Fdesouche

Les caisses de Sevran (Seine-Saint-Denis) sont vides. La commune (51 000 habitants), ayant voté un budget déséquilibré, la cour régionale des comptes s’est donc installée à la mairie le 21 mai pour éplucher les comptes municipaux. Une ville à la population jeune et pauvre. La moitié des foyers ne payent pas d’impôts locaux. Il manque 1 402 737 euros dans les caisses.

Stéphane Gatignon, transfuge récent du PCF vers Europe Ecologie et maire de la ville depuis 2001, a signé l’appel des 44 maires de banlieue contre le gel des aides de l’Etat, publié le 22 mai par le Journal du Dimanche.

Le péril financier ne saute pas aux yeux dans ces quartiers où la délinquance est plutôt inférieure à la moyenne du département de Seine-Saint-Denis. Mais la ville est coincée. Entre les deux derniers recensements, Sevran a gagné près de 5 000 habitants, soit tout de même 10% de la population.

Pour l’équipe municipale, ce sont autant de charges supplémentaires en termes d’infrastructures que l’Etat ne viendra pas subventionner une fois les aides gelées : une population qui augmente et rajeunit implique davantage de places en crèche ou des ouvertures de classes en primaire, par exemple.

Suite sur Rue 89


Fdesouche sur les réseaux sociaux