Fdesouche

Les faits : Vendredi matin, à l’intérieur du lycée Darius-Milhaud au Kremlin-Bicêtre. A l’heure de la récréation, une lycéenne de seconde va chercher son grand frère, Hakim, pour qu’il la défende. Elle lui explique qu’un garçon de sa classe, Islam B., l’embête et la taquine. Hakim va voir cet élève de seconde. Le ton monte très vite entre les deux garçons. Jusqu’au drame : Hakim reçoit un coup de couteau au thorax, le touchant près du coeur. Il est décédé dans la soirée. Islam B. a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi.
Luc Chatel annonce la mise en place d’une cellule psychologique pour le personnel et les élèves « choqués » après ce drame. « C’est une altercation individuelle dans un établissement qui n’avait pas de difficultés particulières ». Son homologue Brice Hortefeux tient à souligner qu’il ne s’agit pas d’un « phénomène de bande » mais d’un « drame individuel ».
« C’est un phénomène qui n’a rien à voir avec la vie du lycée », regrette-t-on à la mairie du Kremlin-Bicêtre. Le premier magistrat, Jean-Luc Laurent (MRC), s’est rendu sur place dans la journée. « Ce n’est pas un lycée où il y a des problèmes de sécurité », assure sa directrice de cabinet, Marianne Picard.
“Le lycée était bien protégé, on avait mis des portiques de sécurité et des caméras de vidéosurveillance voilà un an et demi. Il n’y a pas de problèmes de sécurité”, a déclaré Jean-Paul Huchon à des journalistes en marge d’un déplacement au lycée. “Je mesure la douleur des parents. Mais il s’agit d’une affaire strictement personnelle” a-t-il dit, invitant à “ne pas faire de démagogie”.
Des propos contredits par François Olivier, professeur de français et d’histoire-géographie: “Comme dans de nombreux lycées de banlieue, qui accueillent des élèves issus de milieux défavorisés, nous connaissons des violences qui ne sont pas forcément spectaculaires mais qui participent à une ambiance générale. Des épisodes de racket, des difficultés dans les rapports filles-garçons. Il y a des tensions mais qui n’ont jamais été aussi loin que l’agression de ce matin. Pour ma part, ce n’est jamais allé au-delà des incivilités, parfois des menaces. »


Fdesouche sur les réseaux sociaux