Fdesouche

The Australian, 21 avril 2009, Hal G. P. Colebatch

« La Grande-Bretagne semble en voie de devenir le premier état totalitaire soft moderne.Il n’y a pas de camps de concentration ou de goulags, mais une campagne en vue de modifier la psychologie du peuple pour créer un nouvel Homo britannicus. Des polices de la pensée imposent des modes de pensée et détectent les hérésies, et les dissidents peuvent se voir imposer de lourdes peines. »

Hal G. P. Colebatch, professeur de science politique et de droit international,

«Les résolutions sur la diffamation des religions adoptées par l’ONU ont déjà un impact en Occident, et vont continuer d’en avoir parce que nous avons des polices de la pensée politiquement correcte qui parlent la même novlangue que l’Organisation de la conférence islamique.
Comme en Grande-Bretagne, nous avons au Canada une florissante industrie de l’anti-racisme dont les pouvoirs tentaculaires sur les pensées, les paroles et les actes des citoyens sont exercés avec un zèle qui dépasse celui des forces de l’ordre dans la répression de la criminalité violente et du terrorisme.
Nikolai Bukharin a affirmé que l’une des tâches principales de la révolution bolchevique consistait à « modifier la psychologie du peuple ». La Grande-Bretagne n’est pas bolchevique, mais une campagne visant ouvertement à modifier la psychologie du peuple (…) est en cours.
Au cours des 10 dernières années, j’ai accumulé de nombreux exemples de peines draconiennes, y compris l’arrestation et l’inculpation criminelle d’enfants, pour des crimes de la pensée et des délits contre le politiquement correct. (…)
Cette campagne semble provenir d’officines quasi-gouvernementales ou non élues qui contrôlent diverses institutions et sont plus ou moins responsables devant les électeurs, plutôt que du gouvernement lui-même. Mais le gouvernement l’encourage d’une manière détournée qui ne peut être niée.»


Fdesouche sur les réseaux sociaux