Fdesouche

En octobre 2008, Pascal, 42 ans, un père de famille de Dreux avait été passé à tabac avec une violence inouïe. Il est mort un mois après. Le principal agresseur, Faouzi Ben Gatta, 35 ans, vient d’être condamné à cinq ans de prison, dont un avec sursis. Déjà condamné pour violences, il était au moment des faits sous bracelet électronique et comparaissait en récidive.

La victime est morte un mois après son passage à tabac. Côtes fracturées, poumons endommagés, visage si tuméfié que les ambulanciers eux-mêmes en seront « impressionnés»… De fait, la liste des blessures que ce père de famille drouais a subies dans la nuit du 11 au 12 octobre 2008 en dit long sur la violence de la scène et sur la teneur d’un procès qui a frôlé la cour d’assises pour finalement se tenir devant le tribunal correctionnel de Chartres. Des blessures que le président Gilles Pacaud résume en un mot : « tortures ».

Alors hier, le climat était lourd au moment de juger Faouzi Ben Gatta, 36 ans, détenu depuis les faits. Juridiquement, on ne lui reprochait pas la mort de la victime. Une expertise médicale a conclu que les seules blessures n’avaient pas suffi à provoquer le décès, mais qu’une pathologie antérieure avait joué son rôle. À un cheveu des assises, le prévenu ne répondait donc au final « que» de violences volontaires.

«Il l’écrasait comme un insecte, avec le plat du pied», dira un de ses complices. Eux reconnaîtront lui avoir «sauté dessus à pieds joints», d’où les côtes fracturées et l’hémothorax. Ils admettront avoir inventé une nouvelle manière de «ping pong» : avec la tête de la victime. La scène durera deux heures au bas mot. Jusqu’à ce que Pascal s’écroule.

Ses deux complices, deux mineurs, seront quant à eux jugés par le tribunal pour enfants : l’un avait quinze ans tout juste au moment des faits, l’autre… onze. Faouzi Ben Gatta leur a toujours attribué la très grande majorité des violences. Lui ne reconnaît qu’une « gifle» et «deux ou trois coups de poing». À l’en croire, il aurait même insisté pour appeler les pompiers. Mais la victime s’y serait opposée…
(Source)


Fdesouche sur les réseaux sociaux