Jeune ? Sans diplôme ? Sans qualification ? Entrez dans la fonction publique avec le PACTE

Le PACTE (parcours d’accès aux carrières territoriales, hospitalières et de l’Etat) est un mode de recrutement, sans concours, dans la fonction publique pour des emplois de catégorie C.

Il s’adresse aux jeunes de 16 à 25 révolus sortis du système éducatif sans diplôme et sans qualification professionnelle reconnue et à ceux dont le niveau de diplôme est inférieur à celui attesté par un diplôme de fin de second cycle long de l’enseignement général, technologique ou professionnelle.

Travail-emploi.gouv.fr

 

En France, un quart des SDF travaillent

Selon une étude de l’Insee, 24% des sans-domicile adultes francophones travaillent, mais le plus souvent occupent des emplois « très précaires ».

Un quart des sans-domicile adultes francophones (24%) travaillent, mais le plus souvent occupent des emplois « très précaires », relève l’Insee dans une étude publiée mardi 8 avril.
Au total, près des deux tiers (63%) des sans-domicile sont considérés comme actifs, avec 39% au chômage ou en recherche d’emploi recensés par cette enquête menée auprès des utilisateurs francophones des services d’hébergement et de distribution de repas, en janvier et février 2012, par l’Insee et l’Ined

Parmi les 37% d’inactifs, figurent, selon l’Insee, des personnes élevant des enfants, des retraités, invalides, demandeurs d’asile ou sans-papiers non autorisés à travailler…

Challenges.fr

Marseille (13) : Les habitants d’une cité bloquent un chantier et réclament des emplois (Vidéo)

Ils sont en colère, et veulent le faire savoir. Depuis lundi 13 janvier, une trentaine de riverains et militants empêchent l’accès d’un chantier à Marseille (Bouches-du-Rhône), dans le quartier populaire de Saint-Mauront (3e arrondissement). Les habitants de la cité sensible Félix-Pyat réclament que des emplois leur soient réservés dans le chantier de construction du groupe immobilier Nexity.

Grève et négociations après un licenciement pour menaces de mort pendant le ramadan

La grève entamée hier midi par les salariés de la production d’Alfa Laval Vicarb, entreprise du Fontanil-Cornillon employant 250 salariés, ce poursuit ce mardi matin, où des discussions ont débuté entre la direction et les représentants du personnel.

À l’origine de cette grève : le licenciement d’un ouvrier de la production, Habib Dahmani, qui, lors d’une vive altercation avec un supérieur, l’a menacé de mort.

M. Dahmani, présent ce matin avec ses collègues du piquet de grève, résume ainsi la situation : « Un soir, en juillet, en plein Ramadan, j’étais très fatigué, je suis allé prendre ma douche à 19h50 alors que je devais travailler jusqu’à 20 heures. Deux cadres sont venus me cherche dans les vestiaires, et l’un m’a fait comprendre que je serais viré si je ne reprenais pas tout de suite le boulot. Je lui ai dit : « Si je suis viré, je te tue, il ne faut pas jouer comme ça avec ma place ». Je reconnais que je n’aurais pas dû dire ça et, dès le lendemain, je me suis excusé auprès de l’intéressé. Car je ne suis pas là pour tuer, mais pour travailler.[...]

Le Dauphiné libéré, merci à Natacha3

Jean-Marc Ayrault est au travail, il apprend à jouer du djembé (vidéo)

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a la garde de la France durant la semaine de congés du président de la République, François Hollande, et entend bien le montrer et le faire savoir

[...] Ainsi, sous l’oeil de sa femme, Brigitte Ayrault, qui jouait les super attachées de presse quelques minutes plus tôt, le Premier ministre s’est-il aventuré sur le terrain musical pour une petite leçon … de djembé. [...]

Le Lab Europe 1
(Merci à Bill Gates)

Les députés et sénateurs se plaignent de trop travailler

Après une nouvelle session extraordinaire en juillet, les parlementaires sont partis en vacances avec le sentiment de légiférer à un rythme excessif et la volonté de prendre du recul.

Un vent de révolte souffle au Parlement. Il n’y a pas que les ministres qui sont fatigués. Les députés et les sénateurs, excédés, ont le sentiment de trop travailler. Ils dénoncent depuis plusieurs mois les cadences infernales des travaux législatifs, la multiplication des séances de nuit et des séances supplémentaires programmées les lundis et les vendredis, deux jours qui sont en théorie réservés aux activités en circonscriptions. [...]

Tourret, qui a annoncé son intention de saisir le procureur de la République, a illustré son propos par un cas concret: «J’ai eu à côté de moi, dans ma travée, un collègue qui s’est effondré tellement il était fatigué.» Rapporteuse de la loi bancaire, omniprésente en commission des finances, Karine Berger (PS, Hautes-Alpes) a eu un malaise en juin, «dû au surmenage sans doute». [...]

Le Figaro

« L’immigration est une chance pour la France ! Une démonstration tous les jours ! » (Maillot/RMC)

Rebondissant sur ces élus qui parrainent des lycéens clandestins, les GG affirment qu’il faut des immigrés pour sauver la France. Avec Jacques Maillot, Didier Giraud et Pascal Perri.

« Un tas de jeunes étrangers font leurs études en France, c’est quoi le problème ? Qu’ils soient africains ? » – Maryse Ewanjé-Epée

« Nous allons avoir besoin d’étrangers, ils ont besoin de nous, on a besoin de leur compétence. Le monde est ouvert aujourd’hui, ceux qui vous disent qu’il faut tendre des barbelés autour de ce pays sont de joyeux plaisantins ! Mais l’immigration ça se maîtrise. » – Pascal Perri

Religion au travail : «Les problèmes restent marginaux pour l’instant»

La religion au boulot pose-t-elle des problèmes ? Les chefs doivent-ils composer plus qu’avant avec les pratiques religieuses de leurs employés ? Est-ce une source de conflits récurrents ou la question est-elle anecdotique ? 80 % de managers interrogés disent ne pas ressentir de «malaise particulier» sur les questions liées au fait religieux dans leur entreprise, selon une étude. Les mots islam et musulmans ne figurent pas dans l’article…

La religion n’est pas un problème massif… pour l’instant.

Une étude intéressante vient d’être publiée par l’Observatoire du fait religieux en entreprise de Sciences Po Rennes, en partenariat avec le groupe Randstad France. Pour l’occasion, ont été interrogés 200 cadres des ressources humaines, 500 managers et 700 salariés. L’enquête, par questionnaire, a été menée entre septembre et mars 2013. Juste avant donc, l’arrêt de la Cour de cassation dans l’affaire de la crèche Baby Loup, où les juges ont donné raison à une salariée qui avait décidé de porter le voile au travail. Peu de temps après cette décision, François Hollande annonçait la nécessité d’une loi pour poser «des règles», n’excluant pas d’élargir le champ d’application à toutes les entreprises ayant «un contact avec le public ou remplissant une mission d’intérêt général ou de service public». [...]

Libération

Algérie : une entreprise chinoise refuse de recruter des ouvriers algériens parce qu’ils sont trop fainéants

Les ouvriers algériens n’ont pas la cote auprès des entreprises étrangères, notamment les sociétés chinoises du Bâtiment.

A Skikda, une entreprise chinoise est en conflit avec les autorités locales pour les retards occasionnés dans les travaux (…) Pour les responsables de l’entreprise chinoise, les raisons de ce retard s’expliquent surtout par le comportement des ouvriers algériens qui travaillaient sur une partie du chantier.

« Ils sont trop fainéants. Ils trichent au travail et ne font pas leur boulot sérieusement et correctement », a dénoncé un cadre chinois. Il a annoncé que son entreprise ne recrutera, désormais, plus jamais  d’ouvriers algériens…

Source - Capture écran intégrale

Merci ranelagh

«On pourrait ne travailler que 15h par semaine si l’on voulait»

Économiste et auteur à succès, le Tchèque Tomás Sedlácek tient un discours original. Certes, l’économie rend tout efficace, «mais tout dans notre société ne doit pas être efficace».

«C’est comme Central Park à New York. Tout autour règne l’efficience, mais celle-ci est interdite dans le parc qui est strictement réservé à la détente et aux écureuils», explique Tomás Sedlácek, auteur de l’ouvrage «Economics of Good and Evil» («L’Économie du Bien et du Mal»), dans une interview accordée au Tages-Anzeiger.

Au-delà de la métaphore, l’ancien conseiller de Václav Havel et membre du Conseil économique national tchèque rappelle que le rôle de l’économie ne consiste pas d’abord à augmenter le produit intérieur brut. «La première priorité doit être la stabilité du système, mais nous l’avons oublié.»

La solution du chômage partiel

Suite et commentaire sur Fortune

France : L’ornière des aides sociales

En 2009, 11,2 millions de Français ont bénéficié d’aides sociales pour un montant total de 59,5 milliards d’euros. Cela équivaut au budget de l’Éducation nationale soit 1/5 du budget de la France. Ces 11,2 millions de bénéficiaires ont des familles (parents, épouses, enfants, etc…). Ce sont donc au total plus 35 millions de personnes qui bénéficient, d’une manière ou d’une autre, des aides sociales, c’est-à-dire plus de 50% des Français.

Le modèle social français, au prix où il coûte aux contribuables, fonctionne-t-il ?

[…] Pour savoir si notre modèle social français fonctionne, prenons trois indicateurs qui permettront de le juger sur des résultats concrets : le taux de pauvreté, le revenu de solidarité active (RSA) et les « Restos du Cœur ».

Suite & commentaires sur Fortune

Les salariés étrangers à bas salaires déferlent en France

Le nombre de salariés à bas salaires venus de l’Union européenne pour travailler en France aurait été multiplié par près de dix à 300.000, selon une note du ministère du Travail, citée par Le Parisien-Aujourd’hui-en-France.

En pleine crise du marché du travail, la polémique sur le recrutement des salariés étrangers «low-cost» refait surface. Selon une note confidentielle du ministère du Travail révélée par Le Parisien-Aujourd’hui-en-France, le nombre de ces employés aurait été multiplié par dix en quatre ans. De près de 30.000 en 2006, il est compris entre 220.000 et 330.000 en 2010. Et aurait même augmenté de 15% en 2011.

Suite et commentaires sur Fortune