnement de la France dans le monde, sur la qualité du vivre ensemble et sur la formation de la jeunesse française. Nous ne pouvions pas ne pas réagir. »

Le Populaire

Fdesouche sur les réseaux sociaux