Martinique : trois jeunes mis en examen après la mort d’un policier en service

Deux jeunes hommes et une jeune femme ont été mis en examen vendredi soir dans l’enquête sur le décès d’un fonctionnaire de police à Fort-de-France il y a trois jours. Deux d’entre eux ont été mis en examen pour « violence sur agent de la force publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner », après le décès du policier, suite à une intervention mercredi devant le commissariat de Fort-de-France, a indiqué le procureur de la République de Fort-de-France, Eric Corbaux.

L’agent est décédé mercredi des suites d’un malaise cardiaque survenu après une interpellation mouvementée, dans l’enceinte même du commissariat, devant l’entrée de l’hôtel de police. Trois jeunes, âgés de 19 à 25 ans, étaient venus demander des comptes après l’interpellation, un peu plus tôt, d’une quatrième personne pour détention de stupéfiants.

(…) Le Parisien

Portugal : 15 000 policiers en colère (+video)

Plus de 15 000 policiers en colère ont défilé jeudi 6 mars à Lisbonne contre les coupes dans leurs salaires avant de manifester devant le Parlement dans un climat tendu, face à leurs collègues en uniforme.

« Depuis janvier, on m’a déjà retiré près de 200 euros de mon salaire. Et je ne compte plus les coupes appliquées depuis trois ans ! » a témoigné Antonio Ferreira, un gendarme venu de Coimbra.

La manifestation s’est soldée par dix blessés parmi les policiers et les manifestants

Le programme de rigueur budgétaire draconien auquel le Portugal est soumis en échange d’un plan d’aide internationale a suscité la grogne de la population.

Pour cette année, le gouvernement a approuvé des coupes sévères dans les salaires des fonctionnaires et les retraites.

Le Monde

Paris : frappé par un policier, un retraité porte plainte (vidéo)

Un retraité de 65 ans a porté plainte après avoir reçu début février plusieurs coups d’un policier en civil lors d’un contrôle routier à Paris qui a dégénéré, a-t-il annoncé à l’AFP et à BFMTV. L’homme se rendait à la maternité voir sa fille venant d’accoucher.

A l’appui de sa plainte déposée le 13 février, Didier Léon a produit une vidéo, filmée d’un étage par un riverain. On y voit un homme, penché dans l’habitacle d’une voiture à l’arrêt dans l’est parisien.

Il assène une dizaine de coups au conducteur.  »A l’origine de cette affaire, il y a une infraction routière », commente-t-on à la préfecture de police qui se refuse à tout commentaire sur les violences.

(…) Le Nouvel Obs

Espagne : plus de 200 migrants entrent à Melilla , la police reçoit l’ordre de ne plus utiliser de balles en caoutchouc

Il s’agit de l’une des arrivées les plus massives des dernières années : plus de deux cents migrants venus d’Afrique subsaharienne ont franchi la frontière espagnole depuis le Maroc vendredi 28 février à Melilla.

Ils étaient trois cents, selon la préfecture de la ville, à avoir tenté à l’aube de passer le triple grillage qui sépare l’enclave du royaume arabe. Dans la matinée, « 214 immigrants avaient rejoint le centre d’accueil pour immigrés » du gouvernement espagnol, « chantant des chants de joie alors qu’ils traversaient la ville », a indiqué la préfecture dans un communiqué.(…)

A la suite de cet assaut tragique, le ministère de l’intérieur a annoncé mardi que la garde civile avait désormais interdit à ses agents de tirer des balles en caoutchouc pour repousser les tentatives d’entrée en force d’immigrants à Ceuta et Melilla.

Le Monde

(Merci à Memory One)

A la 116e procédure pour vol, le jeune bosniaque est incarcéré pour six mois

Il disait s’appeler « Ramo » et avoir 14 ans. Depuis cinq ans, ce jeune homme d’origine bosniaque sévissait aux côtés d’autres comparses dans le métro parisien. Dimanche 23 février, celui qui se prétendait comme la plupart des voleurs à la tire du clan Hamidovic, a été interpellé avec deux jeunes femmes sur la ligne 4 à la station Châtelet.

Âgé en réalité de 19 ans, ledit « Ramo » avait déjà fait l’objet de 116 procédures pour vols. Jugé en comparution immédiate au Tribunal de grande instance de Paris à l’issue de sa garde à vue mardi, le jeune homme a été condamné à six mois de prison et incarcéré à Fleury-Mérogis.

Metronews

Yvelines : les gens du voyage ouvrent le feu sur les policiers

Une patrouille de police a été piégée mercredi soir à Vernouillet (Yvelines) dans un camp de gens du voyage sédentarisés, selon nos informations. Les forces de l’ordre ont essuyé plusieurs coups de fusils qui n’ont fait aucun blessé. Vers 22 heures, elle prennent en chasse une voiture suspecte dans le centre-ville. La poursuite les mène dans un camp, situé Chemin des Chesnées. Les policiers se retrouvent encerclés, bloqués par des véhicules.

« Plusieurs coups de feu ont été tirés en l’air avec des fusils à pompe et au moins sept dans leur direction », dénonce Loïc Travers, délégué du syndicat Alliance. Les policiers se sont réfugiés derrière un mur. Aucun d’entre eux n’a été touché.

(…) Le Parisien

Cheptel, récolte, matériel… Quand les agriculteurs se font piller

Les exploitants agricoles, de plus en plus nombreux à subir des vols, ont lancé un appel à Manuel Valls, quelques jours avant le Salon de l’agriculture qui s’ouvre aujourd’hui .

(…) Entre 1996 et 2009, la gendarmerie a recensé 7.000 plaintes pour vol en moyenne chez les exploitants agricoles. Mais depuis quatre ans, elles ont grimpé de façon alarmante : 7.489 en 2010, 8.469 en 2011, 9.750 en 2012 et 10.426 en 2013.

« Nous avons envisagé la généralisation d’un travail conjoint entre la gendarmerie et les réseaux de la Fédération », explique Dominique Barrau. L’expérimentation d’une plate-forme électronique d’alerte au niveau départemental, que chaque agriculteur pourra alimenter par SMS, devrait, selon Manuel Valls, se généraliser, « pour être plus réactif s’il est spectateur d’un agissement particulier ».

(…) « En milieu agricole, nous sommes chasseurs, et nous sommes tous armés. Il ne faudrait pas qu’il y ait un drame… » D’autres organisent des rondes de nuit, le bâton à la main.

(…) Le Nouvel Obs

Mantes la Jolie (78). La main arrachée en voulant tendre un guet-apens aux pompiers

Un jeune homme de 19 ans est hospitalisé ce samedi matin à l’hôpital de Mantes-la-Jolie. Il aurait participé vendredi soir à un guet-apens visant les pompiers dans le quartier du Val-Fourré. Appelés pour un incendie imaginaire, les hommes du feu ont été attaqués par une bande et visés par des tirs de mortier, ces tubes qui tirent des feux d’artifice. Les policiers ont été appelés à la rescousse mais, à leur arrivée, la cité avait retrouvé son calme.

Quelques minutes plus tard, un jeune homme du même quartier était admis aux urgences avec la main arrachée. Devant les médecins, il a reconnu être avec le groupe qui a attaqué les pompiers mais a expliqué avoir voulu se défendre d’un mortier. Une version qui, selon les premiers éléments de l’enquête, ne correspondrait pas aux blessures constatées.

(…) Le Parisien

Etats-Unis. Un Blanc et un Noir tentent de voler une voiture : qui se fait arrêter le premier ?

L’expérience sociale a été tentée par deux amis dans les rues de Los Angeles et les réactions diffèrent nettement selon le profil du « voleur »….

La performance a été mise en scène par le collectif Simple Misfits et cherche à mettre en évidence les réflexes conditionnés de la société moderne. Le concept est simple et présenté par les deux protagonistes au début de la séquence vidéo: quelle sera la réaction des passants devant les méfaits commis sous leurs yeux ?

(…) 7 sur 7

Merci à bebel68

Colayrac (47). Flashé à 157 km/h au lieu de 90, le conseiller général PS est relaxé

Finalement, Francis Da Ros n’aura pas eu à employer très longtemps un chauffeur pour ses déplacements. Hier, le tribunal de police a annulé la procédure dont il faisait l’objet pour une erreur dans la rédaction du procès-verbal.

Le 8 janvier dernier, le conseiller général avait été flashé par les gendarmes. Sans doute pressé, l’homme circulait à une vitesse de 157 km/h sur un axe limité à 90 km/h. Convoqué devant le tribunal de police, l’élu a été représenté par son avocat qui s’est employé, dans sa plaidoirie, à démontrer que le procès-verbal établi par les gendarmes comportait une erreur assez notoire.

(…) Le ministère public, convaincu par les arguments de la défense a plaidé lui aussi pour la nullité du procès-verbal en raison d’un problème de localisation. Le tribunal a donc fini par accéder aux demandes des deux parties et a donc prononcé la relaxe du conseiller général du canton de Houeillès, également président du Sdis. Il s’est par ailleurs vu restitué son véhicule. Il risquait la saisie de son véhicule ainsi qu’une amende de 1 500 €.

(…) La Dépêche

Nangis (77) : séquestré et battu lors d’un rite d’entrée dans une bande

Deux hommes ayant menacé de mort et séquestré un jeune de 18 ans lors d’un rite initiatique ont été interpellés mercredi et doivent être jugés ce vendredi en comparution immédiate pour « menaces de mort matérialisées ». « Le plus jeune a refusé de donner 500 euros aux deux autres pour qu’ils s’achètent des stupéfiants » prélude à une entrée dans leur bande, a déclaré une source policière. Les faits se sont déroulés le 12 février dans une cité d’un quartier sensible de Nangis.

Les deux hommes mis en cause, âgés de 24 et 25 ans et qualifiés de « petites crapules locales », ont enfermé le troisième dans leur appartement. Après l’avoir ligoté aux poignets et aux chevilles avec des rallonges électriques, ils l’ont soumis « tout l’après-midi » à un « rite initiatique ». La victime a reçu des coups de poing et des menaces de mort « au marteau et à la scie ». Ses agresseurs ont également aspergé le jeune garçon de liquide inflammable, avant de mettre le feu à son pantalon. « Ils lui ont même fait sniffer ce qu’ils ont prétendu être de la cocaïne », a poursuivi la source policière, sans pouvoir confirmer la nature du produit, mais indiquant que la victime avait ressenti des effets.

Après avoir refusé d’aller « voler le tiroir caisse d’une petite supérette » à la demande de ses agresseurs, le jeune homme a finalement été libéré. Il a alors prévenu les forces de l’ordre. Pour interpeller les deux agresseurs présumés, mercredi, pas moins de 60 gendarmes ont été mobilisés. En effet, l’un des deux hommes était particulièrement connu pour être violent.

(…) Le Parisien