Fdesouche

05/06/2016

[…] Jamel Debouzze […] a regretté l’écho particulier qu’ont eu ces mots. “Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne autant de proportion, a-t-il déclaré face à Stéphane Bern. Je suis un citoyen avant d’être un comique et j’ai livré un sentiment. Je n’aurais jamais cru que ça prenne autant de place. J’en suis désolé.

Et quand l’animateur lui demande comment calmer le jeu à présent, l’humoriste se montre à fond derrière les Bleus. “Être avec les Bleus, être tous derrière l’équipe de France. On a eu Euro à gagner, ça c’est important. Et puis ne pas les perturber avec nos conneries. Je voudrais juste en profiter pour dire à Didier Deschamps que je suis avec eux.

Yahoo

Merci à lopol75


02/06/2016

Malek Boutih dénonce les propos de Jamel Debbouze : “il ne rend pas service aux mômes des quartiers”.

Que vous inspire la sortie de Jamel Debbouze ?

C’est d’une très grande maladresse. Balancer publiquement ce genre de propos ne rend service à personne. Ni à Ben Arfa, qui a signifié qu’il ne voulait pas être assimilé à ce débat, ni à l’équipe de France qui a besoin d’être soutenue au lieu d’être ainsi poignardée, ni au pays.

Cette sortie irresponsable risque de ruiner le travail des éducateurs, des associations, des parents, de tous ceux qui essaient de renforcer la cohésion nationale. La paranoïa, les théories du complot, tout cela existe déjà. Ajouter de la tension par ces insinuations, c’est du poison. Et il ne rend pas service aux mômes des quartiers.

Comment cela ?

Parce que les gens vont encore se dire : vraiment, là-bas, ils sont toujours dans la parano, la revendication. Jamel Debbouze nourrit ces préjugés, et c’est d’autant plus regrettable qu’il a un très grand impact en banlieue, bien plus qu’Eric Cantona.

Mais ses propos reflètent-ils ce qu’on pense dans les quartiers ?

Pas par tout le monde, mais cela existe, bien sûr. J’adore Jamel Debbouze comme acteur et humoriste, mais à chaque fois qu’il s’exprime sur les phénomènes sociaux ou politiques, il n’a pas de maîtrise. Là, c’est clairement un dérapage. Il devrait s’excuser auprès de Didier Deschamps et de toute l’équipe. […]

Il a oublié que la réussite entraîne une responsabilité, un devoir d’exemplarité. La France a besoin d’être aidée par des gens comme lui. Lui n’a fait que sabrer l’identité républicaine au profit des identités ethniques qui cherchent à s’imposer.

marianne


30/05/2016

Après Éric Cantona, c’est au tour de Jamel Debbouze de livrer son avis sur les non-sélections de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa.

«Ça sera une fête sublime, ça sera extraordinaire, on va kiffer nos races ! J’ai hâte d’y être même si j’ai un pincement au cœur car ce sera une fête avec deux convives très importants qui manquent à l’appel : avec Benzema et Ben Arfa, la fête aurait été plus folle.» Non, ce n’est pas Éric Cantona qui parle mais un autre acteur célèbre : Jamel Debbouze.[…]

Et Jamel de s’interroger :

«Sportivement, comment fait-on pour se priver de joueurs extraordinaires comme eux ? Benzema est l’un des meilleurs attaquants du monde. Ben Arfa, lui, est le meilleur joueur français de la saison en Ligue 1, c’est incontestable tout le monde l’a vu. N’avoir aucun de ‘nos’ représentants en équipe de France (‘nos’, on imagine des joueurs d’origine maghrébine ET venant des quartiers car Adil Rami a la double nationalité marocaine et Paul Pogba vient de Seine-et-Marne, par exemple, ndlr)… Quand on vient des quartiers, on a une mécanique qui nous est propre. Avec un mélange de joie, de frustration et d’envie, on veut bouffer la terre entière mais avec nos potes et notre famille.» […]

L’article complet sur europe1.fr

Merci à Tony Dent de Plomb


Fdesouche sur les réseaux sociaux