Fdesouche

z0332.jpgExtrait du Monde du 14 janvier :
La tension gagne les Pays-Bas avant la diffusion du film que Geert Wilders, leader du Parti pour la liberté (PVV) a consacré à l’islam. Dans le pays, toute allusion au Coran enflamme les esprits, surtout quand elle vient d’un homme qui a plaidé récemment pour l’interdiction de ce livre.

M. Wilders dit seulement que son film devrait “susciter des remous”. Il affirme vouloir ouvrir les yeux de ses concitoyens sur des “éléments misérables” du Coran et invite les musulmans à “savoir encaisser, pour une fois“. Des journaux croient savoir qu’il dénoncerait des aspects “violents et fascistes” de la religion musulmane.

Le gouvernement craint que le film engendre des incidents aux Pays-Bas et dans d’autres pays. La Haye a averti ses ambassades. Des diplomates néerlandais disent redouter que la diffusion d’un film provocateur suscite au Moyen-Orient des réactions plus vives encore que lors de l’affaire des caricatures danoises.

Le syndicat patronal redoute des conséquences économiques et un boycott des produits néerlandais. La police redoute, quant à elle, que le film suscite des violences. Dans les mosquées de quartiers réputés “sensibles”, comme celui du Slotervaart, à Amsterdam, des imams affirment être obligés de calmer les esprits.

La protection dont bénéficie M. Wilders depuis quelques années a été considérablement renforcée. Les autorités n’ont pas oublié que c’est sans doute le film Submission, consacré à la place de la femme dans la religion musulmane, qui a entraîné l’assassinat de son réalisateur, Theo Van Gogh, en 2004. Le cinéaste avait été égorgé en pleine rue par un islamiste radical. Lire l’article intégral


Fdesouche sur les réseaux sociaux