« N’embarquez plus dans vos rafiots, nous ne vous recevrons pas! »

Tchéquie – « N’embarquez plus dans vos rafiots, nous ne vous recevrons pas! » crie haut et fort à l’adresse des immigrés l’avocate tchèque Klara Samkova, numéro 1 de la liste des candidats aux élections européennes du parti Usvit.

Fondé en mai 2013, le mouvement Usvit est aussitôt entré dans le Parlement, en obtenant 6,88% des voix lors des législatives d’octobre.

« Sans ambages, il faut dire non à cette forme d’immigration qui vise à abuser du système social européen. Il est impératif de fermer la frontière de l’UE aux immigrés. Ici et maintenant », martèle Mme Samkova à l’occasion d’un meeting de son parti.

« Les immigrés apportent à l’Europe des valeurs complètement différentes qui risquent de la détruire un jour », dit-t-elle à l’AFP.
Voix de la Russie

Bulgarie : Le gouvernement démissionne suite aux manifestations contre la hausse de l’électricité

Les Bulgares, qui manifestent à travers le pays depuis plusieurs jours, demandent la démission du gouvernement et la renationalisation des compagnies de distribution d’électricité. Le ministre des Finances a été limogé lundi, et mardi, a été annoncé une forte baisse des prix, ainsi que la volonté de sanctionner les compagnies d’électricité étrangères, au risque d’un incident diplomatique avec la République tchèque. La licence de la compagnie tchèque d’électricité CEZ a notamment été annulée.

Le chef du gouvernement bulgare Boïko Borissov a annoncé mercredi 20 Février 2013, la démission de son gouvernement. « Je ne participerai pas à un gouvernement sous lequel la police frappe les gens« , a déclaré mercredi Boïko Borissov devant le parlement.

Commentaires sur Fortune

Ecoles « spéciales » pour les enfants roms : la République tchèque toujours montrée du doigt

Le commissaire aux droits de l’homme au Conseil de l’Europe était en République tchèque la semaine dernière. Depuis sa prise de fonctions en avril dernier à Strasbourg, le Letton Niels Muižnieks a fait de la communauté rom, minorité la plus vulnérable en Europe, une de ses priorités, avec l’éducation.

Le commissaire effectuait cette visite en République tchèque cinq ans après l’arrêt rendu par la Cour européenne des droits de l’homme, qui avait reconnu la République tchèque coupable de bafouer le droit des enfants roms à une éducation sans discrimination en les plaçant dans des écoles dites « spéciales ».

Bien que destinées à des élèves souffrant d’un léger handicap mental, ces écoles spéciales regroupent en effet en réalité essentiellement des enfants roms. Cinq ans après cette condamnation, les choses n’ont peu ou pas évolué en République tchèque. (…)

Radio cz

La «République molle» ou la crise de l’autorité

Valeurs actuelles s’interroge sur la crise d’autorité qui sévit dans les sphères dirigeantes et au plus haut sommet de l’Etat. Un phénomène qui ne date pas des socialistes mais «qui a pris une telle ampleur qu’aucun secteur n’échappe à la question : qui commande ?»

Hannah Arendt l’a bien montré, seuls deux leviers permettent d’agir : l’autorité en démocratie et la terreur en régime totalitaire.

Il y a deux écueils en politique : la tentation de penser que «tout était mieux avant» (le laudator temporis acti que la sagesse antique condamnait déjà parce qu’il nourrissait le pessimisme et le refus d’entreprendre)… et la certitude que, pour construire l’avenir, rien ne doit être conservé du passé. Avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault, nul besoin de chercher longtemps quelle logique prévaut : la promotion du mariage homosexuel est là pour montrer dans quel respect l’actuelle classe dirigeante de gauche tient l’idée même d’une norme sociale. […]

Laxisme face à la multirécidive, clémence envers les incendiaires de commissariats : la République molle ne peut qu’encourager la sauvagerie et accroître, là encore, l’injustice qu’elle prétend combattre, au détriment des plus faibles. […]

Promoteurs acharnés du multiculturalisme, les socialistes récoltent, là encore, ce qu’ils ont semé : dès lors que chaque groupe ethnique, culturel ou confessionnel entend vivre selon sa loi, comment lui demander de respecter celle de la République, laquelle s’applique sans distinction de croyance ou d’origine et s’incarne prioritairement dans les forces de l’ordre qui, en démocratie, sont les seules dépositaires de la violence légitime ? […]

Valeurs actuelles

Sapir: « Il est urgent de dissoudre la zone euro »

Par Jacques Sapir

La crise de la zone euro a atteint un point critique. Quelles que soient les solutions envisagées, qu’il s’agisse de la mutualisation de la dette ou des mesures dites « non conventionnelles » que la Banque centrale européenne pourraient prendre, elles ne peuvent apporter de solution durable. A cela une bonne raison : cette crise n’est pas une crise de la dette souveraine mais une crise de compétitivité aggravée par l’effet pervers de l’euro sur la croissance.

Les différentes mesures prises depuis le début de 2010 ont été globalement inopérantes. Elles n’ont pu éviter que, pays après pays, cette crise s’étende, de la Grèce à l’Irlande, de l’Irlande au Portugal, puis à l’Espagne et à l’Italie. La situation dans la plupart des pays va continuer à se dégrader sous l’effet de la conjonction de politiques mal avisées de déflation compétitives, qui sont l’équivalent des politiques de dévaluation compétitives que l’euro prétendait supprimer.

Alors que le chômage recommence à fortement monter en France, il est temps de changer de politique, sinon nous nous imposerons l’équivalent d’une grande dépression par notre propre stupidité.

Des politiques inefficaces liées à une erreur de diagnostic

Suite & Commentaires sur Fortune

Arrestation en République tchèque d’un homme qui voulait imiter Breivik

La police tchèque a annoncé samedi à Ostrava (nord-est) avoir arrêté le 10 août un récidiviste tchèque de 29 ans, qui préparait vraisemblablement une attaque à la bombe, pouvant tirer son inspiration de l’extrémiste de droite norvégien Anders Behring Breivik.

La police a saisi dans son appartement un important arsenal comprenant un pistolet-mitrailleur, une bombe et du matériel explosif.

« Les composantes du système explosif ont été opérationnelles », a déclaré le chef de la police d’Ostrava, Radovan Vojta, au cours d’une conférence de presse. Il a toutefois ajouté que la police ne connaissait pas la cible de l’attaque préparée. « Nous ne sommes qu’au début de l’enquête. Pour l’instant, nous ne voulons pas publier davantage d’informations », a dit M. Vojta. Selon lui, l’homme arrêté sympathise avec Breivik car il utilisait son nom lors de communications sur internet. Il a été arrêté dans son appartement par une unité d’intervention rapide. (…)

L’homme dont l’identité n’a pas été communiquée, a déjà été condamné à cinq reprises dans le passé, pour différents délits. En 2010, il a été condamné à six mois avec sursis, pour avoir fait exploser un engin artisanal, devant une station de pompage à Ostrava.

Selon ses voisins interrogés samedi par l’agence CTK, l’homme n’était pas un militant d’extrême droite mais plutôt un déséquilibré. (CHN)

RTL.be

Le festival contre le totalitarisme et la violence Mene Tekel s’ouvre ce lundi à Prague

La sixième édition du festival culturel international contre le totalitarisme et la violence se tient à Prague du 20 au 26 février. Ce festival intitulé Mene Tekel, propose durant une semaine une série de films documentaires, des débats, des expositions et des concerts afin de sensibiliser les citoyens sur les crimes commis par les régimes totalitaires.

Le projet Mene Tekel est issu du constat de la méconnaissance et du désintérêt des citoyens tchèques pour le destin des prisonniers politiques des années 1950. Les initiateurs du festival souhaitent ainsi rappeler à la mémoire du public qu’entre 1948 et 1989, près de 250 000 citoyens tchécoslovaques innocents ont été privés de liberté.

http://img835.imageshack.us/img835/3169/26557179.jpg

Mémorial dédié aux victimes du communisme (Prague)

Organisé pour la première fois en 2007, le festival Mene Tekel a pour objectif d’ouvrir durant une semaine une plateforme publique pour rappeler les conséquences de la répression politique des régimes totalitaires, l’exposition de réflexions artistiques et scientifiques sur la période communiste en Tchécoslovaquie et dans les autres pays du monde.

Le nom du festival Mene Tekel est tiré de la bible. L’un des auteurs et organisateurs de l’événement, Jan Řeřicha, rappelle la signification de ce terme prophétique trouvé dans l’ancien testament dans livre de Daniel et qui relate les pratiques du gouvernement cruel du roi Balthazar en Babylone :

Jan Řeřicha « Les écrits disent : ‘qui as-tu souhaité élever, qui au contraire as-tu humilié, qui enfin as-tu condamné de ton propre chef’ ? Lorsque nous sommes tombés sur ce texte, nous nous sommes dit que cela convenait parfaitement à la définition de l’abus de pouvoir. Le mal, la violence et l’abus de pouvoir accompagne malheureusement la mémoire de l’individu. »

Le festival s’ouvre ce lundi après-midi dans l’église Saint-Nicolas dans la Vieille-Ville à Prague. Durant une semaine, il propose une série de débats et de conférences sur les conséquences individuelles et collectives des régimes totalitaires. (…)

Radio Praha

78% des Tchèques contre l’euro

Moins d’un Tchèque sur quatre (22%) est actuellement favorable au remplacement de la couronne par l’euro, selon un sondage réalisé début janvier par l’institut pragois STEM, dont les résultats ont été publiés aujourd’hui à Prague.

Parmi ces personnes, 6% se déclarent « résolument pour » et 16% autres « plutôt pour » l’adoption de la monnaie commune, selon cette enquête. A contrario, 43% des Tchèques sont « résolument » et 35% autres « plutôt » contre l’euro, selon STEM. En même temps, la plupart des personnes interrogées estiment que l’adoption de l’euro aurait pour conséquence une forte hausse des prix, indique cet institut. [...]

Le Figaro

(merci à GG)

« Quand ma fille portera la burqa »

La femme est l’avenir de l’Europe, lit-on dans certains magazines. Mais bien malin celui (ou celle) qui pourrait prédire à quoi ressemblera cet avenir. La romancière tchèque Petra Hůlová livre sa vision comico-tragique.

« Elle se prépare déjà à porter la burqa« , me dit en souriant mon mari en me montrant notre fille, âgée de six mois, qui vient instinctivement de remonter sa couverture jusqu’aux yeux. Nous aimons souvent plaisanter sur l’Europe du futur, en imaginant à quoi ressemblera l’Europe peuplée par la génération d’enfants nés en 2010. Lorsque Internet sera devenu le symbole d’un passé révolu, à l’instar du télégramme ou du fax, et lorsqu’en se remémorant nos représentations actuelles de l’avenir, on se tordra de rire comme devant tous ces films de science-fiction de l’époque du cinéma muet. Mais voilà, on ne peut s’empêcher de penser à l’avenir.

Lire la suite sur Press Europ

(Merci à filaphil)

République Tchèque : 75,2% des habitants opposés à la construction de mosquées

Plus des trois quarts des Tchèques s’opposent à la construction de mosquées dans leur pays. Sondage SANEP du 5 à 19 Novembre pour un échantillon de 14.398 personnes de plus de 18 ans.

Faisant un avec leur président, Vaclav Klaus, les opposants à la construction de nouvelles mosquées ont également fait valoir que partout ailleurs en Europe, parallèlement à la construction de ce genre de bâtiments, les pays ont connu une croissance des activités criminelles et terroristes.

Parlamentnilisty

(Merci à pito)

Bye bye salaire fixe

Frappés par la crise et victimes d’une dette publique écrasante, plusieurs États ont décidé de baisser les revenus. Une mesure impopulaire, mais jugée nécessaire faute de pouvoir dévaluer leur monnaie.

Dublin, février 2009. Manifestation contre les mesures d’austérité imposées par le gouvernement Irlandais.

L’intouchable, le sacro-saint salaire garanti des fonctionnaires n’est plus. La Grèce, qui a décidé de réduire d’environ 7% la rétribution des employés du secteur public n’est que le dernier des pays qui ont fait des choix semblables à l’intérieur et hors de la zone euro, il y a un peu plus d’un an. L’histoire a toutefois commencé non pas sur les rives de la Méditerranée, mais sur celles de la Baltique.

Les salaires des fonctionnaire de Lettonie, ce petit pays balte qui a le premier allumé les feux de détresse de cette course au rabais, étaient redescendus en octobre 2009 aux niveaux de 2006. Les réductions, jusqu’à 20% pour les enseignants et quelques autres catégories, ont été durement contestées pendant l’hiver et le printemps dernier, mais elles ont finalement toutes été acceptées.

Les prévisions quant à une dévaluation imminente ont ainsi été déjouées ; le pays a finalement surmonté l’effondrement de son PIB – moins 17% en 2009 – et aujourd’hui il a redressé ses comptes. Et la dette du pays n’est plus considérée à haut risque par les sociétés de notation.

Suite et commentaires sur Fortune

La crise a changé la consommation des Européens

Près de deux Européens sur trois (64%) estiment que la crise a changé « durablement » leur façon de consommer. Une enquête, réalisée auprès de 8.000 personnes dans douze pays d’Europe, montre également que 34% d’entre elles souhaitent augmenter leur épargne au cours des douze prochains mois, contre 22% un an plus tôt.

« L’heure est au mieux-vivre. Le mieux consommer est préférable au tout consommer. La crise affirme le besoin de retrouver le juste prix et la qualité. » Ainsi trois Français sur quatre (73%), entendent changer « durablement » leur façon de consommer.

Dans le détail, les Français sont plutôt hésitants. Ils prévoient un niveau d’épargne (30%) similaire à celui de leurs dépenses (31%). A l’exception de l’Europe de l’Est, il y a une forte volonté en Europe de reconstituer une épargne de précaution. Les ménages souhaitent mettre de l’argent de côté pour des éventuels coups durs.

Ce nouveau comportement fait ressortir deux tendances principales. Plus d’un tiers des Européens (38%) achètent ou consomment fréquemment des aliments bio et près de la moitié (47%) des ménages jugent nécessaire d’acheter des produits d’occasion.

Suite et commentaires sur Fortune