Fdesouche

À Nîmes, le 2 mai 2010 au matin, l’édifice religieux avait été tagué par trois hommes d’un “Nike lé Juif“ et un fidèle, âgé de 77 ans, aspergé de gaz lacrymogène.

C’est un acte irréfléchi. J’étais ivre. J’avais tellement de problème dans ma tête. Je ne suis pas raciste ni antisémite et je ne suis pas pratiquant. Je me suis excusé auprès de la communauté juive et je n’ai aucune haine contre eux. »

Younès, 30 ans, 13 mentions à son casier judiciaire, a contesté le caractère raciste des faits qui lui étaient reprochés.

Moi-même j’ai été victime d’agression à caractère raciste. j’ai été frappé par deux vigiles dans une discothèque. J’ai porté plainte. Et l’affaire a été classée. J’ai un sentiment d’injustice» insiste Younès qui se pose, tout au long des débats, en victime.

Son avocate décrit:

Un homme à l’intelligence limitée marqué par son enfance qui est “toujours ce petit garçon de 8 ans qui crie à l’injustice. »

Midi Libre

(Merci à Pépézuc)