Libye : un islamiste préside l’assemblée

Mohamed al-Megaryef, un éminent opposant de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi, originaire de l’est libyen a été élu hier soir président du Congrès général national (CGN) issu des élections du 7 juillet et qui a pris le pouvoir mercredi.

Considéré comme proche des islamistes, Megaryef qui était dirigeant du Front de salut national libyen, une formation politique à l’étranger qui regroupait les opposants en exil du dictateur Mouammar Kadhafi, a gagné avec 113 voix contre 85 pour Ali Zidane, un membre indépendant aux tendances libérales.

Né en 1940 à Benghazi (est), Megaryef avait été élu membre du CGN, sous la bannière de sa formation rebaptisée Parti du front national. Les élections et le dépouillement avaient été diffusés en direct à la télévision libyenne. Les 200 membres du CGN poursuivaient hier soir leur réunion pour élire deux vice-présidents.

Le Figaro

« Voilà, nous avons libéré la Libye et, se lamente-t-il, c’est pire qu’avant »

(…) Dans la prison de Mourzouk, transformée en camp de rétention, ils sont plusieurs centaines, parqués dans l’odeur pestilentielle des anciennes cellules ou plaqués par le soleil dans la cour. Tchadiens, Maliens, Nigériens, Togolais, Béninois, Nigérians… Partis d’Afrique noire, ils tentaient de rejoindre Tripoli, avec l’espoir d’y trouver du travail, et se sont retrouvés coincés entre quatre murs, le ventre vide et la gorge sèche, dans cette bourgade ensablée du Sahara, à l’extrémité sud de la Libye.

http://img600.imageshack.us/img600/1507/bhlmisratalybie.jpg

«Chaque jour, il en arrive de nouveaux», affirme Boubakar Soti. L’adjoint du commandant militaire de Mourzouk avoue son impuissance: «On les garde un mois, un mois et demi, et puis on les relâche, quand on ne peut plus les nourrir et quand il y a trop de monde.» Boubakar Soti affirme qu’il a envoyé ses thowars (les combattants anti-Kadhafi transformés en policiers et militaires) réquisitionner de la nourriture dans un magasin en ville. «L’État ne nous donne aucune aide, personne ne commande à Tripoli.

Un conseiller du premier ministre m’a même dit de laisser passer les migrants. Voilà, nous avons libéré la Libye et, se lamente-t-il, c’est pire qu’avant.»

Ce quadragénaire portant l’uniforme en vient rapidement à parler des «Toubous, qui ne veulent pas laisser leur région s’enfoncer dans le désordre», et de «la guerre avec les Arabes, qui veulent nous effacer du pays». Installés le long de la frontière sud de la Libye, les Toubous, qui sont d’origine africaine et vivent en partie au Tchad, cohabitent difficilement avec les tribus arabes.

Sous la dictature de Kadhafi, les conflits de voisinage se réglaient à coups de bâton ou de sabre.

Maintenant que chaque tribu possède des armes lourdes, c’est plus violent. Depuis la libération du pays, les morts sur la frontière sud, à Sebah et surtout à Koufra, se sont comptés par dizaines, peut-être par centaines. (…)

Leral

Immigration/Malmström : « Je me demande si cette commissaire ait un jour été dans les quartiers » (Juppé/RMC)

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, Alain Juppé exprime son désaccord avec la commissaire européenne aux affaires intérieures Cecilia Malmström, à propos de l’immigration. Il donne également son avis sur les élections en Libye.

Qu’est-ce qui a gagné les élections (en Libye) ? Un parti libéral qui certes fait référence à la charia, mais qui garantie un certain nombre de principes fondamentaux : la démocratie, l’alternance démocratique et le respect des droits des femmes. – Alain Juppé

La Libye appliquera la charia

La plupart des partis sont d’accord pour que la loi islamique figure dans la future Constitution.Jibril prône l’unité nationale

L’amertume perce dans la réponse d’Othman Bensassi, le patron de l’administration du Conseil national transitoire libyen (CNT), qui a gardé l’accent rocailleux de ses années d’études passées à Toulouse:

«La charia? Mais il n’y aura pas de débat! Tout le monde est pour en Libye, tous les partis y ont fait référence pendant la campagne électorale, et tous la voteront.»

Après les quarante-deux années de dictature de Mouammar Kadhafi, la question va être officiellement posée prochainement aux législateurs issus du scrutin du 7 juillet, auxquels il reviendra de fixer les règles de la nouvelle Constitution de la Libye démocratique.

On peut parier que la loi islamique figurera en bonne place, peut-être même dès le premier article de cette nouvelle Constitution. Deux jours avant le scrutin, le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, a entraîné ses pairs vers un ultime vote. «Le peuple libyen est attaché à l’islam comme religion et comme législation. Par conséquent, le Conseil national de transition recommande (à la prochaine Assemblée constituante) de considérer la charia comme la principale source de la législation.» Le même Abdeljalil avait suscité l’émoi de l’Occident quand, sitôt la libération de la Libye proclamée, il avait tenu, le 23 octobre 2011, à déclarer:

«En tant que pays islamique, nous avons adopté la charia comme loi essentielle et toute loi qui violera la charia sera légalement nulle et non avenue.»

Kadhafi, qui avait érigé l’arbitraire en unique source du droit, prenait de nombreuses libertés avec le Coran et la loi musulmane qu’il réinterprétait selon ses humeurs fantasques. Sous son régime, la condition féminine s’était améliorée: la polygamie disparaissait, et les femmes étaient parvenues, certes en petit nombre, à se faire une place dans la plupart des professions, y compris dans le métier des armes. (…)

Le Figaro

Rien ne va plus entre la Libye et la Cour pénale internationale

Quatre employés de la Cour pénale internationale (CPI) sont détenus pour espionnage en Libye depuis le 7 juin. Leur interpellation intervient alors que La Haye et Tripoli se disputent le droit de juger Seïf al-Islam Kadhafi, fils du défunt guide.

Rien ne va plus entre la Libye et la Cour pénale internationale (CPI). Quatre fonctionnaires de la Cour sont détenus depuis une semaine à Zenten, à 170 km à l’ouest de Tripoli.

Leur arrestation est officiellement liée à une affaire d’espionnage, officieusement, à la bataille livrée par la Libye pour juger elle-même Seïf al-Islam Kadhafi, le fils du défunt guide, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI pour crimes contre l’humanité.

À l’origine de cette affaire se trouve l’avocate australienne Melinda Taylor, l’une des quatre employés de la CPI, qui a été chargée de la défense de Seïf al-Islam Kadhafi. Le jeudi 7 juin, elle rend visite à son client détenu à Zenten depuis novembre 2011. Elle est accompagnée par son interprète libanaise, Hélène Assaf, ainsi que par deux employés du greffe de la Cour, l’ancien diplomate russe Alexander Khordakov et le juriste espagnol Esteban Peralta.

Au sortir de la prison, tous les quatre sont arrêtés par une brigade d’ex-rebelles. Melinda Taylor et son interprète libanaise, considérée comme sa « complice », sont placées en détention préventive pour une durée fixée à 45 jours ; les deux autres représentants choisissent de rester avec elles par solidarité.

Selon Tripoli, Melinda Taylor est accusée « d’espionnage et de communication avec l’ennemi » parce qu’ils auraient tenté d’échanger des documents avec le détenu.  (…)

France 24

BHL a-t-il bidonné une de ses photos en Libye ?

Alors que sort aujourd’hui dans les salles de cinéma « Le serment de Tobrouk », film de Bernard-Henri Lévy sur l’action du philosophe pendant la guerre en Libye, une photo fait le tour du web depuis lundi. On y voit le philosophe, accompagné par « un commando des forces spéciales, dans un camp d’entraînement de l’armée rebelle, quelque part entre Benghazi et Ajdabiya ». C’est du moins ce qu’affirme BHL sur son site officiel, en légende de l’image.

Le doute sur la véracité de cette photo est toutefois fortement remis en cause sur les réseaux sociaux, alors qu’un internaute du nom de François Frichon a publié en début de semaine un document mettant en lumière plusieurs incohérences dans l’image. De fait, Frichon insinue que cette photo n’est pas truquée au sens littéral du terme, mais a été mise en scène en Libye, par Bernard-Henri Lévy, accompagné par des figurants. [...]

La Dépêche du Midi

(merci à Ruru)

Nicolas Sarkozy a aimé le film de BHL (vidéo)

Nicolas Sarkozy s’est rendu mardi 5 juin au cinéma pour assister à une projection privée du « Serment de Tobrouk », un documentaire réalisé par l’écrivain-philosophe Bernard-Henri Lévy sur la guerre en Libye qui a mis fin au régime Kadhafi.

L’ancien président de la République a trouvé le film «très beau» et «fidèle aux événements». Le Figaro

Les « salopards » dans le film de BHL : Marine Le Pen, Zemmour et Brauman (vidéo) (MàJ)

Addendum : Bernard-Henri Lévy : « Je suis le représentant de la tribu d’Israël »

Double allégeance. Réalisateur d’un film consacré à son engagement dans le conflit libyen, Bernard-Henri Lévy a toujours affirmé que son combat s’inscrivait dans une démarche universaliste en faveur des droits de l’homme. Oumma a exhumé des documents suggérant le contraire. [...]

oumma.com

________________________________________________

BHL en promo pour son nouveau film, « Le Serment de Tobrouk » (ONPC, France 2, 2 juin 2012)

« Vous ne vous intéressez pas à l’Histoire de la Libye mais au fait que la Libye pourrait devenir un terrain de reconstruction de votre mythologie personnelle. » Natacha Polony

NB : Synopsis et bande-annonce du « Serment de Tobrouk » :

« La guerre de Libye vue de l’intérieur. Sur le terrain et dans les capitales du monde. Par ceux qui l’ont faite – Libyens, Français et autres. Après trente ans de combats sur différents théâtres de conflit de la planète, un homme, Bernard-Henri Lévy, nous conduit, ici, et nous emmène avec lui, sur les traces de Malraux, d’Hemingway, des Français Libres de la deuxième DB du général Leclerc, mais aussi de lui-même. Six mois d’une dramaturgie exceptionnelle. Six mois d’une guerre de libération aboutissant à la chute de l’une des plus longues, des plus implacables, dictatures modernes. Une guerre qui a un début mais peut-être pas de fin. Le making-of d’une guerre. »

BHL à Cannes : En Syrie, «le devoir d’ingérence est devenu une réalité» (Vidéo)

Bernard-Henri Lévy présente, vendredi, hors compétition à Cannes, Le serment de Tobrouk, son documentaire sur la guerre en Libye qu’il qualifie de «film de combat».

Image de prévisualisation YouTube

En voyant Le Serment de Tobrouk, on a l’impression que l’entrée en guerre de la France s’est décidée entre Sarkozy et vous. D’un point de vue démocratique et diplomatique, n’est-ce pas préoccupant?

Si, bien sûr. Et il n’est évidemment pas question de faire une règle de ce genre de fonctionnement. […]

Le nouveau président de la République, François Hollande, est-il selon vous dans de semblables dispositions?

Je l’espère, oui. Je l’espère de tout mon cœur. Il aura deux occasions, très vite, de le prouver: l’Iran et la Libye. […]

Le Figaro

Sarkozy aurait menacé de mort les présidents africains au sujet de la Libye (vidéo)

« Je vous interdis de monter dans l’avion, parce que si vous passez l’espace je vous flingue », ce n’est pas une réplique digne d’un polar de série B, mais l’incroyable menace qu’aurait proférée Nicolas Sarkozy à l’encontre d’une délégation de présidents africains, porteurs d’une solution négociée pour la Libye.

Sur le plateau d’Africa24, Kofi Yamgnane, un homme politique franco-togolais, qui fut notamment député socialiste du Finistère de 1997 à 2002, révèle, indigné, cette déclaration qui fait l’effet d’une vraie déflagration.


Lybie: Sarkozy a menacé de mort les présidents… par rikiai

oumma.com

(merci à Zatch)

La Libye met en garde contre un afflux d’immigrants en Europe

L’immigration illégale en Europe risque d’augmenter en raison des troubles dans le sud de la Libye, a déclaré samedi le ministre libyen des Affaires étrangères, Achour ben Khayyal, lors d’une visite à Rome.

« Pour le moment, la situation n’est pas trop mauvaise mais nous craignons qu’elle ne s’aggrave. Des immigrants africains sont arrivés à la frontière égypto-libyenne », a-t-il dit lors d’une conférence de presse avec son homologue italien Giulio Terzi.

« Leur nombre n’est pas si important mais il pourrait croître et c’est pourquoi nous lançons cette mise en garde », a-t-il ajouté.

Giulio Terzi a précisé pour sa part que l’Italie entendait améliorer la coopération internationale pour renforcer les contrôles aux frontières de l’Europe. Il évoquera ce dossier avec ses collègues de l’UE lors d’une réunion la semaine prochaine à Bruxelles. [...]

Yahoo

(merci à Darkouchan)

«Le serment de Tobrouk» : L’épopée libyenne de BHL (sur la Croisette)

Bernard-Henri Lévy sera l’une des vedettes du prochain Festival de Cannes. Son film Le serment de Tobrouk, directement inspiré de son livre retraçant son «engagement» dans l’intervention française en Libye, La guerre sans l’aimer, sera présenté – hors compétition – en séance spéciale, le 25 mai.

Le titre Le serment de Tobrouk est une allusion au «serment de Koufra», cette oasis du Sud libyen où la France libre, à travers le général Leclerc et sa deuxième DB, connut sa première victoire en 1941. Le long-métrage, qui sortira en salle le 6 juin prochain, est produit par François Margolin, auteur et réalisateur du film L’opium des talibans en 2000. […]

Le Point (Merci à TabulaSion)