4500 arrivées en trois jours en Sicile

Ces trois derniers jours, près de 4 500 migrants et demandeurs d’asile ont débarqué en Sicile. Profitant d’une météo clémente, la plupart ont embarqué des côtes libyennes.
Ils ont lancé un appel de détresse et ont pu être secourus in extremis.

 

Jeudi 20 mars, 90 migrants, dont l’embarcation se trouvait au large de l’île de Gozo, sont sortis sains et saufs de leur traversée de la mer Méditerranée. Pris en charge par les forces maltaises, ils ont été transbordés sur des bateaux et amenés à Malte.

Ces derniers jours, les navires de la marine italienne ont secouru au sud de la Sicile plus de trois mille migrants qui venaient des côtes nord-africaines, notamment libyennes. Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), en trois jours, ce sont au total 4 457 migrants et réfugiés qui ont débarqué en Sicile. Une dizaine d’autres bateaux ont par ailleurs été détectés dans le Canal de Sicile.

Selon José Angel Oropeza, directeur du bureau de coordination de l’OIM à Rome, les milliers de migrants arrivés ces derniers jours proviennent de divers pays dont l’Érythrée, le Nigeria, la Syrie, le Mali, la Gambie, la Guinée Bissau et le Sénégal. « Il s’agit souvent de familles », a-t-il précisé.

En raison d’une météo clémente et de la situation anarchique régnant en Libye, les départs depuis les côtes de ce pays se sont multipliés ces dernières semaines. Depuis le début de l’année, 10 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes : plus de dix fois plus que sur la même période de 2013 (900), selon le Conseil italien des réfugiés (CIR).

Jeune Afrique, merci à johny Walker

Marseille, capitale européenne de la culture 2013, «va en partie tourner le dos à l’Europe»

Durant toute l’année 2013, à Marseille et dans les grandes villes limitrophes, c’est vers la Méditerranée que s’ouvrira la manifestation qui s’annonce grandiose. Ulysse en sera le personnage emblématique.

Pour le cinéaste Malek Bensmaïl, «l’Ulysse de Méditerranée est un harrag voyageur [migrant clandestin], un «brûleur» de frontières, sans plus aucune patrie et ainsi partout chez lui.

Comment Ulysse verrait-il cette mer qu’il a traversée de part en part, comme les «brûleurs» de mer le font aujourd’hui ? Belle invitation de Marseille, ville qui vit et a vécu par la mer, d’aller à la rencontre de ses contemporains et de leur réalité pour ensuite remonter dans le temps, éclairant la manière dont les échanges ont construit l’univers méditerranéen. […]

Chacune a ses visages, ses langues, ses drames et ses espoirs. Dialogue des cultures ou choc des civilisations ? Naissance de démocraties ou lendemains inquiétants ? Cohabitations harmonieuses ou haine de l’autre ? Marseille rentre de plain-pied dans l’actualité qui marquera 2013, celle du vivre ensemble, que les politiques ont, ces dernières années, préempté au point d’en faire un argument électoral décisif. En cette année 2013 sans élections en France, le temps de se poser et de réfléchir sera, peut-être, le meilleur vœu à formuler.

El Watan

Politique étrangère : Ce qu’attend le Maghreb de François Hollande

Abdelmalek Alaoui, «Managing Partner» de la société de veille stratégique Global Intelligence Partners, analyse ce que devrait être la politique de la France sous la présidence de François Hollande envers le Maghreb pour qu’elle garde sa «crédibilité». Il souhaite en particulier que les «principes de tolérance et de respect de l’autre» soient affirmés lors des élections législatives.

C’est là un message attendu de la part des Maghrébins dans leur ensemble, qui ont tous un cousin, un frère ou une tante qui vit et travaille en France, et qui nourrissent des craintes quant à la pérennité de leur séjour.

Premier partenaire économique et commercial pour le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, l’Hexagone a un rôle important à jouer dans les domaines de la coopération politique, de l’intégration régionale, de la maîtrise des flux migratoires et l’accompagnement de la démocratisation en Afrique du Nord.

À cet égard, les premières positions que prendra François Hollande sur des sujets tels que l’Union Pour la Méditerranée (UpM) seront attendues avec un intérêt non feint par les capitales du Maghreb. Portée — parfois à bout de bras — par son prédécesseur, l’UpM est un projet emblématique de cette volonté de la France de faire de la Méditerranée ce «lac qui rapproche» et non cette «mer qui sépare».[…]

En effet, un an après le «printemps arabe» et les transformations qu’il a enclenché, la question de la nature du partenariat entre la France et le Maghreb mérite d’être posée. Alors que beaucoup ont constaté lors de l‘élection présidentielle française une montée inquiétante des extrémismes et du sentiment anti-maghrébin, les législatives qui s’annoncent doivent être l’occasion d’affirmer avec force les principes de tolérance et de respect de l’autre auxquels François Hollande a dit adhérer tout au long de sa campagne. […]

Le Nouvel Obs

Chevènement : «Certaines cultures ne s’adaptent pas facilement aux valeurs républicaines».

L’ancien ministre, Jean-Pierre Chevènement, participait à un ‘chat’ sur Rue 89 .

«Il faut distinguer la causalité et la corrélation. Je dis qu’il y a une corrélation entre certaines cultures et l’incapacité à accepter les valeurs républicaines, l’égalité homme-femme par exemple… J’ai parlé des cultures méditerranéennes. […]C’est pas religieux parce qu’en fait, ces cultures sont bien antérieures à l’islam. Ce sont des valeurs anté-islamiques que l’on retrouve également sur la rive nord de la Méditerranée.

»Rue 89