Histoire : Mourir en Pennsylvanie, Gettysburg (1863)

Auteur : Armen

Gettysburg 1863

Au printemps 1863, l’armée fédérale du Potomac se remet difficilement du désastre qu’elle vient de subir à Chancellorsville, sans compter, en décembre 1862, ses attaques inutiles et meurtrières face aux collines de Fredericksburg. L’armée confédérée de Virginie du Nord est au mieux de sa forme, malgré la perte de Stonewall Jackson, son meilleur commandant de corps d’armée, qui a été blessé à mort, en plein combat, par ses propres hommes.

La situation politique reste bloquée. Pour que l’Union admette une fois pour toute la sécession des Etats confédérés, une victoire militaire est essentielle. Le général Lee propose alors, au printemps, un projet d’offensive audacieuse et dangereuse : toute l’armée de Virginie du Nord et ses 75 000 hommes vont dégarnir la ligne de protection de la capitale sudiste, Richmond. Cette armée va, en entier, contourner par l’ouest l’armée fédérale et s’engouffrer dans le Maryland, puis la Pennsylvanie. Elle passera pour se faire à l’ouest des « blue hills », les collines bleues, mettant ainsi ces collines entre elle et l’armée du Potomac, afin de masquer son mouvement. Elle arrivera alors au nord de Washington.

Suite et commentaires sur le blog Histoire.

Histoire : La bataille de Fredericksburg (1862)

Auteur : Armen

Fredericksburg 1862

Trois mois après l’échec et le massacre collectif de l’Antietam, les deux principales armées de la guerre de Sécession, l’armée fédérale du Potomac et l’armée confédérée de Virginie du Nord, sont revenues sur leurs positions ou à peu près. Epuisant, déprimant sentiment que rien ne bouge vraiment depuis maintenant plus d’une année. Pourtant, quelque chose bouge : c’est le renforcement de l’armée sudiste.

I. Du haut des collines

Cependant que l’armée fédérale qui protège Washington et devait, depuis le printemps 1861, mettre fin à la guerre civile en deux coups de cuillère à pot, se recompose en permanence, et conserve toujours à peu près le même effectif, impressionnant, d’environ 100 000 hommes, l’armée de Lee connaît enfin un puissant effort de montée en puissance. Le président confédéré Davis a tiré les conséquences du ratage sanglant de Sharpsburg (Antietam pour les nordistes) et a décidé, non seulement de mieux protéger sa capitale, mais aussi de donner au général Lee les moyens qu’il demandait depuis de nombreux mois.

La suite et les commentaires sur le blog Histoire.

Le Texas prêt à faire sécession pour en finir avec Obama

Plus de 100.000 Américains souhaitent que leur État quitte la Fédération américaine sur le site de la Maison-Blanche qui recueille les pétitions.

Les signatures affluent depuis la réélection de Barack Obama. Des citoyens américains demandent dans des pétitions que leur État quitte la Fédération américaine. Le mouvement touche une vingtaine d’État, majoritairement duSud et favorables aux républicains. C’est le Texas qui mène la danse. Dans cet État où Mitt Romney a largement devancé Barack Obama à la dernière présidentielle, le seuil des 25.000 signataires, à partir duquel la Maison-Blanche s’était engagée à apporter une réponse publique, a été pulvérisé. [...]

Le Figaro

« La Guerre de Sécession continue » (vidéo Radio Ici et Maintenant)

Jean-Paul Bourre, Radio Ici et Maintenant (95,2 FM), 13/10/11

Emission sur la Guerre de sécession et les leçons à en tirer aujourd’hui. Illustrations musicales : Johnny Cash, Elvis Presley, Lynyrd Skynyrd…

En fin d’émission, Jean-Paul Bourre réagit à la vidéo des appels à la haine (et à la sécession) dans le quartier de la Goutte d’Or, à Paris. En 3 semaines, cette vidéo postée par Riposte Laïque et relayée par Fdesouche et Facebook a été vue plus d’un million de fois et a fait la une de Youtube.

Image de prévisualisation YouTube