Fdesouche

Les coupables, deux jeunes Afghans, ont été expulsés.

Wallpaper-chaton
Les sévices infligés à des chats errants par deux jeunes Afghans, qui résidaient au centre Fedasil à Bovigny (Gouvy), ont scandalisé l’équipe du centre et le collège communal de Gouvy, averti de ces actes barbares. “Un chaton tigré, âgé de deux mois, a été retrouvé dans le centre, dans un triste état” , explique un membre du personnel. “Sa mâchoire avait été cassée et il avait une déviation de la cloison nasale. Nous avons téléphoné à la commune pour que les frais de vétérinaire soient pris en charge.”

Choqué par ces actes odieux, le collège communal a accepté de payer le vétérinaire. “L’ancien directeur, qui à présent travaille à mi-temps, a décidé de l’adopter”, poursuit l’employé. “Le chaton se porte de mieux en mieux, même s’il a encore des difficultés à s’alimenter.”

Deux autres chats n’ont pu être sauvés. Ils ont été tués par les deux tortionnaires. “Les faits se sont produits dans le cadre d’une relation conflictuelle entre ces deux jeunes gens et une dame d’une autre nationalité”, explique la directrice adjointe. “Ils se sont attaqués aux chats errants que cette dame nourrissait. La relation aux animaux varie d’une culture à l’autre. Ces actes répréhensibles ont été commis malgré le travail de sensibilisation au respect des animaux assuré par l’équipe.”

Les deux Afghans ont été expulsés du centre par la police de la zone Famenne Ardenne. Une enquête a été ouverte. Des auditions sont en cours. “Ces faits sont scandaleux et tout à fait regrettables”, déplore le bourgmestre de Gouvy Claude Leruse. “Il est important de leur faire comprendre que l’on ne tolère pas de tels actes chez nous. Cela dit, il n’y a pas que les demandeurs d’asile, peut-être perturbés et avec une culture différente de la nôtre, qui maltraitent les animaux. Dernièrement, lors de la vérification d’un logement social, après le départ des locataires, trois chatons ont été retrouvés enfermés dans l’habitation. Ils étaient en train de mourir de faim et de soif.”

DhNet.be

Merci à marie salers


Fdesouche sur les réseaux sociaux