François Hollande oublie Pâques mais pas l’Aïd. Deux poids, deux mesures ?

Se retranchant derrière la laïcité, François Hollande n’a pas souhaité une bonne fête de Pâques aux catholiques français. On se souvient pourtant qu’il avait adressé ses vœux aux musulmans de France pour la fête de l’Aïd. Deux poids, deux mesures ? Gérard Leclerc journaliste, philosophe, essayiste et est éditorialiste à France catholique et à Radio Notre-Dame est interrogé par Le Figaro.

Le premier à avoir manifesté son hostilité à la mention des «racines chrétiennes de l’Europe», c’est Jacques Chirac, dans la lignée du radical-socialisme plutôt que dans celle du gaullisme.

Que vous inspire ce deux poids, deux mesures ?

Le salut aux musulmans de François Hollande est de nature opportuniste et politique. C’est une clientèle électorale essentielle au Parti socialiste, qui est en train de lui échapper à cause des réformes sociétales, et qu’il s’agit de bien soigner. […]

Cela témoigne-t-il d’une hostilité particulière que vouerait le président aux catholiques suite à l’affaire du mariage pour tous, ou plus généralement une indifférence de la classe politique française à l’égard des catholiques ?

Je pense qu’il s’agit d’un problème propre à François Hollande, mais qui rejoint également une tradition et une culture française. Comme l’a souligné Samuel Pruvot dans son livre François, Hollande, Dieu et la République (Salvator, 2013), François Hollande s’est éloigné du catholicisme, pourtant prégnant dans sa famille, et retranché dans un agnosticisme fermé à l’égard de toute inquiétude religieuse.

Il rejoint ainsi une tradition française positiviste née avec les Lumières qui ont eu en France une tonalité bien particulière par rapport à d’autres pays européens, celle d’une philosophie antichrétienne et anticatholique qui a débouché sur la déchristianisation entreprise par la Révolution française. De là provient l’ambiguïté fondamentale de la notion de laïcité dont on ne sait pas si elle traduit une neutralité du pouvoir ou la promotion délibérée d’un athéisme d’État. […]

Sans nier les évolutions de l’histoire et la pluralité de nos appartenances, on ne peut ignorer une histoire chrétienne qui a profondément marqué les mentalités, la culture et jusqu’aux paysages de notre pays. Il y a quelque chose de malsain dans cette amnésie de l’Europe à l’égard de son passé religieux.

Nous sommes à la veille des élections européennes. L’Union européenne devrait-elle, selon vous, faire référence à ces «racines chrétiennes de l’Europe» ?

Je pense que c’est une évidence. Malheureusement, ce n’est pas la direction que prend l’Europe, noyée dans des préoccupations économiques et technocratiques. […]

Le Figaro

Locmaria (56) : Des tags blasphématoires sur le site de la chapelle

Des propos blasphématoires et injurieux contre l’Église catholique ont été peints sur la voie publique et à l’entrée de la chapelle de Locmaria (56) dans la nuit du samedi Saint et du dimanche de Pâques. Des tags découverts alors que les fidèles s’apprêtaient à assister à l’office Pascal.

Le site de Locmaria fait partie de la paroisse de Carnac qui appartient au diocèse de Vannes. Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie par son recteur, le père Jérôme Sécher.

Bretagne.France3 (Merci à Microlibats)

Dole (Jura): il installe un tapis de prière et prie Allah pendant la messe de Pâques (màj)

L’homme aurait écrit sur le registre paroissial

Les fidèles ont assisté à la scène ébahis. Ce dimanche matin, dans une collégiale pleine à craquer, un homme vêtu d’une djellaba et d’une coiffe est venu faire sa prière. Il a installé un tapis, à gauche de l’autel, alors que la messe de Pâques était en train d’être célébrée.

L’homme, visiblement perturbé, a lu des versets du Coran avant d’écrire quelques lignes en arabe dans le registre paroissiale. Après avoir troublé une première fois la messe des rameaux, il y a une semaine à la Bedugue puis à la collégiale, des fidèles avaient prévenu la police.
Un équipage est venue lui demander de quitter les lieux, dans le calme. Le sous-préfet, qui a été avisé de ce trouble à l’ordre public, a tenu à préciser : «Il ne faut pas créer d’amalgame. Cette attitude déplacée est le fait d’un individu visiblement perturbé.»

Le Progrès

«Est-ce normal que l’on continue dans un pays laïc à donner tant d’importance aux fêtes chrétiennes ?» (Le Figaro)

Pâques est célebrée ce dimanche par plus d’un milliard de catholiques dans le monde. L’Evêque de Lourdes, Mgr Brouwet explique à Figarovox la signification de cette fête. L’article du Figaro est intitulé : «La fête de Pâques a-t-elle encore un sens religieux ?»

L’Eglise s’apprête à fêter Pâques. Pourquoi cette fête est importante pour les catholiques ?

La fête de Pâques est, avec Noël, la plus grande fête de l’année. Nous célébrons la Résurrection du Christ. Toute la foi chrétienne tourne autour de ces deux évènements: Dieu qui se fait homme dans le mystère de Noël ; le Christ ressuscité des morts dans le mystère de Pâques. […]

Cette fête a-t-elle encore un sens dans une société déchristianisée ?

[…] Dans ce monde déchristianisé, les chrétiens cherchent à témoigner que ni la mort ni la nuit n’ont le dernier mot ; ils confessent que nous sommes appelés à vivre, et à vivre debout, dans l’attitude du Ressuscité. […]

Est-ce normal selon vous que l’on continue dans un pays laïc à donner tant d’importance aux fêtes chrétiennes ?

[…] La liberté religieuse est le garant ultime des libertés individuelles: l’Etat ne pourra jamais contrôler la relation personnelle qu’un croyant entretient avec Dieu. Les fêtes religieuses doivent être maintenues pour cette raison: parce qu’en les conservant, le pouvoir politique reconnaît que ce qui touche à la foi dépasse sa compétence et que la liberté doit être laissée aux croyants de célébrer ensemble – et selon les modalités qu’ils choisissent- la foi qui les anime. […]

Le Figaro

Syrie : Bachar el-Assad se rend dans la ville chrétienne libérée de Maaloula pour la fête de Pâques

Le président syrien Bachar el-Assad a effectué dimanche un rare déplacement à l’occasion de la fête de Pâques en se rendant à Maaloula, localité chrétienne reprise aux rebelles par l’armée en début de semaine, selon la télévision d’Etat.

« Le jour de la résurrection du Christ, et du coeur de Maaloula, le président Assad souhaite de joyeuses Pâques à tous les Syriens, et le rétablissement de la paix et de la sécurité à l’ensemble de la Syrie », a annoncé la chaîne dans un bandeau diffusé en bas de l’écran, sans cependant montrer d’images.

«Le président Assad s’est rendu au monastère de Mar Sarkis (Saint Serge et Bacchus) et a inspecté les dégâts et les destructions occasionnés par les terroristes», a ajouté la chaîne.

Ce monastère, fondé à la fin du Ve siècle, est un des plus anciens du Moyen-Orient. Il est dédié à Serge et Bacchus, officiers romains martyrisés en raison de leur foi sous le règne de l’empereur Maximien Galère (250-311).

La page de la présidence syrienne sur Facebook a montré une photo de M. Assad au côté d’un dignitaire chrétien en tenant entre les mains ce qui semble être des fresques endommagées de la Vierge et de Jésus.

Lundi, l’armée syrienne, appuyée par le Hezbollah, a repris cette localité chrétienne au nord de Damas, connue pour ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme et pour le fait que ses habitants parlent l’araméen, la langue du Christ, selon la tradition.
Des rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra affiliés à el-Qaëda, s’étaient emparés de Maaloula début décembre. Ils avaient alors enlevé 13 religieuses, qui ont été libérées en mars lors d’un échange de prisonniers.

Le Figaro

De Jérusalem à Rome, les chrétiens célèbrent le Vendredi Saint (Vidéo)

C’est aujourd’hui pour les chrétiens du monde entier, le Vendredi Saint. D’après les Évangiles, cela correspond au jour de la crucifixion du Christ. La journée est marquée par des processions, des chemins de croix.

A Jérusalem, des milliers de pèlerins et de touristes sont venus, comme chaque année, assister à cet événement. Pour l’occasion, la Vieille ville a été placée sous haute surveillance.

A Rome, le pape François présidera dans la soirée le traditionnel chemin de croix au Colisée. Un évêque italien très connu dans l’engagement antimafia, Giancarlo Maria Bregantini, a rédigé les méditations qui seront lues lors des 14 stations commémorant la montée de Jésus au Golgotha.

Aux Philippines, certains catholiques ont rejoué la scène de la crucifixion, à San Fernando, à une cinquantaine de kilomètres de Manille. Ce genre de reconstitution particulièrement spectaculaire est réprouvé par l’Eglise mais il attire tous les ans, en plus des fidèles, de nombreux curieux, y compris des touristes étrangers.

euronews

Battage médiatique autour du ramadan, silence ou moqueries pour les rituels et fêtes catholiques

Vivien Hoch, chercheur en philosophie, souhaite que la «visibilité« du ramadan en France permette «de décomplexer les chrétiens vis-à-vis de leur pratique religieuse et de leurs traditions ».

Le ramadan démarre dans une fanfare médiatique, politique et avec la bénédiction des responsables marketing des supermarchés de banlieue. Visible, communautariste et exotique, le ramadan semble devenu le rite religieux le plus suivi en France, ce qui ne peut manquer de questionner le chrétien, et de le mettre en face de sa propre pratique. Montrez-moi un chrétien qui jeûne encore pour le carême. Qui voit et célèbre encore en Noël autre chose qu’un repas et des cadeaux en famille ? […]

Le contraste entre le battage médiatique autour du ramadan et le silence entrecoupé de moqueries qui entoure les pratiques religieuses de l’Église catholique est significatif de l’ambiance idéologique qui règne en France. Il suffit de sortir de sa sacristie pour constater que la pratique religieuse catholique (confession, carême, pénitences, etc.) est perçue comme extrêmement ringarde, y compris par de nombreux catholiques ; a contrario, il est extraordinaire pour tout ce beau monde de voir les fidèles musulmans respecter leurs rites et leurs pratiques plutôt visibles.

C’est dans ce cadre que la pratique très visible du ramadan en France devrait interroger tout chrétien, ou même tout patriote qui sait que la vie de son pays, de ses régions et de ses villages a été portée par une ritualité chrétienne. La pratique du ramadan en France pourrait permettre de réinterroger notre rapport à notre propre religion, à nos propres traditions et à nos propres repères.

Le ramadan réimplante au cœur de la France un sens de la communauté et une ouverture au sacré que les Français en général ont complètement abandonnés. Si le ramadan peut servir d’aiguillon pour les chrétiens, et réveiller les traditions, les rites et les belles pratiques religieuses, alors je dis : bon ramadan !

Bon ramadan

Asturies (Espagne) : Suppression de toute référence à des fêtes chrétiennes dans les calendriers scolaires

Le gouvernement de la Principauté des Asturies, communauté autonome d’Espagne, a envoyé aux écoles de la région une circulaire demandant que les références à des fêtes chrétiennes disparaissent des calendriers scolaires. C’est la ministre de l’éducation, Ana González Rodríguez, qui signe le document, dans lequel elle appelle ainsi à remplacer Noël par «vacances d’hiver» et Pâques (et la Semaine sainte) par «vacances de la fin du deuxième trimestre».

Cette décision, que le gouvernement défend en précisant qu’elle a été prise afin de respecter «la sensibilité» de chacun, a provoqué la colère de l’Observatoire pour la liberté religieuse et la liberté de conscience, qui appelle la ministre à prendre en compte le respect de la tradition : «Nous ne comprenons pas bien comment les gens peuvent être offensés par les noms de ces fêtes, et nous demandons à Madame González de bien vouloir nous l’expliquer».

Cette circulaire fait en tout cas écho à une initiative similaire ayant eu lieu récemment en Belgique, où il convient désormais d’appeler les vacances de la Toussaint «congé d’automne», Noël «vacances d’hiver», Pâques «vacances de printemps», etc. Même ce qui était jusqu’ici connu comme le «congé de Carnaval» est devenu pour les écoliers «congé de détente».

La Vie

Patrimoine : La Pentecôte

La Pentecôte marque la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres et la naissance de l’Eglise. Cet événement est survenu cinquante jours après Pâques (en grec, pentêkostê signifie «cinquantième»).


(Peinture de Duccio di Buoninsegna, Sienne vers 1255-1260 – vers 1318-1319)

L’événement de la Pentecôte ne peut être compris qu’en lien avec Pâques et l’Ascension : Mort pour le salut du monde (le vendredi saint), ressuscité (le jour de Pâques) et parti rejoindre le Père (à l’Ascension), le Christ envoie aux hommes son Esprit (à la Pentecôte). C’est pourquoi cette fête clôt le temps pascal, qui dure sept semaines, et dont elle est le couronnement.

Ce jour-là, les apôtres «se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux. Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint. Ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. (…) Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d’eux les entendait parler sa propre langue.» (1)

Ainsi se réalisait la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt : «vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (2) […]

1 Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 1 à 4 et 6.
2 Actes des Apôtres, chapitre 1, verset 8.

eglise.catholique.fr

Robert Ménard : «Il faut les chasser tous, tout de suite !»

Article de Robert Ménard, Journaliste, Fondateur de Reporters sans frontières.

Une fois n’est pas coutume. Frédérique Espagnac, la porte-parole du Parti socialiste, a raison. Oui, depuis le 24 mars, il y a bien, comme elle semble le craindre, une « radicalisation » des opposants au mariage homosexuel.

Ce n’est pas la droite qui intente un procès en «légitimité» à la gauche, comme veut nous le faire croire madame Frédérique Espagnac, c’est tout un peuple qui n’en peut plus de la petite caste politique qui nous gouverne, sans alternance, depuis des décennies, de son arrogance, de ses privilèges, de sa suffisance. Gauche et droite confondues, tous pareils, interchangeables, enarco-compatibles.

Illustration de bvoltaire

Qu’elle la juge «inquiétante», je ne pourrais pas lui donner tort. C’est en effet son champion qui est en ligne de mire de la «poignée» de manifestants, comme les présentait, avec quel mépris, le ministre du Redressement productif […] .

Les Français ont peur. Ils vivent dans un sentiment permanent d’insécurité. Insécurité physique en raison de l’explosion de la délinquance, insécurité économique due à un chômage tentaculaire, insécurité existentielle avec la montée de l’immigration et la mise en cause de la famille et de la nation. Pas étonnant, du coup, qu’ils soient 78 % à estimer que le risque d’une crise politique majeure est important. Ils voient juste. […]

Le 19 août 2012, le président de la République adressait un message à la communauté musulmane à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr. Ce dimanche, pour le jour de Pâques, l’Élysée est resté muet. Comme à Noël.

Continuez comme ça ! Eh oui, Frédérique Espagnac, vous pouvez vous faire du mouron : les Français se radicalisent. Et ce n’est pas fini.

bvoltaire (Merci à gTjd59)

Légion d’Honneur. Promotion de Pâques : 536 décorés dont Lilian Thuram, Alain Duhamel… (MàJ)

Première des trois promotions civiles de l’année 2013 – avant le 14 juillet et le 1er janvier 2014-, elle comprend 563 décorés, dont 469 chevaliers, 68 officiers, 20 commandeurs, cinq grands officiers et un grand’croix.

Addendum : Encore une promotion Duflot ?

Épinglée l’an dernier pour ses remises de décoration, jugées partisanes, voire clientélistes, la ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, semble persister. Elle vient d’élever le conseiller régional EELV Robert Lion, Ancien patron de la Caisse des dépôts, au grade de commandeur de la Légion d’honneur. […]

Au grade de chevalier, on trouve certes des personnes issues de la société civile, mais aussi des alliés politiques d’EELV, comme Corinne Valls, maire de Romainville et surtout vice-présidente du conseil général de Seine-Saint-Denis. En rupture avec une partie de sa majorité, elle avait reçu le soutien de Jean-Vincent Placé, patron des Verts au Sénat et ex-compagnon de Cécile Duflot, lors des dernières élections cantonales. […]

Le Point

Près de 28% des décorés sont issus du monde économique, devant l’enseignement et la recherche (19%) et la fonction publique (18%). Suivent l’univers de la santé, de l’humanitaire, la culture ou encore le sport.

Le prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi, l’ex-footballeur Lilian Thuram, la comédienne Leslie Caron, le président du secours populaire Julien Lauprêtre et le directeur du Tour de France Christian Prudhomme figurent parmi les décorés de la promotion de Pâques de la Légion d’Honneur.

Françoise Barré-Sinoussi, qui a participé à la découverte du VIH, le biologiste François Gros et la paléontologue Yves Coppens, sont élevés à la dignité de grand officier, et Elisabeth Roudinesco, présidente de la société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse, est faite chevalier.

L’universitaire Serge Moscovici, figure de la psychologie sociale et père de l’actuel ministre de l’Economie, Pierre, est promu commandeur.

Dans le monde de la culture et des arts, l’écrivain et journaliste Jean Lacouture et la comédienne Gisèle Casadesus sont élevés à la dignité de grand officier, les journalistes Michèle Cotta et Alain Duhamel sont promus commandeurs, tout comme l’ex-comédienne Leslie Caron.

Parmi les élus, Jean-Louis Bianco, ancien ministre et co-directeur de campagne de Ségolène Royal en 2007, devient officier.

La Croix