Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Des révélations sur l’orwellisation croissante de la société et des médias dans le dernier bloc-notes d’Yvan Rioufol. Vers une dictature du métissage obligatoire?

L’antiracisme et son instrumentalisation

Dernière illustration de l’enracinement du politiquement correct au cœur même du discours de certains médias (voir mon bloc-notes de vendredi) : la pénalisation de la critique du “métissage”, qui vient s’ajouter à la difficulté qu’il y a à critiquer certaines religions ou doctrines, et singulièrement l’idéologie islamiste dans ce qu’elle peut avoir de totalitaire. L’accusation d’islamophobie est devenue un obstacle à l’expression de l’esprit critique. Or voici qu’un nouvel interdit s’ajoute à la panoplie.

C’est Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du Monde, qui s’est fait, dimanche, le porte-voix de cette nouvelle interdiction de penser en soutenant – lors d’une table ronde sur “Les médias face à l’antisémitisme” (1) à laquelle je participais – que s’il faut bien sûr résister à l’antisémitisme, il fallait aussi combattre le “nouveau racisme” que serait la critique du métissage. Ce raisonnement est l’illustration de la remarque d’Alain Finkielkraut, décrivant en 2006 l’idéologie antiraciste comme “le communisme du XXI è siècle”.

On peut déjà trouver suspect l’éloge du métissage, compris comme une supériorité. Mais le mot ne désigne pas, en l’occurrence, le mélange des sangs qui n’est pas un problème pour la France, dont la Constitution ne fait pas de différence entre les races. C’est la critique du métissage culturel, c’est-à-dire du multiculturalisme, que Plenel voit comme un nouveau racisme. Il cautionne l’interdiction de critiquer ceux qui demandent à la France, démocratie ouverte, de renoncer à la centralité de son identité. Source


Fdesouche sur les réseaux sociaux