Mali : Un groupe djihadiste annonce la mort de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal. La famille en colère (MàJ)

Addendum 23.04.2014 :

La famille de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal a exprimé mercredi sa colère contre les autorités françaises et les médias qui ont oublié «les deux otages du Mali».

«Pendant huit mois, on n’a parlé que des journalistes en Syrie, on a oublié qu’il y avait deux otages au Mali», a déclaré David Rodrigues Leal, le frère de Gilberto, ajoutant : «On est un peu en colère.» «J’ai l’impression que si mon frère avait eu plus de valeur, s’il n’avait pas été un simple retraité, peut-être, ça se serait passé autrement», a-t-il ajouté.

Le Point

Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a annoncé aujourd’hui la mort de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l’ouest du Mali par ce même groupe djihadiste.

«Nous annonçons la mort de Rodrigues, il est mort, parce que la France est notre ennemie», a déclaré dans une brève communication téléphonique Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao qui n’a pas précisé quand et dans quelles circonstances l’otage était mort.

Le Figaro

Un homme contaminé au Mali est mort de la rage en Ile-de-France

Il s’agit du premier décès en France depuis plus de 10 ans. Aucun cas de rage sur l’homme n’avait été déclaré en France métropolitaine depuis 2003.

La rage humaine est très rare en France et se transmet accidentellement par morsure d’un animal infecté (la plupart du temps des chiens) et exceptionnellement d’homme à homme. «Le dernier cas contracté en métropole remonte à 1924», précise le communiqué du ministère. «Depuis 1970, une vingtaine de cas, contractés à l’étranger, ont été recensés en métropole, le dernier ayant été notifié en 2003». La maladie reste toutefois endémique en Afrique et en Asie, où elle tue encore 55.000 personnes chaque année d’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Un homme hospitalisé en réanimation dans un établissement d’Ile-de-France est mort aujourd’hui de la rage après avoir été contaminé au Mali, annonce le ministère des Affaires sociales et de la Santé. Dès la confirmation du diagnostic, le 2 avril, le ministère des Affaires sociales a demandé aux autorités sanitaires de mettre en place les mesures nécessaires, notamment l’identification des personnes en contact avec le malade. Bien qu’aucun cas de transmission interhumaine directe n’ait été constaté, «le personnel soignant et la famille proche ont été pris en charge et dirigés vers un centre antirabique pour évaluer la pertinence d’une vaccination», dit le communiqué.

Le Figaro

L’ONU récompense la France au Mali en attribuant des marchés à ses entreprises

Des entreprises françaises vont récolter les dividendes de la contribution de l’Etat français au budget de la mission de l’ONU au Mali. Selon le quotidien économique Les Echos, le secrétariat des Nations unies vient d’attribuer plusieurs contrats de gré à gré aux entreprises françaises Thales et Razel-Bec pour la réalisation d’infrastructures au Mali, dans le cadre de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali).

 

Les contrats accordés à Thales et Razel-Bec totalisent 34,7 millions d’euros. Ils portent sur notamment sur l’extension et la consolidation des pistes d’atterrissage dans les villes Kidal et Tessalit (Nord du Mali).

Les entreprises françaises n’avaient pas auparavant accès à ce type de marché car l’ONU négocie avec les Etats et non avec les opérateurs privés. Dans le cas de la France, l’organisme qui a servi d’intermédiaire et qui a défendu l’offre des entreprises auprès des responsables de l’ONU est une structure rattachée au ministère des Affaires étrangères, appelée «France expertise internationale».

La France, qui s’est engagée militairement en janvier 2012 aux côtés des troupes africaines pour la libération du Nord du Mali et qui contribue annuellement pour 48 millions de dollars au budget de la Minusma pour la fourniture de biens et services, cherche à travers la défense des offres de ses entreprises à optimiser «le taux de retour », selon le Quai d’Orsay. Elle veut retrouver, en contrats, les montants versés par ses contribuables au titre du budget multilatéral.Après cette première attribution de contrats à des groupes français par la Minusma, d’autres contrats pourraient suivre dans la logistique, l’approvisionnement en nourriture, l’alimentaire ou encore dans les carburants, selon le journal Les Echos.

Ecofin

Relire :

La guerre au Mali a coûté 647 millions d’euros à la France en 2013

Une belle histoire d’amour

Le tribunal correctionnel a passé au tamis une vieille affaire datant de 2002. Oumar Sylla, le prévenu, a disparu des écrans radar depuis 2005. Il a été condamné à dix mois de prison ferme pour des violences sur sa compagne.

A-t-il repris le chemin du Mali ? C’est là-bas qu’il rencontre Aude, envoyée là-bas pour une mission humanitaire en 2000. Elle en revient amoureuse folle d’Oumar.

Tout est rose au début puis tout se noircit d’un coup. Entre 2002 et 2005, Oumar multiplie les violences envers Aude, des certificats médicaux jonchent les ruines du couple. Alcool, jalousie, coups. Chronique ordinaire d’un drame conjugal au long cours. Oumar est séropositif, il transmet le sida à Aude. Mais il dit le contraire, Oumar.

Le Berry.fr

Merci Bas rouge

Le Danemark selon Bernard-Henri Lévy

Le Danemark vu par Bernard-Henri Lévy sur son blog La Règle du Jeu.

Et rien ne semble devoir arrêter le déferlement d’antiaméricanisme dans un pays qui passe pour vacciné contre cette passion rouge-brune. Autre signe des temps ? On se croirait en France – c’est tout dire.

Copenhague. Bibliothèque royale du Danemark. Ce paradoxe d’une monarchie, une vraie, scrupuleusement attachée, comme j’ai pu le constater hier soir, lors de la soirée de gala donnée par l’ambassade de France, à ses étiquette et protocole – mais qui est aussi, et sans contradiction aucune, l’une des sociétés les plus égalitaires que je connaisse. […]

C’est le pays du roi Christian, dont la légende veut qu’il ait porté l’étoile jaune, en solidarité avec ses sujets juifs, aux sombres temps de l’occupation nazie. C’est une légende, oui, me dit Bo Lidegaard, directeur du grand quotidien Politiken […]. Mais ce qui n’est pas une légende, c’est qu’il a refusé que les juifs danois la portent. Ce qui n’est pas une légende, c’est que le peuple danois tout entier les a protégés, aidés à passer en Suède et, surtout, surtout, attendus en n’accaparant pas, comme presque partout ailleurs, les biens qu’ils laissaient derrière eux. Petit pays, grand peuple. […]

C’est le pays des aviateurs de la guerre de Libye, la nôtre, la récente, celle initiée par la France pour aider les Libyens à se libérer de la longue dictature de Kadhafi. Ils ne furent pas nombreux, les pays européens, à s’associer véritablement à Nicolas Sarkozy dans cette opération à haut risque. […]

Je vois aussi, naturellement, les gens du Jyllands-Posten – le journal qui se fit connaître dans le monde entier en publiant, il y a neuf ans, en même temps que le Charlie Hebdo de Philippe Val, les fameuses «caricatures de Mahomet». Le ferait-il à nouveau ? Et aurait-il, lui aussi, le même courage ? Sans doute. Mais qu’il bénéficie du même soutien, qu’il soit le même symbole mondial de la liberté d’expression menacée, que l’opinion éclairée française et européenne se mobilise, aujourd’hui comme hier, aux côtés de ses journalistes en danger de mort, j’en suis tout à coup moins certain. Si grande est la confusion des temps ! Et si étrange cette propension à tout mélanger – le droit de se moquer des religions et celui d’appeler au meurtre des personnes ; le droit au blasphème et celui de casser du juif, du pédé ou de l’Arabe ! […]

Mais le sujet dont on parle le plus ces jours-ci, à Copenhague, c’est, hélas, l’affaire Goldman Sachs – c’est-à-dire l’entrée de la célèbre banque d’affaires américaine au capital de Dong Energy, la grande compagnie d’Etat danoise fournisseuse d’énergie. […]

C’est comme si le diable en personne était entré dans le royaume. C’est comme si l’on voyait soudain poindre le visage même de l’Antéchrist. […]

La Règle du Jeu

Un panier gourmand «made in France» offert par les industriels pour les militaires français engagés au Mali

Les ministres Jean-Yves Le Drian et Guillaume Garot offriront la semaine prochaine un coffret gourmand aux 2500 militaires français postés au Mali.

Les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense) et Guillaume Garot (Agroalimentaire) ne viendront pas les mains vides à Bamako (Mali), où ils passeront la semaine prochaine le réveillon de la Saint-Sylvestre avec les militaires français. Un coffret va en effet être remis aux 2500 soldats engagés dans ce pays.

Il contient une boîte de foie gras Labeyrie, de la confiture de marque Andros, un quart de bouteille de vin rouge de marque Castel mais aussi du champagne, un paquet de gaufres et des madeleines. Tous les produits sont «made in France». «Les industriels sont les mécènes», explique un conseiller de Jean-Yves Le Drian qui évoque «un cadeau assez exceptionnel»…

À ce jour, quelque 8000 militaires français sont engagés dans des opérations extérieures…

Le Figaro

Centrafrique : ce que l’on sait du soldat qui arborait un insigne nazi. Màj : Plusieurs soldats concernés

Addendum 22 décembre : (…) Il ne s’agirait pas d’un acte isolé puisqu’il y aurait plusieurs militaires en cause. « Il y a d’autres soldats qui ont ce patch », assure une source officielle, qui évalue le nombre d’hommes concernés à « moins de dix a priori », mais relève que, « comme il y a enquête, les gars ne sont pas idiots et l’ont tous retiré ».
(…) Le ParisienMerci à Diwal-da-reor

—————————————-

Il appartient au 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Castres mais n’a pas encore été identifié. Francetv info fait le point.

(…)

Interrogé samedi matin sur l’appartenance du militaire au 8e RPIMA, le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l’état-major, s’est refusé à tout commentaire. « On n’interviendra que lorsque les faits seront établis par l’enquête », s’est-il contenté d’indiquer.

Publiée sur le site de BFMTV, la photo par laquelle l’affaire a été révélée montre un soldat l’arme au poing, avec à l’épaule un insigne portant le nombre 32 sur un drapeau tricolore. On peut y lire en allemand la devise SS « Mon honneur s’appelle fidélité » (« Mein Ehre heisst Treue »). De source proche du « 8″, on indique que le nombre 32 signifie  »2e groupe de la 3e section », ce qui devrait permettre une identification très rapide de ce soldat. D’autres sources citées par La Dépêche du midi avancent toutefois que cela pourrait être une référence à la 32e division SS créée à la toute fin de la Seconde Guerre mondiale.

(…) Dans La Dépêche du Midi, Philippe Folliot, député centriste tarnais, abonde, évoquant« une bêtise de jeunesse ». Selon l’élu, ce soldat est « un jeune sergent qui ne devait même pas connaître la référence nazie »« La devise n’est pas choquante en soi, si on ne connaît pas la référence », ajoute-t-il.

(…) Pour le Parti communiste, cette affaire va plus loin. « Contrairement aux dires de l’état-major des armées, il ne s’agit pas d’un incident isolé », écrit le PCF dans un communiqué. « Depuis plusieurs mois circulent sur internet des photos de militaires effectuant des ‘quenelles’, autrement dit, le salut antisémite se référant au salut hitlérien », rappelle-t-il, invitant « le Parlement à engager une enquête approfondie sur les activités subversives de l’extrême-droite à l’intérieur de l’armée ».

FranceTV

Syrie. Les écolos en vert-de-gris pour une intervention : Cohn-Bendit , Placé, Benbassa, Mamère…

Envolé le traditionnel « pacifisme » des Verts, du Mali à la Syrie, leurs responsables – de Cohn-Bendit à Jean-Vincent Placé – partent la baïonnette au fusil.

«La non-violence comme mode de résolution des crises internationales représente une valeur constitutive de l’écologie politique», pouvait-on lire dans le projet 2012 des écologistes. Pourtant le parti écologiste a soutenu le gouvernement lors de l’intervention au Mali et défend, aujourd’hui, une intervention en Syrie. Un tel revirement n’est pas étranger à l’intégration de deux membres d’Europe Ecologie les Verts (EELV) au gouvernement, solidarité gouvernementale oblige.

Ainsi dès le 28 août, dans un communiqué intitulé «le 21 août 2013 change la nature du conflit syrien», le secrétaire national, David Durand et Jean-Vincent Placé déclaraient que «pour EELV, une intervention, y compris militaire, nonobstant l’utilisation de la Russie et de la Chine de leur droit de véto au Conseil de sécurité de l’ONU, est à ce stade inéluctable». Les réactions sur le site Internet du parti n’ont pas tardé. Lévy Girard, responsable de la commission paix et désarmement, pondère : «EELV doit rester sur ses fondamentaux et ne pas sur réagir sans prendre toute la dimension exacte de cet enjeu (guerre ou paix), hier dans les Balkans, en Irak, aujourd’hui en Syrie… » […]

Les pontes d’EELV suivent la position. Daniel Cohn-Bendit, Noël Mamère et Pascal Durand soutiennent l’intervention en Syrie. Le premier, nouveau chroniqueur de la matinale de Europe 1, s’est d’ailleurs fait remarqué par une nouvelle envolée le 26 août dernier. Dénonçant l’immobilisme de l’Organisation des Nations Unies, «ce tigre de papier», il a fustigé le droit de veto au Conseil de sécurité. « Il faut abolir le droit de veto et donc je demande une initiative de l’Europe donc de la France. »

Ce lundi matin, Esther Benbassa sénatrice EELV et historienne s’est exprimée, elle aussi, en faveur d’une intervention. « On ne peut pas dire, aujourd’hui, je suis parlementaire, j’y étais, je n’ai rien fait. Je ne suis pas pour que l’on aille faire la guerre, mais je suis pour que l’on donne l’exemple et que les pays démocratiques ne se taisent pas devant l’horreur. Il faut une action limitée dans le temps et dans l’ampleur », estime-t-elle. « Une politique sans éthique mène à la ruine des nations.»

Marianne

France. Armée : 2 500 euros pour s’équiper convenablement (à ses frais)

A la caisse du surplus militaire Doursoux, dans le 15e arrondissement de Paris, un sous-officier d’un régiment parachutiste en partance pour Gao, au Mali, vide un drôle de panier de courses : un gilet et une tenue de combat, des chaussures de randonnée, un sac à dos, un sac de couchage bivouac, une sangle et une poignée de fusil d’assaut Famas, des sous-vêtements isolants, des lunettes antibalistiques, des genouillères, un sac d’hydratation et un chèche militaire. Total de l’addition : 2 225 euros.

Ces dépenses permettront notamment à ce sous-officier de remplacer son sac à dos de dotation trop lourd, la toile de son gilet réglementaire qui casse facilement et sèche mal, ou encore sa gourde officielle, dont le joint – véritable nid à bactéries – transmet toutes formes de maladies. «La République est censée nous offrir tout le nécessaire pour nous équiper mais, dans les faits, elle va au moins cher, déplore ce soldat. Au final, c’est nous… »

Le Monde (Merci à SaintJores50)

Présidentielles au Mali : Les Maliens de France dénoncent une « mascarade »

Plusieurs bureaux de vote pour la présidentielle qui devaient être ouverts ne l’ont finalement pas été, alors que quelque 200 000 Maliens résident dans l’Hexagone.

« Mascarade » « magouille » : les Maliens de la région parisienne criaient leur colère dimanche au consulat général à Bagnolet, frustrés de ne pouvoir voter à défaut de carte d’électeur ou parce que leur bureau de vote a été fermé sans préavis. « C’est catastrophique, très, très mal organisé » se plaint un jeune homme qui attend depuis plusieurs heures, carte d’électeur en main, courant d’un bureau à l’autre, cherchant sa photo sur les listes d’inscrits dont la lecture est compliquée par le fait qu’ils ne sont pas classés par ordre alphabétique.

Plusieurs des bureaux de vote pour la présidentielle malienne, prévus en région parisienne, à Créteil, L’Haÿ-les-Roses ou dans le nord-est de Paris, n’ont finalement pas ouvert dimanche matin.

(…) Dans les couloirs, la colère de centaines d’électeurs, pas sûrs de pouvoir voter, gronde. « Ils se fichent des Maliens de France, ils se fichent de nous ! » s’énerve une dame, qui a trouvé porte close à L’Haÿ-les-Roses. « Quand on y est allés ce matin, on nous a dit que c’était fermé et qu’il fallait venir ici. Et là on nous dit que le bureau n’est pas installé ! » s’exclame aussi Aminata. « C’est de la triche ! » Pris à partie, un agent consulaire assure qu’une nouvelle « urne va être installée au premier étage pour les gens de Seine-Saint-Denis ou du Val-de-Marne, on ne sait pas encore. » « Mais il faut d’abord que je cherche des agents, OK ? » ajoute-t-il en filant dans la cohue.

D’un coup, la tension monte. Mamadou Camara découvre la photo de sa tante sur une liste d’inscrits. « Comment ça se fait, elle vit au Mali ! Et moi qui suis ici je ne peux pas voter » fulmine-t-il. Un agent intervient, les accusations de « mensonge » et de « magouille » fusent. « Si, à la fin de la journée, un millier de personnes ont voté, ça sera déjà bien » soupire Bara Traoré, qui se « sent frustré« .

(…) Le Point

Mali : Le corps de l’otage français retrouvé (Màj : Philippe Verdon est mort « assassiné d’une balle dans la tête »)

Addendum : L’otage Philippe Verdon est mort « assassiné d’une balle dans la tête »

Philippe Verdon, l’otage français d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), dont le corps a été rapatrié mercredi à Paris, est mort assassiné d’une balle dans la tête, a annoncé jeudi 18 juillet le parquet de Paris. [...]

Le Monde
(Merci à Chantecler/Truc14/JCoeur)

——————

La radio RFI annonce dimanche soir sur son site internet que le corps de l’otage français Philippe Verdon a été retrouvé et identifié dans le nord du Mali. Enlevé par Aqmi en novembre 2011, il avait été déclaré mort par l’organisation islamiste en mars dernier.

Le corps de l’otage défunt serait à Gao dans un hôpital militaire français et pourrait être rapatrié dans les jours à venir. C’est une analyse ADN qui aurait permis d’authentifier la dépouille. Le ministère français des Affaires étrangères n’a pour le moment pas confirmé ces informations.

(…) Le Figaro

Mariages forcés : Le nouveau combat de Najat Vallaud-Belkacem

La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) a remis à la ministre un rapport où il avance 15 recommandations pour protéger davantage les femmes victimes de ces pratiques en France et à l’étranger. 70 000 jeunes filles seraient «potentiellement menacées de mariages forcés»

«Le mariage forcé ne concerne pas que les sociétés musulmanes, il peut concerner des sociétés catholiques. Il faut arrêter la stigmatisation.»

(Voir vidéo sur Fdesouche 17 mars 2013)

La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) estime qu’il faut renforcer la lutte contre les mariages forcés. Dans un rapport remis au gouvernement le 8 juillet, cet organisme indépendant émet quinze recommandations qui concernent ces mariages, la polygamie et les répudiations que subissent en particulier les femmes issues de l’immigration du Maghreb, d’Afrique Subsaharienne et de Turquie.

Ce rapport a été remis à la demande de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des Femmes, et examiné en présence d’Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée aux Français de l’étranger, et d’associations d’aide aux victimes. […]

L’Express