En Allemagne, conservateurs et sociaux-démocrates à l’unisson contre les eurosceptiques

Angela Merkel a donné, samedi 5 avril, le coup d’envoi de la campagne de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), pour les élections européennes du 25 mai.

La présidente de la CDU s’est félicitée de la sortie progressive de la crise de la zone euro. « Je suis contente que nous ayons décidé que la Grèce reste dans l’euro. La Grèce emprunte un chemin difficile mais nous sommes à ses côtés. L’euro est un projet politique et financier. Un projet couronné de succès. » Pour elle, l’Europe, c’est « 7 % de la population mondiale, 25 % du PIB mondial et 50 % des dépenses de protection sociale mondiale ».

Alors que les Verts centrent leur campagne sur les thèmes écologistes traditionnels, le SPD et la CDU se battent moins entre eux que contre les eurosceptiques.

Sans faire ouvertement partie de ces derniers, l’Union chrétienne-sociale (CSU) bavaroise joue sur les deux tableaux. Le parti, allié de la CDU et membre de la coalition d’Angela Merkel, veut une « meilleure Europe qui se limite à l’essentiel, qui est forte vis-à-vis de l’extérieur mais mince vis-à-vis de l’intérieur, qui est plus démocratique et plus proche des citoyens ».

La CSU a lancé, début janvier, une campagne controversée sur le thème « celui qui triche, dégage ! » qui visait surtout les immigrants bulgares et roumains, accusés d’abuser du système social allemand. Cette campagne a suivi de peu la nomination à la vice-présidence du parti de Peter Gauweiler, un eurosceptique pur et dur qui n’hésite pas à attaquer la politique européenne d’Angela Merkel devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe.

La CSU veut manifestement retenir une partie de son électorat tentée de voter pour le nouveau parti anti-euro, Alternative pour l’Allemagne (AfD). Ayant échoué de peu à entrer au Bundestag en septembre, ce dernier devrait entrer au Parlement européen, puisqu’il n’y a plus de seuil à atteindre pour disposer d’élus.

L’AfD devrait faire campagne « contre cet euro-là » et pour la limitation du droit d’asile. Paradoxalement, elle pourrait séduire une partie de l’électorat de Die Linke, le parti de la gauche radicale, très anti-européen et actuellement très critique vis-à-vis du gouvernement de transition en Ukraine.

Le Monde

«80 ans de l’accession d’Hitler au pouvoir : l’Europe doit encore lutter contre le racisme»

Lettre ouverte à Angela Merkel Benjamin Abtan, président de l EGAM ((European Grassroots Antiracist Movement), à l’occasion des 80 ans de l’accession d’Hilter au pouvoir.

L’ordre actuel des priorités doit être renversé, et la question centrale des démocrates européens doit être : comment donner du souffle au projet civilisationnel que porte l’Europe, fondé sur la Paix, la démocratie, l’Égalité, et le dépassement des identités particulières en une identité collective plurielle et diverse ?

Madame la Chancelière,

Plus qu’aucun autre, votre pays porte la responsabilité des crimes du national-socialisme. Plus qu’aucun autre, votre pays a accompli un travail d’histoire et de mémoire qui procure aux jeunes générations un supplément de lucidité quant au danger que représentent l’antisémitisme et le racisme.

Alors que nous commémorons ces jours-ci le 80e anniversaire de l’accession d’Adolf Hitler au poste de Chancelier, vous avez rappelé les principes de responsabilité et de vigilance qui guident l’Allemagne depuis près de soixante-dix ans. Ils résonnent avec force en Europe alors que, depuis plusieurs années, le racisme, l’antisémitisme et l’extrême-droite se développent. […]

A cet égard, la persistance des ghettos de tsiganes en Slovaquie, Roumanie, République Tchèque et Bulgarie, les meurtres antisémites en France, de Roms en Hongrie, d’individus d’origine turque en Allemagne, les manifestations annuelles d’anciens SS en Lettonie, le massacre d’Utoya en Norvège, la stigmatisation des musulmans et la montée des discriminations raciales sont des états de fait insupportables qui doivent être dénoncés avec vigueur. […]

En particulier, la vigilance démocratique de l’Allemagne devrait vous pousser à exiger du Premier ministre Samaras le respect de son engagement d’exclure les néo-Nazis de la délégation parlementaire grecque au Conseil de l’Europe, ce qui est faisable, légal et une nécessité démocratique. […]

Le Nouvel Obs

Allemagne : Merkel veut «réveiller» la CDU grâce aux femmes et aux immigrés

La chancelière Angéla Merkel, qui promeut régulièrement des femmes à des postes clés aux niveaux fédéral et régional, veut éviter les erreurs d’autres partis conservateurs qui ont perdu le pouvoir parce qu’ils n’ont pas su parler aux femmes ni aux immigrés. La défaite des républicains à la dernière présidentielle aux Etats-Unis a fait couler beaucoup d’encre.

A 58 ans, Angela Merkel, qui mènera son parti à la bataille des législatives en septembre 2013, veut faire entrer la CDU dans le XXIe siècle, même si l’adhérent type – un homme blanc de tradition chrétienne – renâcle.

Aygül Özkan est ministre des Affaires sociales du Land de Basse-Saxe. Cette jeune quadragénaire est l’une des quatre personnalités politiques issues de l’immigration à avoir été élues au comité directeur de l’Union chrétienne-démocrate lors du congrès du parti, mardi et mercredi à Hanovre.

L’arrivée de cette femme d’origine étrangère dans les instances dirigeantes de la CDU illustre la volonté d’Angela Merkel de rajeunir et de diversifier sociologiquement son parti.

Mais les nouveaux promus comme Aygül Özkan ou le jeune Younes Ouaqasse, dont les parents sont Marocains, sont musulmans dans un parti dont le congrès s’ouvre traditionnellement par un service religieux. Ce qui est susceptible de poser quelques difficultés d’adaptation aux nouveaux venus. Mais pas forcément. […]

Mais, pour mieux passer dans les centres urbains, la CDU, estiment certains, doit aussi attirer une autre minorité, les homosexuels. Au congrès de la CDU, la plupart des délégués ne semblaient pas prêts à franchir cette ultime étape.

Free/Reuters (Merci à mortoulibre)

Pour Merkel, l’UE doit «s’ingérer» dans les budgets nationaux

La proposition ne manquera pas d’être commentée au Conseil européen, qui débute jeudi. Dans un discours devant le Bundestag, la chancelière Angela Merkel a défendu jeudi matin l’idée de confier au commissaire européen aux Affaires économiques un droit de veto sur les budgets nationaux des Etats membres.

Je sais que de nombreux Etats membres ne sont pas encore prêts à cela, malheureusement (…) mais cela ne change rien au fait que nous allons nous battre pour cela.

«Nous pensons, et je le dis au nom de l’ensemble du gouvernement allemand, que nous pourrions faire un pas en avant en accordant à l’Europe un véritable droit d’ingérence sur les budgets nationaux quand ils ne respectent pas les limites fixées pour la stabilité et la croissance», a déclaré la dirigeante allemande, partisane d’une plus grande intégration de l’Union européenne. […]

Le JDD

Grèce : Manifestations et croix gammées pour accueillir Merkel (Vidéo)

Des croix gammées sanguinolentes brandies devant le Parlement, des Panzer division en uniforme nazi qui scandent «non à l’envahisseur», et une grosse crotte en plastique figurant l’inscription «Angela Merkel» : les dizaines de milliers de manifestants grecs n’ont pas ménagé leur peine pour accueillir à leur façon la chancelière allemande en visite mardi à Athènes.

Image de prévisualisation YouTube

«On veut juste que Merkel sache qu’elle n’est pas la bienvenue, et que la Grèce ne sera jamais un protectorat» affirme l’actrice Elpida Pappa, au chômage depuis des années, comme plus de 90 % des gens de théâtre en Grèce. A côté d’elle aux abords de la place Syntagma, Evangelina Gregori pleure à grosses larmes sous l’effet des salves de gaz au poivre et des lacrymogènes que tirent les CRS.

«Les méthodes d’austérité qu’elle nous impose ne marchent pas, il faut qu’elle le comprenne» assène l’universitaire de 35 ans, titulaire d’un double master d’histoire hellénique et d’histoire byzantine, qui survit en travaillant de nuit dans un centre d’appel téléphonique. (en photo, Elpida Pappa, à gauche et Evangelina Gregori luttent contre les gaz lacrymogènes dans le centre d’Athènes pendant les manifestations).

Plus près du Parlement, les pavés volent, les CRS ripostent copieusement et chargent à coups de matraque dans de violents combats au corps à corps contre les anarchistes armés de barres de fer.

La police est sur les dents pour cette visite d’Angela Merkel, sa première dans le pays depuis cinq ans, avant le début de la catastrophique crise de la dette grecque puis de la récession qui a mis un quart de la population au chômage. Plus de 10 000 forces de l’ordre sont déployées dans la ville, avec des hélicoptères, des snipers en cagoule, des motards voltigeurs et des agents anti-émeute encaparaçonnés par escouades entières. […]

Paris Match

Merkel craint le ridicule dans la polémique sur la circoncision

La chancelière Angela Merkel a prévenu que l’Allemagne risquait d’être tournée en ridicule si elle n’annulait pas une décision de justice régionale qui a interdit la circoncision pour les jeunes garçons et provoqué la colère des autorités juives et musulmanes.

« Je ne veux pas que l’Allemagne soit le seul pays du monde où les juifs ne puissent pas accomplir leurs rites », a-t-elle dit lors d’une réunion privée de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), selon des propos rapportés lundi par le quotidien Bild.

« Sinon, nous allons nous ridiculiser ».

Le gouvernement d’Angela Merkel s’est engagé à faire voter une loi qui revienne sur la décision prise le 26 juin par un tribunal de Cologne. Elle sera mise à l’étude en automne, selon Jörg van Essen, le chef du groupe parlementaires des libéraux du FDP, alliés à Angela Merkel.

« Pour l’ensemble du gouvernement, il est absolument clair que nous voulons qu’il existe une vie religieuse juive et musulmane en Allemagne »,

avait déclaré vendredi Steffen Seibert, porte-parole d’Angela Merkel. « La circoncision pratiquée de manière responsable doit être rendue possible dans ce pays sans être sanctionnée. »

Il y a environ 120.000 juifs et quatre millions de musulmans, la plupart d’origine turque, en Allemagne. La décision du tribunal s’applique à Cologne et ses environs, où vivent quelque 120.000 musulmans. (…)

Le nouvel Observateur

Allemagne. Débâcle pour le camp Merkel lors d’élections partielles

A seize mois des législatives allemandes, les conservateurs d’Angela Merkel ont subi une débâcle au cours d’un scrutin régional test. L’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel a perdu environ 9 points par rapport à 2010 à 25,7 % aux élections en Rhénanie du Nord-Westphalie, le Land le plus peuplé d’Allemagne avec 18 millions d’habitants.

Cette débâcle des conservateurs sonne comme un avertissement pour la chancelière au pouvoir depuis 2005 et réélue en 2009, même si cette région dominée par les villes de Düsseldorf et Cologne est un bastion historique de la gauche.

Une semaine après que les électeurs en Grèce et en France ont montré qu’ils ne voulaient plus de politique d’austérité, les Allemands de Rhénanie du Nord-Westphalie ont porté leurs suffrages vers le SPD, critique de la politique rigoriste de Mme Merkel.

« C’est une défaite cinglante pour Angela Merkel et la CDU », a commenté la secrétaire générale du SPD, Andrea Nahles. Le chef de file de la CDU dans cette région, le ministre fédéral de l’Environnement, Norbert Röttgen, a résumé : « Cette défaite est amère, nette et elle fait très mal ».

Le Parti des Pirates, le jeune mouvement contestataire qui a le vent en poupe, fait son entrée dans un quatrième Parlement régional avec 7,8 % des suffrages.

DNA

Mélenchon appelle Hollande à «résister» à Merkel

A Hénin-BeaumonJean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de gauche à l’Elysée, a demandé samedi au président élu, François Hollande, «de ne pas céder» face aux libéraux, et de «résister» face à la chancelière allemande Angela Merkel qu’il rencontre mardi.

«Je dis à François Hollande: ne cède pas devant les libéraux qui ont déjà sorti les baïonnettes», a déclaré Jean-Luc Mélenchon, ajoutant «Ne cède pas François et voilà quel va être le sens de notre élection». Il a dénoncé de nouveau le fait que la Banque centrale européenne prête à 1% aux banques de l’argent que celles-ci prêtent ensuite à leur tour aux Etats à des taux plus élevés.

Invité du journal de 20H00 de TF1, le leader du FG a répété que la victoire de M. Hollande le 6 mai n’aurait pas été possible sans les 4 millions de voix apportées par les électeurs du Front de gauche (ses 11,1% du 22 avril, ndlr), et que «cela donne des responsabilités» au président élu.

Le JDD

Merkel dit finalement « Nein » à Hollande ? (MàJ)

Une vidéo qui n’a pas fait grand bruit avant les élections, et pourtant :

L’Allemagne a posé, lundi, ses conditions au président élu français François Hollande en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de « croissance par les déficits ».

« Il n’est pas possible de renégocier le pacte budgétaire », qui a déjà été « signé par 25 des 27 États membres de l’Union européenne »

et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, lors d’une conférence de presse régulière. Il était interrogé sur la volonté de François Hollande d’adjoindre à ce pacte un volet sur la croissance.

Le Point

Chantage : Un site islamiste menace l’Allemagne d’un nouveau Merah

Un communiqué mis en ligne mercredi sur un site généralement utilisé par Al-Qaïda a menacé l’Allemagne de frappes menées par «un autre Mohamed Merah» au coeur de Berlin si une islamiste n’était pas libérée.

Le communiqué reprend l’exigence formulée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a annoncé détenir un ingénieur allemand enlevé au Nigeria et réclamé la libération d’une «femme musulmane» emprisonnée en Allemagne pour le relâcher.

Le texte est adressé «à la vieille femme Angela Merkel» et lui demande de «tirer leçon de ce qui s’est produit en France (…) et de libérer immédiatement Oum Seif Allah al-Ansariya, avant d’être surprise par un autre Mohamed Merah au coeur de Berlin».

Il conseille à la chancelière allemande de «saisir l’occasion que lui offrent les lions de l’Aqmi en proposant d’échanger leur otage allemand contre Oum Seif», avant de «le regretter».

Le progrès

Angela Merkel : «Je soutiens Nicolas Sarkozy sur tous les plans»

Il est «normal de soutenir des partis amis», assume la chancelière allemande, qui donnait une conférence de presse commune avec le président français à la suite d’un conseil des ministres franco-allemand, à l’Elysée.

Angela Merkel a aussi rappelé que Nicolas Sarkozy était venu la soutenir en 2009 quand elle briguait un second mandat à la Chancellerie. «Le candidat François Hollande s’est rendu au congrès du SPD», a-t-elle ajouté, allusion au déplacement début décembre à Berlin du candidat PS. Elle n’a pas répondu à la question de savoir si elle rencontrerait François Hollande pendant la campagne électorale.

La chancelière allemande soutient le président Sarkozy dans la campagne électorale française, comme chef de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et non comme chef du gouvernement, avait précisé lundi matin à Berlin un porte-parole, après des critiques émises en Allemagne. «Je revendique cette amitié et cette confiance», a commenté Nicolas Sarkozy.

Au cours de cette conférence de presse, le président et la chancelière ont passé en revue les grands enjeux internationaux. […]

Le Nouvel Obs