Bagneux (92). Des parents jugés pour avoir marié leur fille de force contre 150 € et deux vaches. Màj : Les parents et le mari acquittés

Addendum 28 mars : (…) Coup de théâtre mercredi, une heure après l’ouverture du procès : la jeune femme, 24 ans aujourd’hui, s’est présentée comme une menteuse manipulatrice. Certes, le mariage fut arrangé selon la tradition malienne. Dès l’âge de 13 ans, elle fut promise à Mamadou contre deux vaches et 150 €. Mais l’arrangement convenait à cette jeune fille couverte de cadeaux par le prétendant. C’est elle qui l’a révélé à la barre.

(…) Le parisien

———————————————–

Mariée de force à un cousin malien, elle a compris que ses parents réservaient le même sort à sa sœur. C’est pour cette raison que la jeune Fouleymatou a confié son horrible histoire à une assistance sociale, en 2006, et déclenché ainsi l’enquête qui mène finalement ses parents devant la cour d’assises des Hauts-de-Seine.

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à vendredi, Daouda et Kalle Kante, respectivement âgés de 58 et 48 ans, seront jugés pour « traite d’être humain ». En plus de la marier de force, ils ont infligé à leur fille des sévices en tout genre. Fouleymatou avait 18 ans quand elle a révélé ce qu’elle a subi. Depuis l’appartement familial de Bagneux, ses parents ont organisé le mariage de leur fille avec le cousin Mamadou. Dès 2001 — Fouleymatou n’avait que 13 ans — elle a été promise au prétendant contre la somme de 150 € et deux vaches. Quatre ans plus tard, Fouleymatou était toujours mineure, on a célébré les noces au Mali, selon la coutume.

De retour à Bagneux, l’adolescente est devenue l’épouse du cousin aux yeux de toute la famille. Il lui fallait donc se soumettre et se taire. Ne rien dire des relations sexuelles imposées, de ce qu’elle décrit comme des viols. Mamadou Sidibé, le cousin époux sera jugé lui aussi lors de ce procès, pour tentatives de viols et, accessoirement, pour séjour irrégulier sur le territoire français.

(…) Le Parisien

Mali : Des Touareg noirs réclament une loi criminalisant l’esclavage

Des représentants des Touareg noirs du Mali ont réclamé vendredi à Bamako une loi criminalisant l’esclavage, phénomène qui selon eux persiste «surtout» dans le nord du pays, où une opération militaire franco-africaine est menée contre des groupes islamistes armés.

«Nous demandons au gouvernement malien de faire rapidement adopter une loi criminalisant l’esclavage dont nos parents sont toujours victimes dans le nord du Mali». (Ibrahim Ag Idbaltanat, président de l’association Temedt)

Selon les organisateurs de la rencontre, à laquelle ont assisté notamment des défenseurs des droits de l’Homme et des diplomates, l’esclavage persiste dans les communautés touareg (où l’on distingue entre Noirs et individus à «peau claire»), arabe et peul.

En l’absence d’étude fiable, l’association évalue à «plusieurs centaines», voire «quelques milliers» le nombre de personnes traitées en esclaves dans le nord du pays. […]

malijet (Merci à nimpoteki)

Bernard-Henri Lévy : «Notre destin, aujourd’hui, se joue entre islam éclairé et côté obscur de l’islam»

Article de Bernard-Henri Lévy sur le site La Règle du jeu sur l’intervention français au Mali, «anti-guerre d’Afghanistan» et «anti-guerre d’Irak».

Notre destin, aujourd’hui, se joue entre l’islamisme qui progresse, le terrorisme qui se rapproche, et la lutte à mort, partout, entre islam éclairé et côté obscur de l’islam.

Cette guerre-éclair, conduite et gagnée, avec l’appui des forces maliennes, sans que l’on ait senti la possibilité même d’un enlisement, c’est l’anti-guerre d’Afghanistan.
Mieux : c’est, si l’on y réfléchit, la première défaite de l’islamisme militaire – il avait été défait politiquement en Libye ; l’intervention française avait eu pour effet, en montrant un visage fraternel de l’Occident, de pulvériser le noyau de l’argumentaire d’Al-Qaida et de faire qu’un an plus tard, dans les urnes, les forces qui se réclament du Jihad, soient tout naturellement vaincues ; eh bien, là, c’est une défaite militaire ; c’est la première fois que le jihadisme fait la preuve qu’il n’est pas plus apte à mener une guerre qu’à gouverner un Etat ; et cela aussi est essentiel ; et, là encore, c’est une date clé.

Or l’extraordinaire, c’est que l’opinion s’en moque.

L’élection d’une Miss France passionne davantage les Français que les hauts faits de cette nouvelle armée d’Afrique.

Une belle Eurovision, pour ne pas dire une Star Academy, intéresse plus que la destruction, pour reprendre le mot de François Hollande, d’un Sahelistan en formation. […]

La Règle du Jeu

Conférence sur le Mali à Lyon : Fabius annonce la création d’un fonds de plusieurs millions d’euros

Mardi se tient à Lyon une conférence sur le développement du Mali. Elle est organisée par le ministère français des Affaires étrangères et des collectivités territoriales engagées au Mali. Son objectif : promouvoir le redressement économique du Mali via des projets de développement décentralisés.

Au mali, la France veut maintenant relancer les projets de coopération et de développement économique bloqués par la guerre. C’est pourquoi se sont rassemblées à Lyon mardi 170 collectivités territoriales, dont la région Rhône alpes, engagées depuis des années dans le pays.

En cours de journée, le Ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius a annoncé la création d’un fonds pour l’action extérieure des colectivités locales doté de plusieurs millions d’euros, afin d’aider à rebâtir le pays.

(…) France 3 Rhône-Alpes

Mali : Selon la préfecture, le djihadiste arrêté au Mali n’a jamais travaillé dans la police (Màj)

Contrairement à ce qu’affirme sa soeur, la police nationale n’a jamais compté dans ses rangs le djihadiste français arrêté au Mali au début du mois, assure la préfecture de Grenoble. (…)

L’Express

Nous avons retrouvé la sœur de Djamel, 37ans, le combattant islamiste fait prisonnier début mars au Mali. Elle confie sa colère et estime que son frère a «trahi» la France.

C’est un témoignage rare, car le sujet est sensible. Sonia*, la sœur d’un jihadiste français arrêté il y a quelques jours dans le nord du Mali, a décidé de sortir du silence. Révoltée par le comportement de son frère, elle confie sa colère et son incompréhension. Djamel, 37 ans, a été arrêté les armes à la main par l’armée française; Au terme d’un parcours étonnant. Car avant d’aller combattre aux côtés des islamistes du Mali, il a servi dans les rangs de la police nationale. (…)

Le Parisien

Un jeu vidéo contre l’armée française : le djihad virtuel (MàJ Europe 1)

Europe 1 matin

(merci à GB)

______________________________

Un forum djihadiste a développé un jeu de propagande où l’on peut affronter l’armée française au Mali.

Sur le forum Ansar al-Mujahideen Arabic, deux utilisateurs, Ta’ir al-Nawras 07 et Ghareeb Fi al-Hayat, viennent de mettre au point un jeu d’un genre particulier.Ce jeu, nommé Le Mali musulman, réécrit l’offensive française contre le Mali menée depuis le début de l’année. Sur l’écran titre apparaissent des images de propagande et un poème contre les infidèles. Avant de lancer une partie, le joueur peut voir ce message, en arabe, traduit par France 24:

«Frère musulman, vas-y et repousse l’invasion française contre le Mali musulman.»

[...] Au-dessus du désert malien, on ne peut contrôler qu’un avion rebelle et tirer sur les forces françaises, particulièrement lentes. Le but du jeu est donc de les abattre et d’éviter les missiles lancés à petite vitesse par les avions, ingénieusement frappés du drapeau français.

«Félicitations, vous êtes devenu un martyr»

Si vous êtes en difficulté, vous pouvez cliquer sur un petit bouton nommé «Il n’y a d’autre dieu qu’Allah, et Mohammed est son messager», ce qui lancera un laser mortel. Le jeu n’a pas de fin et ne peut se conclure qu’avec la mort du joueur. L’écran affiche alors «Félicitations, vous êtes devenu un martyr.»

La suite sur LeFigaro.fr

Budget/Défense : La France n’aura-t-elle bientôt «qu’une armée d’opérette» ?

Pour Etienne de Durand, directeur depuis 2006 du Centre des études de sécurité de de l’Institut français des relations internationales (IFRI), les réductions du budget de la défense atteignent le seuil où elles mettent la France en danger.

Il n’y a aucun précédent historique à une telle coupe dans le budget de la Défense si ce n’est l’armée de Vichy postérieure à la défaite de 1940.

Les dépenses de défense sont actuellement de 32 milliards pour un budget de l’Etat de 350 milliards, qui si on lui ajoute les dépenses sociales, aboutit à un total de plus de 1000 milliards. Il faut donc être d’une extrême mauvaise fois pour oser soutenir que le problème budgétaire de la France vient de la Défense. […]

Les coupes nécessaires à la réduction de budget exigée ne permettraient plus à la France des interventions comme celle au Mali. Conserver une telle armée aurait-il du sens ? Serait-elle toujours en état de défendre l’hexagone même si elle ne peut plus intervenir ailleurs ?

Non cela n’aurait plus beaucoup de sens. Nous n’aurions plus, comme beaucoup de pays d’Europe, qu’une armée d’opérette incapable de défendre son territoire. Comme nos voisins, nous deviendrions de facto dépendant d’autres pays comme les Etats-Unis et puisque tous les pays de l’UE réduisent leurs budgets de défense, nous serions incapables d’affronter une éventuelle agression majeure. Nous avons d’ailleurs pu constater avec le Mali que nous ne pouvions pas vraiment compter sur la plupart de nos voisins européens en cas de nécessité militaire. Cette décision voudrait donc dire que nous considérons qu’il n’y a aucun danger ni aujourd’hui ni demain. […]

L’économie est-elle en train d’avoir raison de notre histoire et de notre prestige militaire ?

Ce n’est pas l’économie qui est en train d’en avoir raison, c’est la politique. Nous ne résoudrons pas le problème budgétaire de la France en tapant sur le budget de la Défense et ce n’est donc pas une question économique. […]

Quels seraient les conséquences d’une telle réduction sur l’économie française ?

Le secteur de l’aéronautique et de la défense est le troisième secteur industriel du pays et il représente à lui seul 4 000 entreprises et 165 000 emplois directs. Compte tenu de l’état du BTP et de l’automobile, si nous coupons dans ce secteur, il ne nous restera rien d’autre que l’industrie pharmaceutique et l’agroalimentaire. En plus du désastre militaire, ce sera un désastre. […]

Atlantico

Djihad : «L’ennemi de l’intérieur est toujours là !»

Article de Yves de Kerdrel dans Valeurs actuelles.

Ce n’est pas seulement le résultat d’un échec complet en matière d’intégration. Ce n’est pas seulement la faillite d’une politique compassionnelle à l’égard de l’immigration. C’est aussi le résultat d’une attitude béate consistant à croire que l’islam est soluble dans la société française.

La «cinquième colonne» du djihad est déjà implantée en France. Comme l’ont montré l’affaire Merah et ces Français retrouvés au Sahel dans les rangs des terroristes.

Il y a un an, avec les horribles tueries perpétrées à Toulouse et à Montauban, la France découvrait qu’elle abritait en son sein des terroristes islamistes. Des Français nourris d’allocations, vivant dans des quartiers tranquilles, mais prêts à se transformer, en l’espace de quelques secondes, en bourreaux infâmes, brisant la vie de trois de nos soldats et celle d’enfants juifs à l’entrée de leur école. [...]

Depuis que nos forces armées sont présentes au Sahel, il ne se passe plus de semaine sans que, parmi les terroristes faits prisonniers dans le désert, on trouve systématiquement de jeunes Français islamistes fanatisés et enrôlés dans cette «croisade» contre l’Occident. [...]

Surtout, tirer un trait définitif sur cette vision absurde d’un multiculturalisme dans lequel la France, ses racines, son histoire et ses habitants ont tout à perdre. Dans la violence, la barbarie et la haine.

Même Manuel Valls le reconnaît : «Il faut mieux combattre cette forme de terrorisme qui est née dans nos quartiers. » Des zones de non-droit que nous continuons à arroser de milliards dans le cadre d’une politique de la ville qui va d’échec en échec. [...]

Valeurs actuelles (Merci à Zatch)

Philippe Meunier (UMP) veut déchoir de la nationalité française les djihadistes binationaux

Philippe Meunier (UMP) a déposé une proposition de loi pour déchoir de la nationalité française les djihadistes binationaux

Il souhaite ôter la nationalité française à «tout individu portant les armes contre les forces armées françaises et de police».

Une proposition qui fait écho au djihadiste franco-algérien arrêté la semaine dernière au Mali. Cet homme âgé d’environ 35 ans a vécu dans la région de Grenoble. Il devrait prochainement être extradé vers la France.

Lyonmag (Merci à Fab-69)

Ibrahim Aziz Ouattara, un « djihadiste français présumé » arrêté au Mali, expulsé vers la France

Ibrahim Aziz Ouattara est soupçonné d’avoir cherché à rejoindre des groupes djihadistes opérant dans la région. Il a été interpellé en novembre par les autorités maliennes vers Sévaré, dans le centre du pays.

Un djihadiste français présumé, qui avait été arrêté au Mali en novembre a été expulsé ce mardi vers la France et placé en garde à vue, a-t-on appris ce jeudi de source judiciaire.

Ibrahim Aziz Ouattara, qui possède aussi la nationalité malienne, est soupçonné d’avoir cherché à rejoindre des groupes djihadistes opérant dans la région. Cet homme de 25 ans a été interpellé par les autorités maliennes à Sévaré (centre), alors qu’il voyageait avec les papiers d’identité d’un certain Khalifa Dramé, qui a également été placé mardi en garde à vue, selon cette source. [...]

L’Express

(merci à Laurent)

Un jihadiste français a été fait prisonnier au Mali

Un Français combattant au sein des groupes jihadistes a été fait prisonnier au Mali, selon nos informations. C’est une première depuis le début de l’opération Serval, lancée le 11 janvier.

Cet homme, dont ni l’identité ni le parcours n’ont pour l’instant été précisés, a été capturé à la fin des combats qui ont opposé, durant une dizaine de jours, les soldats français et tchadiens aux groupes armés islamistes dans la vallée de l’Amettetaï, au cœur du massif de l’Adrar des Ifoghas (Nord-Mali). [...]

Libération

(merci à Porcinetdenice)