Parcage des sentinelles place Vendôme à Paris

La Manif pour tous défile place Vendôme : «Casse-toi, Taubira» (maj vidéo 3)

Maj vidéo 07/04/2014 : Sommations de dispersion face à une jeune fille seule.


(Merci à Christophe)


Article du 03/11/2014

(merci à MrLePatriote)

Des manifestants se sont rassemblés mercredi soir devant le ministère de la Justice pour protester contre la reconduction de la garde des Sceaux dans ses fonctions.

Hebergeur d'imageFurieux de voir Christiane Taubira reconduite au poste de garde des Sceaux, plus d’une centaine de manifestants réunis à l’appel de la Manif pour Tous se sont regroupés mercredi soir aux abords du ministère de la Justice. Cinq personnes ont été interpellées, indique la préfecture de police de Paris. «La manifestation était non déclarée», et les manifestants «empêchaient l’entrée et la sortie de la place Vendôme», a précisé un porte-parole de la PP. [...]

Les manifestants ont hué et entravé le passage de véhicules officiels qui quittaient la place Vendôme, scandant «Casse-toi, Taubira». La place est restée plus d’une heure bloquée à la circulation. [...]

Hebergeur d'imageLe Figaro

Un Toulousain qui portait le sweat-shirt Manif pour tous s’est vu refuser l’accès au vote (vidéo)(maj)

Lors du premier tour des élections municipales, le président d’un bureau de vote du centre ville de Toulouse a demandé à Bruno, 54 ans, d’aller se changer s’il voulait voter. Ce qu’il a fait.

Le port du sweat-shirt de La Manif pour tous est décidément devenu l’acte le plus subversif de ces derniers mois.

Après avoir conduit au poste de police de nombreux promeneurs qui le revêtaient dans les rues lors du débat sur le Mariage pour tous – ce qui leur avait valu moult amendes pour «port d’une tenue contraire aux bonnes mœurs» ou bien «gêne à la tranquillité des promeneurs par affichage ostentatoire d’éléments relatifs à une manifestation interdite» - le sweat-shirt sans slogan, représentant les silhouettes d’un homme et d’une femme tenant deux enfants par la main, est aujourd’hui un motif de refus d’accès au vote.

Dimanche, Bruno, Toulousain de 54 ans, a été interdit d’urnes pour les municipales car il portait ce sweat-shirt. Pierre Vanicat, le président du bureau de vote n°20, dans le centre de la ville rose, l’a empêché de voter pour «port ostensible d’un signe politique». Après 10 minutes d’explications et l’intervention d’autres votants choqués par cette «entrave à la liberté de penser et de voter», à ce «déni de démocratie», s’indigne André-Joseph, témoin de la scène, Bruno est reparti chez lui pour se changer. Après quoi il a pu voter…

La scène a été filmée par son épouse et mise sur Youtube. Bruno a voulu faire consigner l’incident au PV des opérations de vote mais aucun des délégués du bureau de vote de droite, vers qui il s’était tourné, n’a accepté sa requête. Bruno, qui ne s’attendait pas du tout «à une telle réaction», se «réserve le droit de porter plainte», après vérification de ce qu’il estime être un «abus d’interprétation du droit». Juristes et avocats sont à l’œuvre pour faire avérer cette liberté prise avec le code électoral. Un autre avocat a également été saisi pour un cas similaire concernant Emmanuel, un habitant de Limoges. (…)

Le Figaro

Le coordinateur de ‘La Manif Pour Tous’ agressé par des « antifa

[extrait] Alberic Dumont, figure emblématique de la Manif pour Tous, a été agressé à la veille de la manifestation du 2 février par une quinzaine de militants d’extrême gauche. (…)

En sortant du bureau du directeur de cabinet du préfet après plusieurs heures de rendez-vous, il s’apprête à prendre le métro quand plusieurs individus le prennent à partie. (…) La police alors à une vingtaine de contrôles d’identité, quatre individus, militants d’extrême gauche Antifa sont interpellés et placés en garde-à-vue pour « violence en réunion ».

Lire Valeurs Actuelles

Manif pour tous : «Les réactionnaires de dimanche dernier sont un peu nos islamistes à nous»

Extraits de l’éditorial intitulé «La capitulation de trop» de Denis Sieffert (Politis) sur la «reculade» du gouvernement sur le projet de loi sur la famille.

Même sur le terrain sociétal, où elle avait jusqu’ici quelque mérite, la gauche de gouvernement abandonne la rue aux nostalgiques de l’Ancien Régime.

La gauche vacille. Entre «incompréhension» et «consternation , les Verts, le Front de gauche et même des députés socialistes, comme le rapporteur du projet de loi «Famille», Jean-Pierre Michel, n’ont pas mâché leurs mots pour signifier, lundi soir, leur désarroi ou leur colère après la nouvelle reculade du gouvernement.

La vieille droite entraînerait moins de monde si des peurs économiques et sociales ne venaient se mêler aux fantasmes identitaires.

Et la citadelle à défendre porte un nom : famille. Ou plutôt une certaine famille, celle de l’héritage. Une famille immuable, dictée par un ordre naturel.

Mais il y a d’autres raisons à cette résurgence du passé. Ce qu’on appelle le «retour du religieux», en tant que fait politique, n’est pas un phénomène français. C’est une affaire planétaire. Les réactionnaires de dimanche dernier sont un peu nos islamistes à nous. Ou nos créationnistes, si l’on préfère l’exemple américain. Nos cathos de droite ont d’ailleurs reçu le renfort d’associations musulmanes attachées comme eux à la lignée et à la sacralisation de la famille. Les uns et les autres refusent le primat de la loi sur un ordre naturel qui viendrait de Dieu. Sans égards pour le pouvoir séculier, ils continuent de manifester contre une loi pour le «mariage pour tous» qui a été votée. [...]

Politis

Le rapport Lunacek a été adopté par 394 voix pour et 176 voix contre.

Rapport Lunacek

Le rapport d’Ulrike Lunacek, vice-présidente de l’intergroupe-LGBT du Parlement européen, «invite les États membres à réfléchir à des moyens d’adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux» et à «inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel». Il «demande aux États membres de garantir l’accès des femmes célibataires ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée». Enfin, il agite le chiffon rouge du «genre» à l’école, en invitant les États membres à «favoriser un enseignement objectif des questions concernant l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression du genre».

Le Figaro

Une famille de la « Manif pour tous » a débarqué dans mon café

Papier de Frédéric L’Helgoualch, serveur

Hebergeur d'image

Elle balance sa fourrure léopard sur la banquette, sans se soucier de la place laissée aux autres, encore debout, et me lance un tonique « un verre de vin rouge ! Le meilleur. Vite, j’ai soif ! » et éclate de rire, bourgeoise gentiment gouailleuse, qui sait -je connais bien cette espèce- comment être exigeante sans pour autant braquer quiconque. [...]

Son bonhomme a l’allure du type qui a incontestablement réussi socialement mais, ventru, paupière tombante derrière ses grosses binocles, costard gris, gestes assurés, certes mais, ralentis, mous même (du moins, comparés à ceux de sa matrone qui zieute sans cesse autour d’elle, zieute, gigote, encore et encore), il se dégage de sa personne un quelque chose qui se rapproche de la lassitude. En face d’eux, le fils et la fille (mon oreille indiscrète de serveur me permet de savoir qu’ils ne forment pas un couple).

Les deux semblent avoir hérité de l’apathie paternelle (qui, je l’imagine, au moins, a bien vécu avant d’en arriver là) mais, de la faconde de leur génitrice, point la moindre trace. Ils ont l’air engoncé des ados que papa-maman traînent au restaurant de force et ce, malgré leur trentaine bien sonnée. Ces deux moules me filent d’emblée de l’urticaire. Mon allergie aux fruits de mer, très certainement. [...]

La prise de commande est rapide. Mme joue la show-girl mais, cela m’amuse -tant que je ne suis pas condamné à vivre avec ce nombril sur stilettos- je dois faire répéter le garçon à tête de puceau, qui ne parle pas très fort. Monsieur soupire sa requête plus qu’il ne la donne; Mlle a l’œil fuyant et la bouche dédaigneuse. « Petite morue satisfaite », songe-je méchamment, pris dans le speed du service, peu disposé à tolérer le moindre signe de condescendance à mon endroit. [...]

Ils y étaient, pour la défense des valeurs traditionnelles, ancestrales, hiérarchiques, religieuses et culturelles. La France, mes chers compatriotes, la France éternelle (avec les trémolos de circonstance dans la voix) ! [...]

Même la mère, qui, au final, me faisait encore sourire deux minutes plus tôt, me semble soudain beaucoup moins drôle. La famille Hingals, ne vous en déplaise, dans votre cas, me semble s’être métamorphosée, au fil du temps, en famille Adams. Je me retiens de leur demander pourquoi ils n’ont pas battu le pavé plus tôt, lors de la découverte des crimes pédophiles couverts par l’Eglise qui soutient le mouvement, par exemple. Lors de telle ou telle loi socialement injuste, par exemple. Je me retiens de leur rappeler l’élection démocratique récente de ce parlement puisque, désormais, ils parlent même de « dictature ». [...]

Désormais, leurs fantasmes se mélangent à la loi, votée. Mais, non, je me contente de leur souhaiter bon appétit. Ils ne répondent pas, trop occupés à s’offusquer, trop heureux de se rassurer. C’est beau, une famille nécrosée qui panse ses plaies. Même fifils a son opinion sur la question. Et la cocotte pédante en ballerines est intarissable. Chéris…

« Des gens bien ». « Des gens respectables ». Définition, s’il vous plaît ? A contrario, qu’est-ce que « des gens pas bien » ? « Des gens pas respectables » ?

Dans votre cas, où la position sociale, les études, les regards externes doivent se mélanger aux valeurs culturelles que vous croyez – fantasmez ? – incarner (et qui te donne, à toi, entre autres, tant d’assurance, ancienne petite fille rêveuse – comme toutes les petites filles – devenue vieille mégalo peinturlurée, castratrice, triste, à n’en pas douter, triste à pleurer, triste à gerber, malgré tes effets de manche pathétiques), la réponse potentielle me fait frémir. [...]

Je ne vous fréquenterais pas à priori avec plaisir (les opinions différentes, oui, elles nourrissent la Démocratie. Des certitudes qui excluent des pans entiers de la société, non. Juste non) mais, jamais, je ne me permettrais de vous jeter des pierres ou de vous retirer des droits, tant qu’ils n’amputent pas les miens. [...]

Huffington Post

‘Manif Pour Tous’ et théorie du genre : Ça chauffe sur LCP avec Yves Thréard (vidéo)

Avec :

  • Le journaliste Yves Thréard du Figaro
  • Le journaliste Gérard Leclerc de LCP (Pour le situer, d’un point de vue journalistique il est dans la ligne de Yann Barthés ou Bruno Roger-Petit mais avec une cravate)
  • Le ‘sondeur’ Jean-Daniel Lévy de Harris Interactive
  • Anne Levade, professeur de droit qui travaille dans plusieurs organismes et institutions d’État

Tout commence ‘normalement’, puis intervient Yves Thréard…


source : La Matinale de LCP du 3 février 2014

Bonus :
Petit reportage sur La Manif Pour Tous de prorussia.tv

Les musulmans en tête de la manifestation pour tous

Les organisateurs de la Manif pour tous n’aiment pas du tout l’image de cathos intégristes qui colle à leur mouvement et qu’ils ne cessent de dénoncer. Dimanche, en tête du cortège, il y avait une grande banderole écrite en français et en arabe : « Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel. » Joli coup.

Ces derniers jours, on a beaucoup parlé d’eux, « cibles » prioritaires d’un étrange SMS appelant les parents à ne pas envoyer leurs enfants en classe – une journée – afin de protester contre le prétendu enseignement de la « théorie du genre » à l’école.

Au sein de cette communauté, beaucoup ont mis en garde contre une réaction hâtive et une tentative d’instrumentalisation – tout en partageant les mêmes inquiétudes. D’autres ont choisi de participer au boycott initié par Farida Belghoul, ex-militante de gauche, présentée désormais comme proche d’Alain Soral.

Du coup, cet après-midi, les journalistes ont systématiquement demandé aux musulmans présents s’ils n’avaient pas peur de marcher aux côtés de l’extrême droite. La réponse se décomposait toujours en deux temps :

Le mariage homo, la GPA et la PMA ou encore le « genre » sont des problématiques nationales, qui dépassent les clivages politiques (comprendre, on s’en fout si le FN est là-aussi).
On n’est pas des moutons, on sait réfléchir par nous-mêmes et voir où sont nos intérêts.

Les instances représentatives de l’islam en France – du moins les plus importantes – n’ont pas clairement appelé à participer à la Manif pour tous. « Personne ne les écoute, de toute façon », glisse Hammou, 42 ans, un gros bonhomme qui habite « pas loin » et qui est venu voir comment ça se passe.

Dimanche, les organisateurs de « la Manif pour tous » appelaient à marcher contre « la familiophobie » du gouvernement, après une semaine marquée par la polémique sur les opérations de sensibilisations aux questions de genre en maternelle et au primaire.

Selon leurs estimations, 500 000 personnes ont défilé à Paris et 40 000 à Lyon (les chiffres de la police disent respectivement 80 000 et 20 000). Alors que le ministère de l’intérieur craignait des débordements, aucun incident majeur n’a été signalé….

« Tout à l’heure, un vieux tape sur l’épaule d’un Arabe et lui dit : “C’est bien que vous soyez là. Nous, les cathos, on est trop gentils.”

Derrière la banderole évoquée un peu plus haut, Najib Guarraz, un homme d’une cinquantaine d’années venu de Rennes avec ses enfants et grand habitué de la Manif pour tous. « Farida Belghoul est une femme formidable », répond-il, un brin provocateur…

Rue89