Quadruple meurtre dans la Drôme : mandat d’arrêt européen en cours (màj)

Addendum 28/06/13

Un mandat d’arrêt national a déjà été lancé par le juge d’instruction à l’encontre d’Abdelkarim El Kadaoui, soupçonné d’avoir tué sa femme et ses trois enfants à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme. Mais le parquet envisageait vendredi de le transformer en mandat d’arrêt européen, diffusable auprès de tous les membres de l’espace Schengen, confirmant partiellement une information du Dauphiné libéré qui évoquait sur son site « un mandat d’arrêt international ». [...]

TF1 News

25/06/13

Les gendarmes ont découvert ce mardi en fin de matinée les corps sans vie des trois enfants âgés de 2, 8 et 9 ans disparus depuis lundi soir. Ils gisaient dans la voiture de leur père à Saint-Paul-Trois-Châteaux, près du complexe sportif de cette commune du sud Drôme.

Les deux fillettes sont morts asphyxiés, le garçon de 9 ans aurait été étranglé. L’autopsie devra le confirmer et préciser l’heure de leur décès, probablement lundi soir ou plus tard dans la nuit.

Abdelkarim El Kadaoui, le père, 43 ans, est toujours introuvable. Il mesure 1m78, d’origine marocaine, de forte corpulence. Un chien a flairé sa trace dans un massif boisé et sa piste se perd sur une route goudronnée. L’homme a peut-être été pris en stop. Les gendarmes invitent donc tous les témoins à se faire connaître au 17. [...]

Hebergeur d'image

France Bleu

Merci à Stormisbrewing

Nice : une mère d’élève menace une enseignante avec une arme

[...] Une mère de famille a été placée en garde à vue, ce mardi 11 juin, à Nice (Alpes-Maritimes) après avoir menacé avec une arme la responsable-adjointe d’un établissement scolaire.

[...] «La responsable des lieux a expliqué avoir eu un entretien houleux avec la mère d’un collégien, scolarisé en 3ème, déjà redoublant et qui se voyait proposer une orientation vers une classe de seconde professionnelle pour la rentrée prochaine, indique une source proche de l’affaire.

C’est à ce moment-là que la situation a dégénéré. La mère de famille, qui semble ne pas avoir accepté cette décision, a alors sorti une arme de poing avant de la pointer en direction de la principale-adjointe, tout en la menaçant de mort.  [...]

Le soir même, vers 19 heures, le parquet de Nice a décidé de perquisitionner le domicile de l’auteure présumé des faits, âgée de 51 ans.

La fouille de son appartement a permis la saisie de nombreuses armes factices et notamment des répliques d’un fusil à pompe, d’un fusil d’assaut Kalachnikov, de deux autres fusils d’assaut et de cinq pistolets automatiques. [...]

Le Parisien

Seine-et-Marne : 3 enfants égorgés, la mère arrêtée à Paris [màj] Elle était tellement souriante, toujours jolie avec ses boubous.

Addendum: Triple infanticide : la mère internée

La mère d’origine africaine aurait des problèmes d’alcool. « A priori, elle buvait », affirme une source judiciaire. « On ne la voyait presque jamais, a décrit une voisine qui habite juste en face de la coquette maison en meulière où vivait le couple avec ses trois enfants. Ils n’étaient pas causants. »

« Elle était tellement souriante, toujours jolie avec ses boubous. (…) »

Le Point
(Merci à Grr)

Triple homicide en Seine-et-Marne : l’énigme demeure

BFMTV

———————————-

Une Sénégalaise soupçonnée d’avoir égorgé ses 3 enfants à Paris

Ce vendredi 22 février, une Sénégalaise établie en France a été appréhendée par la police française, dans 20ème département de Paris, selon Europe 1, repris par Itele et France 3. La dame est soupçonnée d’avoir égorgé ses trois (3) enfants.

Seneweb News

voir aussi Assirou.net

———————–

La mère de famille soupçonnée d’avoir égorgé ses trois enfants dans le pavillon familial a été arrêtée à Paris, dans le XXe arrondissement, ce vendredi après-midi, vers 15 heures. Cette femme était hébergée depuis quelques temps chez des proches dans la capitale. C’est une communication téléphonique qui a permis de la localiser.

Ce vendredi matin, vers 7 heures, un père de Dampmart, près de Lagny-sur-Marne en Seine-et-Marne, a découvert ses trois enfants, âgés de 10, 14 et 16 ans, égorgés dans le pavillon familial. La mère, Philomène, une musicienne de 40 ans, était activement recherchée par la police.

[...] Le voisinage et les parents d’élèves qui connaissaient la famille sont sous le choc.

«La maman est adorable, elle est partie au Sénégal cet été et elle m’avait ramené un masque africain, c’est l’aîné qui était venu me l’offrir à la maison», raconte une mère de famille de Dampmart.

Selon nos informations, cette famille a déjà fait parler d’elle en 2007 lorsque deux des enfants, en bas âge, avaient échappé par miracle à la mort en étant frôlés par un train à 140 km/h, qui les avaient soufflé au lieu de les happer, alors qu’ils jouaient à proximité d’une voie ferrée à l’entrée du tunnel de Chalifert (Seine-et-Marne).

Le Parisien
(Merci à Thomina/Ranelagh/Archiduc)

« Besoin d’un père et d’une mère ? C’est ridicule !  » (rediff)

Ce soir ou jamais, 2010. Marcela Iacub est juriste et chercheuse au CNRS.


Marcela Iacub juriste et chercheuse au CNRS sur… par noop

Autre intervention de Marcela Iacub en février 2012 sur France Info:

- « Le pire ennemi des femmes, c’est l’enfant et la famille ».
- « Vous avez des enfants ? Non mais j’ai un petit chien »

«Le mariage, un archaïsme au vingt-et-unième siècle»

Pour Jacques Arnaudies, psychanalyste à Paris, un lecteur du Monde, la polémique sur le «mariage pour tous» est une idéologie «dépassée». C’est le concept de mariage lui-même qui doit être abandonné.

Pourquoi donc légiférer sur le mariage qui n’est socialement qu’un concept dépassé et inutile aujourd’hui dans le cadre de la République, alors que la société a su inventer l’union libre qui, si elle n’a pas de statut légal, se trouve représentée même au sommet de l’Etat ?

Légiférer sur l’union libre, pour lui donner au niveau du droit la place qu’elle a déjà dans la société, irait dans le sens de l’évolution de la société, de la République et simplifierait beaucoup les choses pour toutes les familles, sans exclusive. […]

A partir du moment où l’homosexualité n’a plus été considérée comme un délit, l’union libre allait de fait et la légalisation ne ferait que permettre à tous les couples de se sentir partie prenante de la société. […]

Le Monde

Mariage gay : Vers un état civil «désexualisé

Le projet de loi, présenté mercredi matin en Conseil des ministres, impliquerait de «désexualiser» le Code civil.

Certes, le texte représente un bouleversement profond, selon ses artisans, mais l’idée n’est pas de «dynamiter le système». «C’est la même institution… habitée différemment.»

La première et principale modification proposée par le projet devrait être la création d’un nouvel article. Ce dernier occuperait une place vide dans le Code civil, celle du numéro 143. Selon les versions de travail du texte, il pourrait être rédigé en ces termes: «Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe.»

Cette réforme entraînerait dans la foulée la réécriture de nombreux articles du Code civil pour les «désexualiser», c’est-à-dire enlever les références sexuées à l’homme et la femme, au père et à la mère ou encore à l’aïeul et à l’aïeule pour s’adapter aux couples de personnes de même sexe. Les termes «père» et «mère» ne seront pas tous gommés du texte et transformés en parents, nuance cependant la Chancellerie. Leur emploi au pluriel permettrait notamment une interprétation assez large de la filiation pour correspondre aux nouveaux cas de figures. «Attendez de voir le projet de loi (…) avant d’avancer des choses totalement fausses comme l’idée du parent 1 et du parent 2», a souligné mardi Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille. […]

Face visible d’une révolution de la filiation, l’éviction des «père» et «mère» est loin d’être anodine, estiment les opposants au projet. Comme si ces figures étaient dépossédées du droit d’être reconnues comme telles par la loi. «Notre état civil nous situe, tous, par rapport à un référent paternel et maternel. Il reflète l’identité de notre personne. La disparition des termes ‘père’ et ‘mère’ et leur remplacement par la notion de ‘parents’ concerne chacun d’entre nous», plaide l’Union nationale des associations familiales. […]

Le Figaro

Une prof agressée par la mère d’un élève : des propos racistes ? (MàJ)

17/09/12 Addendum

La mère d’un élève qui avait agressé un professeur mercredi dernier à Poitiers a raconté avoir elle même subi des violences pendant son adolescence :

« J’ai passé mon enfance à la Martinique. J’ai été victime de violences par un instituteur, un Blanc, il me tapait à coup de règle »a-t-elle expliqué pour sa défense,

ajoutant ressentir « beaucoup plus de racisme à Poitiers », où elle vit depuis quatre ans, qu’à Paris.

L’argument du racisme a été rejeté par Me Hélène Merade, avocate de l’enseignante. « On ne se laissera pas entraîner sur ce terrain-là. Quand on enseigne au collège Jules-Verne comme (l’enseignante) depuis 17 ans, on ne peut pas être raciste« , a-t-elle déclaré.

A la barre, la mère de l’élève a  déclaré : « Oui, je suis impulsive. Je peux être une bombe à retardement notamment quand ça concerne mes enfants. Sinon, je suis calme. Un collégien ne peut pas se défendre tout seul face à un enseignant. Ce n’était pas mon intention de l’agresser ».

Paris Dépêches

———————

13/09/12 Addendum vidéo :

Témoignage de la prof agressée (RTL)):

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

———————

Les parents agresseurs ont accusé la prof d’avoir tenu des propos racistes.

Lire la suite

Mort inexpliquée d’une Française qui se battait pour revoir sa fille enlevée par le père, un prince saoudien

Candice Cohen-Ahnine est morte sans avoir pu revoir sa petite Haya. La Française de 35 ans qui se battait pour la garde de sa fille de 11 ans, enlevée en 2008 par son père saoudien, est décédée jeudi dans «des circonstances troubles» à son domicile parisien. Une autopsie doit être pratiquée et une enquête va être prochainement ouverte, précisent les éditions de l’Archipel, qui avaient publié son livre Rendez-moi ma fille !

(…) L’histoire remonte au milieu des années 90. En vacances à Londres, la jeune femme de confession juive rencontre Sattam bin Khaled bin Nasser al-Saoud, qui appartient à la branche cadette de la famille du fondateur du royaume. Ils tombent amoureux. Les deux amants se voient au détour des voyages d’affaires de Sattam. En 2001, le couple donne naissance en France à la petite Haya. Mère et fille vivent confortablement dans l’Hexagone, soutenues financièrement par le prince saoudien. Mais la relation s’envenime. Sattam lui apprend qu’il doit se marier avec une de ses «cousines» et Candice Cohen-Hanine rompt en 2006.

Sous la pression de Sattam, désireux de revoir sa fille, la jeune Française se rend à Riyad en septembre 2008. C’est là que le cauchemar commence : la jeune mère se fait confisquer son passeport et est emprisonnée dans un palais de la ville. Sa fille lui est enlevée. «J’ai subi des sévices physiques et psychologiques. Je n’avais rien. Pas même accès à de l’eau potable, avait-elle confié au Figaro. J’ai pu m’échapper une première fois. J’étais seule, sans argent, sans papier. J’ai cru trouver de l’aide à l’ambassade de France. Mais la consule m’a conseillé de retourner au palais. Ce que j’ai fait. Et j’ai passé plus de sept mois enfermée».

Lire la suite

La mère de Valls escroquée

Selon Le Parisien, deux hommes et deux femmes, soupçonnés d’avoir dérobé la carte bancaire de la mère du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, doivent être jugés le 25 juin.

« Les voleurs avaient repéré le code et profité d’un moment d’inattention pour mettre la main sur la carte bancaire » déclare le quotidien. [...]

Le Figaro

Valenciennes (59) : l’apprenti djihadiste avait tenté d’imposer une fellation à sa mère

(…) « Sur la tête d’Allah, je vais t’exterminer ! », a menacé Alexandre B., brandissant le Coran, sur le lit de sa mère qui venait de lui refuser une fellation.

Revenu au domicile de celle-ci, à Valenciennes, après avoir été expulsé de son studio pour consommation excessive de cannabis, le jeune homme d’à peine 21 ans, qui n’a pas daigné se déplacer à l’audience, n’a pas attendu longtemps pour se glisser dans le lit de sa génitrice par ailleurs handicapée, la caresser (« j’ai fait ça parce qu’elle avait un beau pyjama », a-t-il expliqué lors de l’enquête).

Et finalement lui proposer de lui faire une fellation, ce qu’elle a fermement refusée, provoquant ainsi cette réaction pour le moins déplacée.

Avant même ces faits, qui remontent au 15 mai dernier, le jeune homme avait multiplié les violences verbales et autres menaces, refusant de quitter le domicile malgré les injonctions de la victime. Déjà condamné à onze reprises pour vols, violences, menaces, stupéfiants, son absence à l’audience de ce jeudi 14 juin, au TGI de Valenciennes, n’a pas arrangé son cas puisqu’il était sous contrôle judiciaire, avec l’obligation de venir.

Sa mère n’a, quant à elle, pas pu y assister alors qu’elle souhaitait l’entendre s’expliquer et s’excuser, étant actuellement hospitalisée à cause du traumatisme provoqué par ces faits.

Le tribunal a condamné le Valenciennois à deux ans de prison ferme et décerné un mandat d’arrêt, compromettant ainsi son projet de partir en Afghanistan pour s’engager dans la djihad et « tout faire péter » , comme il l’avait confié aux enquêteurs.

L’Observateur du Valenciennois