A Londres, Sarkozy conférencier pour Goldman Sachs

C’est une intervention qui fait jaser. Nicolas Sarkozy, accompagné de son ancien ministre de l’Economie et des Finances François Baroin, a donné une conférence devant des représentants de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, ce lundi en fin de journée à Londres. Le thème de son discours, qui n’était pas ouvert à la presse, n’a pas été dévoilé.

(…) le parisien

Londres. Manif «antifasciste» : «Londres est une ville multiculturelle, nous aimons cela»

Plusieurs centaines de sympathisants d’organisations de gauche ont manifesté samedi 1er juin à Londres contre un rassemblement du British National Party (BNP) organisé en réaction au meurtre d’un soldat britannique par des «islamistes présumés».

«Londres est une ville multiculturelle, nous aimons cela, c’est comme cela que nous voulons vivre»

«Ecrasons le BNP», ont scandé les manifestants de «Unite against fascism», qui faisaient face à environ 150 militants nationalistes réunis sur une place à côté du parlement de Westminster dans le centre de Londres, encadrés par un cordon policier derrière des barrières. Dans l’après-midi, la police a annoncé avoir interpellé 20 personnes dans la manifestation «antifasciste».

« «Antiraciste est un nom de code pour anti-Blanc», avait écrit à la main un manifestant du BNP sur un panneau.

En face, les militants du BNP brandissaient des drapeaux britanniques et des pancartes proclamant «Prédicateurs de la haine, dehors». […]

Le Monde (Merci à Lorenz)

Royaume-Uni – Immigration : Londres doit-elle faire sécession ?

Plus la campagne et les banlieues du Royaume-Uni s’opposent à l’Europe et à l’immigration, plus Londres se sent isolé. Est-il temps de faire sécession ?

(…) Cette différence de perception explique le double discours de Boris Johnson [le maire de Londres]. Quand l’aile droite du parti [conservateur] vient le chercher pour le présenter comme le seul candidat acceptable pour remplacer [le Premier ministre David] Cameron, Boris peut apparaître comme une sorte de héros de l’Angleterre profonde. Mais quand il parle très sérieusement de l’avenir du Royaume-Uni, il est membre à part entière de l’élite des grandes villes.

Boris ne nous disait-il pas il y a quelques jours que l’UE était un bouc émissaire commode pour masquer nos problèmes, qui sont en fait causés par “un chronique manque de vision à long terme, des problèmes de gestion, de la paresse, un manque de qualifications, une culture de l’autosatisfaction et un manque d’investissement dans le capital humain et physique et les infrastructures” ?

Boris Johnson ne prêchait pas pour sa paroisse. Il a rappelé que la contribution fiscale de Londres était bien supérieure à ses rentrées, que la ville attirait les talents du monde entier et était devenue une ville-monde.

Il sait également que c’est le premier endroit du pays où ceux qui se targuent d’être des Blancs britanniques sont en minorité et que la diversité qui explique cette situation est l’un des atouts majeurs de la capitale.

Il n’ignore sans doute pas que les Londoniens n’ont pas la même attitude que leurs compatriotes à l’égard du monde extérieur. Les instituts de sondage Ipsos/Mori m’ont envoyé les données des variations régionales concernant l’immigration et l’UE. Sur la période de janvier à décembre 2012, 21 % des Britanniques citaient les relations interraciales / l’immigration / les immigrés comme “l’un des problèmes les plus préoccupants pour le pays”. Ils étaient 28 % dans le Sud-Est, suivis de près par les Midlands de l’Est, l’est de l’Angleterre et le Yorkshire-et-Humberside avec 25 %. A Londres, ils n’étaient que 13 %. C’était moins spectaculaire en ce qui concerne l’Europe/UE. 10 % des habitants du Sud-Est trouve qu’il s’agit d’un problème important, contre 5 % à Londres. (…)

Courrier International

« Un apartheid poli » à Londres : Construction d’une mosquée géante dans un quartier qui était à 90% blanc il y a 30 ans

Une méga mosquée dans une banlieue qui était à à 90% blanche il y a 30 ans et un apartheid poli divise la Grande-Bretagne.

- David Goodhart prétend qu’un nouveau patriotisme peut unir notre nation à nouveau.
- Les minorités ethniques atteindront 25% de la population d’ici 2020
- Goodhart déclare qu’une identité nationale sûre d’elle-même et inclusive peut émerger.

Samedi, le commentateur libéral David Goodhart a décrit le profond effet que l’immigration de masse a eu sur la cohésion sociale. Il a reconnu que pendant des décennies, les libéraux comme lui ne s’étaient pas rendu compte des ses implications. Aujourd’hui, pour terminer sa série il met en avant sa vision sur la façon dont une nouvelle « britannicité peut rassembler les communautés fracturées de la nation.

L’immigration à grande échelle a créé une Angleterre qui est incroyablement pleine de mystères et de mots étranges – comme je l’ai découvert un jour assis dans une énorme mosquée surmontée d’un minaret située dans une banlieue endormie de Londres au milieu de milliers d’hommes en tenue pachtoune, écoutant les paroles d’un homme âgé.

Mirza Masroor Ahmad n’est pas n’importe quel vieux prêcheur. Pour environ deux millions de musulmans d’une secte particulière, les Ahmadiyans, il est l’homme le plus saint de la planète.

La mosquée de Merton, qui domine le voisinage, a remplacé une usine d’embouteillage Express Dairies qui procurait aux habitants du coin quelques centaines d’emplois et un tas de bouteilles de lait, image d’un âge passé et plus homogène.

Ce symbolisme n’est pas perdu pour les résidents principalement blancs et âgés, qui, alors que je menais des recherches sur l’immigration de masse, ne semblaient pas adopter la diversité avec autant d’enthousiasme que les tenants du multiculturalisme pensent qu’ils le devraient.

Ceci n’a rien d’inhabituel. Grâce à une immigration extrêmement rapide, la Grande-Bretagne, se dirige vers une population de minorité ethnique qui devrait atteindre environ 25% à la fin de cette décennie.

Et à Merton, dans le Sud-Ouest de Londres, et dans de trop nombreux endroits semblables, une apartheid poli règne, un compromis, plutôt qu’une intégration. La population blanche s’est bon gré mal gré poussée pour laisser aux autres une place à table.

Depuis 1980, la population minoritaire est passé de 10 à plus de 50% aujourd’hui. Ses écoles primaires, qui étaient encore majoritairement blanches jusqu’à la date récente de 2003, sont maintenant à 64% composées de minorités ethniques. Le quartier est devenu, selon le jargon en vigueur « super-divers ».

Il n’y a pas de minorité dominante à Merton, ce qui permet d’atténuer l’aspect menaçant des changements, mais il n’existe guère non plus de preuves d’une vie commune. Londres n’est pas l’heureuse ville multiraciale, indifférente à la couleur, que beaucoup de personnes se plaisent à imaginer.

Vous pouvez voir ceci à l’oeuvre le week-end dans un petit parc près de la gare de Morden. Les jours de beau temps, l’endroit est habituellement plein mais divisé en lignes ethniques : de grands groupes de Pakistanaises pique-niquant avec leurs enfants, des Polonais buvant de la bière, de jeunes Indiens jouant au cricket, des Africains jouant au basketball.

Mais cette situation ne rend pas tout le monde heureux, quoi que puissent en dire les politiciens locaux. Pour de nombreux Blancs plus pauvres et plus âgés, il y a un sentiment de perte.

« Ça ne nous plait pas, mais nous n’avons pas beaucoup le choix, n’est-ce pas? » dit le propriétaire d’un salon de coiffure au sujet que représente la concurrence d’un coiffeur musulman qui s’est installé à deux portes de là.

Les classes ouvrières blanches sont celles qui s’en sortent le moins à Merton, comme dans des lieux semblables dans le pays. Ces gens se sont beaucoup marginalisés : ils votent rarement et de nombreux jeunes sont ce qu’on appelle des NEETS (ni au travail, ni à l’école ou en formation);

Pour beaucoup des Blancs qui sont restés alors que la personnalité du quartier changeait, la disparition des repères mentaux et physiques familiers sont arrivés trop vite, symbolisés par cette mosquée Ahmadiya géante d’une capacité d’accueil de 10.000 croyants (plus six mosquées plus petites dans la circonscription).

Les Ahmadiyans sont des immigrants modèles en de nombreux aspects. Ils prêchent une forme d’Islam oecuménique et sont reconnaissants d’avoir été accueillis dans ce pays. Ils ont même fait placarder des affiches de félicitations sur les bus de Londres à l’occasion du Jubilé de la Reine.

[...]

Suite de la traduction de l’article du Daily Mail dans les commentaires…

Daily Mail

(merci à JCoeur pour la traduction)

Cantines scolaires de Londres : du porc dans des saucisses halal

La présence d’ADN de porc a été détectée dans des saucisses halal au poulet au menu d’écoles et de crèches dans le centre de Londres, ont annoncé jeudi les autorités locales. Celles-ci avaient fait faire de leur propre chef des tests dans certaines cantines scolaires de l’arrondissement de Westminster, dans le sillage du scandale de la viande de cheval découverte dans des plats préparés, présentés comme étant au boeuf.

[...] Toute la viande livrée par le fournisseur incriminé a été retirée des cantines de l’arrondissement et une enquête a été ouverte.

« Nous sommes extrêmement préoccupés de voir qu’un de nos fournisseurs n’a pas obéi aux règles strictes auxquelles nous leur demandons de souscrire », a souligné la direction des services de l’enfance de l’arrondissement. [...]

Le Figaro

Grande-Bretagne : des musulmans polygames hébergés dans un hôtel 4 étoiles aux frais des contribuables

Extrait d’un reportage édifiant de la BBC sur les dépenses pharaoniques du conseil municipal de Londres dans les allocations logements : 2 millions de Livres Sterling d’argent public en 2012 (2,3 millions €) et même jusqu’à 12 000 Livres (14 000 €) pour une seule famille en 1 mois. [...]

Révoltes en Europe

Merci à domi

Dissimulée sous un niqab, elle jette de l’acide au visage de sa victime

 

 

Une vendeuse du magasin londonien « Victoria’s secret » a été défigurée à vie quand une mystérieuse personne portant un niqab lui a jeté à la figure de l’acide alors qu’elle rentrait de son travail vers son domicile. Naomi Oni, 20 ans, a été retrouvée la tête, le cou, les bras, les jambes et le corps complètement brûlés après avoir été attaquée à Dagenham dans la banlieue-est de Londres. Pendant un mois elle a subi des greffes de la peau et devint pratiquement aveugle et malgré ce, elle commence a recouvré la vision de son oeil gauche et partiellement la vue de son oeil droit.

Choquant : Naomi Oni était en conversation téléphonique avec son petit ami quand quelqu’un vêtu d’un niqab l’a aspergé d’acide.

Son assaillant (e) était habillée comme une simple femme musulmane portant un niqab et de fait mademoiselle Oni n’a pas pu voir sa figure. La police n’a pour l’instant aucune idée qui est responsable de cette attaque sournoise ni quelle en est la raison principale.

Daily Mail

Les Anglais de souche tentent-ils d’échapper à la « diversité » ?


La fuite des blancs [white flight] en Grande-Bretagne est en progression et les familles britanniques pratiquent de plus en plus l’auto-ségrégation. Les blancs sont en effet de plus en plus nombreux à fuir les zones urbaines pour s’installer à la campagne ou en très grande banlieue.

Cette tendance provoque des « gouffres ethniques » [ou des "murs ethniques"] et l’on voit des zones distantes de quelques kilomètres Lire la suite

Londres : vidéo anti-gays de la « Muslim Patrol » ? (patrouille musulmane)

Extrait de la 1ère vidéo :

« Hé mec, ici t’es en zone musulmane. T’as quoi sur le visage ? Pourquoi t’es habillé comme ça ? T’as l’air d’un pédé. Dégage d’ici, dégage en vitesse. T’es qu’un gros dégueulasse. Ici, c’est une zone musulmane. Dégage, sale pédé ! »

Plus : harcèlement d’un gay aux États-Unis

Creeping Sharia – Merci à VegetaMoustache
——————
Complément : relire GB : « Vous entrez dans une zone contrôlée par la charia »

GB : une police religieuse islamique intimide les infidèles à Londres (video)

Cette vidéo est postée sur le compte YouTube « Muslim Patrol » (patrouille musulmane).

Les agents d’allah ont dit à une femme portant une minijupe qu’elle ne pouvait s’habiller de cette manière dans une zone musulmane. Ils ont forcé un homme à se débarrasser de sa bière, disant : «Alcool interdit. Ceci est un secteur musulman. Les musulmans patrouillent le secteur».

Une femme se dit «stupéfaite» que ceci se passe en Grande-Bretagne. Le musulman lui répond : «On s’en fout. Ce n’est pas vraiment la Grande-Bretagne. »

Poste de veille