Mali : à Tombouctou, la population se venge contre les « Arabes »

Mardi matin, des centaines de Maliens pillaient des magasins appartenant selon eux à des soutiens des islamistes qui ont fui Tombouctou lundi.

Après une occupation de dix mois, l’heure était aux règlements de compte hâtifs dans Tombouctou libérée.

Mardi matin, des centaines de Maliens pillaient des magasins appartenant selon eux à « des Arabes », qu’ils accusaient d’être « des terroristes » alliés des islamistes armés.

La foule, constituée de personnes visiblement très pauvres, s’en prenait à des magasins tenus selon elle par « des Arabes », « des Algériens », « des Mauritaniens ». Ceux-ci étaient accusés d’avoir soutenu les islamistes armés liés à Al-Qaïda, qui ont occupé dix mois la ville reprise lundi sans combat par les armées française et malienne. (…)

BFMTV

Mali : un bâtiment rempli de manuscrits anciens brûlé à Tombouctou par les islamistes

Des miliciens islamistes ont incendié une bibliothèque de Tombouctou contenant des milliers de manuscrits inestimables avant de fuir l’avancée des troupes franco-maliennes, a annoncé lundi le maire de la ville.

Grand centre intellectuel et culturel de l’islam, la « ville des 333 saints » a été fondée au XIe siècle par les tribus touarègues. Après la construction d’une université au XVe siècle, nombre de savants et d’étudiants s’y sont installés. Des milliers d’ouvrages ont été rédigés par les professeurs ou apportés par les commerçants nomades.

« Les rebelles ont mis le feu à l’institut Ahmed Baba créé récemment par les Sud-Africains (…) Cela s’est produit il y a quatre jours », a déclaré à Reuters Halle Ousmane, joint par téléphone à Bamako. (…)

Atlas Info

Tombouctou : derniers mausolées détruits par les islamistes

Les islamistes armés qui occupent la ville de Tombouctou (nord-ouest du Mali), étaient en train d’y détruire aujourd’hui à coups de pioche les derniers mausolées qui avaient jusqu’alors été épargnés, a annoncé un chef islamiste de la villle, information confirmée par des témoins.

« Il ne va pas rester un seul mausolée à Tombouctou, Dieu n’aime pas ça, nous sommes en train de casser tous les mausolées cachés dans les quartiers », a déclaré Abou Dardar, un responsable d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), groupe islamiste armé qui occupe Tombouctou avec Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Mohamed Alfoul, qui se présente comme un membre d’Aqmi à Tombouctou, a de son côté justifié ces destructions en affirmant que tout ce qui ne relève pas de l’islam, « ce n’est pas bien, l’homme doit vénérer seulement Allah ». Les destructions des mausolées de saints musulmans de Tombouctou, ville historique baptisée « la ville aux 333 saints », a été confirmée par des habitants. [...]

Le Figaro

Enquête à Paris après l’arrestation au Mali d’un jihadiste français

Une enquête a été ouverte mercredi à Paris après l’arrestation au Mali d’un Français tentant de rejoindre les groupes islamistes du nord du pays, qui pourrait illustrer l’intérêt que semblent désormais porter à cette zone les candidats français au jihad. Des sources proches des renseignements avaient récemment dit à l’AFP qu’elles redoutaient que les jihadistes français visent désormais la Syrie et le Sahel, plutôt que les zones afghanes et pakistanaises.

Actuellement en garde à vue au Mali, l’homme ne conteste pas que son intention était de rallier Tombouctou (nord) pour y rejoindre les groupes islamistes. Voyageant sous une fausse identité, sous le nom de Khalifa Dramé, il était arrivé jeudi au Mali en provenance de Lisbonne.

L’enquête préliminaire vise le chef d’association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste. Le parquet tente de vérifier l’identité du Français qui pourrait être un homme connu de la justice française. Selon la source judiciaire, les enquêteurs français, qui attendent de recevoir ses empreintes, pensent qu’il pourrait s’agir de Ibrahim Aziz Ouattara.

(…) Si le suspect interpellé au Mali se confirme être M. Ouattara, se posera la question de son avenir judiciaire, puisque ce dernier possède la double nationalité française et malienne.

(…) yahoo !

Mali : des islamistes détruisent des mausolées de Tombouctou

Des combattants d’Ansar Dine, mouvement islamiste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont détruit samedi plusieurs mausolées de Tombouctou, ville du nord du Mali classée cette semaine au Patrimoine mondial en péril de l’Unesco.

http://img442.imageshack.us/img442/4810/grandemosqueedjingareyb.jpg

Tombouctou, la perle du désert, venait d’être classée au Patrimoine mondial en péril de l’Unesco.  Un signe fort qui n’a pas empêché des combattants d’Ansar Dine, mouvement islamiste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) de se lancer dans la destruction samedi de plusieurs mausolées de la  ville du nord du Mali.

Bamako avait fait la demande de classement après la prise en avril des deux tiers nord du pays par les séparatistes touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) alliés à des islamistes. Ces derniers jugent les mausolées soufis impies.
« Ils ont déjà complètement détruit le mausolée de Sidi Mahmoud (Ben Amar) et deux autres. Ils disent qu’il vont continuer toute la journée et détruire les 13 autres », a déclaré le journaliste malien Yeya Tandina, joint par téléphone, évoquant tous les tombeaux de saints qu’abrite la ville.
Selon d’autres témoignages, deux autres mausolées ont d’ores et déjà été détruits. Il s’agit des tombes de Sidi Moctar et Alpha Moya. « Ils sont armés et ont encerclé les sites avec des pick-up.
La population regarde impuissante », a ajouté le journaliste malien.  « Il semble qu’il s’agisse d’une réaction directe à la décision de l’Unesco », a quant à lui indiqué le député local Sandy Haidara. (…)
TF1 news ( merci à Chantecler et Lilib )

Mali : la charia fait fureur à Tombouctou

Un jeune couple a reçu cent coups de fouet en public, trois mois après la prise du pouvoir des islamistes dans le nord du pays.

C’est une scène moyenâgeuse que l’on pensait exclusivement réservée à l’Iran, l’Arabie saoudite ou l’Afghanistan. Pourtant, trois mois après avoir pris le contrôle de la ville de Tombouctou, les islamistes touaregs d’Ansar Dine mettent à exécution leur volonté d’imposer la charia dans tout le Mali.

Cent coups de fouet : c’est le châtiment qu’ils ont infligé à Hamaradane, 23 ans, et à sa fiancée Zebou, rapporte Radio France internationale. Leur crime ? Avoir entretenu une relation hors mariage, qui a donné un enfant.

Dénoncés pour adultère, puis arrêtés devant le domicile de la femme, les deux jeunes ont vite été présentés devant un cadi, juge traditionnel malien, qui a prononcé leur condamnation.

Et l’exécution de la peine ne s’est pas fait attendre. Mercredi, c’est en public que les deux jeunes ont été flagellés. « Ils ont été amenés sur la place ; on les a mis devant les gens. Ils n’ont pas été déshabillés, ils sont restés avec leur tenue et on a commencé à administrer à chacun d’eux cent coups de cravache », raconte un témoin de la scène à RFI. « C’était comme un spectacle, les gens ont regardé ça. (…)

Le Point

Nord Mali : Création d’un «État islamique»

La rébellion touareg et le mouvement islamiste Ansar Dine, deux des groupes qui contrôlent le nord du Mali depuis près de deux mois, ont annoncé samedi leur fusion et proclamé un «Etat islamique» dans la région.

«Nous acceptons tous l’islam comme religion». Le Coran et la Sunna (paroles et actions du prophète Mahomet rapportées par la tradition) sont «la source du droit».

Ce «protocole d’accord», aboutissement de plusieurs semaines de discussions parfois difficiles entre deux mouvements longtemps séparés par leurs objectifs et leurs idéologies, marque un tournant dans l’immense Nord malien, qui a échappé au pouvoir central de Bamako depuis fin mars.

«Le mouvement Ansar Dine et le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad) proclament leur auto-dissolution dans l’Azawad (région nord du Mali, ndlr). Les deux mouvements créent le Conseil transitoire de l’Etat islamique de l’Azawad», indique l’accord. […]

A Gao, l’une des grandes villes du Nord malien, où des responsables des deux mouvements menaient leurs discussions, comme à Tombouctou, la conclusion de cet accord a été accueillie par de nombreux coups de feu en l’air, ont rapporté des habitants. […]

Le Figaro

A Tombouctou, les chrétiens deviennent la cible des islamistes

Après la prise de Tombouctou début avril par des groupes islamistes et la profanation, vendredi 4 mai, du mausolée d’un des saints musulmans de Tombouctou, les chrétiens ont déserté la ville malienne. Depuis une semaine, les biens des chrétiens sont spécifiquement visés, et pillés selon les différents témoignages qui sont parvenus à La Croix. Les musulmans qui ne partagent pas la même conception de l’islam qu’eux sont aussi menacés.

Depuis quelques jours, les maisons des chrétiens sont cambriolées méthodiquement par les islamistes

Mercredi 9 mai, un notable de Tombouctou raconte : «Aujourd’hui, des islamistes du mouvement Ansar Dine sont venus à bord de cinq Toyota avant de défoncer les portes de la maison du pasteur Nouh Ag Infa Yattara, un pasteur baptiste très connu dans la ville pour avoir converti de nombreux Touaregs au christianisme. Des voisins se sont interposés, les suppliant de ne pas s’en prendre à cette demeure. “C’est la maison d’un chrétien, le pasteur Nouh. Si on l’avait trouvé ici, il aurait été un homme mort”, leur ont répondu les islamistes. Tous les biens du pasteur ont été pillés.»

Jeudi 10 mai, selon ce même témoin, les islamistes occupaient toujours la maison de ce pasteur tandis que d’autres s’attaquaient à la résidence du pasteur Abdoulaye Cissé. […]

«Les leaders de la communauté chrétienne de Tombouctou sont recherchés par les islamistes» , témoigne un chrétien de Tombouctou, réfugié à Bamako : «Nos amis musulmans nous ont alertés sur l’existence d’une liste noire dressée par les salafistes sur laquelle on trouverait tous les noms des leaders de la communauté chrétienne.» […] D’autres lieux ont été visités par les islamistes, comme L’Arche de Noé, l’orphelinat chrétien de la ville. .[…]

La Croix (Merci à Sarkopilami )

Mali : Tombouctou aux mains des islamistes d’Ansar Dine (vidéo AFP)

Le groupe islamiste Ansar Dine, qui a pris le contrôle de la ville de Tombouctou dans le nord du Mali, affirme mener une guerre « contre l’indépendance » et « pour l’Islam » et la pratique de la charia, s’opposant à la fois au régime de Bamako et aux indépendantistes touareg. (AFP, 6/04/12)

« On les a tous hachés, euh attachés, on les a bien bastonnés et c’est bien possible qu’on va les éliminer »


(merci à Fiefiemas)

La France veut mobiliser contre le «péril islamiste» au Sahel

La France veut mobiliser contre le «péril islamiste» au Sahel et contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), à la fois au niveau régional et au Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré mardi dans un entretien à l’AFP le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.

«Certains rebelles pourraient se contenter du contrôle sur les territoires du Nord (du Mali). D’autres, avec Aqmi, pourraient envisager de s’emparer de l’ensemble du territoire malien pour en faire une république islamiste», a affirmé le ministre français, en estimant que l’ONU devrait se prononcer clairement contre le «péril islamiste». Le groupe Ansar Dine, qui contrôle depuis lundi la ville malienne de Tombouctou, «est étroitement lié à Aqmi», a aussi relevé Alain Juppé.

«Ses objectifs ne sont pas précisément connus, mais pourraient être l’instauration d’un régime islamiste sur l’ensemble du Mali. Il faut une réponse régionale au péril islamiste, qui va de la Libye jusqu’au Nigeria. Seule une coopération impliquant l’Algérie, la Mauritanie, les pays de la Cédéao (Afrique de l’Ouest) avec le soutien de la France et de l’Union européenne, pourrait permettre de progresser», a-t-il insisté. […]

Libération

Mali : Trois nouveaux Européens enlevés, et un autre tué

Plus que jamais, le nord du Mali justifie son classement en zone à risque par la France. Au lendemain du rapt de deux Français à Hombori, quatre Européens dont la nationalité n’est pas encore connue ont été attaqués par des hommes en arme à Tombouctou, 200 km plus au nord. Trois d’entre eux ont été emmenés par les ravisseurs, le quatrième a été tué alors qu’il résistait à l’enlèvement. Au total, ce sont désormais neuf ressortissants européens, dont six Français, qui sont détenus au Sahel.

L’attaque de vendredi a eu lieu sur la place centrale de Tombouctou, porte du désert et haut lieu du tourisme malien, alors que les quatre victimes se trouvaient dans un hôtel-restaurant. Une méthode qui rappelle l’enlèvement en janvier d’Antoine de Léocour et de Vincent Delory, dans un restaurant de Niamey, capitale du Niger voisin, revendiqué par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Les deux jeunes hommes avaient été tués lorsque les forces spéciales françaises avaient tenté de les libérer. Si les rapts de cette semaine n’ont pas encore été revendiqués, tous les regards se tournent à nouveau vers Aqmi, qui dispose de bases dans la grande zone désertique qui s’étend au nord de Tombouctou, d’où l’organisation sévit dans tout le Sahel.
L’identité trouble des deux Français

Ce nouveau rapt intervient alors que des soldats français patrouillaient vendredi dans la région au côté de l’armée malienne pour tenter de retrouver les deux ressortissants français enlevés la veille. Dans le cadre de cette enquête, cinq personnes, dont le guide des Français, ont été interpellées à Hombori. (…)

Le Figaro