Fdesouche

Délogés en 2005 du squatt du 59 rue de Rivoli, les artistes du collectif Electron libre avait transformé l’immeuble en « lieu de culture alternatif». Acheté par la Mairie de Paris pour 4,5 millions d’euros, il a été intégralement rénové pour 5,5 millions d’euros. Trente-deux artistes de dix nationalités peuvent désormais y travailler à leurs œuvres …

Les artistes, qui sont arrivés en fin de semaine dernière, ont déjà commencé à s’approprier les lieux. Un premier dessin a été tracé dans le hall d’entrée. Yosuké, décorateur japonais, a déjà maculé son atelier de planches de bois. Son voisin a tagué les lampes «trop nettes».
Le loyer mensuel est de 130 euros. «Ce n’est pas cher du tout pour Paris», clament-ils tous, ravis. Un seul souci : les 50 000 euros de charges annuels. Des sponsors sont espérés. McDonald s’est déjà manifesté et a offert macarons, champagne et jus d’orange pour cette inauguration. Ainsi que son personnel, qui déambule plateau à la main.
Gaspard Delanoë, -de son vrai nom Frédéric Hébert-, fondateur du collectif, explique tout de même en aparté qu’il aurait bien aimé «garder les appartements et vivre sur place, mais on nous a dit que c’était trop cher, et que c’était les ateliers ou rien. Le choix a été vite fait.»
Venu pour l’inauguration, le maire de Paris, Bertrand Delanoë est comme un poisson dans l’eau dans cet univers qu’il aime tant. Il est chez lui dans cet ancien squat.
Sources : 1, 2.


Fdesouche sur les réseaux sociaux