Fdesouche

La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (Ecri) critique, dans un rapport publié mardi à Strasbourg, les procédures imposées en Allemagne à certains étrangers pour bénéficier d’un permis de séjour, d’une naturalisation ou du regroupement familial.
Cet organe du Conseil de l’Europe évoque notamment le test linguistique que doivent passer depuis 2007, dans leur pays d’origine, les personnes qui souhaitent rejoindre leur conjoint immigré en Allemagne. Les ressortissants de l’Union européenne ou de certains pays développés comme le Japon ou les Etats-Unis en sont toutefois exemptés. “Or la langue pourrait être apprise après l’arrivée en Allemagne ; les progrès seraient sans doute beaucoup plus rapides dès l’immersion dans un environnement germanophone“, souligne l’Ecri.
Selon ce comité d’experts cette règle pourrait aboutir au contraire du résultat escompté en retardant l’intégration des immigrés. Le fait que seuls les ressortissants de certains pays soient tenus à cette obligation pourrait en outre “créer l’impression fausse qu’il existe un lien direct entre la capacité d’une personne à s’intégrer et son pays d’origine“.
Le rapport a également estimé que les candidats au permis de séjour, qui doivent suivre des “cours d’intégration” à contenu essentiellement linguistique, ne devraient plus être menacés de sanctions en cas de manque d’assiduité. Non seulement l’obligation de suivre les cours “risque d’être contre-productive“, mais la sanction pourrait avoir “un effet stigmatisant, juge la Commission.
Source


Fdesouche sur les réseaux sociaux