Fdesouche

Commentaire posté par Enveloppe (lecteur) à propos du reportage de France 3 sur les récentes bagarres entre gangs ethniques à Paris. Nous avons retiré un passage inapproprié concernant une supposée illégalité du regroupement.

(…) [Dans ce reportage], le problème est censé être l’affrontement violent de bandes constituées sur des critères manifestement identitaires — immigrés ne se reconnaissant pas dans l’identité commune admise autour d’eux. Ces bandes regroupent des membres de cette identité dissidente dans un pays qui n’accepte pourtant pas les dissidences d’identité ; qui n’accepte pas les souhaits légitimes de retour à la normale, souhaits exprimés en commentaires dans un blog par les habitants qui doivent subir ces affrontements au quotidien, quand ils vont au travail, à la boulangerie ou quand ils vontchercher leurs enfants à l’école.

Les identités dissidentes ne sont pas admises dans la République ™ :  “La République est Une et Indivisible”. Ces bandes communautaires se regroupent sur des critères d’origine commune (couleur de peau, quartiers, rues, immeubles, tenues vestimentaires spécifiques, argot, goûts musicaux, et j’en passe) et refusent de s’associer à l’identité commune définie par les illuminés de 1789 et les différentes républiques qui se sont succédées.

Quand on interdit les langues régionales pendant 200 ans dans son propre pays, on ne va pas commencer à venir nous dire que des immigrés ont le droit de se regrouper en bandes violentes — à moins d’avoir perdu ses couilles entre temps, bien sûr. Stop l’hypocrisie sioûplait !

Sachant que, par le passé, la punition pour la Vendée a été l’extermination systématique de la population, il ne me semble pas excessif de souhaiter dans le cas présent une simple cessation des violences commises par ces Jeunes ™ Africains (ou “d’origine africaine”), si ce n’est plus.

À chaque fois que les médias parlent de Français encore conscients d’être Français, ils en parlent comme si notre existence en tant que Français dépendait de la présence d’immigrés à critiquer, comme si nous ne pouvions pas vivre sans eux, ou nous définir par ce que nous sommes. Il faut réellement être atteint de je ne sais quel trouble obsessionnel compulsif en phase terminale pour croire que nous n’aurions rien d’autre à faire de notre vie si nous n’avions pas des immigrés à critiquer.

Eh bien non, banane ! Même sans immigrés, nous serions toujours les mêmes, avec le même caractère franchouillard et le même héritage “désespérément Français” ™, et nous serions tout à fait heureux comme ça. Mieux : si je n’avais pas à réparer sans cesse les bêtises des autres, à écoper l’eau d’un bateau qui coule, je pourrais faire quelque chose de beaucoup plus créatif de ma vie, et je pourrais apporter beaucoup plus à la société dans une civilisation florissante qui n’aurait pas besoin que ses meilleurs enfants gâchent leur temps à faire le ménage derrière les saletés laissées par les autres. Je pourrais mieux employer mon temps et mieux employer mes talents.

De plus aucune personne sainement constituée n’aime voir son pays souffrir. Alors effectivement l’immigration de masse et autres dégénérescences sociétales, je m’en passerais bien et je vivrais beaucoup mieux sans. Cette sorte de démence qui consiste à dire que nous aurions besoin d’un adversaire, voire d’un ennemi, pour nous définir me sidère intergalactiquement : je suis Français parce que je suis Français. Parce que je suis ce qu’est un Français en lui-même, c’est à dire la somme d’un certain nombre de strates d’héritage et d’identité bien définies. Et non pas parce que je suis simplement différent d’un Africain. Sont bêtes les gens…

Ce sont les groupes dits de “revendication” modernes (associations des “droits” des immigrés, des homosexuels, des zoophiles… ) qui ont besoin d’adversaires, voire, pour les plus tenaces, d’ennemis pour exister. Elles sont peuplés de gens effectivement animés par une folie revendicatrice qui relève du trait de caractère. C’est inné, ils feront ça jusqu’à leur mort au lieu de construire quelque chose par eux-mêmes.

Il y a des gens qui ont besoin de vivre dans un ensemble qui ne leur ressemble pas pour en obtenir quelque chose par la revendication. Untel qui ne serait pas étranger trouverait le moyen de devenir homosexuel, untel qui ne serait pas homosexuel trouverait le moyen d’immigrer quelque part, du moment que c’est son caractère, juste pour emm… le monde avec son fichu besoin de revendiquer n’importe quoi, sans cesse.

On retrouve des gens avec ce trait de caractère partout où il y a quelque chose à becqueter : partis politiques, marchands, industries et médias, frontières françaises…

Mais le Français moyen, lui, existe de lui-même et il voudrait juste avoir la paix. C’est trop demander sans doute.


Fdesouche sur les réseaux sociaux