Colmar (68) : un réseau de cambrioleurs démantelé

En deux vagues d’interpellations, le 18 mars et ce jeudi, les gendarmes de la brigade de recherches (BR) de Colmar et de la section de recherches (SR) de Strasbourg ont mis fin à un réseau de cambrioleurs qui agissait depuis plusieurs mois dans la région de Colmar et en Allemagne.

Les enquêteurs comprennent rapidement qu’il s’agit d’un réseau bien structuré, dans lequel chacun à son rôle, notamment les cambrioleurs et les pourvoyeurs de faux papiers pour les véhicules volés…

Car en plus des bijoux et du numéraire qui sont ciblés lors des cambriolages, ces personnes volent parfois des véhicules, toujours des grosses cylindrées, pour les revendre ensuite, après avoir établi de faux papiers. Une trentaine de faits (cambriolages, vols de voiture, recels) ont été commis dans la région colmarienne et de nombreux délits, non encore chiffrables, en Allemagne.

L’enquête permet de déterminer que le groupe est composé d’une douzaine de personnes, toutes originaires des pays de l’Est, et domiciliées à Colmar. Certains membres du réseau repartent en Belgique ou au Luxembourg. Le 18 mars, lors de la première série d’interpellation, six personnes sont arrêtées. Pour cette opération, la gendarmerie a mobilisé une trentaine d’hommes, de la compagnie et de la section de recherches. Trois autres personnes ont été interpellées avant-hier.

Lors des perquisitions, les gendarmes ont notamment saisi quatre véhicules de standing, que les membres du réseau s’étaient achetés avec le fruit de leur larcin : une Audi A6, un 4×4 Hyundai, une BMW 525 et une Audi RS6. Des faux papiers ont également été retrouvés par les enquêteurs.

Les neuf suspects, huit hommes et une femme, ont été présentés au jugé d’instruction à l’issue de leur garde à vue. Tous ont été présentés au juge d’instruction et mis en examen. Cinq ont été écroués, deux placés sous contrôle judiciaire et un mineur a été placé dans un centre éducatif fermé. Sur les neuf personnes mises en cause dans ce dossier, cinq appartiennent à la même famille.

L’Alsace

Saint-Malo (35) : Les voleurs de moteurs venaient des pays de l’Est

En filigrane, les pointillés d’un réseau de voleurs de moteurs de bateaux, dont la piste met à jour un trafic vers l’Europe de l’Est. Elle conduira les enquêteurs de la gendarmerie directement des régions Bretagne à la région parisienne, point de départ et plaque tournante d’un trafic qui se termine, officiellement en tout cas, aux frontières de la Moldavie.

Les trois prévenus à la barre, en détention provisoire depuis presque un an, des Moldaves installés en France depuis 2010, ne sont pas du genre coopératifs et les questions répétées de la présidente du tribunal ne permettront pas de préciser les ramifications de ce réseau tissé en Europe de l’est.

Les faits remontent à la saison 2012, où entre avril et octobre, le gang se montrera particulièrement actif avec un mode opératoire toujours identique. Pour pouvoir démonter les moteurs qu’elle va devoir ensuite charger, l’équipe de malfaiteurs guette les nuits de marées basses qu’elle met à profit, d’abord, pour sectionner les amarres des bateaux, ensuite, les câbles d’alimentation des moteurs, qui seront démontés puis chargés.

«Combien de moteurs par nuit ? Et pour quel prix ?», s’enquiert le tribunal. «Entre quatre et six moteurs», répondent les naufrageurs de la plaisance, «pour 400 à 900 euros la nuit…». Une Volkswagen grise, frappée d’un autocollant «Bébé à bord», souvent repérée aux environs des lieux des vols, a été saisie par les enquêteurs. On y retrouvera 5 200 euros en liquide, «ce qui donne une idée des sommes qui ont pu transiter dans cette affaire », remarque la présidente.

Le trio moldave donne aussi dans le cambriolage, comme dans cette propriété du Viviers-sur-Mer, où, en plus d’un canapé, de tableaux ou d’une machine à laver, des bijoux sont dérobés, recelés et blanchis par Diana, la compagne d’Oleg, qui est la seule à avoir un compte en banque permettant de récupérer les sommes d’argent.

Les traces ADN relevées sur des mégots, cordages, gobelets ou boulons et pinces retrouvés dans les parages des vols ont permis l’identification des prévenus, ainsi que différentes localisations géographiques à l’aide d’un portable retrouvé. L’enquête aboutira donc vers la mise en examen d’une équipe dont le mode opératoire ne relève en rien de l’amateurisme, contrairement à ce que plaide la défense.

En tant que «chef» de bande, Victor écopera de 3 ans de prison avec maintien en détention. Oleg récolte lui aussi 3 ans d’emprisonnement, dont un avec sursis et maintien en détention ; sa compagne Diana s’en tire avec 6 mois avec sursis et Ion avec un an de prison.

Les parties civiles n’ont jamais retrouvé leurs moteurs, mais l’ensemble des dédommagements réclamés, soit plus de 80 000 euros, ont été validés par les juges.

Le Petit Bleu

Carcassonne (11) : un réseau de voleurs de métaux roumains

De mars à décembre 2012 un réseau de voleurs Roumains a fait la razzia sur les métaux dans une quarantaine de caves coopératives. 4, 4 t pour un montant de plus de 56 000,00 €.

Les vols de cuivre, un véritable fléau, la SNCF est en première ligne pour ces actes de délinquance. Les trois prévenus (deux étaient présents) qui comparaissaient, hier, devant le tribunal correctionnel, s’étaient spécialisés, eux, dans les caves coopératives. De mars à décembre 2012, ils ont écumé pas moins d’une quarantaine de caves coopératives à un rythme digne d’un Stakanov. À leur tableau de chasse, les caves de Rouffiac d’Aude, Lézignan-Corbières, Capendu, Aigues-Vives, Azille… leurs proies : les robinets, vannes, tuyaux en cuivre, bronze, laiton, étain… tout était bon pour se faire de l’argent.

Les deux Roumains, Gheorghe Cazamir, âgé de 45 ans, et Liviu-Lonut Turic, 24 ans, comparaissent pour ces cambriolages qu’ils reconnaissent en partie mais aussi pour association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Car leur affaire tournait plutôt bien. En l’espace de quelques mois ils ont ainsi pu dérober quelque 4, 4 t de métaux avec un bénéfice estimé à pas moins de 56 000,00 €.

Car aussitôt le méfait perpétré, ils revendaient leur butin à une société spécialisée dans la récupération des métaux ; l’América-fer qui leur versait sur des comptes des sommes rondelettes qu’ils s’empressaient d’encaisser. Les deux prévenus n’ont guère été très bavards sur leur trafic, se chargeant mutuellement.

Les avocats de la défense tenteront de minimiser le rôle de leurs clients chargeant mutuellement l’autre, indiquant qu’une organisation qui les dépasse existe bel et bien. Après délibérations le tribunal a condamné Liviu-Lonut à 4 ans de prison ferme et Gheorghe Cazamir à 5 ans et le troisième prévenu à un an. Les prévenus devront également rembourser les parties civiles, très nombreuses, à hauteur de près de 1 000 000 € au total.

La Dépêche

Mulhouse (68) : Trois proxénètes roumains arrêtés, un réseau démantelé

Une série d’interpellations ont eu lieu la semaine dernière à Mulhouse, au terme de plusieurs mois d’enquête de la police sur les milieux de la prostitution roumaine. Au départ, une Roumaine recrutée par petites annonces pour venir « travailler » en France avait dénoncé ce qui était en fait un réseau de prostitution.

Après investigation, la police estime entre 15 et 30 le nombre jeunes majeures ayant été victimes d’un couple de Roumains résidant rue des Fabriques à Mulhouse. Le couple en question a été interpellé le 1er avril au matin, de même que cinq autres personnes, dont quatre ont été libérées. Plusieurs milliers d’euros d’argent liquide ont été saisis, mais l’essentiel des profits de ce trafic d’êtres humains serait retourné en Roumanie. Un homme de 28 ans, soupçonné d’être à la tête de ce réseau, est par ailleurs activement recherché.

L’Alsace

Le chômage ? Pas pour tout le monde [...à compléter] (maj)

• La Région vient  de recruter Jérémie Martin comme chargé de mission. Ce trentenaire originaire du Gers n’est autre que le fils du ministre de l’écologie Philippe Martin. Voix du midi 10-02-14

• Le même Jérémie aura notamment pour collaborateur le frère du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, siégeant aux côtés de son père sur les bancs des ministres Voix du midi 10-02-14

• Salomé Peillon, fille du ministre de l’Education nationale, embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël Scoop it Février 2014

• Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne Le Monde janvier 2014

• Clémentine, la fille de Martine Aubry est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre Pure people

• Jean Sarkozy, né en 1986, fils de Nicolas Sarkozy, est vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine depuis 2011. Il est également administrateur de l’Établissement public d’aménagement de la Défense Seine Arche. Wikipedia

• Marie-José Roig, maire UMP d’Avignon et ex-députée, a salarié son fils à l’Assemblée de 2007 à 2012, pour un salaire brut de 5 208 € / mois. Midi Libre Octobre 2013

• Philippe, fils de Bernard Derosier, président socialiste du conseil général du Nord s’est retrouvé directeur juridique de l’institution alors qu’il n’est même pas titulaire du concours de la fonction publique territoriale lui permettant d’être dans ce fauteuil. Archives Lepost 2012

• Michel Delebarre, sénateur maire (PS) de Dunkerque, a fait l’objet d’une enquête préliminaire à la suite d’un dépôt de plainte pour « prise illégale d’intérêt » concernant l’embauche de sa fille et de son gendre à la communauté urbaine de Dunkerque, qu’il préside. L’Express 2012

• Elvire, fille du  président (PS) du Nord-Pas-de-Calais, Daniel Percheron, postule au poste de n° 3 du Louvre Lens. Celle qui s’est imposée comme l’incontournable « Mme Culture » de la région, bien qu’elle ne soit que membre du cabinet de son père, recueille déjà les faveurs du jury. L’Express 2012

• A Puteaux, Joëlle Ceccaldi nomme son fils super adjoint. Le maire UMP a créé la surprise en confiant toutes les délégations les plus importantes à son fils. Le Parisien, mars 2014

• Pierre Bachelot, fils de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, a été nommé à la direction générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Le Point 2010

• L’organisme financé par le conseil régional d’Ile-de-France est qualifié de «machine à piston» par Le Canard enchaîné, qui l’accuse de «recaser» les enfants, conjoints ou amis des élus franciliens. Figaro 2012

• Le mari de Najat Vallaud-Belkacem est un des conseillers de son collègue Ministre, Arnaud Montebourg. Le mari de Fleur Pellerin est membre du Cabinet de Marylise Lebranchu. Claude Bartolone, Président de l’Assemblée Nationale a directement embauché son épouse. Notrecourbevoie 2012

• Amin Khiari, fils de la vice-présidente PS du Sénat, nommé directeur général de l’EPADESA. Source 2013

Cet article a vocation a être remonté regulièrement si les lecteurs l’enrichissent

merci aux lecteurs

Démantèlement d’un trafic de drogue entre le Maroc, la France et l’Inde

Le réseau, particulièrement bien organisé, mêle des trafiquants français, indiens et marocains. Treize personnes ont été interpellées en France et en Belgique les 8 et 10 mars derniers.

A en croire le procureur de la République de Paris, François Molins, les autorités françaises viennent de mettre un terme à l’un des réseaux les plus importants « jamais démantelés » en France. Jeudi 13 mars, l’Office central de répression de la délinquance financière (OCRGDF) a annoncé l’interpellation, les 8 et 10 mars derniers, de dix individus français et indiens liés à un important réseau de blanchiment de l’argent du trafic de cannabis. Trois autres personnes ont été interpellées en Belgique.

Le réseau était particulièrement organisé et récoltait à lui seul près de 170 millions d’euros, fruits du trafic du cannabis. Le système de blanchiment, qualifié de très sophistiqué par les autorités, fonctionnait entre le Maroc, la France et l’Inde.

Grâce à des appels d’offres déguisés, des trafiquants marocains mandataient des « banquiers » qui faisaient appel à des « collecteurs », des individus parfois délinquants mais la plupart du temps bien insérés dans la société française. Ces derniers avaient pour tâche de rassembler l’argent du trafic en France.

Une fois récolté par le chef de l’organisation en Seine-st-Denis, l’argent de la drogue était acheminé en Belgique par réseau routier ou ferroviaire. D’autres mules – souvent des étudiants – se rendaient à Dubaï, chargées d’or et de numéraire [...].

Selon le procureur, le chef de l’organisation a avoué lors de sa garde à vue avoir « blanchi au moins 36 millions d’euros en espèce depuis 2010 et fait transiter 200 kg d’or entre la Belgique et l’Inde ». L’enquête doit d’ailleurs se poursuivre sur place [...].

France Bleu

Algérie : Le pillage des tombes chrétiennes, un «véritable business»

Ce n’est pas un banal acte de vandalisme. C’est un véritable business qui cible des cimetières chrétiens en Algérie. Les profanateurs, qui font partie d’un réseau international, ouvrent des tombes, dépouillent les cadavres des objets de valeur, emportés avec eux, pour les revendre dans des salons des capitales occidentales. La Gendarmerie nationale enquête sur un réseau international.

La profanation des tombes, un phénomène en vogue depuis quelques années, vient de livrer ses premiers secrets. En effet, dans la journée de mardi dernier, trois individus ont été interpellés, la main dans le sac, en train de profaner une tombe dans laquelle étaient enterrés quatre Français. Ces derniers, inhumés dans les années 1873 et 1947, avaient emporté avec eux dans leur tombeau des vases de grande valeur. Des objets de valeur qui devraient profiter aux chercheurs universitaires, aux archéologues et autres historiens afin de situer le profil de ces individus, d’une part, et de remonter dans l’histoire, à savoir la période coloniale en Algérie, pour connaître leur confidentialité, d’autre part. Tout a commencé quand des citoyens ont contacté, via le numéro vert 10 55, les gendarmes de Mostaganem pour leur signaler que des individus étaient en train de creuser les tombeaux de ces ressortissants étrangers. […]

Si l’on se réfère aux dernières investigations menées par la Gendarmerie nationale, à travers les cellules chargées de la protection du patrimoine, dont les sépultures, des réseaux internationaux, notamment basés en Tunisie, en Espagne, en Italie ou encore en Égypte, pillent tout ce qui date de l’Antiquité, mais aussi de l’ère coloniale française en Algérie. Ces objets bradés pour la mafia occidentale sont finalement destinés à la vente aux enchères dans les capitales occidentales à des prix astronomiques. […]

Liberté Algérie

Quand Canal+ s’arroge le droit de bloquer une vidéo de France 3 sur Youtube.

Des milliers de vidéos issues de France Télévision sont hébergées sur la plateforme Youtube; cette tolérance est admise dés lors que les titulaires de compte ne cherchent pas à en tirer un profit monétaire.

Ce matin, un étonnant message m’annonce la suspension de diffusion d’une vidéo mise en ligne il y a moins d’une semaine, sur le monde entier (sic); L’auteur de cette contestation quasi sans appel, émane d’un concurrent de France télévision : Canal plus !

Canal+ prétend administrer les droits d’un contenu appartenant à France 3, chaîne du service public.

Ainsi donc, je découvre avec stupeur un curieux mélange des genres : La chaîne cryptée militante, dispose de l’usufruit de ma redevance télé, qui lui confère des droits exorbitants quant au contenu de ce qui ne regarde que France télévision.

Quant à youtube …

la vidéo incriminée:

Un important réseau de passeurs démantelé en Europe

Un important réseau d’immigration clandestine a été démantelé suite à l’arrestation de 103 suspects à travers l’Europe, a annoncé mercredi Europol. Les immigrants provenaient principalement d’Afghanistan, d’Irak, du Pakistan, de Syrie et de Turquie. [...]

Hebergeur d'image

Les immigrants, principalement originaires d’Afghanistan, Irak, Pakistan, Syrie et Turquie, voyageaient «souvent dans des conditions inhumaines et dangereuses, comme dans de très petits compartiments cachés dans des autocars ou des camions, dans des trains de marchandises ou des bateaux», selon Europol.

«Les mariages blancs faisaient également partie du modus operandi pour régulariser leur statut dans l’Union européenne», a assuré l’Office de police.

Le Matin

Merci à Lilib

Les filles sont achetées « quelques euros »

La Fondation Scelles a présenté son rapport baptisé « Exploitation sexuelle : prostitution et crime organisé », qui fait le point sur ce sujet dans 54 pays à travers le monde. Premier constat : la situation se serait « aggravée », avec « une mainmise du crime organisé particulièrement frappante », note Yves Charpenel, président de la fondation. D’après le rapport, les prostituées « achetées parfois seulement quelques euros » sont recrutées « dans des pays pauvres et/ou en proie à des conflits armés et importées sur les marchés les plus porteurs en termes de marges réalisées ».

La France fait évidemment partie de ces « marchés ». En 2011, une quarantaine de réseaux structurés ont ainsi été démantelés, dont une dizaine issus du proxénétisme nigérian. Les prostituées en provenance du Nigeria représentant la deuxième nationalité mise en cause après la Roumanie.

La Fondation Scelles donne aussi des chiffres ahurissants sur le chiffre d’affaires de « l’industrie du sexe », qui générerait 1,5 Md€ en Grèce et jusqu’à 18 Md€ en Espagne. (…) Yves Charpenel estime que « l’immense majorité reste l’exploitation des femmes par des réseaux », que « le renforcement des criminalités et les effets de la crise économique » font craindre une « aggravation de la situation » et que de plus en plus de femmes sont « traitées comme des marchandises », à l’image de ces prostituées d’un autre réseau espagnol que leurs souteneurs avaient tatouées d’un code-barres sur le poignet.

Le >Parisien

Un réseau d’immigration irrégulière et de prostitution africaine démantelé à Strasbourg

Neuf ressortissants nigérians, membres présumés d’un réseau d’immigration irrégulière et de prostitution, ont été interpellés aujourd’hui à Strasbourg, a-t-on appris auprès de la Police aux frontières (PAF) du Bas-Rhin.

Ils sont soupçonnés d’avoir organisé la prostitution dans l’agglomération strasbourgeoise de plusieurs dizaines de femmes nigérianes, qu’ils faisaient entrer irrégulièrement sur le territoire.

Les interpellations ont été menées par la PAF du Bas-Rhin et l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains de la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ). [...]

Le Figaro

Rennes: Un réseau de voleurs mongols démantelé

Sept Mongols et deux Afghans soupçonnés de se livrer à des vols de produits cosmétiques à grande échelle ont été interpellés en fin de semaine dernière dans les environs de Rennes.

Voilà des voleurs présumés qui ont le goût du luxe. Mardi dernier, les policiers de l’Ocriest (Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi des étrangers sans titre), ont démantelé un réseau d’immigration mongol, dont les membres se seraient livré à des vols de produits de luxe dans plusieurs pays européens dont la France. Selon les premiers éléments de l’enquête, ces produits dérobés – dont la valeur marchande atteint les 230 000 euros – étaient revendus sur des marchés, notamment en Belgique.

Ce coup de filet intervient au terme de deux ans d’enquête, mettant en lumière un mode d’action original. “Ce réseau favorisait l’entrée sur le territoire national de ressortissants mongols, par le biais de visas polonais obtenus de manière indue“, explique t-on au sein de l’Ocriest, joint mardi par Metro. “ Par la suite, la filière organisait des équipes très mobiles chargés de commettre des vols au sein de supermarchés, de boutique de luxe et de divers magasins d’habillement“.

Durant de longs mois, les vols vont se multiplier aux quatre coins de l’Europe, ainsi qu’en France notamment dans la région de Rennes et Nantes. “La plupart des marchandises étaient acheminées vers les marchés de la région de Bruxelles par deux ressortissants Afghans, afin d’y être revendues“, poursuit un responsable de l’Ocriest. Le 30 septembre dernier, les deux Afghans étaient arrêtés près de Rennes, alors qu’ils circulaient au volant d’un véhicule utilitaire. A l’intérieur ; les enquêteurs ont découvert 17 cartons contenant plus de 1 500 produits cosmétiques, ainsi qu’un millier de boîte de rasoirs volés, pour une valeur marchande de 117 000 euros.

Mardi dernier, les sept autres membres présumés du réseau (six mongols et un chinois, ndlr), étaient arrêtés à leur tour. Lors des perquisitions, les policiers mettent la main sur 30 000 euros de vêtements de luxe (plus de 800 pièces saisies, ndlr), et près de 130 000 euros de marchandises diverses. Sept des neufs personnes interpellées ont été mises en examen, et quatre d’entre elles ont d’ores et déjà été écrouées. Selon l’Ocriest, l’enquête se poursuit et pourrait connaître de nouvelles interpellations.

Metro France
(Merci à Yann)