Le chemin de croix des chrétiens en Israël

La récente profanation de l’abbaye de Latroun par des extrémistes juifs a mis en lumière la situation des chrétiens en Terre sainte.

Les évêques catholiques de Terre sainte n’ont pas mâché leurs mots. pour eux, c’est le résultat «de l’enseignement du mépris* à l’encontre des chrétiens qui prévaut dans la société israélienne»

Ce qui s’est passé à Latroun porte une seule et même signature : celle des jeunes colons extrémistes qui, depuis plusieurs années, pratiquent la politique du «prix à payer» (Tag Mekhir en hébreu). En représailles à des décisions gouvernementales considérées comme hostiles à la colonisation juive, ils s’en prennent à des villages palestiniens, à leurs habitants, aux oliveraies, mais aussi à des lieux de culte.

Dans la ligne de mire de ces jeunes juifs ultras se trouvent donc aussi les institutions chrétiennes. En février dernier, des graffitis insultants avaient été peints sur les murs d’une église baptiste de Jérusalem. Peu de temps auparavant, c’était le monastère de la Croix, non loin de la Knesset, le parlement israélien, qui avait été vandalisé. Sur un des murs d’enceinte, des inconnus avaient inscrit : « Mort aux chrétiens » et « le prix à payer ». À cela s’ajoute ce qui se passe dans la vieille ville où, régulièrement, prêtres et religieuses se font cracher dessus par des élèves d’écoles talmudiques. […]

«Quand vous prononcez le nom de chrétienté devant des Israéliens, ils pensent immédiatement à l’Holocauste et à l’Inquisition espagnole. La plupart d’entre eux ne connaissent pas la moindre chose à la présence chrétienne dans ce pays. Ils ne savent rien de nos racines, ici.» Il évoque une animosité anti-chrétienne assez largement répandue et contre laquelle les responsables politiques ne font rien.» a déclaré le père franciscain Pierbattista Pizzaballa, custode de Terre sainte[…]

Le Point

*NB : L’Enseignement du mépris est un ouvrage de Jules Isaac édité en 1962. Il y traite des «préjugés antijuifs, les sentiments de méfiance, de mépris, d’hostilité et de haine à l’égard des Juifs, qu’ils soient de religion israélite ou simplement de famille juive».

Les pro-palestiniens déçus par François Hollande

Je soutiendrais la reconnaissance internationale de l’État palestinien », s’était engagé François Hollande. Une fois élu, sa première position sur le sujet n’a pourtant pas été celle-ci. Comment expliquer cette variation ? s’interroge Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques.

(…) Pascal Boniface (Le Plus)

Israël : Les autorités refusent l’entrée d’immigrés africains sur le territoire

Israël a interdit mercredi l’entrée sur son territoire à vingt immigrés africains, apparemment des Erythréens qui attendaient depuis près d’une semaine à la frontière avec l’Egypte, rapporte la presse israélienne.

Environ 60.000 immigrés originaires d’Afrique sont entrés ces dernières années en Israël par le Sinaï. «Ce groupe ne doit pas entrer», a déclaré le ministre de l’Intérieur, Eli Yishai, dans une interview télévisée. «Nous agissons dans le respect de la loi. Ils sont venus là en sachant très bien qu’ils ne pourraient pas passer», a-t-il ajouté.

«C’est difficile mais si nous les laissons entrer, d’autres suivront. La clôture (de sécurité) est là pour protéger les frontières de l’Etat d’Israël», a encore insisté le ministre. Des soldats ont repoussé des activistes israéliens qui tentaient de se rendre sur place pour apporter des vivres aux migrants. L’armée a toutefois assuré qu’elle remettrait la nourriture à ses destinataires.

20 Minutes

Jérusalem. Un monastère chrétien pris pour cible (MàJ vidéo)

Des extrémistes juifs sont soupçonnés d’avoir récemment profané plusieurs lieux de culte chrétiens et musulmans pour se venger après l’évacuation forcée de leurs colonies.

Frère Louis a eu la frayeur de sa vie. Réveillé en pleine nuit par un autre moine qui criait au feu dans le monastère de Latroun, à une vingtaine de kiomètres à l’ouest de Jérusalem, il s’est précipité hors du dortoir. «Je suis sorti et j’ai vu la porte principale de l’église en feu. Heureusement nous avions un extincteur, sinon tout serait parti en fumée», raconte-t-il, encore sous le choc.

Sur les murs autour de la porte en bois en partie calcinée des inconnus ont signé leur acte en badigeonnant à la peinture orange: «Jésus est un singe». De l’autre côté était inscrit le nom de Migron, une colonie sauvage israélienne de Cisjordanie évacuée dimanche par la police.

Selon les enquêteurs, cette inscription tend à prouver que l’incendie volontaire est sans doute le fait de petits groupes d’ultras de droite israéliens. Ces extrémistes, très actifs en Cisjordanie, pratiquent depuis des mois ce qu’ils appellent une politique du «prix à payer» qui consiste à se venger par des agressions ou des actes de vandalisme visant des Palestiniens ainsi que des lieux de culte musulmans ou chrétiens des décisions du gouvernement qu’ils jugent hostiles à la colonisation. Un activiste de cette tendance, Baruch Marzel, a ainsi établi un lien avec l’attaque contre le monastère. «Nous avons prévenu que l’évacuation de Migron allait provoquer la colère», affirme-t-il.

Précision importante, l’attaque de Latroun n’est pas un fait isolé. En février, des graffitis antichrétiens avaient été badigeonnés sur les murs d’une église baptiste et du monastère de la Croix à Jérusalem. Les évêques catholiques de Terre sainte ont dénoncé cette série de profanations.

«Que se passe-t-il dans la société israélienne pour que des chrétiens deviennent des boucs émissaires cibles d’actes de violence. Quel genre d’enseignement du mépris à l’encontre des chrétiens dispense-t-on dans les écoles? Pourquoi les coupables ne sont-ils jamais arrêtés ni traduits en justice ?», s’interrogent ces évêques dans un communiqué. (…)

Le père Louis ne cache son inquiétude. «Nous voulons simplement vivre en paix, et pas dans la peur permanente car nous n’avons aucun moyen de nous défendre», explique-t-il devant son monastère construit à la fin du XIXe siècle situé sur le chemin qui menait les pèlerins du port de Jaffa à Jérusalem. Jusque dans les années 1960, les moines qui y vivaient avaient fait vœu de silence. Aujourd’hui le monastère, connu également pour son vignoble, abrite 18 moines et autant d’hôtes tout en étant ouvert au public.

Le Figaro

Fabius : une frappe contre l’Iran « se retournerait » contre Israël

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé lundi 3 septembre qu’une éventuelle frappe israélienne contre l’Iran pourrait « se retourner contre Israël » et préconisé un renforcement des sanctions pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

« Je suis absolument hostile au fait que l’Iran ait l’arme nucléaire mais je pense que s’il y avait une attaque israélienne, malheureusement ça se retournerait contre Israël et [placerait] l’Iran en situation de victime », a déclaré Laurent Fabius sur BFM-TV et la radio RMC.
(…)Le Nouvel Obs

Israël secoué par le lynchage d’un Palestinien à Jérusalem

Il est 22 h 30, jeudi 16 août. Une cinquantaine de jeunes Israéliens squattent la place Hahatulot, une zone animée du centre-ville de Jérusalem-Ouest, la partie israélienne de la Ville sainte. Les commerçants alentours sont habitués à voir ceux qu’ils appellent les « chebab » prendre possession des lieux le week-end, raconte le quotidien israélien Maariv (en hébreu).

« Chaque week-end, il y a ici une bagarre entre juifs et Arabes, dit un commerçant du quartier. C’est devenu une routine : ils viennent, crient ‘mort aux Arabes’ et cherchent des Arabes pour les frapper. »

Le scénario est bien rodé. Ce soir-là, une jeune fille disant avoir été violée par des Arabes crie des plaisanteries racistes et appelle à traquer et à attaquer des Palestiniens. Les jeunes gens émêchés s’engagent alors dans les rues du centre-ville, scandant « un juif a une âme, un Arabe lui est un fils de p… », « Si t’es un homme viens cogner les Arabes » et « Mort aux Arabes ».

A une centaine de mètres de là, place Sion, la horde en furie tombe sur quatre Palestiniens de Jérusalem-Est, le secteur annexé de la ville, à majorité palestinienne. Djamal Joulani, 17 ans, n’a pas le temps de fuir. Il est roué de coups de poing et de pied et laissé pour mort, victime d’un arrêt cardiaque. Des centaines de passants ont observé la scène sans intervenir, selon la police.

(…) Le Monde

Israël veut utiliser la manière forte contre les immigrés clandestins

Fuyant la misère, des dizaines de milliers d’immigrés, venant surtout du Soudan et de l’Érythrée, sont entrés via l’Egypte sur le sol de l’Etat hébreu dans l’espoir de trouver un travail. Face à ce flux, le gouvernement a décidé à partir du 15 octobre d’arrêter ceux qui seront en situation irrégulière et de les placer en centres de rétention, avant de les expulser.

Israël est décidé à poursuivre une offensive tous azimuts contre les immigrés illégaux. Eli Yishai, le ministre de l’Intérieur a lancé un ultimatum aux 15.000 Soudanais, qui se sont infiltrés sur le territoire israélien en passant par l’Egypte. Ils ont jusqu’au 15 octobre pour plier bagages, faute de quoi ils seront arrêtés et détenus dans des centres de rétentions et des prisons. « Nous allons leur rendre la vie amère jusqu’à ce qu’ils s’en aillent », a prévenu le ministre.

Lire la suite

Burqa, antisémitisme : Washington épingle la France et l’Europe. La France répond. (MàJ)

Dans leur rapport annuel publié lundi, les Etats-Unis regrettent que «de plus en plus de pays en Europe, dont la Belgique et la France, restreignent le code vestimentaire», ce qui pénalise des musulmans. Une allusion aux lois anti-burqa. L’antisémitisme est aussi une des préoccupations du rapport.

Adendum : La France «est une démocratie qui garantit les libertés publiques fondamentales, y compris les libertés de conscience, de religion et de conviction», a déclaré aujourd’hui le ministère français des Affaires étrangères, après des critiques du Département d’Etat.

Le Figaro

Addendum : Le point de vue chinois

Le gouvernement américain a publié lundi l’édition 2011 de son Rapport sur la liberté religieuse internationale, poursuivant ainsi une pratique notoirement connue pour son ingérence flagrante dans les affaires intérieures des autres pays, dont la Chine, sous le prétexte des libertés religieuses. […] Washington ne montre pourtant aucun respect à l’égard d’autrui, en imposant ses propres normes en matière de politiques religieuses, sans tenir compte des différences historiques et culturelles entre les nations, ni des réalités économiques et politiques de chacun.

french.news

La France n’est pas un élève exemplaire en matière de liberté religieuse, estiment les Etats-Unis, qui ont publié lundi leur rapport annuel sur la question. Le mémorandum, rédigé par le département d’Etat, porte un regard sévère sur la situation en Europe, mettant en cause la France pour sa législation anti-burqa. Les «pays européens sont de plus en plus divers en termes ethniques, raciaux et religieux» mais «ces évolutions démographiques s’accompagnent d’une augmentation de la xénophobie, de l’antisémitisme et de sentiments antimusulmans», déplore Washington. […]

La France est aussi épinglée sur le sujet de l’antisémitisme. «Il y a une poussée mondiale, qui se manifeste par du révisionnisme, la négation ou la glorification de l’Holocauste, l’opposition à Israël ou des actes de vandalisme», constate le rapport. Sont mentionnés les profanations de synagogues en Egypte et en Ukraine, les mouvements antisémites aux Pays-Bas et au Venezuela, ainsi que le parti antisémite hongrois Jobbik. Budapest est aussi violemment critiquée pour avoir adopté une loi régulant les organisations religieuses. […]

S’inquiétant que «le monde fasse marche-arrière», la secrétaire d’Etat a qualifié la liberté religieuse de plutôt «ténue» en Egypte et a demandé au nouveau président Mohamed Morsi de tenir sa promesse de respecter les droits de tous ses concitoyens.

Le Figaro (Merci à Bourgmestre et SaintJores50)

« Les Israéliens ne sont pas racistes, c’est juste qu’ils n’aiment pas les Noirs »

Après les Sud-Soudanais, c’est au tour des immigrés illégaux ivoiriens d’être expulsés d’Israël dans le cadre de la politique de « retour à la maison » lancée par le gouvernement de Benjamin Netanyahou, visant spécifiquement les communautés africaines. Depuis le 17 juillet, les sans-papier ivoiriens n’ont plus le droit de séjour sur le territoire. L’un d’eux, de retour à Abidjan, a accepté de témoigner.

Depuis le 17 juillet, les sans-papier ivoiriens n’ont plus le droit de séjour sur le territoire [israélien].

Kéassa (pseudonyme) est rentré à Abidjan avec sa femme et ses deux enfants le 12 juillet, soit quatre jours avant l’ultimatum. Il n’a pas souhaité faire les démarches pour toucher l’argent proposé par le gouvernement israélien aux Ivoiriens qui quitteraient le territoire avant la date butoir (500 dollars par adulte et 100 dollars par enfant).

« Quand j’ai entendu parler de la décision des autorités de nous expulser, j’ai d’abord cru à des rumeurs. Et puis j’ai perdu mon travail, sûrement à cause de ce contexte hostile envers nous, et j’ai compris que la vie allait devenir compliquée. J’ai dit à ma femme que je voulais que l’on quitte Israël avant l’ultimatum, parce que je ne voulais pas subir la honte d’être arrêté et traîné dans la boue comme un chien.

Je me suis installé seul à Tel Aviv il y a cinq ans parce que je voulais gagner de l’argent et permettre à ma famille de vivre convenablement. Au bout de deux ans, j’ai été embauché comme homme de main dans une agence immobilière. Ma femme et mes deux enfants m’ont alors rejoint (…)

Mais ces derniers mois, mon fils se plaignait de plus en plus d’être « regardé méchamment » dans la rue et à l’école. Je n’ai jamais été agressé mais il est vrai que les regards posés sur moi dehors ou au travail étaient de plus en plus pesants. Quand les Sud-Soudanais ont dû partir, j’ai demandé l’avis de mon voisin parce que je pensais à la sécurité des miens. Il m’a d’abord dit de ne pas m’inquiéter. Et puis au début du mois il a changé son discours et m’a conseillé de prendre l’avion. (…)

Selon moi les Israéliens ne sont pas racistes, c’est juste qu’ils n’aiment pas les Noirs. Ils ont vu trop d’immigrés africains arriver dans leur pays ces dernières années.»

France 24

« Selon moi les Israéliens ne sont pas racistes, c’est juste qu’ils n’aiment pas les Noirs. Ils ont vu trop d’immigrés africains arriver dans leur pays ces dernières années.»

En France, les Nazis de 97 ans sont plus importants qu’en Israël ?

Un ancien nazi de 97 ans est arrêté en Hongrie. En Israël, la nouvelle est loin de faire la une des journaux.

Tweet de Charles Enderlin, correspondant de France 2 en Israël.

En France, par contre, la nouvelle de cette arrestation est loin d’être traité de manière anecdotique par la presse.

(Merci à Lancrenon)