Règlement de comptes au bar

Un épais brouillard plane encore sur cette affaire, mais la vérité judiciaire a donné sa version hier. Mindi Doghmane a été reconnu comme l’un des coupables de l’opération punitive mené contre les frères Sbaghi dans le bar du château, le 6 septembre 2009 à la Tour-d’Aigues. Ce soir-là, les trois frères sont attablés dans l’établissement lorsqu’une vingtaine de jeunes débarque et s’en prennent à eux. Une violente rixe éclate, plusieurs coups de feu sont même tirés. Dans cette affaire sur fond de trafic de stupéfiants, deux agresseurs présumés des frères Sbaghi ont été relaxés en avril. Mindi Doghmane, lui, a écopé hier de 18 mois de prison dont 10 avec sursis. Ses nombreux complices courent toujours.

La Provence

Il menace de « descendre les policiers à la kalashnikov »

Il a sans doute l’alcool un peu mauvais cet automobiliste, surtout lorsqu’il s’y prend tôt… Car hier, à 10 h, au Thor, il circulait déjà avec une bière à la main. Il ne portait pas, en plus, sa ceinture de sécurité… C’en était un peu trop pour les policiers municipaux du Thor qui l’ont approché pour l’intercepter.

Sauf que le jeune Thorois a proféré des insultes ainsi que des menaces de mort, assurant les policiers municipaux qu’il allait les « descendre à la Kalachnikov »… De quoi, évidemment justifier son interpellation et son placement en garde à vue dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Saint-Saturnin-les-Avignon. Hier après-midi, il comparaissait devant le tribunal correctionnel dans le même état que lors de son arrestation : l’haleine chargée d’alcool et… torse nu.

Il a été condamné à 4 mois de prison ferme : un retour à la case prison pour cet homme qui était sorti du Pontet en mars dernier.

Avant de quitter le tribunal pour le centre pénitentiaire, un proche du prévenu lui a généreusement donné… son t-shirt.

La Provence

Ostricourt, Nord : 18 interpellations pour trafic de cocaïne (MàJ vidéo)

Dix-huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lundi matin lors d’un vaste coup de filet pour démanteler un trafic de cocaïne à Ostricourt (Nord).

Agissant sur commission rogatoire d’un juge d’instruction, quelque 180 gendarmes et policiers, sept équipes cynophiles et l’hélicoptère de la section aérienne d’Amiens ont été mobilisés, selon un communiqué de la gendarmerie.

Les produits stupéfiants étaient vendus «pratiquement au grand jour» à certains endroits d’Ostricourt, commune située à proximité d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a précisé la gendarmerie à l’AFP.

Courrier Picard

Arles et Tarascon : importantes saisies de drogue

Plusieurs centaines de kilos de drogue ont été saisies entre Arles et Tarascon le dimanche 24 juin.

A Tarascon tout d’abord, un homme a dénoncé son fils qui gardait chez lui 250 kg de résine de cannabis.

Au péage d’Arles ensuite, les douaniers ont arrêté un bus et mis la main sur des valises contenant 286 kg de haschich. Elles appartenaient à un passager roumain.

RAJE

Rixe à Colombes : trois blessés

Dimanche soir, vers 20h25, en marge d’un carnaval tropical organisé dans la ville, un agent de la SNCF a signalé un attroupement dans la gare à la suite d’une rixe qui avait éclaté peu de temps auparavant entre plusieurs personnes.

A leur arrivée, les policiers ont découvert trois blessés. Deux d’entre eux ont été hospitalisés dans un état sérieux après avoir reçu des coups de couteau, notamment au niveau de l’abdomen. Un troisième homme, blessé à la lèvre, n’a pas souhaité être pris en charge par les secours.

Metro

Belgique : 300 g de cocaïne, 8.960 € et 9 GSM saisis chez deux Kosovars

Lundi, Arif et Mentor ont été mis à la disposition du juge d’instruction de service. Ils sont suspectés de se livrer à un trafic de cocaïne depuis leur habitation située à Sclessin. Dimanche, les enquêteurs ont perquisitionné le bâtiment.

Lors de la fouille des lieux, les policiers ont trouvé 8.960 €, 300 grammes de cocaïne et neuf GSM. Les Kosovars ont fini par reconnaître qu’ils avaient acheté la drogue au Kosovo pour 15.000 €. Ils comptaient ensuite vendre une partie de la drogue en Belgique et le reste en Allemagne.

La Meuse

Le violeur présumé arrêté et écroué

Une jeune femme de 25 ans, a été violée, dans la nuit de jeudi à vendredi, par un homme étranger originaire d’Afrique noire. Les faits se sont déroulés dans le cadre de la Fête de la musique. La jeune femme rentrait à pied, à son domicile, à Poitiers, lorsqu’elle a été abordée par un homme. Ce dernier est invité à monter chez elle. À l’issue de la conversation, elle lui demande de quitter le logement. Il refuse, le ton monte. Elle prend son téléphone portable pour appeler la police, il lui arrache des mains. Et la viole.
L’agresseur présumé reste cependant toute la nuit chez sa victime, lui disant qu’il avait un couteau sur lui. Le lendemain, vendredi, la jeune femme alerte la police.

L’auteur présumé, qui avait fait une demande d’asile, s’est présenté à la préfecture pour obtenir un titre de séjour. C’est là qu’il a été interpellé.

Le parquet a ouvert une instruction pour viol et le juge des libertés et de la détention l’a écroué.

La Nouvelle république

Algérien connu des services de police français arrêté…en Suisse

L’histoire remonte au 15 février 2012. Un petit accident a lieu dans une station de lavage automobile situé au chemin du Foron à Thônex. Le conducteur d’une voiture immatriculée en France effectue une marche arrière assez brusque et heurte l’avant de la voiture d’un autre conducteur.

Au début, tout se passe bien. Les deux conducteurs sont d’accord pour remplir un constat à l’amiable. Pourtant, lorsque le conducteur lésé, ayant complété ses rubriques, remet son stylo au conducteur fautif, celui-ci jette le stylo et se met à l’insulter. Le chauffard remonte alors dans sa voiture et manque de percuter le conducteur lésé en quittant les lieux. Ce dernier dépose une plainte. Au poste de police, le conducteur lésé reconnaît le chauffard,

un homme d’origine algérienne de 58 ans bien connu des autorités françaises,

sur une planche photographique.

Il s’avère que l’homme est recherché pour différentes infractions à Genève, comme un vol à la tire, où il a utilisé une carte de crédit volée dans deux pharmacies pour un montant de plus de 1000 francs et a tenté de retirer de grandes sommes d’argent dans divers bancomats. Par ailleurs, l’individu conduisait sans permis valable.

L’histoire s’achève samedi dernier vers midi. Le lésé de l’accident reconnaît son chauffard dans un commerce situé rue Peillonnex à Chêne-Bourg. Il contacte la police, qui se rend rapidement sur les lieux et interpelle l’individu au 1er sous-sol du parking du centre commercial, juste devant la voiture recherchée dans l’affaire de l’accident.

Le prévenu, qui « fait l’objet d’une interdiction d’entrée en Suisse pour une durée indéterminée » selon le communiqué de la police, a reconnu une bonne partie des faits reprochés ci-dessus.

Tribune de Genève

Marseille : Violemment agressé, il pourrait perdre un oeil (MàJ)

Addendum du 15/06/2012 - Marseille/agression : Le jeune aurait menti

Le jeune garçon de 16 ans avait raconté hier avoir été violemment agressé mercredi en fin d’après-midi dans un bus par des garçons du même âge qui voulaient lui voler son portable, dans les quartiers Nord de Marseille. [...] Or, « les vérifications faites sur les bandes vidéo du bus ne correspondent pas à la version qu’il a donnée des faits, » précise le parquet.

La victime aurait en fait été agressée par des dealers lui reprochant de travailler pour une autre équipe. Il pourrait du coup être poursuivi.

Le Figaro

Un adolescent de 16 ans a été violemment agressé mercredi en fin d’après-midi dans un bus par des garçons du même âge qui voulaient lui voler son portable, dans les quartiers Nord de Marseille, a-t-on appris jeudi de source proche de l’enquête.

Le jeune homme a résisté à la demi-douzaine de voleurs qui l’ont poursuivi sur la voie publique quand il est descendu à un arrêt avant le quartier de l’Estaque (16e) et lui ont porté plusieurs coups au visage, le jetant à terre.

Sauvée par une passante qui l’a aussitôt conduite au service des urgences de l’hôpital Nord, la victime, qui a subi une délicate opération de la cornée, pourrait perdre l’usage de son oeil droit, selon la même source.

Les investigations ont été confiées par le parquet à la Sûreté départementale, qui devrait prochainement visionner les bandes vidéo du bus.

Maritima

Paris : deux rixes entre jeunes filles

Une trentaine de personnes ont été interpellées hier soir à Paris (XVIIIème) après deux rixes coup sur coup entre bandes de jeunes filles, a annoncé Franck Carabin, porte-parole de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

Selon M. Carabin entre 18h45 et 21h00, à la suite d’un « contentieux » entre deux bandes de jeunes filles, plusieurs effectifs de police sont intervenus dans cet arrondissement pour deux rixes où il n’y pas eu de blessés.

Le Figaro

(Merci à Amidala et Firewall2)

Bretagne Plounévézel. Il se fait tirer dessus pour avoir proposé de l’aide

C’est une scène à peine croyable qui s’est déroulée jeudi soir à Plounévézel (29), petite commune à côté de Carhaix. Un père de famille s’est fait tirer dessus à deux reprises par des jeunes, sans explication. Vers 22h, alerté par les aboiements de ses chiens, cet homme sort de chez lui. Il voit alors une voiture garée difficilement et propose de l’aide à un jeune juste à côté. «Il m’a tout de suite insulté. J’ai gardé mon calme mais c’est parti très vite. Ils étaient deux dont un avec une arme», raconte la victime. L’un des jeunes sort une carabine à air comprimé munie de plombs et il tire sans sommation. Il atteint le père de famille dans la poitrine, au niveau du coeur. «Le plomb s’est planté dans ma peau mais n’a pas traversé. S’ils avaient eu une 22long rifle ou un fusil de chasse, j’y passais», explique la victime, encore traumatisée. Le père de famille est surpris mais il réagit. Il parvient à désarmer le jeune avec la carabine. Il est alors frappé à la tête par le second à l’aide d’un gros caillou. Sonné, il voit le tireur le mettre en joue et viser la tête. Il se protège avec les mains et prend un plomb dans le bras gauche. Cette fois, le projectile traverse la peau. La victime parvient à se réfugier chez elle où se trouvent sa femme et ses trois enfants. Pas de quoi calmer les jeunes qui cassent des carreaux pour tenter d’entrer. Le père de famille prend alors une batte de baseball et sort affronter les assaillants. Il parvient à les faire reculer. C’est alors qu’arrivent les gendarmes de Carhaix qui interpellent les agresseurs. Placés en garde à vue, ces deux Carhaisiens, âgés de 17 ans, ont été présentés hier à un juge brestois. Le procureur a demandé leur incarcération.

Le Télégramme