Belgique : A l’occasion des 50 ans de l’immigration marocaine et turque, la RTBF … (vidéo)

A l’occasion des 50 ans de l’immigration marocaine et turque, la RTBF a prévu, tout au long de la saison et sur l’ensemble de ses antennes, une programmation aux couleurs de la diversité.

Clip de promotion :

Votre histoire, c’est notre histoire – Laurent Dehossay, journaliste RTBF


réalisation: Sofiane Hamzaoui

La RTBF souhaite rendre hommage à toutes les immigrations; à tous ceux qui, venus du Maroc, de Turquie ou d’ailleurs ont quitté leur terre, leur culture et leurs habitudes pour se retrouver dans un univers inconnu, avec le lot de surprises et d’inattendus qu’apportent nécessairement ce genre d’expérience.

Ces petites histoires, ces petites anecdotes tendres ou drôles, qui font le sel de la vie et que l’on se raconte au coin du feu ou autour d’un bon repas, qui se transmettent de génération en génération et qui font partie de la grande Histoire de la Belgique, la RTBF veut les mettre en valeur sur ses antennes en radio, en télé, sur le web et les reseaux sociaux.

 » Chacun a une histoire. Vous aussi vos parents sont venus du Maroc ou d’ailleurs, il y a 50 ans, vous avez une grand-mère extraordinaire ; une anecdote, un souvenir à raconter, nous attendons vos vidéos, vos photos, vos témoignages écrits, pour nous les faire découvrir. Car votre historie, c’est notre histoire « .

La playlist de « 50 ans d’immigration » :

  • Nabil Ben Yadir et sa maman
  • Mohamed Mesbani et Walter
  • Foyer des jeunes de Molenbeek: M’rabet Bachir
  • Ugur Caliskan
  • Alain Berenboom

Démantèlement d’un trafic de drogue entre le Maroc, la France et l’Inde

Le réseau, particulièrement bien organisé, mêle des trafiquants français, indiens et marocains. Treize personnes ont été interpellées en France et en Belgique les 8 et 10 mars derniers.

A en croire le procureur de la République de Paris, François Molins, les autorités françaises viennent de mettre un terme à l’un des réseaux les plus importants « jamais démantelés » en France. Jeudi 13 mars, l’Office central de répression de la délinquance financière (OCRGDF) a annoncé l’interpellation, les 8 et 10 mars derniers, de dix individus français et indiens liés à un important réseau de blanchiment de l’argent du trafic de cannabis. Trois autres personnes ont été interpellées en Belgique.

Le réseau était particulièrement organisé et récoltait à lui seul près de 170 millions d’euros, fruits du trafic du cannabis. Le système de blanchiment, qualifié de très sophistiqué par les autorités, fonctionnait entre le Maroc, la France et l’Inde.

Grâce à des appels d’offres déguisés, des trafiquants marocains mandataient des « banquiers » qui faisaient appel à des « collecteurs », des individus parfois délinquants mais la plupart du temps bien insérés dans la société française. Ces derniers avaient pour tâche de rassembler l’argent du trafic en France.

Une fois récolté par le chef de l’organisation en Seine-st-Denis, l’argent de la drogue était acheminé en Belgique par réseau routier ou ferroviaire. D’autres mules – souvent des étudiants – se rendaient à Dubaï, chargées d’or et de numéraire [...].

Selon le procureur, le chef de l’organisation a avoué lors de sa garde à vue avoir « blanchi au moins 36 millions d’euros en espèce depuis 2010 et fait transiter 200 kg d’or entre la Belgique et l’Inde ». L’enquête doit d’ailleurs se poursuivre sur place [...].

France Bleu

Au conseil général du Nord, une responsable syndicale se fait chambrer sur son riad au Maroc

Une représentante Unsa est accusée par des collègues de consacrer plus de temps à ses chambres d’hôtes à Agadir qu’au département…

 

Imbroglio syndical au conseil général du Nord. Le cas de la responsable de l’Unsa (Union nationale des syndicats autonomes) fait parler dans les couloirs de l’hôtel du département. Caroline Dozier-Tahon y est salariée à temps plein, tout en étant co-propriétaire d’un riad à Agadir (Maroc). Au conseil général, elle est entièrement déchargée d’activité au profit de son mandat de représentante syndicale. De là à penser qu’elle en profite pour filer au Maroc, il n’y a qu’un pas que certains collègues ont déjà franchi.

(…) 20minutes.fr

(Merci à bebel68 )

Espagne : 1.600 clandestins tentent d’entrer

Plus de 1.600 migrants ont tenté en vain, ce matin, d’entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc, en quatre groupes différents qui ont finalement renoncé face au dispositif policier marocain et espagnol, a annoncé la préfecture de la ville.

Hebergeur d'imageA l’aube, environ 1.200 migrants se sont approchés de la frontière, un premier groupe tentant de pénétrer sur le sol espagnol par le poste-frontière de Tarajal, un autre un kilomètre plus loin tandis qu’un troisième groupe rebroussait chemin, a indiqué un porte-parole de la préfecture.  »Aucun n’a réussi à passer », a-t-il précisé. [...]

Le Figaro

Nanterre : une semaine au Maroc pour les élèves de Terminale [photo]

Cliquer la photo pour agrandir

Une semaine marocaine riche en rencontres et en découvertes. Les lycéens de Joliot-Curie en sont revenus transformés.

Fin janvier, Kany, Zacharia, Bilal et leurs camarades de terminale mercatique du lycée Joliot-Curie sont rentrés de leur semaine au Maroc des étoiles plein des yeux.

Journal de Nanterre (PDF) – merci Julie

L’ambassadeur accusé d’avoir dit : « Le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits » (MàJ)

26/02/13

François Hollande s’est directement impliqué lundi pour tenter de mettre fin à la querelle diplomatique entre la France et le Maroc. Le président de la République a contacté le roi Mohammed VI afin d’apporter des «clarifications» après le coup de froid né la semaine dernière de plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain.

Le Maroc, un proche allié de la France, ne décolère pas depuis jeudi dernier et l’annonce du dépôt, par une ONG, de deux plaintes pour «complicité de torture» contre le patron de son contre-espionnage, Abdellatif Hammouchi. Le royaume est en particulier furieux contre la descente effectuée ce jour-là par sept policiers à la résidence de son ambassadeur pour notifier à Abdellatif Hammouchi, dont la présence à Paris avait été rapportée, une convocation émanant d’un juge d’instruction. Il reproche notamment aux autorités françaises d’avoir ignoré les canaux diplomatiques.

(…) Entre-temps, une autre polémique est venue alourdir l’atmosphère: dimanche soir, les autorités marocaines ont vivement dénoncé des propos prêtés à l’ambassadeur de France à Washingtonpar l’acteur espagnol Javier Bardem, producteur d’un documentaire sur le Sahara occidental et bête noire de Rabat.

Le Parisien

24/02/13

Le Maroc est une «maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux mais qu’on doit défendre», aurait en effet affirmé en 2011 l’ambassadeur de France pour les Nations Unies, Gérard Araud.

 

 

C’est en tout cas ce qu’avance l’acteur espagnol Javier Bardem, cité par Le Monde à l’occasion de la sortie de son documentaire sur le Sahara occidental.

 

Le Parisien

 

L’incident diplomatique qui refroidit les relations franco-marocaines

Un vent glacial souffle actuellement sur les relations entre Paris et le Maroc. Habituellement paisibles, ces dernières ont été entachées cette semaine par une affaire diplomatique qui mêle justice et géopolitique. Tout a commencé par la démarche d’une ONG française, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat), qui a saisi jeudi l’opportunité de la présence en France du patron du contre-espionnage marocain pour demander à la justice française d’auditionner ce responsable, qu’elle accuse de « complicité de torture ».

(…) Qualifiant l’affaire d’« incident rare et inédit » dans les relations avec la France, Rabat a convoqué vendredi soir l’ambassadeur de France, Charles Fries, « pour lui signifier la protestation vigoureuse du royaume ». En outre, le Maroc rejette « catégoriquement » les accusations portées.

Rabat exige à présent des « explications urgentes et précises » et demande que « les responsabilités soient identifiées ». Le ministère français des Affaires étrangères a réagi samedi soir et fait savoir que « toute la lumière serait faite le plus rapidement possible sur cet incident regrettable ».

(…) Le Parisien

Nouvel assaut de clandestins à la frontière entre le Maroc et Melilla (Vidéo)(+compléments)

Environ 150 immigrants subsahariens sont parvenus lundi matin à entrer dans l’enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc, lors d’un assaut contre la frontière grillagée lancé par environ 250 clandestins, principalement des Camerounais, ont annoncé les autorités locales.

«C’est très facile de parler confortablement depuis le Nord (de l’Europe) et de ne pas voir les problèmes que nous avons dans le Sud mais ces problèmes du Sud sont aussi les problèmes de la Suède. Par conséquent, il faut tout d’abord exiger que l’Union Européenne s’implique», a déclaré le porte-parole du gouvernement local de Melilla, Daniel Conesa.

Ceuta et Melilla constituent les deux seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Europe, destination ultime pour de nombreux immigrants venus de pays subsahariens. […]

euronews

——————————–
Compléments :
——————————–

[ 27 decembre 2013] Les images montrent un millier d’immigrants qui se dirigent en deux files indiennes parallèles vers la frontière qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla. Mi-décembre, ils ont lancé un assaut massif sur la frontière. « »La tentative démontre une fois de plus l’extrême pression migratoire.» France-TV info

[23 juillet 2013] Environ 500 personnes ont participé à un assaut, lancé avant le lever du jour en deux points différents de la frontière. romandie.com

[27 juin 2013] Au moins 300 migrants s’en ont pris aux forces de sécurité chargées de surveiller la frontière de l’enclave espagnole Melilla, séparant l’Espagne et le Maroc. Leur assaut brutal a permis à une centaine d’entre eux de passer la frontière leur permettant d’aller en Espagne.

Les attaques de migrants subsahariens contre la frontière de Melilla sont fréquentes. Ces derniers rêvent tous de la traverser pour se rendre en Europe. afrik.com

[26 juin] Environ 300 immigrants subsahariens ont lancé un assaut massif contre la frontière grillagée qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla, à la pointe nord de l’Afrique, selon les autorités locales, une centaine étant finalement parvenus à entrer. RTBF- lavanguardia.com

[27 avril 2013] Entre 150 et 200 migrants ont organisé un assaut massif à la frontière et 70 ont passé la barrière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla. La vidéo contient des extraits de deux reportages en espagnol : (1)(2)

Immigration : Bahia Amrani n’aime pas la démocratie suisse

[ Extrait d'un article signé Bahia Amrani et publié sur le site marocain "Le reporter" ]

Cette semaine, un petit pays riche, la Suisse, envoyait au monde son  message sur l’immigration. (…) A l’issue d’un référendum, 50,3% des votants suisses ont dit oui à des quotas d’immigration.

C’est un parti politique qui a poussé à une consultation populaire. Donc, in fine, c’est le peuple qui a choisi.

Or, personne ne peut remettre en cause un choix populaire, fût-il xénophobe. Toute la malice de l’UDC populiste tient dans ce postulat.

La France et les autres pays d’Europe désapprouvent… Les politiques suisses ont dit leur honte, les Européens ont dit leur colère, mais l’immigration en Suisse peut désormais être légalement limitée.

Ce sont les miracles de la démocratie. Et c’est à méditer.

Reporter.ma

La France va faciliter l’obtention des visas pour les diplômés marocains

Les Marocains titulaires d’un diplôme français ou d’un diplôme d’une école supérieure française basée au Maroc pourront désormais avoir facilement un visa d’une durée d’un an minimum, pour aller en France.

Annoncée le 30 janvier 2014 par l’ambassadeur de France au Maroc, cette mesure est une réponse à la demande soumise en 2013 par le Comité de suivi du Club France Maroc.

Telquel - merci ranelagh

Le meurtrier présumé d’un quinquagénaire Roannais arrêté au Maroc puis relaché

La justice marocaine a entendu puis relâché le meurtrier présumé d’un quinquagénaire Roannais dont le corps avait été retrouvé dans un conteneur à ordures. L’interpellation du suspect s’est pourtant faite en présence de policiers français qui n’ont pas été autorisés à l’entendre.

Le meurtrier présumé d’un quinquagénaire, dont le corps avait été retrouvé dans un conteneur à ordures de Roanne, en novembre, a été interpellé puis relâché cette semaine par la police marocaine dans la région de Casablanca. Ce Marocain, qui avait quitté précipitamment son appartement de Roanne le 5 novembre, après la découverte du corps lardé de coups de couteau d’un compatriote, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Le juge d’instruction chargé de l’enquête sur cet assassinat a adressé une commission rogatoire internationale aux autorités marocaines. La police marocaine a interpellé le suspect mardi à Mohammédia, au sud de Casablanca, »en présence d’enquêteurs de la police judiciaire française qui n’ont pas été autorisés à l’entendre » a déclaré à l’AFP M. Regnauld.

En dépit du mandat d’arrêt international, la police marocaine l’a remis en liberté, sans contrôle judiciaire, après l’avoir entendu sur les circonstances de son retour au Maroc, ainsi que son entourage. Un juge marocain devrait être prochainement saisi dans ce dossier, après une démarche officielle de dénonciation des faits par la France auprès du Maroc.

(…) France 3 Rhône Alpes

Lyon : Le maire de Rabat (Maroc) soutient Gérard Collomb (PS) pour les municipales

Ce vendredi, le comité de soutien de Gérard Collomb pour les municipales annonce avoir dépassé le cap «symbolique» des 2014 membres. Et la liste des nouveaux renforts est étonnante.

Ainsi, Serge Klarsfeld, l’avocat « chasseur de nazis » espère que le maire de Lyon rempilera pour un troisième mandat.

Le maire de Rabat au Maroc Fathallah Oualalou a également rejoint la troupe, aux côtés de l’ancien maire du 8e Robert Batailly, du peintre Gilbert Coudène, du président de Lyon 1 François-Noël Gilly ou encore de l’ancien président de l’Université de Lyon Michel Lussault.

Pour rappel, depuis le 1er janvier, la quasi majorité des noms ronflants du Grand Lyon s’est rangée derrière Gérard Collomb à l’appel du président d’Acteurs de la Ville, Vincent Carry.

Lyon Mag