Fdesouche

[NDLR : Salah Guemriche a été le consultant pour le mémorial de la bataille de Poitiers]
Depuis le fameux 11 janvier, dont la droite voudrait faire une “Journée d’unité nationale et de lutte contre le terrorisme”, le nom de Charles Martel, “sauveur de la chrétienté”, est venu, dans bien de réseaux liés à l’extrême-droite, se rappeler au bon souvenir non pas de la France “pays des droits de l’homme”, mais de la France “fille aînée de l’Église”.

Comme si la théorie du “choc des cultures” s’était muée en celle d’une “guerre de religions”, ce que Jean-Marie Le Pen, toujours aussi lourdement calembourdesque, a résumé d’un cri : “Je suis Charlie Martel !”
C’est précisément dans cette mouvance lepéniste que Robert Ménard a lancé sa énième provocation, en commençant par criminaliser les petits écoliers biterrois sur la seule base de la “consonance musulmane” de leurs prénoms ! Dans ma tribune, publiée sur Le Plus de l’Obs le 12 mai (“Robert Ménard, changez vitre de patronyme”), j’ai dit ce que je pensais de ce forfait antirépublicain. Cela m’a valu nombre d’incriminations avec, à l’appui, des arguments puisés dans les pages d’un Deutsch métronome promu rewriter du roman national. Comme tant d’autres thèses scolaires, celle de notre auteur-baladin illustre brillamment cette leçon de Marc Bloch (dans son “Apologie pour l’Histoire”) :
“Aussi bien que des individus, il a existé des époques mythomanes […] C’est d’un bout à l’autre de l’Europe, comme une vaste symphonie de fraudes. Le moyen âge, surtout du VIIIe au XIIe siècle, présente un autre exemple de cette épidémie collective… Comme si, à force de vénérer le passé, on était naturellement conduit à l’inventer.”
C’est pour répondre à ces nostalgiques orphelins de Charles Martel, comme à notre “rapporteur-sans-frontières” des thèses d’extrême droite, que je tiens à fournir, ici, quelques éléments d’information sur la véritable nature du “tombeur des Sarrasins”, et, par la même occasion, sur l’histoire de Béziers (ville dont Robert Ménard a chargé Renaud Camus, le théoricien du Grand Remplacement, d’écrire l’histoire)…

Pour en finir, donc, avec cette légende qui fait de Charles Martel le “sauveur de la chrétienté”, précisons d’emblée que le chef franc, connu de son vivant comme le plus grand “spoliateur des biens de l’Église”, n’a jamais bouté les Arabes hors de “France”, pour trois raisons : primo, ce pays n’existait pas encore en tant que tel ; secundo, c’est son fils qui réussira à reprendre Narbonne, trois décennies après la mythique bataille ; tertio, la présence sarrasine est attestée dans les Alpes et dans le Jura au moins jusqu’au du Xe siècle….
Le nouvel obs
Source photos sur le mémorial


Fdesouche sur les réseaux sociaux