Maramures, la Roumanie de souche (vidéo)

Le vieux pays de Maramures (prononcer  » maramourech ») se tapit au nord-ouest de la Roumanie. À l’ouest et au sud, de placides montagnes aux origines volcaniques le séparent de la Transylvanie. À l’est, l’horizon est fermé par l’un des plus beaux massifs des Carpates: les monts de Rodna (Pietrosul, 2302 m). Ce relief se prolonge au nord, avant de céder la place à la plaine de la Tisa, aujourd’hui frontière avec l’Ukraine. Ainsi isolé du reste du pays, le Maramures a entretenu au cours des siècles une civilisation originale et vigoureuse, un jardin de culture roumaine dans un environnement mouvementé. Depuis 1918, la plus grande partie du Maramures (la rive droite de la Tisa) est séparée de la Roumanie. Aujourd’hui, elle se trouve en Ukraine subcarpatique.

Les Saoudiennes tracées électroniquement lors de leurs voyages à l’étranger

Privées du droit de conduire et de voyager sans autorisation, les Saoudiennes sont désormais soumises à une nouvelle mesure de contrôle avec un système électronique mis en place par les autorités avertissant leur famille dès qu’elles quittent le royaume.

Depuis la semaine dernière, le « gardien » de la femme saoudienne –père, époux, frère ou tuteur– reçoit sur son téléphone un message SMS l’informant que la femme placée sous sa garde légale a franchi les frontières du royaume, même si elle voyage en sa compagnie.

C’est la militante Manal al-Chérif, icône de la campagne pour obtenir le droit des femmes à conduire qui a relayé l’information sur Twitter, après avoir été alertée par un couple. L’époux, qui voyageait pourtant en compagnie de sa femme, a reçu un message par SMS des services de l’émigration, l’informant que son épouse « a quitté l’aéroport international de Ryad ».

« Les autorités ont recours à la technologie pour surveiller les femmes », déplore la romancière et éditorialiste Badriya al-Bichr, dénonçant « l’état d’esclavage dans lequel est maintenue la femme saoudienne ».(…)

7sur7

18.900 euros de subventions pour envoyer 11 jeunes en voyage au Maroc

ROUBAIX – Les voyages forment la jeunesse. Un proverbe auquel Akim Hamidi, de l’AS Barbe d’Or et Ahmed Khermache, de l’Association d’éducation et de prévention, croient dur comme fer.

Vendredi à leur initiative 11 jeunes des quartiers nord partiront en chantier solidaire au Maroc.

NordEclair : D’où vous est venue cette idée ?
« Au mois de mars, une quinzaine de jeunes de l’AS Barbe d’Or, âgés de 14 et 15 ans, ont participé à un tournoi de foot au Maroc. C’était la première fois que l’A.S.B.O faisait de l’international. Lors de ce séjour, nous avons rencontré une association locale du nom de Nahda de la citoyenneté et de développement. De là est née l’idée de participer à un des projets [...] »

NordEclair : Parallèlement, du matériel médical va être envoyé au Maroc à destination des défavorisés…
« C’est le deuxième volet du projet. Nous avons collecté du matériel médical comme des fauteuils roulants ou encore des tensiomètres. Des objets d’occasion, mais en bon état, qui nous ont été offerts par l’hôpital Victor-Provo, les pharmacies du secteur ainsi que les habitants. »

NordEclair : Qu’en est-il du financement de cette action ?
« Le projet, qui se fait en partenariat avec l’association Adice (l’Association pour le développement des initiatives citoyennes et Européennes), se monte environ à vingt mille euros. Nous avons bénéficié d’un coup de pouce de la Ville, du conseil général et régional. Les jeunes ont également été mis à contribution. Chacun devait participer à hauteur de cent euros. Pour y parvenir, ils ont retroussé leurs manches en organisant des événements. Au mois de mai et juin, ils ont monté deux tournois de football et vendus des sandwichs et des boissons [...] »

NordEclair : On dit que les voyages forment la jeunesse. Est-ce l’un de vos objectifs en organisant ce projet ?
« Tout à fait. Au-delà des aspects liés à la solidarité et au développement, ce séjour devrait permettre de sensibiliser davantage les jeunes à la mobilité, à l’ouverture, à la découverte d’une autre culture [...]

Nord-Eclair (Merci à Sacripant)

Ile de France : la région finance un voyage d’étude aux USA pour promouvoir l’accès au pouvoir de la diversité

Dix élus franciliens d’origine maghrébine vont puiser aux Etats-Unis des idées exportables.

La conquête de l’Amérique avant celle du pouvoir ? Dix élus franciliens se présentant comme issus de la diversité participent à un voyage aux Etats-Unis du 11 au 18 juillet. Au programme, des rencontres avec les maires de Washington et de Baltimore, deux des plus grandes villes américaines.

Libération

Maghreb : ne pas y partir en vacances, c’est être irresponsable ? (RMC)

Les GG de RMC critiquent le manque de solidarité des Français qui ne partent pas en vacances dans les pays du Maghreb. Avec Sophie de Menthon, Marie-Anne Soubré et André Glucksmann.

Le Français n’a pas d’humanité, d’humilité. Le Français, c’est un con »

Image de prévisualisation YouTube

American Airlines: « Votre passeport pour la black expérience »

La compagnie aérienne a initié une démarche pour le moins ambiguë : le Black Atlas se propose de faire découvrir aux voyageurs un aperçu du tourisme dans une optique afro-américaine. Quand le monde du voyage se prête aux clichés communautaires…

« Votre passeport pour la black expérience » : le slogan affiché par le programme Black Atlas d’American Airlines laisse songeur. Site communautaire, blog racial, voir raciste ? Certains commentateurs y ont vu une démarche stigmatisant une identité noire, en proposant à la population afro-américaine un guide de voyage dédié à ses racines culturelles, qui s’appuie sur des préjugés discutables. En soit, Black Atlas ne semble que témoigner de la volonté affichée par American Airlines de décliner ses services en fonction de ses différents types de clientèles.

Des expériences de voyageurs à travers le monde, des vidéos dans lesquelles les intervenants expliques retrouver les racines de la culture noire à Paris ou Détroit : rien de franchement scandaleux. Mais des choix éditoriaux assez étranges, si l’on visite par exemple la rubrique consacré à Paris :  les voyageurs se voient alors conseiller le camping du Bois de Boulogne et les marchés de gros. Des conseils « décalés« , ou des clichés tendancieux ? c’est selon…

Déplacements Pros

18 novembre 1727 : Naissance de Philibert Commerson

Philibert Commerson, naturaliste et explorateur français, est né le 18 novembre 1727 à Châtillon-lès-Dombes (aujourd’hui Châtillon-sur-Chalaronne, Ain). On lui doit la description de nombreuses espèces d’animaux et de végétaux, dont la célèbre Bougainvillée.

Fils du notaire Georges-Marie Commerson, Philibert se passionne très jeune pour la botanique. Bien que son père le destine à devenir lui-aussi notaire, il préfère partir étudier la médecine à la Faculté de Montpellier où il obtient le grade de docteur.

Au XVIIIème siècle, les savants européens se passionnent pour la botanique, la zoologie et les voyages d’exploration. C’est à cette époque que le suédois Carl von Linné, père de la taxinomie moderne, rédige son Systema naturae, que le comte de Buffon transforme le Jardin du Roi (actuel Jardin des Plantes) en centre de recherche, y faisant planter des arbres de toutes origines, et que différents souverains européens organisent de grands voyages de découvertes autour du monde.

Philibert Commerson, en tant que naturaliste, va prendre part à l’une de ces prestigieuses expéditions : celle menée par Louis Antoine de Bougainville.

Lire la suite

La Pérouse : Au service de la science et du Roi

Jean François de Galaup, comte de La Pérouse, est l’un des derniers grands navigateurs de l’Ancien Régime. Après s’être distingué à la guerre, il se verra confier par Louis XVI le commandement d’une expédition de légende, disparue corps et biens peu avant la Révolution et qui n’a depuis cessé d’alimenter les rêves des marins et des aventuriers.

Jean François de Galaup de La Pérouse naît à Albi en 1741. Encouragé par l’un de ses parents, le marquis de la Jonquière, il entre à quinze ans à l’Ecole des Gardes de la Marine. Il est tout d’abord engagé dans la Guerre de Sept Ans (1756-1763) , qui oppose la France à l’Angleterre au large de l’Amérique du Nord. Par la suite, on le retrouve aux Antilles, à l’île de France (actuelle île Maurice) puis en Inde, où il se distingue en sauvant le comptoir de Mahé, assiégé par un prince local.

Promu lieutenant de vaisseau, il reçoit la Croix de Saint Louis en 1778. Il s’illustre ensuite durant la guerre d’Indépendance des États-Unis au cours de laquelle il s’empare de deux forts britannique dans la baie d’Hudson.

Ses talents de navigateur lui valent d’être nommé capitaine de vaisseau et d’être choisi par le marquis de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI, pour diriger une ambitieuse expédition autour du monde.
Lire la suite

L’Iran déconseille les voyages en France

Téhéran a appelé mardi les Iraniens à éviter autant que possible de se rendre en France, en raison de problèmes de sécurité créés par la situation sociale dans ce pays, et à faire preuve de « vigilance » s’ils ne peuvent pas reporter leur déplacement. « La crise économique et les troubles sociaux ont pris en France une dimension plus sérieuse que dans les autres pays occidentaux, et nous demandons à nos ressortissants de ne pas se rendre dans ce pays sans nécessité », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, lors de son point de presse hebdomadaire. « S’ils doivent, malgré tout, voyager en France, ils doivent prendre des mesures de vigilance appropriées », a ajouté Ramin Mehmanparast, sans préciser la nature de ces mesures. Il a indiqué que cet avertissement avait été diffusé sur le site internet du ministère et sur celui de l’ambassade d’Iran à Paris.

Le Point

(Merci à Bonhomme ordinaire)