La Kabylie rejette la « Françarabie »

Dans une déclaration rendue publique sur son site officiel, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) a dénoncé le président français venu discourir en Algérie « face à l’un des parlement des plus illégitimes de la planète » [...] où « François Hollande a pris grand soin d’occulter  » la vérité qu’il est venu dire aux algériens ».

Il a sciemment dissimulé la question kabyle, la question des droits de l’homme, la question de la corruption, la question de la crédibilité de l’Etat algérien et la question du terrorisme qui n’en finit pas d’être résiduel, tout particulièrement en Kabylie, tout comme, étrange coïncidence, dans le territoire des Touaregs de l’Azawad. » dit la déclaration signée de son Secrétaire national aux relations extérieur, Hocine Azem. (…)

Siwel

Algérie : « Non ma fille, tu n’épouseras jamais un Arabe ! »

Lien

Kahina, 26 ans, n’attendait que la bénédiction de ses parents pour pouvoir se marier avec l’homme qu’elle a toujours aimé.

Mais il aura suffi d’une simple phrase assassine pour que le rêve tourne au cauchemar. « Ma mère a refusé de me permettre d’épouser l’homme de mes rêves juste parce qu’il n’est pas Kabyle ! Pour elle, il n’en est pas question que j’épouse un arabe. Elle est même allée plus loin en m’affirmant que si je m’avise à enfreindre cette règle, elle me bannira à jamais » ,confie notre interlocutrice, les yeux larmoyants et les mains qui tremblent d’émotion.

Lire la suite

En Kabylie, des salafistes tentent de fermer une église à Fréha

un groupe de salafistes a tenté d’intimider les fidèles chrétiens du village de Madjen dans la commune de Fréha. L’affrontement a été évité de peu grâce à l’intervention des villageois qui se sont interposés.

http://img163.imageshack.us/img163/182/45551126822674.jpg

Chorale chrétienne kabyle  » Isegman  » . PH/DR

Selon des sources locales, hier matin, soit dans la matinée du vendredi, au village de Madjen dans la commune de Fréha, un groupe de salafistes a tenté de fermer l’église dans laquelle se recueillaient environ une soixantaine de fidèles chrétiens.

Les salafistes ont tenté d’intimider les fidèles en leur ordonnant de quitter les lieux et de fermer l’église. Les salafistes se sont très fortement confrontés aux chrétiens réunis dans cette église.

L’affrontement a été évité de justesse grâce à l’intervention des habitants du village qui sont venus s’interposer. Ces derniers ont exprimé leur rejet de toute agression contre les villageois chrétiens.

Ils ont exprimé par-là leur soutien à la communauté chrétienne de leur village. « Nous, nous sommes musulmans mais nous respectons la liberté de culte conformément à l’Islam kabyle pratiqué par nos aïeux. Notre Islam est profondément laïque et respectueux de toutes les religions » nous déclare un citoyen sur place. « Il n’est pas question que les pratiquants d’une autre religion que l’Islam soient agressés chez nous ».

Certains membres du village soupçonnent l’Etat de « sous-traiter les groupuscules de salafistes pour empêcher toute pratique du culte chrétien ».

Il est à rappeler que plusieurs églises ont été fermées par les pouvoir publiques sous prétexte qu’elles n’étaient pas agréées.

Ce qui est le cas, comme pour beaucoup d’autres, de cette église. Un membre de l’église du village de Madjen s’indigne de cette flagrante injustice quant à la libre pratique du culte : « depuis quand la liberté de culte se pratique avec autorisation et agrément? » s’indigne-t-il.

Il est à noter que les salafistes sont de plus en plus présents et offensifs dans les villages de Kabylie. Les imams traditionnels kabyles ont quasiment tous été « remerciés » par les autorités religieuses algériennes qui les ont remplacés par des imams formés dans la capitale. (…)

Siwel

Algérie : les autorités ordonnent la fermeture de 7 églises protestantes en Kabylie

Le pasteur Mustapha Krim, président de la Fédération protestante d’Algérie fondée en 1972, a indiqué mercredi 25 mai avoir reçu le 8 mai une notification du wali (préfet) de Bejaia (Kabylie) lui demandant de fermer sept églises situées dans la région.

« Aucun motif ne nous a été donné, mais il semble que cette décision a été prise dans le cadre de la loi de février 2006 exigeant une autorisation préfectorale pour l’exercice du culte des non-musulmans » a-t-il précisé, avant d’ajouter : « Nous poursuivrons nos activités car nos églises existaient bien avant cette loi. Nous avons entrepris des démarches auprès des autorités pour nous y conformer, mais nous nous heurtons à des blocages »

L’exercice d’un culte, musulman on non musulman, est conditionné en Algérie à l’obtention d’un agrément fixant le lieu du culte et d’un autre pour le prédicateur, selon une loi promulguée en février 2006. Si l’islam est religion d’État, l’exercice du culte non-musulman et la liberté de conscience sont reconnus par la Constitution algérienne.

30 000 FIDÈLES, PRINCIPALEMENT EN KABYLIE
« Nous ne sommes par contre l’exercice des cultes autres que musulmans, a expliqué Hammou Touhami, le wali de Bejaia dans le quotidien francophone El Watan daté de mercredi. Nous ne faisons que demander aux religions non musulmanes de se conformer à la loi. Certains exercent le culte dans des garages. »

Mustapha Krim admet que les endroits où les fidèles célèbrent ne sont pas vraiment appropriés, mais considère que « c’est à l’État de donner des moyens adéquats pour célébrer notre culte en toute dignité ».

Le protestantisme en Algérie était au départ méthodiste et réformé. Aujourd’hui, il est en majeure partie de sensibilité évangélique. L’Église évangéliste, régulièrement accusée de prosélytisme, compterait selon Mustapha Krim environ 30 000 fidèles, principalement en Kabylie.

La Croix

Algérie : Les églises protestantes sommées de fermer à Béjaïa

Toutes les églises protestantes de la wilaya de Béjaïa ont été sommées de fermer en vertu d’un arrêté datant du 8 mai dernier et qui a été rendu public dimanche.

«C’est le wali en personne qui a signé un arrêté pour la fermeture définitive de toutes communautés protestantes de la wilaya de Béjaïa», a indiqué Mustapha Krim de l’Eglise protestante d’Algérie (EPA). «Ils ne nous ont donné aucune raison. Ils nous ont simplement signifié que c’est en rapport avec la loi 06-03 du 28 février 2006 régissant la pratique du culte non musulman en Algérie», a-t-il ajouté.

Pour notre interlocuteur, il s’agit d’une décision arbitraire puisque les églises dont il est question sont agréées. «La loi de 2006 est une fois de plus utilisée pour maltraiter et condamner toutes les communautés religieuses non musulmanes. C’est une loi répressive», a dénoncé M. Krim. […]

Dans son rapport annuel sur les droits de l’Homme publié début mai, Amnesty international avait dénoncé les multiples attaques contre la liberté de culte en Algérie. Elle avait mis particulièrement l’accent sur les attaques dont font l’objet les églises protestantes et les poursuites judiciaires contre les nouveaux convertis pour exercice de culte sans autorisation.

TSA

Kabylie : polémique autour de la construction d’une mosquée

Lu dans la Liberté (Algérie) :

Les membres du comité de village ont averti hier : “L’incident d’Aghribs est un cas d’école à travers lequel le salafisme veut tester sa capacité de pénétration en Kabylie.”

Dans un point de presse animé hier à l’hôtel Lalla Khedidja de la ville de Tizi Ouzou, des membres du comité du village Aghribs, le président de l’APC, le sénateur Mohand Ikherbane et le député Arezki Aïder, ainsi que des sages du village, ont retracé la genèse de l’avènement de l’association religieuse de cette localité, puis ses activités avant que celle-ci ne procède, “en catimini”, au lancement de son projet de construction, souvent de nuit, d’une seconde mosquée sur l’aire aux bestiaux de l’ancien Souk El-Tenine, à une vingtaine de mètres de celle de Sidi Djaffar, dont les travaux de restauration et d’agrandissement sont en voie d’achèvement.

suite