Fdesouche

Ce n’est pas l’état d’urgence, c’est l’état de siège“, lance Jean-Marie Le Pen après la seconde perquisition de son domicile en 1 mois.


Une perquisition est en cours ce mardi dans la villa de Jean-Marie Le Pen de Montretout à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). L’ancien président du front national se trouve sur place avec une douzaine de policiers, arrivés à 11 heures.

La perquisition intervient dans le cadre de l’enquête sur les assistants parlementaires du FN. Les interrogations portent sur des salaires versés à 20 assistants, apparaissant dans l’organigramme du FN, laissant supposer qu’ils sont affectés à d’autres tâches que leurs seules fonctions parlementaires.

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête fin mars 2015. Quelques jours auparavant, le Parlement européen avait annoncé avoir saisi l’organisme antifraude de l’Union européenne, rappelant que les assistants parlementaires « doivent nécessairement et directement travailler à l’exercice du mandat des députés européens ».[…]

«Les policiers m’ont prévenu que ce serait long, ils font des heures sup’», confie Jean-Marie Le Pen. «Leur perquisition est très active, elle vise mes bureaux et mes ordinateurs», poursuit-il. Selon lui, le domicile de Gérald Gérin, assistant que l’ancien président du FN partage avec Marie-Christine Arnautu, à Rueil, est également perquisitionné.

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux