Fdesouche

Rappel du discours de Nicolas Sarkozy en Seine St-Denis le 12/12/08.
“Aujourd’hui, et de manière définitive, l’islam fait partie intégrante de notre environnement culturel, économique et urbain. Il n’y a qu’à voir le nombre de mosquées et de centres culturels islamiques qui se construisent. (…) La France est, bien entendu, disposée à poursuivre cet effort pour permettre à l’islam de s’épanouir dans les meilleures conditions. (…)” [relire l’article]

L’Institut Français des Etudes et Sciences Islamiques (IFESI) a ouvert en avril 2008 un diplôme de finance islamique dont les cours allaient débuter le 25 novembre suivant. C’est le premier établissement à s’être lancé sur ce créneau.
Première promotion de finance islamique de l'IFESI
« Nous avons senti un réel engouement lors d’une conférence organisée sur le sujet en mai 2006. Nombre de personnes nous écrivaient pour nous demander des renseignements, elles recherchaient des formations. Nous avons donc décidé de créer un Département de finance islamique au sein de l’Institut, projet précurseur en France, et à même de répondre aux besoins de la première banque islamique dont l’inauguration est prévue avant 2010 », explique Ahmed Abidi, fondateur de l’IFESI.
« La demande émane surtout d’étudiants et de professionnels de la finance, de l’assurance et du droit. Cela prouve qu’il y avait un vrai besoin », précise-t-il. L’idée allait vite gagner des universités comme celles de Strasbourg, Reims, Lille…
Face au succès de cette première promotion et à l’afflux des demandes, l’IFESI prévoit de proposer l’accès à ce diplôme de manière plus sélective dès la rentrée prochaine. « Nous accordons une part importante au Fiqh, à savoir le droit et la jurisprudence islamique, c’est notre valeur ajoutée par rapport aux autres formations et notre façon de mettre en valeur, outre la dimension finance, la dimension islamique », souligne Ahmed Abidi.
L’Institut comprend une équipe pédagogique de renom : notamment, Anouar Hassoune (vice-président de Moody’s) ; Mohammad Farrukh Raza, directeur général d’IFAAS (Islamic Finance Advisory & Assurance Services) ; Gilles Saint Marc, président de la Commission Finance Islamique à Paris Europlace ; et Ahmed Abidi, spécialiste de Fiqh et de Usûl al-Fiqh. (source)
• Relire : Un diplôme de finance islamique à Strasbourg

Revoir ci-dessous Christine Lagarde le 26 novembre 208, crispée et souffrant visiblement du discours qu’elle prononce. Un grand pas supplémentaire vers l’écroulement de la façade déjà fort lézardée de la “laicité”.

C’est bien désormais en “équivalent-pétrole” saoudien qu’il faut jauger les principes “républicains”. Et c’est à la lumière de ces impératifs pétro-financiers qu’il  faut considérer la frénésie des gouvernants en faveur de la “diversité”.


Fdesouche sur les réseaux sociaux