Tribune De Laurent Obertone à Taubira «Gare à la colère des victimes»

Tribune exclusive de Laurent Obertone sur Le Figaro, extraits:

Le succès de la France Orange mécanique, paru en janvier 2013, n’y a rien changé. 200 viols, 2000 agressions, 13.000 vols, en France, tous les jours, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance. Ces chiffres se sont aggravés depuis, pendant que nos médias et nos politiques s’interrogeaient gravement sur le mariage pour tous, sur le genre, sur l’affaire Gayet, sur les viols commis… en Inde.

Personne ne semble se préoccuper du délitement de la cohésion sociale, de l’ultraviolence impunie, et surtout de l’indifférence réservée aux victimes.
Des victimes les politiciens parlent, sur les plateaux, du bout des lèvres, de temps en temps, avant les élections, quand ils n’ont pas le choix. Face à la mère de l’une d’entre elles, Taubira, d’ordinaire si volubile, n’avait que le silence. Et Valls, de se vanter d’un nombre de détenus record, alors que les prisons débordent malgré un taux d’incarcération très faible, alors qu’il n’est jamais question de construire massivement des prisons pour préserver les honnêtes gens de cette ultraviolence inédite, qui a explosé avec le multiculturalisme et la culture de l’excuse.

L’État, sciemment, n’assure plus la sécurité de ses citoyens. Le plus sacré de ses devoirs. Complices, les médias font croire que Valls, chef de la police, peut lutter contre l’insécurité, quand Taubira, qui a le mérite de ne faire aucun mystère de son idéologie, est réellement aux manettes, puisque c’est la justice le problème, non la police. Assistez donc aux audiences: jamais une infraction, même aggravée, n’est punie par la moitié de ce que prévoit le Code pénal. Quand aux condamnés, ceux qui effectuent ne serait-ce que la moitié de leur peine sont des oiseaux rares.

Les prisons ? Les détenus ont souvent accès à Internet, à des téléphones, à des produits illégaux. Au nom des droits de l’Homme, on ne les fouille plus, on les laisse jouer à la console ou regarder la télévision. On les autorise à forniquer lors des parloirs (ce qui a notamment permis le viol d’un enfant de quatre ans par son prisonnier de beau-père, «à l’initiative de sa mère», en février 2010).
Les gens ne sont pas aveugles: ils n’ont plus confiance en la justice, en les médias, ils se méfient de Taubira et de ses «experts», ils se prononcent massivement pour l’application rigoureuse de la loi, contre le laxisme et le multiculturalisme. Ils le font dans les sondages, puisque sur ces thèmes fondamentaux, c’est le seul endroit où on leur demande jamais leur avis. Nous sommes en démocratie.

Tout ce qui faisait notre société et sa douceur de vivre, s’est effondré en quelques années.

Face au mépris, face aux menaces, face aux injures, face aux diversions, face à la négation de leur réalité, de leur volonté, de leur souveraineté, il reste aux victimes et aux honnêtes citoyens quelque chose d’incontrôlable, quelque chose qui peut tout engendrer aussi bien que tout détruire, quelque chose qu’il serait bon de prendre au sérieux et de devancer. Cette chose s’appelle la colère.

 Laurent Obertone.

La France de Laurent Obertone filmée par la télévision hongroise

Synopsis de la vidéo décrite par son auteur :

La France a toujours été un beau pays. Mais par la suite, les dirigeants français ont laissé entrer un très grand nombre d’immigrés musulmans au point que maintenant, la société française est quasiment en ruine et un haut lieu de la criminalité et du dysfonctionnement sociétal.

Une équipe de journalistes hongrois a visité la « Ville Lumière », nom attribué à Paris  autrefois et ont établi un rapport sur l’état de dégradation de la société française.[...]

1- Version sous-titrée en anglais:

2- Version sous-titrée en français:

(merci à la chouette d’avoir trouvé la version VOST en français)

Communiqué de presse du MRAP concernant le livre « La France Orange Mécanique » (MàJ)

Ndlr FDS : notez que le MRAP confond Simone Veil et Simone Weil


Communiqué de presse du MRAP du 19/03/13

« France Orange mécanique : tapis rouge pour les idées brunes ?

Le MRAP déplore l’écho donné au livre « France Orange Mécanique » dans les médias télévisés et audiovisuels sans que le public ne soit suffisamment informé de l’idéologie d’extrême-droite de son auteur.
Seule la presse écrite, notamment Médiapart, a déconstruit le discours raciste et ultrasécuritaire de Laurent Obertone, auteur de ce brûlot.

Mais la consultation détaillée des articles parus sous la plume de Laurent Obertone, depuis la fin des années 2000, sur le site internet « surlering », révèle une dimension du personnage qui dépasse le seul cadre du racisme et des délires sécuritaires.

Ses articles agrègent le racisme et l’homophobie avec un sexisme obscurantiste qui renvoie des décennies en arrière lorsque Simone Weil est odieusement qualifiée de « femme foetale ».

Lire la suite

« La France Orange mécanique », « livre bêtisier » sur la délinquance selon Mediapart : l’auteur répond

[extrait d'un très long article]

Le site Internet Médiapart qualifie le livre « La France Orange mécanique » écrit par Laurent Obertone d’ »exemple d’un flagrant délire sécuritaire » assurant qu’il « accumule sans aucune précaution des chiffres souvent non sourcés, erronés, et interprétés au forceps ». L’auteur de l’ouvrage répond à ses détracteurs.

Constatant que mon livre, La France orange mécanique, rencontrait un grand succès sans son autorisation, Médiapart, qui comme nombre de ses confrères misait tout sur la stratégie du silence, a décidé de passer au plan B : vomir sur le livre, à gros débit.

Il leur a fallu dix pages. À leur place, j’aurais économisé mon temps et résumé l’affaire en trois phrases.

1. Les victimes on s’en fout.
2. La réalité n’existe pas.
3. Bouquin de fasciste. [...]

Ça commence fort : je suis favorable à la « vraie perpétuité », ce qui fait de moi un « ultra-sécuritaire ».

Naïvement, je croyais qu’on pouvait être favorable à la condamnation de vrais criminels à des vraies peines dans une vraie prison, comme c’est consigné quelque part dans ce grimoire obsolète qu’on nomme Code pénal. Je suis un monstre.

Pour m’en convaincre et histoire de se donner un début d’envergure, le lobby bisounours appelle à son secours une flopée « d’experts » qui, comme souvent, divisent leur prestation entre comédie et hors sujet. Pour se convaincre du sérieux des artistes, leur pedigree est à lire en fin d’article.

L’augmentation des viols n’existerait uniquement parce que les victimes se décident enfin à porter plainte (c’est le cas pour un viol sur dix). Donc Médiapart se satisfait de 200 viols par jour, chiffre qui n’est contesté par personne, et qui est sans doute considéré par ces journalistes comme une bonne moyenne historique. Bon rythme de croisière, pourvu qu’elle s’amuse. [...]

Lire l’article intégral sur Atlantico

Merci à remordantain

Laurent Mucchielli / ‘France Orange mécanique’ : « la fachosphère exulte » (màj)

[Laurent Mucchielli publie ce 21 février sa propre chronique du livre La France orange mécanique. Extraits. ]

“ Faut-il parler de tous les livres paraissant sur nos sujets, même les plus mauvais ? Non bien sûr. Mais voilà un livre  qui, paraît-il, est en tête des meilleures ventes (…)

Certes, on n’est pas étonné de trouver des chroniques élogieuses dans Minute, sur le site Atlantico, ainsi que sur Boulevard Voltaire, ni d’entendre le livre recommandé sur Radio Courtoisie (…) Tout cela participe d’un univers politique bien précis. L’on n’est pas non plus surpris lorsque l’on entend Marine Le Pen faire la promotion directe de ce livre (…)

Sur la toile, la « fachosphère » exulte (voyez les éloges de fdesouche, Riposte laïque, etc.).

Lire la suite

« Les milliers d’autres français agressés chaque jour seront heureux d’apprendre qu’ils n’ont rien à voir avec la République »

Laurent Obertone explique comment, en partant de la très louable intention de lutter contre les discriminations, la justice est devenue un terrain de luttes communautaires et religieuses. Extrait de « La France orange mécanique ».

Le tableau de la justice est déjà tout à fait noir, mais il y manque encore une petite touche finale. En partant de la très louable intention de lutter contre les discriminations, la justice est devenue un terrain de luttes communautaires et religieuses. « C’est normal », répondront certains, pour qui « des religions en particulier sont visées par des malfaiteurs en particulier ». Il faut être un Inuit autiste pour n’avoir jamais entendu parler des lieux de cultes profanés.

En France, il s’est créé en 30 ans autant de lieux de cultes musulmans que d’églises catholiques en un siècle.

On dénombre 45 000 églises, 2 000 mosquées, 280 synagogues. Voici un récapitulatif des profanations de ces dernières années, selon la gendarmerie (Le Figaro) :

En 2007 151 églises, 8 mosquées, 5 synagogues.
En 2008 269 églises, 13 mosquées, 3 synagogues.
En 2009 216 églises, 6 mosquées, 4 synagogues.
Toutes choses étant égales par ailleurs, voici les pourcentages des lieux de cultes profanés :
2007 0,3 % d’églises, 0,4 % de mosquées, 1,8 % de synagogues.
2008 0,6 % d’églises, 0,65 % de mosquées, 1 % de synagogues.
2009 0,5 % d’églises, 0,3 % de mosquées, 1,4 % de synagogues.
Même si la bêtise humaine semble marquer une préférence pour les synagogues (selon Le Figaro, 15 millions d’euros ont été dépensés pour les sécuriser), le fait que telle ou telle religion soit particulièrement visée par de dangereux adolescents désœuvrés ne saute pas aux yeux. Pourtant, les profanations de lieux de cultes musulmans ou juifs font souvent les gros titres.
Peut-être que les actes contre les personnes sont plus éloquents ? Pour le Service de protection de la communauté juive, sans doute très neutre, 389 actes antisémites ont été commis en 2011. On estime que 600 000 juifs vivent en France. Les actes antisémites concerneraient donc 0,06 % des Juifs. Sous Sarkozy, le ministre de l’Intérieur Hortefeux a qualifié ces actes de « poison de la République ». Le Président Hollande et son ministre Valls n’ont pas de mots assez forts pour fustiger cette « menace de la République ». François Hollande fait même de la sécurité des Juifs « une cause nationale » (Libération, 1/11/12). Lorsque deux Juifs sont agressés à Villeurbanne en juin 2012, Valls déclare qu’il s’agit d’une « attaque contre la République ».
Les milliers d’autres français agressés chaque jour seront heureux d’apprendre qu’ils n’ont rien à voir avec la République.
Pour Valls, un « antisémitisme est né dans nos banlieues » (Le Point, 8/07/12). Le ministre reconnait ce que plus personne ne nie depuis des décennies :
les exemples significatifs d’antisémitisme sont souvent le fait d’agresseurs musulmans. On en parle évidemment le moins possible dans les médias. Faut pas stigmatiser.  (…)
Intéressons-nous à cette pathologie nouvelle qu’est l’islamophobie. Si l’on se base sur des chiffres là encore très neutres, établis en 2011 par un responsable des affaires religieuses de la mosquée de Paris, on estime à 45 par trimestre les actes « islamophobes », c’est-à-dire à 180 par an. Cela concerne donc 0,003 % des musulmans. (…)
La proportion d’actes racistes ramenée à la population concernée (0,001 %) montre à quel point le problème est brûlant. De son côté, l’association très impartiale SOS homophobie a enregistré 88 témoignages d’agressions homophobes en 2009, puis 142 en 2010. Ce qui permet au Figaro de parler de « l’explosion de l’homophobie », sans préciser ces chiffres, en ne donnant que le pourcentage de leur hausse. Comme on estime qu’il y a en France environ 2 millions d’homosexuels (Ifop, 2011), ces agressions concernent 0,0071 % d’entre eux.
À la mesure de ces chiffres qui font froid dans le dos et rappellent les heures les plus sombres de notre préhistoire, nous découvrons avec stupeur qu’une grande communauté, pourtant particulièrement touchée par les violences, a échappé à la vigilance des associations.
Rendez-vous compte, chaque année en France, selon les chiffres officiels très sous-estimés, 450 000 personnes sont victimes de violences physiques (0,7 % des Français).Si les chiffres donnés par les associations sont corrects, ce dont nous ne doutons pas, peut-on en déduire que les gens n’appartenant à aucune communauté sont 200 fois plus agressés que les musulmans, 100 fois plus que les homosexuels et 20 fois plus que les Juifs ? (…)

« Toutes les 24 heures en France : 13.000 vols, 2.000 agressions, 200 viols » (RMC)

Dans Carrément Brunet, le débat tourne autour de la délinquance et son traitement par les médias. Avec Laurent Obertone (« La France orange mécanique ») et Françoise Martres (Syndicat de la magistrature).

« Il faisait nuit, je ne voyais rien, et deux « minots » de 11 à 12 ans se sont jetés sur moi. Ils ont commencé à me frapper à la tête et au ventre. J’ai vu la haine dans leurs yeux. Ils m’ont mis à terre d’une balayette et les coups ont commencé à pleuvoir de tous les côtés. L’enfer va durer une vingtaine de minutes. Ils ont dû être une quinzaine à me frapper à des degrés divers.

Je pense à faire le mort pour qu’ils cessent, mais la douleur me fait hurler. Ils m’ont cassé le fémur et la jambe, et malgré ça, ils continuaient à frapper. Ils me marchaient sur les mains, prenaient même  de l’élan pour me mettre des coups de pieds dans les testicules. Leur violence était gratuite. Je me suis vu partir lorsque je les ai entendu se dire : +Finissons cette face de craie+. » – Laurent Obertone lisant un témoignage dans la Provence

« On me disait que pendant le week-end de l’ouverture pour Marseille, capitale européenne de la culture, il n’y avait eu aucune violence, tout s’est très bien passé, c’était faux ! Les policiers m’ont dit de source sûre qu’il y a eu malheureusement des violences, mais on les tait. » – Chantal