La montée des populismes en Europe : comment y faire face ?

Papier de Henri Weber, eurodéputé PS

Les périodes de crises économiques ne sont pas propices à l’essor de l’altruisme et de la générosité. Elles nourrissent, au contraire, chez celles et ceux qui en sont victimes, angoisse, colère et ressentiment.

Hebergeur d'imageLes partis populistes donnent une expression politique, illusoire et mystificatrice, à cette colère. Ils présentent une explication simpliste aux difficultés dans lesquelles se débattent les victimes de la crise; leur désignent des responsables à leurs malheurs; leur proposent des solutions simples et mobilisatrices pour remédier à leur situation.

Les idéologies populistes sont diverses, mais elles présentent toujours une même structure.

La politique est conçue comme une lutte entre le Bien et le Mal. Le Bien est incarné par un Peuple idéalisé (clairvoyant, vertueux, généreux, homogène,…). Le Mal par une figure de l’Autre, (s’agissant du national-populisme : l’Etranger, l’Immigré, l’Arabo-musulman, le Noir, le Juif…; s’agissant du social-populisme : le Bourgeois, le Riche, les Patrons suceurs de sang.) Dans ce combat, un troisième larron tient la place de l’ennemi en second : c’est l’Elite, égoïste, cupide et incompétente (l’Establishment, les « Sachants », la Technocratie, la « Classe politique ») qui trahit le Peuple et fait le jeu de ses ennemis. [...]

En période de crise économique et de régression sociale au contraire, les partis populistes, et en premier lieu les partis national-populistes, ont le vent en poupe.

Leur xénophobie gagne en efficacité politique et en rendement électoral. [...]

La nouvelle extrême-droite pratique la « triangulation » : c’est désormais au nom de la défense des conquêtes de la gauche -la laïcité, l’Etat providence, la liberté des mœurs- qu’elle préconise ses politiques d’exclusion, nationalistes et xénophobes.

En réalité, ses boucs émissaires et ses ennemis sont toujours les mêmes : les immigrés, ces parasites qui vivent à nos crochets et nourrissent l’insécurité; les musulmans inassimilables et réceptifs à l’islamisme; les élites mondialisées qui leur ouvrent grand nos portes; la bureaucratie bruxelloise, qui prétend imposer aux peuples ses diktats cosmopolites et défaire les nations…

Sa défense de la laïcité est une machine de guerre contre la religion musulmane. L’Etat providence qu’elle chérit est réservé aux nationaux.

L’anti-islamisme, le nationalisme xénophobe, l’autoritarisme répressif sont devenu le fonds de commerce de cette nouvelle extrême-droite.

Parce qu’elle est foncièrement xénophobe, intolérante et sous un mince verni, raciste, l’extrême-droite, nouvelle ou classique, ne fait pas partie de l’Arc républicain.

Un cordon sanitaire des forces démocratiques et républicaines doit être élevé autour d’elle et toute alliance électorale avec elle doit être prohibée. Le passé récent a prouvé que toute complaisance à son endroit se faisait à son profit, en levant l’interdit humaniste sur l’égale dignité des personnes et leur égalité en droit.

Mais la stigmatisation morale ne suffit pas. Au contraire, si l’on s’en tient là, elle s’avère rapidement contre-productive.

La lutte contre l’extrême-droite doit s’affirmer aussi à deux niveaux complémentaires.

En premier lieu, il faut réfuter systématiquement et soigneusement les propositions du Front national, démantibuler ce qui lui tient lieu de programme, montrer que l’application, même partielle, de ce programme plongerait notre pays dans le chaos et le malheur. [...]

En second lieu, le renvoi des travailleurs immigrés et la discrimination à l’encontre des étrangers résidant en France seraient désastreux.

En raison de leur vieillissement accéléré et de leur démographie chancelante, les pays européens ont besoin d’un flux régulier de travailleurs immigrés. C’est une condition de leur retour à la croissance et du financement de leurs Etats providence. [...]

Il n’est pas vrai que l’Islam est incompatible avec la démocratie, l’Etat de droit, la laïcité. Il ne l’est pas plus que ne l’étaient, il y a deux siècles, le catholicisme ou le judaïsme. Il peut et doit connaître la même adaptation à la modernité, comme le prouvent, au demeurant, les Printemps arabes.

L’exclusion des immigrés de notre système de protection sociale serait calamiteuse, par ses conséquences sur la santé publique et la sécurité. Elle serait juridiquement inconstitutionnelle et moralement scandaleuse. [...]

Huffington Post

Le Monde porte plainte contre le Front National (màj)


Dans un billet publié , dans Le Monde daté de demain, Nathalie Nougayrede, la directrice de la rédaction, réagit au détournement d’une Une du quotidien par le Front National.

Dans le tract, qui n’est plus téléchargeable en ligne, le Front National a choisi d’utiliser une Une parue le 4 septembre dernier pour illustrer la première page du document. « Sarkozy – Hollande : 84 nouveaux impôts en deux ans », pouvait-on ainsi lire. La seconde page invitait les personnes à adhérer au parti politique.

« Malgré une mise en demeure adressée à la présidente du Front national, Marine Le Pen, le tract continue d’être distribué, en particulier en région parisienne » explique-t-elle.

Et d’ajouter : « Cette reproduction, sans autorisation, contrevient au droit de la propriété intellectuelle. Cette récupération, à des fins militantes, est d’autant plus inacceptable qu’elle est en contradiction totale avec la ligne éditoriale et les valeurs défendues par notre journal ». [...]

Morandini

« J’en ai marre qu’on assimile le Front National au nazisme, c’est vraiment scandaleux ! » (Tanguy/RMC)

Dans les GG de RMC, Franck Tanguy espère que des villes passeront au FN lors des municipales. Il est sommé de s’expliquer et de rentrer dans le rang par Elina Dumont, Jacques Maillot et Olivier Truchot.

« Ça te gênerait pas d’avoir un maire Front National ? » – Olivier Truchot

« C’est n’importe quoi le programme (du FN) ! » – Jacques Maillot

« Je n’ai pas une conception ethniciste de la France » (Maréchal-Le Pen/RMC)

Sur RMC, Marion Maréchal-Le Pen répond aux questions d’immigration d’un Jean-Jacques Bourdin curieusement militant.

« Vous croyez à l’inégalité des races ? » – Jean-Jaques Bourdin

« Le miracle de la République française est d’unir dans un destin commun, par les valeurs de la République, des peuples qui ont des cultures, des modes de vie, des langues différentes, des couleurs de peaux différentes… J’ai simplement des exigences simples qui sont « à Rome, fais comme les Romains ». – Marion Maréchal-Le Pen

Pour Marine Le Pen, changer le nom du FN n’est « pas un tabou » (màj vidéo)

La présidente du Front national Marine Le Pen a déclaré dimanche qu’il n’y avait « pas de tabou au FN », alors qu’on lui demandait si un changement de nom du parti pourrait intervenir au prochain congrès du parti. « Il n’y a pas de tabou au FN » a affirmé Marine Le Pen sur France 5 à ce sujet, alors que son père Jean-Marie Le Pen est résolument hostile à tout changement de nom.

« Si un jour ce débat devait être ouvert, il serait ouvert auprès des adhérents pour savoir ce qu’ils en pensent » a-t-elle précisé, avant de se dire elle-même « assez attachée au nom FN. » « La réalité, c’est que s’il s’avérait un jour que le changement de nom soit utile, c’est qu’il correspondrait à une réalité politique qui est l’élargissement des bases du FN » a dit Marine Le Pen.

(…) Le Point

Seine-Saint-Denis – Municipales : face au FN, le désarroi d’un militant UMP

Graphiste diplômé de l’école des Gobelins, Jean-Baptiste Borsali, 25 ans, est responsable des jeunes de l’UMP dans la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis (Le Bourget-Drancy-Bobigny). [...] Mais jamais la tâche ne lui a paru aussi dure qu’aujourd’hui. Car ce n’est plus seulement le Parti socialiste qu’il doit affronter, mais un Front national qui gagne chaque jour plus de terrain. Une situation qu’il juge très préoccupante.

Hebergeur d'imageLe Point.fr : Vous militez pour l’UMP en Seine-Saint-Denis. Comment se profilent les élections municipales ?

Jean-Baptiste Borsali : La campagne est dure. Nos maires UMP vont sans doute conserver leurs villes, mais on va avoir du mal à faire beaucoup plus parce qu’on se heurte non pas à la gauche, mais au Front national. En Seine-Saint-Denis, on va avoir dix listes FN. C’est énorme ! Surtout quand on connaît la population et la sociologie du département !

Si le FN décide d’investir dix listes chez nous, c’est parce qu’il sent qu’il y a un couloir pour lui. Je crois qu’on va se retrouver avec une quarantaine de conseillers municipaux FN au lieu des deux ou trois actuels.

Hebergeur d'image

Vous constatez donc une progression du Front national sur le terrain ?

Avant, quand j’allais tracter sur les marchés, etc., je voyais des militants de gauche. Maintenant, je ne vois que des militants du FN. Ils ne craignent plus de se montrer, de faire du porte-à-porte… ils n’ont plus peur de rien ! Et le plus inquiétant, c’est qu’ils reçoivent un très bon accueil des gens. Ils nous piquent nos électeurs et ceux de la gauche aussi. Si bien que je me retrouve à militer non plus pour combattre le PS, mais pour repousser les avancées du FN.

Comment expliquez-vous ce phénomène ?

La Seine-Saint-Denis était une réserve de voix pour le PS et beaucoup de gens ont voté François Hollande avec un vrai espoir de changement. Mais depuis, il n’a pas lancé une seule mesure forte pour les banlieues, n’a fait aucun investissement pour elles. Les gens sont profondément déçus. Normalement, après un an et demi de socialisme, on devrait pouvoir ramener dans notre giron tous les mécontents. Or, on n’y arrive pas. C’est le Front national qui les récupère. Marine Le Pen est très habile parce qu’elle arrive à draguer les électeurs avec un discours socialement à gauche et sécuritairement à droite.

Quand j’entends d’anciens immigrés, arrivés en France dans les années 1960, qui me disent aujourd’hui qu’ils vont voter FN, eux aussi… Je connais bien la Seine-Saint-Denis, j’ai grandi à La Courneuve, et voir qu’elle penche comme ça de ce côté, ça me fait mal au coeur. [...]

Le Point

Merci à Stormisbrewing

« Pour moi, le FN est un parti poubelle ! »(Liebig/RMC)

Les GG de RMC commentent ce sondage qui marque une progression du FN aux municipales 2014. Etienne Liebig et Mourad Boudjellal se montrent particulièrement pénibles avec Morgann Vanacker, candidat FN, et avec un auditeur.

« Quand on met Marion Maréchal-Le Pen à côté de tous les cheveux gris qu’il y a autour d’elle, tout d’un coup on se dit, finalement le FN c’est l’image du renouvellement, de la jeunesse. » – Olivier Truchot

« Le Front National pose quelques bonnes questions. Il ne donne pas les bonnes réponses. Il pose quelques bonnes questions, et surtout il pose des questions que les gens comprennent. » – Mourad Boudjellal

« Marseille, une capitale de la tolérance et du métissage » (Gattegno/RMC)

Le journaliste Hervé Gattegno explique pourquoi le Front National ne gagnera pas Marseille aux municipales. Il dresse un panégyrique de la citée phocéenne, sous l’oeil approbateur de Jean-Jacques Bourdin.

« C’est une ville qui est tournée vers la méditerranée et vers le Maghreb ! C’est une ville où les communautés religieuses coexistent pacifiquement depuis toujours ! C’est une ville pauvre, une ville même très pauvre, mais riche de ses différences. Autrement dit, c’est un contre-exemple géant de tout ce que professe le Front National. » – Hervé Gattegno

« L’immigration est une chance pour Marseille » (Mennucci/RMC)

Dans les GG de RMC, Patrick Mennucci (PS) s’oppose à une sortie de Florian Philippot sur Marseille, ville en proie à la violence et au communautarisme. Geoffroy Didier (UMP) s’attire les foudres d’André Chassaigne (PCF) et de Patrick Mennucci pour avoir mis dans le même sac le Front National et les communistes.

« La question à Marseille, c’est pas la question de l’immigré, c’est la question de la pauvreté. » – Patrick Mennucci

« Dire que le parti communiste est la même chose que le Front National, c’est être oublieux de l’histoire de France ! » – Patrick Mennucci

« Mélenchon, Le Pen, même combat ! » – Geoffroy Didier

Municipales : les dix commandements du Front National

Le parti de Marine Le Pen a rendu public mardi soir un document dans lequel il pose dix principes préalables à toute alliance avec des candidats d’autres bords politiques. Une première pour la formation qui a déjà investi 600 candidats. [...]

Hebergeur d'image

Dans un document intitulé «Charte d’action municipale au service du peuple français» et révélé par 20minutes.fr, le FN «réaffirme sa volonté de constituer une véritable alternative politique, nationale et locale, et d’œuvrer au redressement de notre pays». Il pose surtout «10 principes» préalables à toute alliance, une première pour le parti d’extrême-droite.

Le FN exige ainsi en premier lieu que tout candidat désireux de s’allier avec lui ou de créer une liste commune «refuse toute augmentation de la fiscalité durant toute la durée du mandat». Une condition qui colle à la stratégie de l’UMP, qui parle de baisser «massivement les impôts», même si son président, Jean-François Copé, a réitéré ce week-end son refus d’alliance avec l’extrême-droite.

Autres principes posés par le FN : «agir pour assurer la tranquillité et la sécurité, première des libertés» ; «refuser toute subvention et toute aide à des organisations ou des projets communautaristes» ; «défendre rigoureusement la laïcité républicaine dans tous les secteurs de la vie municipale (cantines scolaires, piscine municipale, etc)» ou encore «engager fermement et rapidement toutes les actions possibles visant à mettre fin aux installations sauvages de nomades».

Autant de grandes lignes ancrées à droite qui devraient embarrasser l’UMP, opposée à toute alliance mais dont certains élus locaux pourraient être tentés par un accord leur permettant de s’assurer leur réélection. [...]

Charte Municipale Fn

Le Figaro

Le FN fait de plus en plus d’ombre à l’UMP et au PS

Le Front national mise sur les municipales de mars 2014 pour faire une percée dans les villes de taille moyenne de la France périurbaine et dans les zones rurales.

Hebergeur d'image

Les états-majors de l’UMP et du PS ne cachent plus leur inquiétude : comment contenir la progression probable de Marine Le Pen aux municipales et aux européennes de 2014 ? Le chômage toujours en hausse, les avis d’imposition salés qui arrivent dans les boîtes aux lettres, la flambée de la violence à Marseille et la crise syrienne créent un climat propice à un fort vote contestataire l’an prochain.

Marine Le Pen, elle, savoure. Après avoir frôlé le dépôt de bilan politique entre 2007 et 2010 - ce n’est pas si ancien -, son parti connaît désormais un dynamisme incontestable. «Je creuse mon sillon, déclare Marine Le Pen, qui avait obtenu 17,9 % à la présidentielle, soit 6.421.426 voix. Chez nous, le chef est incontesté, la ligne politique est claire et la préparation des municipales et des européennes très avancée.» [...]

Quoi qu’il en soit, aux zones de forces traditionnelles de ce parti - anciennes régions industrielles du Nord et de l’Est, arc méditerranéen - s’ajoutent désormais, à un moindre degré, des départements ruraux auparavant peu favorables au FN. Conséquence: les municipales de 2014 ne ressembleront pas à celles de 1989 et 1995. Si l’on excepte le cas de Marseille et de quelques autres agglomérations du Sud-Est, les zones de force et de faiblesse du FN se sont souvent inversées par rapport aux années 1980 et 1990. Les bastions de Marine Le Pen se trouvent désormais surtout dans des villes de taille moyenne de la France périurbaine et dans les régions rurales. [...]

Hebergeur d'image

Le Figaro

Municipales – Duel FN/PS : Fillon appelle à voter « pour le moins sectaire »

C’est la petite phrase politique de cette fin de semaine ! Invité du Grand rendez-vous Europe 1/LeMonde/i>Télé, l’ancien Premier ministre UMP François Fillon a expliqué dimanche que pour les municipales, en cas de duel entre le PS et le FN, il conseillait de « voter pour le moins sectaire ».

Hebergeur d'image

« Un socialiste peut être plus sectaire qu’un Front national ? » lui a-t-on demandé. « Ça peut arriver, je ne dis pas que c’est toujours le cas, mais ça peut arriver », a répliqué le député de Paris.

Il a assuré que « jamais » il n’y aurait de fusion des listes UMP et FN. [...]

Le Point