France Télé: la plate-forme dirigée par Rokhaya Diallo et Naïma Charaï censure-t-elle l’évocation du racisme anti-blanc ? (MàJ)

02/03/14

Lire la suite

Lilian Thuram confie avoir été victime de racisme en Belgique

A l’occasion du trentième anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme, France Télévisions se mobilise avec une plateforme de témoignages sur le web.

Intitulée #RacismeOrdinaire , elle est ouverte pour tous ceux qui souhaitent prendre la parole sur le racisme, comprendre grâce à un collège d’experts (piloté par Rokhaya Diallo et François Durpaire), et être conseillés.

Plusieurs personnalités soutiennent cette opération, comme Josiane Balasko, Rachida Brakni, Pascal Légitimus, Sonia Rolland, Lilian Thuram et Zaho.

Lilian Thuram, parrain de l’opération, a notamment témoigné et a confié avoir été victime de racisme, il y a quelques temps, alors qu’il se trouvait en Belgique.

« Lorsque l’on ne me reconnait pas en tant que Lilian Thuram, le joueur de foot, je suis reconnu, comme beaucoup de personnes, avant tout par ma couleur de peau. Dernièrement, je suis allé en Belgique et, dans un restaurant assez huppé, je me suis dirigé vers les toilettes. Et, en sortant des toilettes, quand je me lave les mains, il y a une dame qui me dit ‘Oh, ce n’est pas un lieu public ici. Il faut que tu sortes’. Je lui ai répondu ‘Ecoutez, je crois qu’il y a un problème ! ». ‘Oui, oui c’est ça, il y a un problème : il faut que tu sortes’ », explique le joueur de foot.

Et d’ajouter : « Sur le coup, je sors des toilettes et j’essaye de rejoindre ma table. Et là, il y a un serveur qui me reconnaît et je lui raconte l’histoire. ‘Oui, monsieur Thuram excusez-nous. On ne vous avez pas reconnu’. ‘Ce n’est pas le problème de me reconnaître ou pas. Je pense qu’il y a des attitudes’. Encore une fois, je pense que la façon de m’interpeller n’était pas la bonne. C’est très intéressant dans ces situations là, où vous êtes jugés, à travers votre couleur de peau. Oui, ça arrive ».

Jeanmarcmorandini

France Télévisions donne la parole sur le net aux victimes de racisme

France Télévisions a annoncé mardi l’ouverture d’une plate-forme sur internet pour donner la parole aux victimes de « petites discriminations quotidiennes », dont la voix est souvent noyée sous les messages racistes qui prolifèrent sur le web.

Une mère rapporte comment un maître-nageur a lancé à son fils « T’es pas un arabe pour rien toi », parce que le garçon l’avait éclaboussé par mégarde. Une femme « aux cheveux frisés » raconte comment, alors qu’elle tentait de protéger son brushing de la pluie, un « Monsieur » l’a accusée de vouloir « singer les Blancs »…

Outre ces témoignages bruts, la plate-forme #RacismeOrdinaire apporte des conseils et des informations pratiques aux victimes de racisme et publie des commentaires d’experts, sous la supervision de la militante antiraciste Rokhaya Diallo et de l’historien François Durpaire. [...]

Morandini

Rokhaya Diallo : « Précis à l’usage des journalistes qui veulent écrire sur les noirs, les musulmans etc… » (audio)

L’essayiste : Rokhaya Diallo est l’invitée du cinq-sept de France-Inter. Elle est coauteur du « Précis à l’usage des journalistes qui veulent écrire sur les noirs, les musulmans, les asiatiques, les roms, les homos, la banlieue, les juifs, les femmes…  » sorti aux éditions le cavalier bleu.

France Inter

France/USA. Rokhaya Diallo : «Il est difficile d’imaginer qu’un arabe soit élu Président de la République»

Rokhaya Diallo, qui «milite contre le racisme et la discrimination en France», réalise en ce moment un documentaire intitulé « Les Marches de la liberté ». Elle estime que la France «n’a pas fait son devoir de mémoire» et revient sur les luttes contre le racisme en France et aux Etats-Unis.

Le racisme a changé de forme en France. Le racisme s’exprime essentiellement dans l’islamophobie. Les actes d’islamophobie ne cessent de se multiplier.

Dans le documentaire Les Marches de la liberté, Rokhaya Diallo revient sur deux manifestations d’envergure : celle de mars 1983 où les protestataires dénonçaient le racisme à l’encontre des étrangers en France, réclamant l’égalité, et celle du 28 août 1963 à Washington où les Noirs-américains revendiquaient les mêmes droits que les Blancs. Marche qui s’est d’ailleurs achevée avec le fameux discours de Martin Luther King. Après respectivement 30 ans et 50 ans plus tard, quel regard portent les nouvelles générations sur ces luttes contre le racisme ? […]

En quoi ces deux manifestations sont-elles similaires ?

Ces marches ont des similitudes tout simplement parce que la marche de 83 a été inspirée de celle de 63. La marche de 83 est un point de départ très important, pour nous en France, dans la lutte contre le racisme. C’est d’ailleurs consternant de voir que beaucoup de jeunes ne connaissent pas cette histoire. C’est même choquant ! Cela prouve encore une fois de plus que la France n’a pas fait son devoir de mémoire. Ce n’est pas normal que cette histoire ne soit pas connue des nouvelles générations. Les personnes qui ont marché en 83 réclamaient aussi le droit de vote. Cette revendication n’a toujours pas été obtenue aujourd’hui encore, en 2013. […]

Peut-on parler d’une identité française quand on sait que beaucoup de jeunes des quartiers populaires en France, issus de l’immigration, ne s’estiment pas Français ?

Oui bien sûr, on peut parler d’une identité française. Même s’il y a des Français qui ont du mal à se définir comme Français, notamment les jeunes des quartiers populaires, issus de l’immigration. C’est une réalité qu’on ne doit pas oublier, ni nier. Ces jeunes se sont rendus compte qu’on ne les voyait pas comme des Français, mais comme des étrangers, alors qu’ils sont nés ici. Ils ressentent tout cela, notamment à travers le regard de certains policiers, lors des contrôles aux faciès, par exemple. […]

Mais en France il y a plus de mélange et de mixité entre les différentes communautés qu’aux Etats-Unis…

Rokhaya Diallo : Oui certes c’est vrai. Il y a plus de mélange en France entre les gens. Mais en France, il est difficile d’imaginer qu’un arabe soit élu Président de la République. Voilà aussi une des grandes différences avec les Etats-Unis, qui ont réussi à passer ce cap, avec l’élection d’Obama à la tête du pays, là où personne ne l’attendait.

Afrik.com

[Résolu] Appel au viol raciste de Rokhaya Diallo : la RTBF retire son tweet diffamatoire à l’encontre d’Isabelle Verger, twittos patriote influente (màj)

Mise à jour

Menacé de poursuite, RTBF finit par obtempérer et retire le tweet diffamatoire à l’endroit d’Isabelle Verger. Capture écran article original

_________________________

Le journaliste de RTBF Julien Vlassenbroek , auteur de l’article incriminant Isabelle Verger™ (@iVerger) annonce que Rokhaya Diallo va porter plainte :

 

——————–

 __________________________________

 

___________________________________

Durant la nuit de vendredi à samedi, l’auteure et activiste anti-racisme Rokhaya Diallo a été victime d’un appel au viol de la part d’un internaute qui s’exprimait sur Twitter. Ces menaces surviennent au lendemain d’un appel similaire lancé par une élue de Ligue Nord à l’encontre de la ministre italienne de l’intégration.

Capture écran de l’article RTBF :

Rokhaya Diallo est française, née de parents sénégalais et gambien. Fatiguée des remarques sur ses origines, elle fonde l’association Les Indivisibles en 2006 et s’engage contre le racisme et le sexisme, ou encore pour les droits des homosexuels. Elle devient chroniqueuse en radio et en télévision, sur Canal+ et RTL notamment.

Mais les opinions de l’auteure de « Racisme, mode d’emploi » ne plaisent pas à tout le monde. Les insultes sont pour elle un mal ordinaire. Jusqu’à ce qu’elles dépassent les bornes, cette nuit, alors que des internautes ont appelé au viol à son encontre.

C’est la jeune femme elle-même qui a dénoncé ces menaces via son compte Twitter.

Le compte de l’internaute incriminé pour ses propos a été bloqué sur Twitter.

Mais les appels de ce genre posent question alors qu’ils se multiplient via les réseaux sociaux.

RTBF

 

Municipales. Rokhaya Diallo : «Les Français d’origine maghrébine, asiatique ou de couleur noire ne sont pas acquis à la gauche»

A l’occasion des Y’A Bon Awards qui se tiennent lundi 10 juin à Paris, Rokhaya Diallo a accordé une interview à Afrik.com pour passer en revue les faits marquants du racisme en France. Lors de cet entretien, la fondatrice de l’association Les Indivisibles revient sur la politique de l’immigration de François Hollande et de son gouvernement. Interview.

Manuel Valls mène une politique d’immigration différente de celle de Claude Guéant. Qu’est-ce que vous reprochez à l’action du ministre français de l’Intérieur ?

En 2012 le record d’expulsions à été battu : quelle est la différence ? Allez-donc dans un campement de Roms étrangers, demandez-leur s’il y a un changement !

«Les Roms n’ont pas vocation à rester en France», avait déclaré Manuel Valls, n’est-ce pas de la romophobie d’Etat ? Imagineriez-vous qu’un ministre affirme que les Arables n’ont pas vocation à rester en France ? »

Force est de constater que le racisme en France a la dent dure. Existe-t-il des leviers pour l’éradiquer ou du moins l’atténuer ?

Il en existe, c’est pour cela que Les Indivisibles interpellent les leaders opinion. Jouer des rapports de force est nécessaire : en 2014, les élections municipales auront lieu peut-être est-il temps de faire comprendre à la gauche que les Français d’origine maghrébine, asiatique ou de couleur noire ne leur sont pas acquis contrairement à ce qu’elle semble croire ? Les citoyens ont aussi la possibilité de créer des listes autonomes. […]

Afrik.com

Rokhaya Diallo : «L’islam et les médias : cet acharnement sans gêne»

Par Rokhaya Diallo, « militante associative, éditorialiste » revient sur la une du Point daté du 1er novembre – «Cet islam sans gêne» et sur d’autres couvertures de magazines, ainsi qu’avec une série de faits divers dont l’écho médiatique fut très faible selon elle.

Confrontés à cette surexposition négative, les musulmans sont placés dans une remise en cause permanente de leur légitimité, matérialisée par ce message implicite : «Vous n’êtes pas chez vous, vous n’êtes pas comme nous».

« Cet islam sans gêne », « Les convertis d’Allah », « Le spectre islamiste », « La peur de l’islam », « Islam : ces vérités qui dérangent », « L’Occident face à l’islam », « Les islamistes et nous », « Pourquoi l’islam fait peur »… Ces deux dernières semaines, les unes du « Point » et de « Valeurs Actuelles » sont venues allonger la liste de ces titres anxiogènes qui se sont succédé ces derniers mois en couverture de grands hebdomadaires d’information français.

Généralement accompagnés d’angoissantes photos représentant d’immenses minarets, des hommes très barbus ou des femmes recouvertes de larges pans de tissus, elles semblent problématiser l’existence même d’un islam présenté sous un aspect exagérément violent et folklorique, comme s’il s’agissait d’un ensemble de pratiques étrangères à la France. [….]

Le Nouvel Obs (Merci à pierrelermite)

Rokhaya Diallo, agent des USA ? (rediff)

Rokhaya Diallo a beau jeu aujourd’hui de fustiger l’islamophobie de Caroline Fourest alors qu’elle est – comme son mouvement – soutenue et financée par l’ambassade des USA dont chacun connait le rapport ambigu avec les pays musulmans, en Irak, en Afghanistan et ailleurs.


Rokhaya Diallo, agent des USA par FrenchCarcan

Coloniaux : la couleur change, pas la connerie (pitié pour Rokhaya)

Rokhaya Diallo est née dans le 4ème arrondissement. Elle est chroniqueuse à Canal +, payée à dire n’importe quoi, n’importe comment. Militante. Pour que l’on prononce son nom Ro”R”aya, et pas Rokhaya (c’est raciste), d’abord. Dévouée. “Je fais l’objet de racisme bienveillant” ; accuse-t-elle, pauvre riche. Dans les pages de Rue 89, la petite tête de linotte joue à se désoler de ce qu’elle appelle de ses vœux. Racisme bienveillant, ou discrimination positive. Au temps des colonies, plus pudiquement: paternalisme.

(…) Ragemag

Contrôles d’identités : Rokhaya Diallo s’en prend à Valls

Lors l’université d’été du Parti socialiste (PS) à La Rochelle, Martine Aubry, s’est montrée explicitement « favorable à une expérimentation » de la politique du reçu de contrôle d’identité par les forces de police dans sa ville de Lille.

http://img209.imageshack.us/img209/8469/rokhayadiallo.jpg

Alors que ces dernières semaines plusieurs élus parmi lesquels le député PS Razzy Hammadi s’étaient déjà prononcés en faveur de cette expérimentation, la position de la première secrétaire du Parti socialiste isole ainsi davantage Manuel Valls.

Le ministre de l’intérieur maintient en effet son refus d’imposer des « techniques » qui selon lui « ne seraient pas opérationnelles », démontrant ainsi sa méconnaissance du dossier. (…)

Le Monde