Fdesouche

A quelques jours de prendre la présidence de l’Union européenne (UE), le 1er janvier 2009, le président tchèque Vaclav Klaus, qui se voit en “dissident de l’Europe”, est le seul chef d’Etat de l’UE à avoir banni le drapeau européen dans ses murs et refuse obstinément de le hisser sur le Château de Prague. Cela lui rappelle les drapeaux soviétiques, a-t-il dit, au temps du rideau de fer.

Publicité

Dans l’enceinte du Parlement européen de Strasbourg, mardi, le président tchèque a été sévèrement taclé. “Ce n’est à l’honneur de personne d’agir ainsi”, a dit M. Sarkozy. “Nous avons été blessés quand tous les drapeaux européens ont été retirés des édifices publics. (…) On ne traite pas ainsi les symboles européens.”

Il faut dire que Dany Cohn-Bendit, chef du groupe des Verts au Parlement, n’avait pas arrangé les choses, début décembre. En visite à Prague avec les autres chefs de groupe et le président du Parlement, Hans-Gert Pöttering, il avait apporté un minuscule drapeau européen au président tchèque, “en cadeau” (…). Le petit drapeau posé devant lui, Vaclav Klaus n’a pas supporté les questions du député sur ses positions européennes. M. Klaus : “Personne ne m’a jamais parlé ici sur ce ton ! Vous n’êtes pas sur les barricades de Paris !” (…) “La manière dont M. Cohn-Bendit me parle, c’est exactement comme parlaient les Soviétiques.” M. Pöttering : “Comparer l’Union européenne à l’URSS est inadmissible !”

Source


Fdesouche sur les réseaux sociaux