Fdesouche

Après la nouvelle agression d’un médecin, les professionnels de santé de Stains (Seine-Saint-Denis) ont été reçus hier à la mairie. Ils demandent des renforts de police.

Son visage porte encore la trace des coups qu’il a reçus. Vendredi soir, ce médecin de Stains a été sauvagement agressé à la sortie de son cabinet par plusieurs personnes qui sont revenues le cambrioler un peu plus tard dans la soirée. Choqués et très mobilisés, une trentaine de professionnels de santé ont été reçus hier midi par le maire (PC) Michel Beaumale.

« Depuis le début de l’année, une dizaine de confrères ont été cambriolés ou se sont fait dérober leur sacoche. Cette fois, notre confrère a été violemment frappé. Cette situation est inadmissible », martèle Josselyne Buruchian, kinésithérapeute et présidente de l’Association des professionnels de santé de Stains.

En septembre 2000 déjà, après l’agression d’un généraliste, Stains avait été la première ville à mettre en place un référent-médecin au commissariat. C’est à cette époque que médecins, spécialistes, kinésithérapeutes, pharmaciens et infirmiers se sont constitués en association.

«Aujourd’hui, nous devons aller encore plus loin. Si nous laissons la terreur s’installer, il n’y aura bientôt plus aucun professionnel de santé à Stains », estime Josselyne Buruchian. La situation de fait est inquiétante : les cabinets sont surchargés, il n’y a plus qu’un ophtalmologiste, un pédiatre, un cardiologue, un ORL, 12 infirmières, 5 kinésithérapeutes et 7 dentistes pour 35 000 habitants.

Hier, ils ont réclamé « plus d’effectifs de police, la création d’une unité territoriale de quartier (Uteq), plus d’éclairage public et la mise en place d’un numéro téléphonique direct avec la mairie » et ont prévu de se rassembler samedi matin devant la mairie. Le maire a de son côté dénoncé ces actes «indignes» et souhaité lui aussi « la création d’une Uteq et un renforcement des effectifs de police. Mais pour l’heure mes demandes n’ont pas été entendues », a-t-il souligné. Il souhaite aussi « développer les cabinets de groupe ».

A la suite de cette agression et de celles de plusieurs médecins à Pierrefitte, une convention de sécurité devrait être signée le 27 novembre entre la préfecture et les conseils de l’ordre des différentes professions de santé.

Source : Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux