Elle ne peut pas monter dans le bus conduit par son agresseur (vidéo)

Hier soir, France 2 diffusait un nouveau numéro du magazine  » Envoyé Spécial « . L’un des sujets était consacré à ces personnes qui voient leur peine de prison aménagée.

Les journalistes ont notamment rencontré un homme, chauffeur de bus, qui attend la décision concernant la durée de sa peine. [...]

Morandini

L’ancien ministre socialiste Pierre Joxe parle de la justice et des enfants™ victimes™ (vidéo)

Pierre Joxe sur wikipédia :

  • Titulaire d’une licence de droit, il intègre l’ENA en 1960
  • Ancien ministre socialiste de l’intérieur
  • Ancien ministre socialiste de la défense
  • Ancien Premier président de la Cour des comptes
  • Ancien membre du Conseil constitutionnel
  • Il est avocat au barreau de Paris depuis 2010 où il défend les droits des mineurs.


source : extrait de Politique(s) LCP 25 01 2014 avec Serge Moati

USA : des « adolescents » tuent un sportif australien « pour s’amuser » (vidéo)

Pour «tromper l’ennui», ils ont tiré sur un joggeur qui passait par là. Voilà pourquoi est mort de Christopher Lane, un Australien de 22 ans, en visite depuis une semaine dans le cadre d’une bourse sportive chez la famille de sa petite-amie, dans la petite ville de Duncan, dans l’Oklahoma. 

Les médias européens diffusent une photo différente de Michael Jones (voir http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/21/01003-20130821ARTFIG00256-trois-jeunes-americains-tuent-pour-tromper-leur-ennui.php)

Les deux adolescents américains accusés d’avoir abattu vendredi ce joueur de base-ball, James Edwards et Chancey Luna, âgés de 15 et 16 ans, ont été inculpés de meurtre mardi.

Un troisième, Michael Dewayne Jones, 17 ans, est poursuivi pour complicité pour avoir conduit le véhicule d’où ont été tirés les coups de feu mortels.

«Ils lui ont tiré dans le dos et ont pris la fuite», a expliqué le chef de la police de la ville, Dan Ford.

Sur ABCNews.com, il rapporte que les garçons avaient un mobile des plus basiques : rompre la monotonie des derniers jours de vacances. Ils l’ont tué «pour s’amuser» ajoute-t-il.

Selon des déclarations du procureur Jason Hicks au journal «Sydney Morning Herald», les deux adolescents accusés de meurtre risquent la prison à vie. La peine de mort, en vigueur dans l’Oklahoma, ne peut être réclamée pour des mineurs. [...]

A Melbourne, le père de la victime a déclaré à la presse que «rien de bon n’allait sortir de tout cela, parce que cela n’a aucun sens. C’était juste un gamin à l’aube de sa vie.

Essayer de comprendre (le geste des adolescents) est un raccourci vers la folie», a-t-il ajouté.

Le Parisien / Daily Mail / Le Figaro / Daycaller
(Merci aux lecteurs)

Chris Lane, la victime:

En complement USA:
USA/Clayton : 2 Noirs admettent avoir battu, étranglé, et jeté le corps d’une ado de 12 ans dans un conteneur à déchets (14.08.13)
3 Noirs agressent sauvagement un collégien dans un bus (08.08.13)
Un bébé abattu d’une balle dans la tête dans sa poussette, 2 ados afro-américains arrêtés (23.03.2013)

Angers/femme égorgée : le tueur soudanais transféré à la maison d’arrêt (màj)

Addendum 01/02/13

Samir Adam Hassan a été transféré du CHU à la maison d’arrêt d’Angers le lundi 28 janvier dernier.

L’ auteur présumé du meurtre en pleine rue de Nicole Chatelain le samedi 12 janvier dernier était toujours à l’hôpital suite aux blessures lors de son arrestation. [...]

Courrier de l’Ouest

Merci à chris3818919

_______________________________

Addendum 15/01/13

Bien que la raison du meurtre semble encore incertaine, il est établi que l’agresseur d’origine soudanaise avait été accueilli, il y a quelques années, dans un centre d’hébergement géré par Promojeunes. Association d’insertion aujourd’hui disparue.

La victime était, à l’époque, chef de service de cette association, et chargée de gérer les entrées du centre. Ils se connaissaient donc forcément. [...]

Ouest-France

________________________________

Valérie Chopin, de France 3 Pays de la Loire, sur place s’est entretenue avec Yves Grambert, le procureur d’Angers. Les dernières informations :

L’agresseur présumé est de nationalité soudanaise. Il a 29 ans et réside à Angers dans un autre quartier que celui de l’agression. (…)

La victime (…) aurait été égorgée devant de nombreux témoins par « un homme de 30 ans originaire du Soudan«  d’après Bérengère Gautheron, la substitut du procureur jointe au téléphone.

France 3 Pays de la Loire

(Merci à Boreas)

________________________________

Addendum 1

Selon les premiers éléments confiés par une source proche de l’enquête, la victime rentrait chez elle après des courses au marché. Pour une raison inconnue, un Soudanais d’à peine 30 ans l’a agressée, un couteau et un marteau dans chaque main. Il a égorgé la femme devant la porte de l’immeuble. [...]

Ouest-France

(Merci à LaurentLL et pierre le poulchre)
Lire la suite

Madagascar : mort d’une Française

Elle aurait été victime d’une agression violente. Son compagnon est porté disparu.

Elle était enceinte de trois mois. Le corps sans vie d’une Française de 31 ans, portant de nombreux hématomes, a été retrouvé dimanche sur une plage de Madagascar, selon une information obtenue via le téléphone rouge d’Europe 1. Les enquêteurs privilégient la thèse criminelle. Le compagnon de la victime, âgé de 41 ans, est, lui, toujours porté disparu.

Le couple a été vu pour la dernière fois en compagnie d’individus à proximité d’un distributeur automatique de billets à Tuléar, au sud-ouest de l’île, selon des témoins. Pour le moment, les enquêteurs privilégient la piste du crime crapuleux. (…)

Europe 1

Faysal Riad : «L’escroquerie du concept de racisme anti-Blanc»

Alors que Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République (PIR), va comparaître prochainement devant le tribunal de Toulouse pour racisme anti-Blanc, Faysal Riad du Parti des Indigènes de la République (PIR), tente de démontrer que ce racisme n’est rien d’autre qu’un «retournement du réel» et une «arme stratégique de la contre-révolution coloniale» que les dominants (blancs) opposent aux minorités.

[…] on comprend mieux l’escroquerie du concept de «racisme anti-Blanc» : il y a en réalité une incompatibilité totale entre l’assertion et la qualité de la victime.

Une Indigène ? Raciste ? Anti-blanc ? C’est l’angle d’attaque choisi par certains pour s’en prendre à Houria Bouteldja. A priori, pour un esprit naïf, ça pourrait ne pas sembler impossible.

Un peu comme un Crétois qui dirait que les Crétois sont menteurs, peut en effet mentir ! Mais lorsqu’on y réfléchit deux minutes, on se rend compte assez facilement de l’énorme escroquerie de ce concept de «racisme anti-blanc». [...]

Dans le sens rigoureux du terme donc, ce sont les Blancs (dominants) qui discriminent les Arabes et les Noirs (dominés) comme le démontrent toutes les études sur les discriminations ; et seuls les premiers peuvent en ce sens être racistes. Les seconds sont racisés (altérisés, «mis en bas», derrière les «Uns», dominés…) donc subissent par définition le racisme (car il n’y a pas d’un point de vue social, de domination des Arabes et des Noirs sur les Blancs ! Ce sont par exemple des ministres et des intellectuels médiatiques blancs qui, quotidiennement, manquent de respect aux Arabes et aux Noirs. Et la simple «hostilité» possible du dominé sur le dominant, n’est absolument pas de nature à inverser le rapport de domination). [...]

PIR

Nyons (26): Un handicapé agressé dans les toilettes publiques

Hier, deux jeunes Nyonsais âgés de 18 et 20 ans ont été placés en garde à vue par les gendarmes de la compagnie de Nyons. Ils sont en effet suspectés de “vol avec acte de torture et de barbarie”. Les faits remontent au lundi 25 avril. La ville de Nyons achevait un week-end de fête avec, le dimanche, la 111 e édition du corso fleuri. C’est dans la soirée du lundi de Pâques, qu’un homme invalide à 80 % a été agressé dans les toilettes publiques.

Poursuivis pour “actes de barbarie”

Deux individus lui auraient dérobé son portefeuille, avant de mettre le feu à ses papiers d’identité. Puis ils auraient brûlé leur victime à plusieurs endroits du corps avec une antenne de radio de voiture (une tige en ferraille). La victime est un Nyonsais âgé de 44 ans. Il est à l’heure actuelle toujours hospitalisé. Quant aux deux individus suspectés d’actes de barbarie, ils étaient hier soir toujours en garde à vue. L’enquête de la gendarmerie se poursuit.

Le Dauphiné

Profession : victime

Extrait d’un article de Anne-Marie Le Pourhiet,  juriste, docteur en droit, professeur agrégé de droit public à l’Université Rennes 1. Publié par l’Observatoire du communautarisme

L’engouement pour les discriminations dites « positives », exportées des Etats-Unis au moment même où l’affirmative action est sérieusement remis en cause outre-atlantique, révèle la façon dont certains groupes sociaux tentent de justifier le bénéfice de privilèges dérogatoires.

La première étape de la stratégie consiste à se fabriquer un statut de « victime », à partir d’une mémoire très sélective de « discriminations passées ». Ainsi, par exemple, « les femmes » auraient été victimes du machisme et de l’androcentrisme, leur permettant d’exiger aujourd’hui une compensation sous forme de privilèges professionnels ou politiques.

De la même façon, « les Bretons », « les Alsaciens », « les Corses » ou « les Créoles » auraient atrocement souffert d’une politique d’assimilation culturelle (…) et qui justifierait donc un droit à réparation, notamment linguistique.

La première étape de la stratégie consiste à se fabriquer un statut de « victime ».

« Les immigrés » seraient tous victimes du racisme ordinaire et auraient donc droit à des promotions spéciales et des quotas, tout en fustigeant l’intégration républicaine. Les « populations d’outre-mer » victimes de la colonisation et de l’esclavage auraient un éternel droit à réparation sous forme de subventions, salaires publics majorés, avantages fiscaux et préférence ethnique dans l’accès aux emplois.

La victimisation est ainsi une caractéristique très « tendance » du postmodernisme qui conseille vivement de s’inscrire au club des « dominés ».

Il est rare que Lire la suite

La citation du jour

«J’étais la seule étudiante noire à l’école, et je veux que mon fils aille dans une école où les autres lui ressemblent»

(Le Figaro) – Voir vidéo : Toronto : une école «afrocentriste»

• Noter : pas un mot — dans l’article ou dans les propos tenus — sur l’enrichissement, la joie de la différence, le métissage, la rencontre, l’altérité… Ces privilèges semblent réservés aux Occidentaux pur sucre.

Ce type de déclarations ou de situations (petite liste ici) sont les clairs révélateurs non pas d’un système de valeurs, mais d’une idéologie, le multiculturalisme, qui instaure un système binaire, manichéen :
1°) l’occidental, blanc surtout, en est le coupable sans partage. Et sa faute est irréparable. Raciste a priori, il lui faut accepter sans mot dire la perte d’identité, l’immigration de masse, le métissage, etc… Il est sommé d’être tolérant, accueillant, et de fêter la « diversité ».
2°) l’immigré y tient la place de victime universelle, qu’il faut éternellement dédommager et dont la souffrance est imprescriptible. Pour lui, chouchoutage identitaire, discrimination positive, respect des différences etc… Ses particularités culturelles sont encensées. Il est encouragé à les affirmer.

C’est une simple transposition, un décalque, de la vision marxiste « bourgeois/ouvrier », bref, de la lutte des classes. «L’antiracisme» est bien le communisme du 21e siècle. Et ce n’est PAS qu’une formule.
——————

Pour la bonne bouche, voir la phrase de fin d’article : « Le jour de la rentrée : «Je vais apprendre les mathématiques, à lire et à jouer du tam-tam.» Un grand pas en avant…

« Je suis victime donc je suis »

Il y a un point commun entre l’Algérie et nos banlieues : tous victimes ! A ce qu’il paraît, le peuple algérien et celui des cités souffriraient pareillement d’un déficit de reconnaissance. Mais pas de n’importe quelle reconnaissance : leur identité réside dans le mal qu’on leur a fait, à eux, à leurs parents ou à leurs grands-parents (car le statut victimaire se transmet, ainsi que nous l’enseignent les lointains descendants d’esclaves).

Je suis victime donc je suis. D’Alger à Villiers le Bel, on attendrait, en somme, que la France demande pardon à ceux qu’elle a humiliés et offensés. (…) C’est en Occident et en Occident seulement que le titre de victime paraît enviable au point d’engendrer une concurrence frénétique entre groupes et individus susceptibles d’y prétendre. En postulant l’innocence de la victime, le christianisme a contribué à placer cette figure sur un piédestal. La victime a toujours raison.

Dans la cour des “Gaulois”, la faiblesse est devenue une force. (…) Ce n’est pas la voyoucratie qui nous menace mais la victimocratie.

Extraits d’un article d’Elisabeth Levy. Lire l’article intégral