Un prof de math licencié à Marseille car « trop barbu », refusait de serrer les mains (vidéo)

Une fois de plus on peut constater que les ramifications de l’islamophobie sont multiples, et qu’il ne nous est pas permis d’être spectateur. Martin Luther King s’est dressé face aux USA contre l’acharnement des noires, Il est temps que tout individu épris de justice se dresse contre ces injustices en France et ailleurs. Le prophète Mohamed (Paix et bénédiction sur lui) a dit :  » Quiconque voit une injustice qu’il la combat par sa main, s’il ne peut pas avec sa langue, et s’il ne peut pas avec son cœur, et c’est là, le plus bas degrés de la foi.

 

 

Islamisation.fr

Trois élèves de Fécamp offrent à leur prof un gâteau fabriqué avec des crottes de souris

Le 24 mai dernier, une professeur de français du lycée Descartes de Fécamp retrouve sur son bureau un gâteau au chocolat. Certains déclarent que c’est un cadeau de la classe, d’autres affirment que c’est seulement une offrande venant d’un groupe d’élèves. La professeur, en poste depuis un an dans cet établissement, rentre chez elle avec le gâteau. Ses élèves lui adressent alors un courriel l’alertant que la gâteau a été réalisé avec des crottes de souris. Les élèves en question avaient également prévenu la direction du lycée. Les responsables s’avèrent être trois lycéennes en bac pro. Celle, qui a été identifiée comme la leader et qui a reconnu les faits, a été exclue définitivement du lycée. Ses deux comparses ont été exclues huit jours.

(…) France 3 Haute Normandie

Belgique : Le voile des professeurs de religion islamique autorisé à l’école

Les établissements scolaires ne peuvent pas obliger les enseignantes de religion islamique voilées à ne porter le voile qu’en classe, pendant les cours, et l’interdire ailleurs dans l’établissement, selon un arrêt du Conseil d’Etat. L’arrêt a une portée générale en Fédération Wallonie-Bruxelles.

La commune de Grâce-Hollogne, qui pratiquait cette règle dans ses établissements, est condamnée à modifier son règlement d’ordre intérieur : le Conseil d’État l’oblige à retirer la disposition qui, depuis 2011, n’autorisait aux enseignantes d’islam de porter le voile que dans leur classe et pendant leurs cours, et pas ailleurs à l’école.

Grâce-Hollogne croyait pouvoir opposer le principe de neutralité de l’enseignement et le devoir des professeurs de respecter la liberté de conscience des élèves : «Le voile islamique est un symbole religieux visible et fort, incompatible avec le devoir de neutralité.»

Selon le Conseil d’État , les professeurs de religion islamique ne sont pas tenus au devoir de neutralité, pas plus d’ailleurs que ceux d’autres religions reconnues. […] Le conseil d’État cite Xavier Delgrange pour qui «l’enseignement de la religion échappe pratiquement totalement au contrôle des autorités publiques […] Les titulaires de cours de religions reconnues ne sont pas astreints au devoir de neutralité et même, le prosélytisme de leur part n’est pas critiquable».

La Libre Belgique

Lille : un prof rackette la famille d’un élève en échange de son silence (màj vidéo)

Addendum

Le professeur se défend de tout chantage :

« C’est la famille qui m’a demandé un arrangement financier pour que leur fils n’ait pas un casier judiciaire pour le nuire, pour l’empêcher de rentrer dans la gendarmerie… »

France 3 et La Voix du Nord

Merci à Claude

________________________________

Le racket en milieu scolaire survient habituellement entre les élèves. Cette fois, c’est un professeur de 53 ans que des parents d’élèves accusent de leur avoir soutiré de l’argent, 2000 euros, en échange de son silence sur «une grosse bêtise» de leur fils. L’affaire, révélée par France Bleue Nord, débute en décembre 2011, dans un lycée de la région d’Avesnes-sur-Helpe (Nord).

Pendant un cours, une boulette de papier vole et atterrit sur la tête du professeur. Ce dernier imagine alors un stratagème pour le moins incroyable. Il convoque les parents du lycéen, âgé de 16 ans, explique que l’affaire est grave, qu’il souffre depuis «l’agression» de maux de tête. Bref, si la famille ne veut pas qu’il engage des poursuites, il va falloir se plier à un marché : payer 10 000 euros. Pour ce faire, il établit un véritable contrat, noir sur blanc, qui fixe les dates et le mode de paiement. Les parents, d’origine modeste, signent un engagement à verser 300 euros par mois au professeur. [...]

Le Parisien

Merci à Thomina

Sauvian (34) : la mère d’élève assène un coup de poing à l’institutrice

Jeudi, une institutrice de l’école primaire de Sauvian a été victime d’une agression : un coup de poing donné par une mère d’élève.

Tout commence par une réprimande. Une institutrice de Sauvian gronde une écolière dans la journée. Jusque là, rien d’anormal. Mais après les cours, la fillette va se plaindre à sa mère qui part demander des explications à la professeur.

La discussion tourne mal, les esprits s’échauffent et la mère de famille perd son sang-froid. Elle assène alors un violent coup de poing sur l’épaule de l’enseignante. Les faits se déroulent à l’extérieur de l’établissement, sur le parking réservé aux enseignants devant témoins.

(…) Midi libre

Merci à Bourgmestre

Saint-Priest ( 69): Une prof de lycée victime d’antisémitisme

Tout commence par le témoignage, il y a quelques semaines, d’une enseignante, professeur contractuelle d’histoire-géographie au lycée Condorcet de Saint-Priest. En voie de conversion au judaïsme, elle fréquente assidûment la Grande synagogue du quai Tilsitt à Lyon. C’est alors qu’elle se confie au Grand Rabbin, Richard Wertenschlag, sur des attaques à caractère antisémite qu’elle dit avoir subies dans le cadre de son travail.

Quelques jours auparavant, elle aurait été victime des sarcasmes de ses élèves, au lendemain de Yom Kippour, fête religieuse juive pour laquelle elle avait obtenu un jour de congé le 26 septembre. « On ne veut pas d’une juive comme professeur dans notre classe« , auraient lancé les lycéens. Plus tard, le 3 octobre, à l’occasion d’une manifestation (supposée) pro-palestinienne devant le lycée, trois individus pénètrent dans sa classe et perturbent le cours – ils sont évacués avec l’aide d’autres enseignants et de la proviseure. Quelques jours plus tard, nouvel accrochage en classe lors d’un cours sur la naissance de l’Etat israélien : les élèves auraient dénoncé avec fougue « l’impérialisme juif » en Palestine, et auraient refusé d’admettre le droit à l’existence d’Israël, pays « voleur de terre« .[...]

Interrogés, les services du rectorat livrent une version des faits bien différente : si elle ne nie pas la succession d’incidents au lycée, l’institution a répondu, nous dit-on, « de manière adéquate » aux inquiétudes de l’enseignante. Pour preuve, la plainte déposée après l’affaire d’intrusion – les jeunes délinquants ont été identifiés, et l’un d’eux jugé. D’autre part, « il n’y a pas eu de rappel à l’ordre, mais des conseils prodigués » : suite aux accrochages entre la prof et ses élèves, l’inspectrice a convoqué l’ensemble des enseignants d’histoire-géo du lycée, « afin de ne pas stigmatiser l’intéressée« . S’en est suivi un briefing collectif sur la manière d’aborder les relations israélo-palestiniennes en classe.[...]

Lyon Mag

 

Laval. Une professeure de collège violemment agressée par un élève

Une professeure de musique du Cours Sainte-Thérèse à Laval a été agressée en plein cours mardi par un élève qui était repéré comme sujet pouvant se mettre facilement sous tension.

L’auteur, âgé de 13 ans, s’est subitement emporté alors que son professeur venait l’aider à corriger un exercice. Il lui a donné plusieurs coups de poing sur le corps et au visage, avant de s’enfuir. L’enseignante, très choquée, souffrait d’un mal de tête et d’ecchymoses mais est restée sur place tout l’après-midi.

(…) Ouest France

Lyon : Un professeur agressé par un parent d’élève. 18 mois ferme requis (Màj)

Addendum du 06/11/12

L’agresseur a été jugé dangereux au vu des menaces proférées à l’encontre des élèves qui assistaient au cours d’EPS durant lequel il a frappé le professeur. « Vous n’avez pas intérêt de parler sinon je vous tue » aurait-il dit aux élèves qui assistaient au cours de sa fille.

L’emploi d’une matraque télescopique pour frapper le professeur a également pesé dans la balance

Lyon Capitale

Trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, ont été requis aujourd’hui à l’encontre d’un père d’élève jugé à Lyon pour l’agression d’un professeur d’éducation sportive du lycée la Martinière-Duchère. Le parquet a assorti ses réquisitions d’une mise à l’épreuve et d’une obligation de soins. [...]

Le Figaro

———————-

Addendum du 11/10/12

Le père d’élève accusé d’avoir agressé mardi un professeur d’éducation sportive du lycée la Martinière-Duchère à Lyon, a été placé en détention provisoire jeudi au terme de sa comparution immédiate devant le tribunal de grande instance de Lyon. [...]

« Je tiens à m’excuser devant le professeur et les élèves », a répété Lofti Gouri à deux reprises.

Cet homme de nationalité algérienne, père de trois enfants, a déjà été condamné à huit reprises, notamment pour vol et violences aggravées.

[...] « Il m’a frappé avec la matraque au thorax, je suis tombé, et quand je me suis relevé il m’a donné des coups de poings au visage », a expliqué Jean-Luc Réocreux. « Je n’accepte pas les excuses de ce monsieur », a déclaré l’enseignant au terme de l’audience.

[...] Une grande majorité des 2.350 lycéens de l’établissement se sont déplacés pour montrer leur solidarité envers le professeur molesté, un professeur visiblement très apprécié des élèves, qui le surnomment « Astérix » pour ses petites moustaches blondes et sa bonne humeur.

Nouvel Obs

 ——————-

10/10/12

Un professeur d’éducation physique et sportive du lycée La Martinière-Duchère (Lyon 9e) a été agressé par un parent d’élève hier en fin de matinée. L’enseignant a été légèrement blessé au cours de l’altercation qui a, semble-t-il, éclaté dans le gymnase suite à un cours de sport.

Selon les premiers éléments de l’enquête, une dispute aurait éclaté dans un premier temps entre le professeur et une élève pour un motif encore inconnu. Mécontente, la lycéenne a ensuite appelé son père pour se plaindre du comportement de l’enseignant. C’est suite à cet appel que le père de la jeune fille a pénétré dans l’établissement pour s’en prendre au professeur. Ce dernier a été pris en charge par les pompiers vers 11 h 25 puis conduit à l’hôpital pour passer des examens complémentaires.

L’auteur de l’agression a quant à lui été interpellé par la police peu de temps après les faits. Le proviseur de l’établissement et le rectorat de Lyon n’étaient pas joignables hier soir. [...]

Le Progrès

Une enseignante poignardée à l’université Lille 1 ce vendredi matin

Une professeur de l’université Lille 1 à Villeneuve d’Ascq a reçu deux coups de couteau ce matin par l’un de ses élèves selon une information de la Voix du nord. Les faits se sont produits vers 10 heures alors que l’enseignante d’une quarantaine d’année donnait cours au pôle «GMP et chimie» de la faculté.

Pour des raisons encore inconnues, l’étudiant a poignardé son enseignante à deux reprises, avant d’être rapidement désarmé par d’autres étudiants. Agé d’une vingtaine d’années, l’agresseur présenterait des troubles psychiques, selon le quotidien.

L’enseignante a été transportée à l’hôpital Saint Vincent de Lille. Ses jours ne sont pas en danger.

Les agressions d’enseignants se multiplient

Ces derniers jours, les agressions d’enseignants se multiplient. A deux jours d’intervalle, une professeure de français et une principale de collège ont été agressées par des collégiens. L’une à La Seyne-sur-Mer (Var), l’autre aux Herbiers (Vendée).

D’autres cas de violences scolaires ont émaillé cette rentrée scolaire, notamment à Bordeaux (Gironde) et à Poitiers (Vienne). A Poitiers, l’enseigante a été frappée par la mère d’un élève, tandis qu’à Bordeaux un professeur a lui été frappé par un de ses élèves.

Le Parisien
(Merci à Zentropiste/Jean Michel)

Paris XIIe: Cours suspendus dans un lycée après des violences

Depuis hier après-midi, tous les cours sont suspendus au lycée professionnel Théophile Gautier, à Paris. C’est l’accumulation de plusieurs faits de violence qui aurait provoqué la colère des enseignants.

Il y a deux semaines un élève de troisième aurait tenté d’étrangler le proviseur adjoint en pleine classe. Huit policiers avaient dû intervenir dans la classe pour parvenir à le maîtriser et à le faire sortir de l’établissement.

Cette fois, «un enseignant s’est vu menacer de mort par deux élèves, obligeant à nouveau les professeurs à exercer leur droit de retrait», écrivent les syndicats Snuep FSU et Snetaa FO dans un communiqué publié ce mardi. [...]

Les professeurs demandent notamment au rectorat le dédoublement des heures dans les classes difficiles, des moyens de surveillance supplémentaires, une infirmière à plein temps, et le poste de conseiller principal d’éducation perdu l’an passé. Une délégation du personnel a été déjà été reçue au rectorat vendredi mais sans obtenir satisfaction sur l’ensemble des demandes.

Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, a annoncé mi-septembre son intention de créer prochainement une «délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire».

Le Parisien
(Merci à Lilib)

Paris XIXe: Un professeur de sport pris à partie et giflé par des jeunes

Un professeur d’éducation physique a été pris à partie lundi après-midi et giflé par des jeunes gens lors d’une sortie au parc des Buttes-Chaumont (Paris XIXe) sous les yeux de ses élèves de 5ème.

Vers 16 h 45, l’enseignant et sa classe de 5ème du collège Saint-Georges, qui pratiquaient des exercices physiques dans le parc, ont essuyé insultes et jets de marrons lancés par un groupe de jeunes.

Le prof a ensuite été giflé par l’un des agresseurs alors qu’il tentait de faire cesser les jets de projectiles. Arrivée rapidement sur place, la police a procédé à sept interpellations avant de relâcher les suspects. Le professeur a déposé plainte.

Le Parisien

Une enseignante giflée par un collégien : ni plainte, ni exclusion

Une enseignante du collège de Buxerolles, près de Poitiers, où une de ses collègues avait été agressée mercredi par une mère d’élève, a reçu ce vendredi une gifle d’un collégien, un geste qui n’a été suivi ni de plainte ni d’exclusion, a-t-on appris dans la soirée de source rectorale et syndicale.

Un élève de 4ème, lors d’un cours d’éducation physique en fin de matinée, a giflé son professeur après avoir apparemment mal interprété une remontrance ou un geste de l’enseignante, a-t-on indiqué auprès du rectorat. La direction du collège a procédé alors à l’audition des autres élèves puis a réuni les professeurs de la classe. Elle a convoqué la réunion la semaine prochaine du conseil de discipline qui statuera sur le sort de l’élève dont les enseignants n’ont pas demandé l’exclusion. Ni l’enseignante ni l’établissement n’ont déposé plainte. [...]

Le Figaro