Valls tente de rassurer les touristes étrangers : « Paris est une ville sûre »

Le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls a tenté vendredi de rassurer les touristes étrangers de la capitale plusieurs semaines après une série de faits divers suscitant l’inquiétude chez les professionnels du tourisme.

Hebergeur d'image

Agressions, pickpockets, délinquance… Pour certains touristes étrangers, Paris ne rime pas toujours avec magie, tour Eiffel et romantisme. Entre les mois de mars et d’avril, la capitale a été le théâtre de plusieurs agressions de pickpockets touchant les touristes, entraînant notamment une grève retentissante au musée du Louvre en avril. Dans ce contexte, les professionnels du tourisme s’inquiètent. Le ministre de l’Intérieur français Manuel Valls a tenté de les rassurer, en assurant que Paris était une ville « sûre ». [...]

Outre un renforcement de la présence policière sur ces zones, les professionnels du tourisme ont été invités à collaborer plus étroitement avec la Police de proximité, des messages de sensibilisation dans les transports traduits dans différentes langues étrangères sont depuis diffusés, et un travail de prévention et de sensibilisation des touristes a été mené. [...]

TF1 News

A Montmartre, les touristes piégés par les « tresseurs »

Impossible de les rater au pied du Sacré-Cœur : répartis entre guetteurs et vendeurs, une quarantaine d’ambulants harcèlent les touristes pour leur fourguer des bracelets. Souvent, les insultes fusent et les policiers sont impuissants.

« On s’est fait pigeonner », lance en rigolant Tom. Le jeune américain et son pote tentent désespérément d’arracher le bracelet tressé qui leur enserre le poignet. « On n’a pas trop compris ce qu’ils voulaient et en à peine 30 secondes, on s’est retrouvé avec ce truc autour du poignet ! » Beau joueur, le jeune californien prend la mésaventure à la rigolade : « Au final ça nous a coûté 2 euros chacun. C’est aussi ça être touriste ». Les deux ricains repartent, direction le métro.

C’est quelques mètres plus haut, juste au pied des escaliers qui mènent au Sacré-Cœur, que l’on peut observer la bande en action. La technique est bien rodée. A l’approche d’une famille, un jeune black, casquette vissée sur le crâne tente une approche en allemand : « wohin kommen Sie ? » Échec ! Malgré leurs cheveux blonds, la petite tribu vient d’Italie. Une œillade sur leur guide de voyage et le micro-business-man kényan comprend son erreur. Direct, il enchaîne avec ses trois mots d’italien. L’important n’est pas vraiment de communiquer, mais bien d’attirer l’attention du futur pigeon. Souvent dans une famille, ils préfèrent cibler les adolescentes. Moins réticentes que les parents, moins surveillées que les plus jeunes.

(…) Quelques instants plus tard, le même « artisan » tente sa chance avec une américaine. D’un « no, sorry » balancé sèchement, la quadra tente d’écarter l’importun. Le jeune lui attrape le bras, alors qu’elle tente de se faufiler entre les rangs des tresseurs. « Don’t touch me ! » D’un mouvement sec elle libère son poignet. Jusque-là tout sourire, son interlocuteur change de visage et la couvre d’injures. « Fuck you bitch ! »

(…) Street Press

Tourisme : Paris, ville dangereuse ? (vidéo France 2)

Addendum 11.07.2013: 

A 0’48: « Depuis le début de l’année, 29 000 touristes victimes d’agressions ou d’incidents ont porté plainte, un chiffre en constante augmentation… »

A 3’35: « Derrière tous ces petits délits, il y a dans la plupart des cas, des réseaux structurés avec des chefs qui ramassent l’argent. Ces vols et trafics sur le dos des touristes rapporteraient, selon la police, plusieurs millions d’euros chaque été… »

France 2 JT 20H

————————–

France 2 revient sur la question, après les attaques contre des touristes chinois et japonais :

—————–

Selon 75 maisons de luxe, les pouvoirs publics doivent réagir suite aux vols car les touristes pourraient déserter Paris…

Le Comité Colbert, qui réunit 75 maisons de luxe françaises, a appelé vendredi les pouvoirs publics à agir contre les agressions et l’insécurité à Paris qui font fuir des touristes et menacent ainsi des emplois dans la capitale.

«Paris est en train d’acquérir une réputation d’insécurité absolue. Il faut vraiment une prise de conscience (…) car le tourisme étranger est une manne pour notre ville et cette insécurité est une attaque directe contre l’emploi», [...]

«Nous avons des remontées sur l’ensemble des réseaux et des clients des maisons (du Comité) sur le fait qu’ils perçoivent la ville de Paris comme une ville qui n’est pas du tout sûre», ce qui est «vraiment grave», a-t-elle dit, en soulignant qu’«une réputation, c’est vite fait».

Des agressions de touristes, en particulier chinois parce qu’ils ont souvent de grosses sommes d’argent liquide sur eux, ont défrayé la chronique à Paris ces derniers mois et inquiètent jusqu’en Asie. Les gardiens du musée du Louvre ont fait grève en avril pour dire leur ras-le-bol des pickpockets de plus en plus nombreux et violents.

Des responsables du gouvernement français et le président François Hollande ont assuré avoir pris la mesure du problème et promis de veiller à la sécurité des touristes étrangers. [...]

20 minutes

(Merci à Requiem4adream)

Thaïlande : Deux « Français » et un Tunisien en vacances…

Deux Français (Mhoussin Mahamond, 22 ans, et Ganzouai Zaidi, 29 ans) et un Tunisien ont été arrêtés en Thaïlande pour fraude à la carte bancaire et possession de substances illicites. Ils sont accusés d’avoir dérobé plusieurs milliers d’euros en utilisant des cartes bancaires clonées à partir de celles de touristes venus passer leur séjour dans la station balnéaire de Phuket.

Ils ont utilisé cet argent pour s’acheter des vêtements, des bijoux et payer leurs séjour dans la grande villa qu’ils avaient louée. La police a retrouvé à leur domicile 5,5 grammes de marijuana, 70 cartes de retrait ainsi que 6000 euros et 134.000 bahts (environ 3000 euros) en liquide.

Thaivisa.com

Merci à bkk0

L’Afrique : zone à haut risque pour les touristes

Au ministère, on a repeint en rouge la carte du tourisme en Afrique

Au centre de crise du ministère des Affaires étrangères, on met à jour la carte du monde des risques encourus par les voyageurs plus de 900 fois par an.

Destinée aux voyageurs, une carte du monde nourrie d’informations envoyées chaque jour par les ambassades, les services et les ONG, vise à assurer la sécurité des Français.

Une fiche par pays résume la situation sur place et une couleur est attribuée selon le niveau d’alerte appliqué à la zone. En jaune, il n’est pas frappé par une restriction de circulation. En orange (ou marron), la zone est « déconseillée sauf raison impérative ». En rouge, le territoire est « formellement déconseillé ».

Modifiée 900 fois cette année, cette carte mondiale a considérablement évolué. L’Afrique, qui a certes toujours été jaune-orange-rouge mais dont l’ouest était plutôt jaune-orangée, est désormais une sorte de vaste zone rouge.

Au Maghreb, à l’exception du Maroc et d’une petite partie de la Tunisie, il vaudrait mieux n’aller nulle part. Plus au sud, c’est le grand rouge : Mali, Niger, Nigeria, Mauritanie, Soudan, Sud-Soudan, République Centrafricaine, Cameroun, Tchad…

Cette vigilance accrue n’est pas une surprise pour Jean-Michel Hoerner, professeur de géopolitique et de tourisme à l’université de Perpignan :

“Alors que le touriste a peur de son ombre, le voyageur cherche l’aventure. Autrement dit, les touristes, cette classe moyenne qui voyage, vont se déplacer vers d’autres régions. Le sud de la Méditerranée est ainsi délaissé pour des destinations européennes.”

Perdus pour une partie de l’Afrique, ils vont alors en Croatie, en Espagne ou aux îles Canaries [...]

Rue 89

« Pourquoi tant d’acharnement, (…) peut-être parce que je suis Française et catholique dans un pays musulman »

La co-propriétaire française du « Sultana Residence », hôtel de charme de Zarzis, nous a fait parvenir la plainte qu’elle a déposée le 7 juin au commissariat régional au Tourisme de Djerba. La plage de l’hôtel, à la suite d’une manifestation autorisée, a été vandalisée.

Anne Piazza M’Charek, une Française qui gère le Sultana Residence à Zarzis avec son époux, s’est plainte au commissariat régional au Tourisme de Djerba à la suite « d’actes de vandalisme » intervenus le 2 juin :

« parasols arrachés, intrusion par des individus barbus et autres munis de pelle et pioche en vue de déraciner les quelques palmiers et ceci devant nos clients ».

Le motif : « La plage est à tout le monde ».

Dans sa plainte, la propriétaire du Sultana se demande si la plage appartient « encore aux touristes après cette agression ». Elle précise qu’elle possède depuis 1994 « une autorisation temporaire des sols ». Par ailleurs, toujours dans sa plainte, Anne Piazza, note que des pêcheurs ont occupé « le ponton avec leur canne à pêche ». Elle argumente : « la plage est à tout le monde, mais le ponton ce n’est pas la plage, il est privé pour nos clients, s’ils viennent encore ». Les propriétaires ont aussi écrit au gouverneur de Médenine :

« Pourquoi tant d’acharnement contre un établissement qui est en règle. Peut être parce que je suis Française et catholique dans un pays musulman ! » L’ambassadeur de France a aussi été prévenu : « Que veut dire cette nouvelle manifestation contre notre établissement ? Les Français investissant en Tunisie sont-ils devenus indésirables ? »

Le quotidien du tourisme

30.000 mineures travaillent comme domestiques au Maroc

Selon le Collectif associatif pour l’éradication du travail des « petites bonnes », 30.000 filles mineures travaillent comme domestiques au Maroc.

Créé en 2009, ce collectif, qui rassemble 34 associations et réseaux marocains de promotion de justice et de dignité humaine, a souligné, lors d’une journée d’étude organisée samedi à Rabat sur « Le travail de domestiques mineures », que ce phénomène est du essentiellement à la pauvreté, l’analphabétisme et la précarité des infrastructures au niveau des zones rurales, estimant que ces mineures subissent une violence physique et économique surtout qu’elles sont pour la plupart mal payées. (…)

Afriscoop

Islande : « Faire cesser l’appropriation par des étrangers de terres islandaises »

L’Islande a finalement repoussé l’offre d’un promoteur immobilier chinois d’implanter un complexe touristique de luxe dans le nord de l’île. Le ministère des Affaires économiques s’était pourtant prononcé en faveur de cet investissement étranger, mais certains craignent que ce projet ne soit que le début de velléités de Pékin dans l’Arctique.

Un village islandaisUn village islandais

L’affaire paraissait pourtant bien engagée. Le ministère islandais des Affaires économiques avait donné un avis favorable à la vente d’un terrain de 300 kilomètres carrés dans le nord de l’île pour un montant de 10 millions de dollars, soit 7 millions et demi d’euros. Le promoteur chinois Huang Nubo faisait également miroiter un investissement de 200 millions de dollars dans la construction d’un complexe touristique de luxe, avec un hôtel, un golf et la construction de la plus grande réserve naturelle d’Europe.

Il n’y a aucune raison de penser que les intérêts de l’Islande soient d’une quelconque façon menacés par l’investissement étranger en question », avait jugé le ministère des Affaires économiques.

Mais le ministère de l’Intérieur, Ögmundur Jonasson, à qui revient la décision finale, ne l’a pas entendu de cette oreille :

Pour lui, il faut «faire cesser l’appropriation par des étrangers de terres islandaises» [...]

Pour certains observateurs en Islande, les Chinois chercheraient en réalité à s’implanter dans cette région, voisine de l’Arctique, afin de se positionner à l’avenir, dans la course à de nouvelles richesses minières, pétrolières et gazières du grand nord [...]

RFI – 25/11/2011

Seine-Saint-Denis (93) : Ils partagent leurs banlieues avec les touristes

Une vingtaine d’habitants de Seine-Saint-Denis accueillent des touristes chez eux, pour une somme modique, et leur font découvrir la banlieue qu’ils aiment.

Ils aiment leur banlieue, celle où ils vivent, où ils travaillent, et se mettent en quatre pour en faire profiter les touristes. (…)

Il y a beaucoup de richesses ici, plein de choses intéressantes à voir et qui doivent être valorisées! » s’écrient à l’unisson les banlieusards.

Ils se sont inspirés du réseau Accueil Paysan, qui propose depuis près de vingt-cinq ans un accueil à la fois touristique et social dans le monde rural en France et dans une trentaine de pays du monde. (…)

Le Parisien