Marseille. Des frères jumeaux soupçonnés de viols confondus par leur ADN

Deux frères jumeaux, nés en 1988, ont été mis en examen et écroués vendredi soir à Marseille pour des viols et des agressions sexuelles que seul l’un d’eux pourrait avoir commis. « C’est une affaire plutôt rarissime, les auteurs présumés des faits commis étant des jumeaux monozygotes » a affirmé le chef de la Sûreté départementale.

Tous deux chauffeurs-livreurs au chômage, Elwin et Yohan, ont nié les faits mais leur ADN commun a été retrouvé sur les lieux de certaines agressions commises entre septembre et janvier. L’un des deux frères, qui n’étaient pas jusqu’à présent connus pour des faits graves, a également été identifié par « une vidéo enregistrée par les caméras d’un bus » des transports en commun marseillais.

C’est la localisation d’un téléphone portable qui a ensuite permis de retrouver les frères car selon les témoignages des six victimes, des femmes âgées de 22 à 76 ans, à chaque fois un jeune homme métis imposait un acte sexuel dans un hall d’immeuble et un mobile était dérobé.

(…) Yahoo !

Le naufrage de la réquisition citoyenne à Marseille

Depuis quasiment trois mois maintenant, de nombreuses familles Roms ont élu domicile dans un immeuble de l’ancienne caserne Cardot sur le boulevard de Plombières. Si l’initiative permet à plus d’une centaine de personnes de passer l’hiver sous un toit, la situation semble aujourd’hui bloquée. [...]

Hebergeur d'image

Et régulièrement, de nouveaux habitants prennent place sur le site. Aujourd’hui, près de 180 personnes vivent là, contre moins d’une centaine aux premiers jours de l’opération. Car depuis l’ouverture du lieu, l’information a circulé. Des cars font le lien entre la Roumanie et Marseille tous les week-ends. Roméo, comme d’autres, a réussi à faire venir sa fille de deux ans et le reste de sa famille proche dans le petit appartement qu’il occupe au troisième étage…

Aujourd’hui, la situation semble difficile à gérer pour les associations d’une part, mais surtout pour les bénévoles  »citoyens », comme Mathieu ou Xavier, présents quasiment tous les jours sur le terrain, mais sans vraiment de moyens, surtout matériels. [...]

Dans un premier temps, il s’agit de pouvoir réaliser des petits travaux de mise aux normes et entamer un vrai travail social en direction des habitants. Et c’est ici que les choses se compliquent. Les associations refusent de s’engager. « Personne ne veut y aller, explique Anne Issler. Le groupe est beaucoup trop important. 180 personnes, ce n’est pas gérable pour une seule association. Pour Emmaüs, ça veut dire que je dois placer au moins deux personnes à temps plein sur le site : je n’ai pas les moyens humains de le faire… » Parmi les associations à l’origine de la réquisition, aucune ne veut assumer seule la responsabilité.

Pourtant, à l’époque, l’opération avait été menée à grand renforts médiatiques. Une centaine de personnes avait participé à la réquisition. [...]

Marsactu

Merci à Lilib

Un TGV pour Nice attaqué par des jeunes à Marseille (màj)

Deux rappeurs marseillais placés en garde à vue dans l’affaire du TGV immobilisé samedi ont été mis en examen jeudi 7 février et un troisième placé sous le statut de témoin assisté.

Les deux mis en examen sont deux membres du groupe de rap « 11.43″. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire. Le parquet n’avait pas requis de mandat de dépôt. Le témoin assisté est le rappeur « MOH ». (…)

Le Monde

[Ajout 6 février 2013 (18h25) : Europe 1 - On va s'gêner du 05 février 2013]

Périhane Chalabi Cochin (connue sous le nom de Péri Cochin) animatrice et productrice de télévision franco-libanaise, à propos de l’attaque du TGV : « Oooooh, c’est amusant ! Moi j’trouve ça marrant ! »

[ 6 fevrier 2013 - Ajout itélé (14h57) ] Comparez le commentaire de la vidéo ajoutée (voir ci-dessous) avec les échos antérieurs parus dans la presse :

• Vidéo : « Les « jeunes » pour la plupart sont cagoulés, tapent sur les vitres, jettent des pierres, lancent les fumigènes sur les rails. Plusieurs d’entre eux tentent d’ouvrir les portes, les forcent même avec des barres de fer »
• Libération : Les magistrats parlent d’une ambiance « bon enfant », d’un « mouvement festif »
• Le Monde : Selon les autorités, les intentions de la bande n’étaient pas agressives. «C’était une manifestation démonstrative. Ils n’étaient pas venus pour attaquer le convoi et dépouiller les voyageurs», insiste une source judiciaire.(…)
• RMC : Interventions de « Joseph » et « Kofs » 
« C’est vrai qu’on s’est amusés, on a fait un peu les fous, normal. [...] Je vois pas où est le mal, on a fait de mal à personne ». 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Addendum 05/02/13

Manuel Valls demande aux magistrats la fermeté pour les voyous. Jean-Jacques Bourdin lui rappelle qu’ils seront malheureusement relâchés dans la foulée. Lire la suite

Bac Nord de Marseille : presque tous les policiers réintégrés

L’ensemble des policiers de la brigade anti-criminalité (Bac) de Marseille accusés d’avoir eu des comportements de «ripoux» ont été réintégrés. L’information a été révélée par le site Mediapart mardi. Un seul d’entre eux n’aurait pas pu reprendre son service : l’homme qui a tenté de prévenir sa hiérarchie des dérives commises par ses anciens collègues.

Hebergeur d'image

«Les 17 policiers de la BAC Nord mis en examen (…) ont tous été autorisés à reprendre leur travail, indique Mediapart. Même les sept policiers placés en détention provisoire pendant plus de deux mois pourront donc prochainement exercer sur la voie publique.» Cependant, ces policiers ne pourront plus exercer dans la BAC ou dans une unité en civil. [...]

Le Parisien

Merci à Lee H. Oswald

Marseille : douze jours d’ITT pour l’éducatrice agressée

Traumatisme crânien, nez cassé et gros choc psychologique pour cette travailleuse sociale agressée jeudi à la Maison de la Solidarité du conseil général de l’avenue de Pressensé, dans le 1er arrondissement de Marseille.

Une mère de famille serait l’auteur des coups.  [...]

La Provence

Merci à domi

Le bus de campagne de Dominique Tian incendié à Marseille

Ce véhicule, un bus à impériale qui sillonnait la ville depuis 2 jours a été retrouvé carbonisé ce matin, sur le parking de l’immeuble le Corbusier où des militants UMP l’avaient garé la veille.

http://img607.imageshack.us/img607/140/sanstitreemy.png

Le député Dominique Tian, candidat aux municipales dans ce secteur exclut la piste politique : « Il s’agit selon moi d’un acte de vandalisme gratuit. » L’élu a déposé plainte contre x ce matin. (…)

La Provence

Marseille, «capitale d’une autre culture»

Article de Minna Sif, romancière, née en Corse de parents marocains, sur Marseille «capitale du rap».

Le site de Minna sif

Il faut à Marseille un lieu vivant, dédié au hip-hop. Un lieu emblématique de ce multiculturalisme dont je suis issue et que certains haïssent par dégoût du genre humain.

Le 12 janvier chaque Marseillais fut convié à pousser sa clameur au milieu des couacs chichement festifs d’une imposture annoncée : Marseille capitale de la débâcle culturelle, car fomentée sans la singularité de ses territoires.

L’ignominie des décideurs, ces peureux d’une culture pour tous, fut d’instrumentaliser le multiculturalisme qui fonde cette ville le temps de la candidature pour mieux le nier par la suite. Ainsi nul lieu dédié au hip-hop. Pourtant Marseille est une capitale du rap dont la réputation a franchi les frontières de l’Hexagone. […]

On nous parle de la violence des quartiers. La pire des violences c’est empêcher l’autre de s’exprimer dans sa singularité, le nier dans ce qui fait justement sa richesse.

La très grande majorité des jeunes Marseillais sont atteints de poésie déclamatoire car ils sont les arrière-petits-enfants de ces hommes et ces femmes qui parcourraient les douars, rebâbs et loutars en bandoulière, pour dénoncer les injustices et moquer les frasques de tel caïd ou tel col blanc. Leurs mots nous sont indispensables. […]

Libération

Samia Ghali (PS) candidate à la mairie de Marseille

La sénatrice PS, Samia Ghali, vient de se déclarer. Mais elle aura fort à faire face à Patrick Mennucci et la ministre Marie-Arlette Carlotti, bien placés.

La sénatrice socialiste Samia Ghali, qui avait appelé l’armée à la rescousse dans la cité phocéenne, est officiellement candidate à la mairie de Marseille. La maire des 15e et 16e arrondissement demande à Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, de mettre en oeuvre des primaires comme mode de désignation du représentant du Parti socialiste.

Depuis la réorganisation de la fédération marseillaise, à la suite des déboires judiciaires de son ex-homme fort, Jean-Noël Guérini, les postulants socialistes aux dernières législatives ont été directement investis par la rue de Solférino. […]

Le Point

Marseille : dans le labo, la coke coulait à flots

Lorsqu’ils ont pénétré sur place, jeudi au petit matin, les enquêteurs ont mis la main sur

plus de deux kilos de cocaïne pure, mais aussi et surtout sur 128,5 kilos de divers produits de coupage, dont de la caféine, de l’éther et de l’ammoniaque.

Avec de telles proportions, les trafiquants pouvaient espérer fabriquer quelque 100 kilos de coke, pour une recette, à la revente, estimée entre 6 et 7 millions d’euros.

Les investigations n’ont pas encore permis de préciser à quel rythme était élaborée et conditionnée cette cocaïne prête à la consommation, mais le profil des suspects dessine les contours d’une équipe issue du grand banditisme, capable d’inonder très régulièrement Marseille et sa région et peut-être l’ensemble du pays. En plus de la drogue, les gendarmes ont mis la main sur un arsenal impressionnant.

Trois kalachnikovs, un fusil de guerre Manhurin et un fusil d’assaut de l’armée américaine M16, deux fusils à pompe, un fusil de chasse équipé d’une lunette, une vingtaine de kilos de munitions en tous genres, des brassards et des tenues de policiers :

ceux qui dirigent ce réseau font très vraisemblablement partie du gratin de la voyoucratie. « Ces armes sont destinées à une équipe de malfaiteurs de haut vol qui veulent se protéger des équipes rivales et de la police », analysait Jacques Dallest, le procureur de Marseille.

La Provence

Marseille : l’inquiétante banalisation des braquages à domicile

Les séquestrations avec armes se multiplient, pour des butins dérisoires.

(…) « C’est comme s’il n’y avait plus de logique, déplorait hier un enquêteur. Soit les braqueurs frappent sans trop savoir ce qu’ils font, soit les victimes cachent bien leur jeu. Sur les dernières affaires, il n’y avait pas grand-chose à voler. » Après un braquage commis mardi soir à Saint-Barnabé (12e), chez une jeune femme, pour un butin dérisoire, des malfaiteurs se sont introduits mercredi, en début de soirée, chez un docker. Cette fois-ci, ils n’ont dérobé que 80 euros, un collier et une montre. Des faits qui leur vaudraient la cour d’assises s’ils étaient arrêtés.

Les enquêteurs en charge des deux enquêtes, ignorent encore s’il s’agit de la même équipe. Mais dans les deux cas, les victimes ont été ligotées, aux pieds et aux mains. À ces attaques sans réelle cohérence s’ajoutent celles qui se produisent aussi dans certaines cités. Les braqueurs visent dans ces cas-là des appartements où ils estiment que les occupants peuvent stocker de l’argent issu du trafic de stupéfiants, voire la drogue elle-même. Une agression, il y a une dizaine de jours au Parc Kalliste (15e), pourrait clairement correspondre à ce type de criminalité.

(…) La Provence