Fdesouche

Tribune de Laurent Mucchielli, sociologue, dans laquelle énumère les causes qui sont, selon lui, les causes des émeutes dans les banlieues : contrôles policiers, discriminations, chômage… «Un scénario vieux de trente ans».

La séquence qui se déroule ces jours-ci à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) constitue un classique du genre, et vient simplement nous rappeler qu’en vingt-sept ans nous n’avons rien appris et rien changé aux problèmes sociaux et institutionnels qui génèrent régulièrement les éruptions violentes de ce type.

[…]

Si cette séquence n’est hélas que le dernier épisode d’une très vieille série, c’est parce que, depuis vingt-sept ans, aucun gouvernement n’a modifié les éléments du scénario.

Les quartiers pauvres et dégradés le sont toujours. Ce ne sont pas les milliards engloutis dans le béton de la «rénovation urbaine» qui ont changé en quoi que ce soit les problèmes quotidiens des habitants.

A commencer par le chômage qui, dans beaucoup de quartiers, dépasse largement 50 % chez les jeunes de moins de 30 ans. La crise de 2008 a même renforcé encore les problèmes, puisque ce sont les habitants de ces «zones urbaines sensibles» qui ont été les plus touchés.

Rien n’a changé non plus sur le terrain des discriminations, qui compliquent toujours l’accès d’une partie de nos concitoyens à l’emploi, au logement et à quantité de biens et de services. A ceci près qu’aux discriminations de type ethno-racial se sont en partie substituées les discriminations religieuses, surtout pour les femmes qui portent le voile.

Dans ces quartiers, les familles redoutent toujours autant l’échec scolaire de leurs enfants, et avec raison, puisque les inégalités dans ce domaine n’ont pas bougé. Dans un collège d’un quartier aisé, on réussit le brevet dans plus de 95 % des cas. Dans celui qui est au cœur de la ZUS (zone urbaine sensible), à quelques kilomètres de là, moins de 50 % des enfants y parviennent. […]

Tant que les thèmes de la sécurité, des banlieues, de la violence, etc., serviront avant tout aux politiciens à faire carrière, tant que la nécessité de l’ordre fera taire celle de l’analyse, tant que l’institution policière continuera de former et d’envoyer sur le terrain le même type de policiers et tant que les habitants des quartiers pauvres seront enfermés dans les mêmes problèmes, on peut déjà prédire sans risque qu’il y aura beaucoup d’autres Aulnay-sous-Bois.

Le Monde


Fdesouche sur les réseaux sociaux