Fdesouche

Un témoignage choc paru en décembre 2007 dans Le Point. Agressions, trafics, loi des caïds, impunité, policiers insultés, immigration subsaharienne, polygamie, rejet de la France et des Blancs, fuite des habitants…

(…) « La salle d’attente était pleine à craquer. Remplie de petits bouts de chou de 0 à 3 ans avec leur maman. Vers 18h30, on a frappé à la porte, c’était un homme plié en deux, soi-disant blessé. Ma secrétaire lui a ouvert. Trois Blacks, la capuche bien enfoncée et le pull à col roulé relevé jusqu’aux oreilles, sont rentrés de force dans le cabinet. Ils avaient des bombes lacrymogènes, ils ont hurlé sur les enfants et les mamans qui voulaient s’enfuir. Ils ont pris la caisse, mon portable, ma carte bancaire avec le code. Le tout en moins de dix minutes.
Le kiné lundi, moi mardi, la poste mercredi et, la semaine d’avant, l’institutrice. Depuis un an, la cité croule sous les agressions, et il ne se passe rien. On deale, on arrache les sacs en toute impunité. Les caïds tiennent au moins trois immeubles. Ils ont les clés des caves, des parties communes, des garages dans lesquels ils font leur business tranquillement. Chaque fois qu’un serrurier vient, ils l’agressent pour récupérer les nouvelles clés. »
« Ici, c’est le ghetto. » « Ici, il n’y pas plus d’autorité. Les policiers, vous les voyez le matin lorsqu’ils viennent acheter leurs croissants à la boulangerie. Et puis, c’est fini. Mais comment leur en vouloir ? Ils sont débordés et eux-mêmes se considèrent désormais comme des victimes… Dès qu’ils entrent dans la cité, on les insulte, on leur lance des projectiles, et sans doute on leur tirera dessus comme à Villiers- le-Bel. Il faudrait une présence policière permanente et une antenne de justice. Nous payons tous de lourdes taxes professionnelles, moi, par exemple : 6 500 euros par an. A quoi sert cet argent ?

Lire la suite sur lepoint.fr
(merci à Chevalier)


Fdesouche sur les réseaux sociaux