Imtiaz Muhammad : « Ma France se laisse guetter par la médiocrité »

(extraits) Plus les jours passent, plus ma France me fait peur. Je dis bien ma France. Car il n’y a pas de contradiction entre être de religion musulmane et être de citoyenneté française. Bien au contraire. Je suis donc musulman et français.

À une époque, la France a eu besoin de mon père. Elle en a eu besoin comme main-d’œuvre pour faire tourner son industrie et son économie. Mon père est arrivé jeune, il s’est sacrifié, il s’y est installé, il s’est débrouillé. (…) Mais sa tête et son esprit n’ont jamais oublié son pays natal, sa terre de naissance et d’enfance. Sa terre de naissance et également ma terre de naissance : le Pakistan.

Légitimement et légalement, ma mère a retrouvé son époux en France et moi, mon père. Grâce à Dieu, ma France m’a beaucoup donné également. Elle m’a donné la chance d’avoir l’épouse (française d’origine) que j’ai. Elle me donnera certainement la chance d’y accueillir mes futurs enfants, insha Allah.

Malgré tout ce qu’elle m’a offert, je ne pourrai jamais oublier mes origines. Mon pays natal est ancré en moi. Je garde beaucoup de ses coutumes car je les considère comme bonnes. Tout comme j’ai adopté beaucoup de coutumes de mon pays d’adoption, car je les considère comme bonnes également. (…)

Ma désolation est au plus haut point quand je vois que je n’y suis considéré que comme un citoyen de seconde zone par certains énergumènes qui salissent la France. Cette terre d’accueil perd de sa grandeur et de sa beauté à cause de certains excités mal dans leur peau. Et cela, juste parce que je suis de religion musulmane.

Mais l’injustice est encore plus grande quand mon épouse, d’origine et de nationalité française, de religion musulmane, voilée par et pour elle-même et pour satisfaire son Créateur, est considérée comme une citoyenne de seconde zone.

Ma France me désole. Elle se laisse guetter par la médiocrité. Cette médiocrité m’amène même jusqu’à me demander si elle ne sera pas un mauvais endroit pour l’épanouissement de mes futurs enfants.

Elle se laisse guetter par ces fachos qui la mènent vers sa perte. La beauté de ma France réside, entre autres, dans son sens de l’accueil, dans son amour des autres, dans son amour du multiculturalisme.

Ma France me fait peur. Elle me fait peur par cette montée extrême de l’islamophobie et du racisme. Elle me fait peur, car elle revient à ses heures les plus sombres de l’Histoire. (…)

« Liberté, Égalité, Fraternité », cette belle devise de ma France coule de plus en plus dans un océan pollué par la médiocrité et le racisme à découvert.

Saphirnews

Italie : un afflux ininterrompu d’immigrés

(extraits) Depuis un an, plus de 24 000 migrants ont débarqué sur les côtes de la péninsule. Un afflux ininterrompu que l’Italie a bien du mal à gérer.

La part des immigrés dans la population de la péninsule (61 millions au total) a triplé ces dix dernières années pour atteindre 7,9 %.

Depuis un an, plus de 24 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes. La plupart des immigrés enregistrés dans les centres d’accueil de Lampedusa arrivent du sud du Sahara : Somaliens (19 %), Nigérians (18 %), Érythréens (12 %), Ghanéens (7 %)…

Ces Subsahariens rejoignent en général la Libye par camions, grâce à des filières très organisées. (…) Au port de Lampedusa, ce sont les forces de l’ordre qui « accueillent » les rescapés puis les dirigent vers un centre où ils reçoivent des soins (visite médicale, distribution de vivres, etc.) et où on y contrôle leur identité.

Leur principale préoccupation ? Ne pas être rapatriés. Ils déclinent donc généralement une fausse identité, en évitant de mentionner les pays qui ont des accords avec l’Italie (notamment l’Égypte, la Tunisie ou le Maroc).

La majorité des immigrés reçoit des permis temporaires avec obligation de quitter le territoire. Certains partent alors vers la France, l’Allemagne ou la Suisse, d’autres s’entassent dans des taudis.

Jeune Afrique

Toulouse. Les Castalides, l’immeuble de la honte, les habitants manifestent à 2 jours de la fermeture. Màj : L’immeuble évacué par la police

Addendum 29 août : Les policiers sont intervenus tôt ce jeudi matin pour évacuer l’immeuble des Castalides de ses derniers occupants. De très nombreux policiers ont été déployés et deux hélicoptères sont intervenus.

(…) france 3 Midi Pyrénées

————————————–

Addendum 26 août : Déclaré insalubre, l’immeuble des Castalides au Mirail sera officiellement muré ce mercredi 28 août. Mais il reste encore des résidents en attente de relogement : ils ont manifesté ce lundi devant leur immeuble.

(…) France 3 Midi pyrénées

——————————————————–

C’est un ghetto insalubre situé dans la quartier du Mirail à Toulouse. Un immeuble qui ressemble à une déchetterie. Les habitants des Castalides, excédés par leurs conditions de vie, organisent ce lundi soir une soirée portes ouvertes pour crier leur ras-le-bol.

Neuf étages sans ascenseur, des studios de 11 m2, l’immeuble était à l’origine destiné à des étudiants. Pas un seul n’y habite. Pour un loyer de 360 à 470 euros par mois, des familles s’y entassent, parfois jusqu’à 7 personnes. Des réfugiés politiques, des personnes sans revenu, victimes des marchands de sommeil ou de propriétaires indélicats.

(…) France 3 Midi Pyrénées

Manuel Valls hué lors de son discours contre l’extrême droite. Màj : La réponse de Dieudonné

Addendum 29 août : La réponse de Dieudonné qui avait été mis en cause par Valls.

Merci à Anargyre
————————————–

Très applaudi l’an passé à La Rochelle à l’issue d’un discours similaire, Manuel Valls a cette année reçu un accueil plus mitigé, notamment de la part des militants du MJS et de l’Unef, réunis au fond de la salle.

Manuel VALLS présentera de nouvelles orientations en matière de naturalisation mercredi prochain lors du conseil des ministres.

«Je suis profondément convaincu que l’immigration est une chance pour notre nation, à travers mon cheminement personnel. Ceux qui disent le contraire se bercent d’illusion», a-t-il expliqué. Et d’ajouter: «Oui, l’Islam est compatible avec la démocratie. Quand on s’attaque à une mosquée, à un cimetière, à une femme dans la rue, on s’attaque à la République, on s’attaque à la France.».

Le Figaro

Regroupement familial : la grande hypocrisie

Démographie. Peut-on encore parler d’“intégration” et de “mixité” quand, dans certaines villes, 95 % des naissances sont d’origine étrangère ?

« Froid dans le dos » : entendue dans la bouche d’un militant socialiste à La Rochelle (et reprise sur plusieurs forums de discussion), l’expression ne se rapporte pas aux effets à long terme du regroupement familial. Elle vise uniquement le fait que Manuel Valls ait osé évoquer la question !

Un blasphème auquel le ministre de l’Intérieur a aussitôt ajouté un sacrilège, en osant s’interroger sur la « compatibilité » de l’islam avec la démocratie. Une double transgression que condamne le député socialiste de Seine-Saint-Denis Razzy Hammadi, fort d’un argument massue : « Valls ne rend pas service à la gauche. »

(…)

Les chiffres, les voici, fournis, en janvier 2011, par la démographe Michèle Tribalat, directrice de recherche à l’Institut national d’études démographiques, auditionnée au Sénat par une commission d’enquête sur les quartiers “sensibles”.

Primo, la part des naissances d’origine étrangère en France a pratiquement doublé en quarante ans : une classe d’âge comportait 11,6 % d’étrangers en 1968, contre 18,1 % en 2005 (derniers chiffres disponibles). 

Secundo, ces étrangers ne sont plus les mêmes : 71 % étaient d’origine européenne en 1968 ; ils n’étaient plus que 26,6 % en 2005, les autres étant issus de parents africains ou maghrébins (54,7 %) et 18,7 % des autres continents.

Tertio, les Français de souche sont en train de disparaître des quartiers dits “sensibles”, quand ils n’ont pas déjà été remplacés ou quasi. En Île-de-France, les naissances d’origine étrangère sont passées, en quarante ans, de 16 à 37 % du total, de 19 à 57 % dans le département de Seine-Saint-Denis, et jusqu’à 95 % dans une agglomération comme celle de Mantes-la-Jolie (Yvelines)…

C’est dire combien les termes de “mixité” ou d’“intégration” sont vides de sens dans de tels cas, puisqu’il n’y a plus personne à mélanger, et encore moins à intégrer !

Comment expliquer, alors, que la proportion d’étrangers dans la population française ne change pratiquement pas depuis les années soixante (autour de 10 %) ? Par la grâce de notre code de la nationalité, qui fait que tout enfant né en France de parents étrangers obtient automatiquement la nationalité française à sa majorité.

D’où, depuis l’institution du regroupement familial (1976), une augmentation massive du nombre de Français d’origine étrangère (majoritairement africaine) : ils sont environ 6,7 millions aujourd’hui. Ce qui porte à 12 millions le nombre d’immigrés et d’enfants d’immigrés vivant sur le sol français, selon une récente étude de l’Insee (« Immigrés et descendants d’immigrés en France », octobre 2012).

Une proportion sans précédent, et surtout sans équivalent en Europe, avec toutes les conséquences que cela comporte en termes d’unicité culturelle, donc de volonté de vivre ensemble sur le sol d’une même patrie. Mais de la montée en flèche du communautarisme, le gouvernement ne veut décidément pas entendre parler.

« C’est une erreur, dit Marisol Touraine, d’avoir parlé du regroupement familial, et c’est une erreur d’avoir rapporté [les] propos [de Valls]. » Le réel, voilà l’ennemi.

Valeurs actuelles

————————————
Rappel :

Naturalisations : Le gouvernement veut faciliter les démarches (hausse de 14% depuis un an).

 

 

Lille : le procès de trois voleurs de moto se termine en bagarre, 6 policiers blessés au tribunal

Au départ, c’est une affaire de voleurs apparemment semi-professionnels. Le 27 août, vers 4 h 20, une patrouille de la brigade anti-criminalité tombe, rue des Canonniers à Lille, sur cinq hommes gantés qui s’affairent près d’une camionnette Volkswagen toutes portes ouvertes.

Les policiers observent : les cinq jeunes, très baraqués, sont en train d’emmener une moto cross KTM fraîchement volée dans la cour intérieure d’une résidence. Malgré les précautions des voleurs, l’alarme de la moto se déclenche, les policiers foncent. Trois jeunes gens sont arrêtés, deux prennent la poudre d’escampette. Le fourgon était lui-même volé.

Hier, en comparution immédiate, c’est chaud devant la présidente Nourith Reliquet. Deux des trois prévenus affirment être là par hasard et n’avoir rien vu. Seul Yoann Dorsasmy, un Lillois âgé de 28 ans et défendu par Me Alexia Navarro, admet avoir participé au vol. Il a été interpellé les mains sur la moto. « Les autres n’ont rien à voir avec tout ça », ajoute-t-il chevaleresque.

Pendant tout le procès, Jamal Bendjema, 28 ans, et Yamine Ziouche, un Tourquennois âgé de 19 ans, nient [...]

André Lourdelle. Dorsamy et Ziouche, notamment, affichent un gros casier judiciaire mais le procureur ne requiert contre eux que seize mois de prison sans invoquer la peine plancher.[...]

Avec les sursis qui sautent, Dorsasmy est condamné à 33 mois de prison. Ziouche à 24 mois de prison.

La présidente Nourith Reliquet n’a pas le temps de prononcer le mandat de dépôt du troisième : de vifs incidents éclatent avec les deux condamnés, une partie des proches dans la salle, d’autres personnes dans la salle des pas perdus. Les coups pleuvent. Six policiers blessés dont quatre hospitalisés.

Des renforts sont appelés. Bien plus tard, vers 20 h 15, on pourra prononcer la troisième condamnation : huit mois et un mandat de dépôt pour Bendjema.

La Voix du Nord
(Merci à BobbyW)

« La France est nostalgique et souffre d’un déficit d’adhésion à un projet collectif »

[extraits] L’économiste Claudia Senik s’est penchée de façon scientifique sur les origines du pessimisme français. Elle établit de façon probante que la France affiche une morosité qui ne peut être expliquée ou justifiée par sa seule situation économique.

Niveau de satisfaction dans la vie : la France est au niveau le plus bas dans le tableau des comparaisons internationales.

Il existe un « manque » de satisfaction réel en France, que j’ai cherché à expliquer par l’analyse de facteurs purement économiques. Mais les facteurs objectifs ne suffisent pas pour appréhender les raisons de ce déficit de bonheur.Il faut donc en venir à des facteurs plus subjectifs, d’ordre culturel ou psychologique.

L’observation de deux populations spécifiques [français de souche et immigrés] vient confirmer cette forte tendance. Si le « moindre bonheur » venait des conditions de vie objectives, alors on devrait retrouver cette tendance en interrogeant les personnes qui arrivent d’un pays étranger et se trouvent immergées au sein de la société française. La logique voudrait qu’à conditions de vie identiques les étrangers qui vivent en France soient moins heureux que ceux qui ont choisi la Belgique. Or il n’en est rien. En quelque sorte, le « débonheur » français ne les a pas encore contaminés…

(…) Les immigrés de la deuxième génération Lire la suite

Arras : condamné pour violences, Farid insulte copieusement la vice-procureure

Il est resté calme tout au long de l’audience, ce mardi. Mais lorsque la peine est tombée,

Farid Attaous, 27 ans, a explosé, insultant copieusement la vice-procureure en des termes très fleuris peu amènes pour la maman de la magistrate.

Un outrage acté qui lui vaudra sans doute un nouveau passage par la case tribunal correctionnel. Auparavant, M. Attaous a été jugé pour des violences commises en réunion le 27 juin dernier dans le parc du palais Saint-Vaast.

Ce jour-là, M. Attaous se trouvait en compagnie de deux autres compères pour fêter un anniversaire et arroser l’événement. Le trio aurait alors invité un passant éméché également (2,2 g/l de sang) à se joindre à eux.

La petite sauterie a ensuite dégénéré et l’hôte a reçu un coup de canette de bière sur la tête, lui occasionnant trois points de suture et une hospitalisation.

Les pompiers et les forces de l’ordre étaient rapidement intervenus et les suspects interpellés.

Sauf que, malgré les déclarations de la victime et de deux autres personnes, M. Attaous a nié avoir porté le coup de canette. Il a réitéré ses dénégations hier, expliquant avoir simplement rejoint les deux autres gardés à vue juste avant l’intervention de la police. Et ce, même si la vidéosurveillance du parc du palais Saint-Vaast le montre alcoolisé et énervé, alpaguant les passants.

On apprend alors que le père du prévenu est quelque peu inquiet pour son fils.

« Depuis son hospitalisation, il parle tout seul », révèle-t-il aux enquêteurs. L’expert-psychiatre souligne quant à lui une potentielle « schizophrénie » et des « épisodes délirants ».

Finalement, Farid Attaous a été condamné à dix mois de prison ferme. Entre deux injures, il a annoncé qu’il fera appel.

La Voix du Nord
(Merci à BobbyW)

Allemagne : La police recrute dans les mosquées

A Mayence, le « responsable du groupe de travail publicité » de la police de Rhénanie-Palatinat, appelle cela « poser des jalons pour l’évolution démographique ».

Dans cette région aussi, le grand remplacement de population va bon train du fait de l’immigration et de la dénatalité des Allemands. La solution ? Augmenter la proportion des immigrés parmi les policiers (…)

Article à lire sur Novopress

Éric Zemmour (RTL) : « Marseille Sud, ghetto d’Européens assiégés »

« Les quartiers Nord sont uniformisés par des populations qui ont repoussé les Marseillais, arrivés avant, dans le Sud de la ville, les enfermant dans un ghetto d’Européens assiégés. »

« L’identité des enfants des quartiers Nord de la ville est à la fois marseillaise et musulmane, mais elle n’est plus française. »

« La trilogie de Marseille n’est plus Marius, Fanny, César mais désindustrialisation, décentralisation, défrancisation. »

Des « jeunes » intimident des roms à la Madrague Ville

Cette nuit, aux alentours de 3 heures du matin, les Roms installés depuis peu dans un nouveau lieu du 15e arrondissement ont été attaqués par un groupe d’individus qui voulaient en découdre. Entre 5 et 9 jeunes sous l’emprise de l’alcool sont entrés dans la cour du bâtiment qu’occupent les Roms et ont commencé à jeter des pierres. Les témoins font également état d’utilisation de gaz lacrymogène. Les perturbateurs ont pris la fuite à l’arrivée de la police vers 5h du matin.

Si elle n’a pas fait de blessés, cette intrusion a créé un climat d’inquiétude parmi les Roms qui craignent de nouvelles visites. Dans la matinée, une famille a quitté cette friche industrielle qui abrite désormais plus de soixante personnes dont de nombreux enfants dont certains en bas âge. Un militant présent lors de l’agression affirme qu’un des jeunes, qui vit dans le quartier, serait venu s’excuser en début d’après-midi. « C’est la misère qui crée des tensions, commente Mathieu, à l’initiative de cette réquisition citoyenne. Nous sommes en contact avec les personnes concernées, un dialogue est possible ».

Mars actu, merci à Joyeux Luron

Revoir :

Malek Boutih au secours des roms et des gens du voyage